Nov 242011
 

RespirabilitéComme j’en ai déjà parlé dans plusieurs de mes articles dont celui sur l’imperméabilité et celui expliquant ce qu’est le système des 3 couches : rien ne sert d’essayer de vous protéger de l’eau extérieure en randonnée (pluie, neige, flaques d’eau, herbes mouillées, etc.) si c’est pour vous faire mouiller de l’intérieur par votre transpiration.

Je me souviens d’une amie à qui j’avais conseillé d’acheter un surpantalon imperméable et respirant pour randonner en Tasmanie. Je n’avais sûrement pas assez insisté sur le terme « respirant ». Devant un grand choix de surpantalons imperméables qui avaient tous l’air similaires, elle avait acheté un des moins chers. « Pourquoi payer plus pour quelque chose qui a l’air semblable ? ».

Il était extrêmement imperméable, aucun problème avec cela. Mais dans les deux sens – et c’était bien là le problème ! L’eau venant de l’extérieur ne pénétrait pas à l’intérieur, mais la transpiration à l’intérieur n’était pas évacuée vers l’extérieur. C’était « l’effet sauna », il n’était absolument pas respirant.

Le résultat était que son pantalon de randonnée en dessous était trempé, alors que le mien était presque sec étant donné que j’utilisais un surpantalon imperméable et respirant. Pour les randonnées suivantes, elle a investi dans ce type de surpantalon et a fortement apprécié la différence. C’est dommage, car son premier achat a été inutile.

J’ai fait la même erreur la première fois que j’ai acheté un poncho étanche. C’est sûr qu’il ne m’avait pas coûté cher, mais il ne m’a pas permis de rester sec…

Ne tombez pas dans ce piège et choisissez correctement votre matériel de randonnée imperméable (vêtements, tentes à simple paroi, chaussures, etc.) pour éviter de dépenser de l’argent pour rien ! Je vous aide à faire cela dans cet article, qui est complémentaire de mon article sur l’imperméabilité.

Qu’est-ce que la respirabilité ?

La respirabilité désigne la capacité d’un tissu à évacuer la vapeur d’eau. Elle se mesure en Résistance Evaporative Thermique (RET). La RET est surtout utilisée pour caractériser la respirabilité des vestes, pantalons et surpantalons imperméables de randonnée.

Nous ne parlerons ici de respirabilité que pour les tissus imperméables. On peut par exemple dire qu’un tee-shirt synthétique ou qu’une chaussure en mesh sont respirants, mais ce n’est généralement pas mesuré pour ce genre de tissus non imperméables.

Plus un tissu a une respirabilité élevée, plus il a une RET faible et plus le tissu évacue la vapeur d’eau.

Et en pratique, ça veut dire quoi ?

  • Plus un tissu est respirant, moins vous serez mouillés par votre transpiration si c’est un vêtement.
  • Si c’est la paroi d’une tente mono-paroi, il y aura moins de condensation qui se formera à l’intérieur.

Il existe un test de respirabilité basé sur la norme ISO 11092 qui consiste à essayer de faire passer de la vapeur d’eau à travers un tissu. La RET mesure l’énergie nécessaire à cela.

Quel indice de respirabilité pour quelle pratique ?

En général, plus un tissu est imperméable, moins il est respirant – et à l’inverse plus il est respirant moins il est imperméable. Mais les technologies permettent maintenant d’avoir du matériel de randonnée très imperméable et très respirant. Encore faut-il être prêt à mettre le prix… C’est une fois de plus votre pratique qui déterminera vos besoins.

Quand vous vous penchez sur la question de la respirabilité et comparez plusieurs produits, prenez toujours en compte son imperméabilité. Choisissez le produit en fonction d’un bon compromis imperméabilité/respirabilité par rapport à votre pratique.

Pour vous y retrouver, voici quelques indices de respirabilité et une indication du confort associé (en termes d’évacuation de la transpiration) pour des vêtements imperméables :

  • RET<6 : tissu extrêmement respirant. Tissu qui est confortable à porter en plein effort.
  • 6<RET<12 : tissu très respirant. Tissu qui est confortable à porter pour un effort modéré.
  • 12<RET<20 : tissu moyennement respirant. Tissu qui est inconfortable à porter en plein effort.
  • RET>20 : tissu peu respirant. Tissu qui est inconfortable à porter pour un effort modéré.

Comment rendre un tissu respirant ?

Une petite partie technique pour ceux qui s’intéressent à comment ça marche.

Il est possible d’utiliser des enductions ou des membranes (imper-respirantes) pour rendre un tissu imperméable et respirant. La respirabilité d’un tissu imperméable est généralement réalisée grâce à un de ces deux procédés :

  • Mécanique : les trous de la membrane ou de l’enduction sont assez grands pour faire passer les molécules de vapeur d’eau mais trop petits pour laisser passer l’eau à l’état liquide – les molécules d’eau étant agglomérées les unes aux autres et formant des gouttes d’eau. C’est donc la partie de votre transpiration qui est à l’état gazeux, qui peut être évacuée. C’est le principe du Gore-Tex par exemple.
  • Chimique : des molécules hydrophiles contenues dans la membrane ou l’enduction attirent la vapeur d’eau du côté intérieur et l’évacuent vers l’extérieur. Ceci se fait grâce à un différentiel de température et d’humidité relative de part et d’autre du tissu.

Quelques conseils et quelques erreurs à éviter

Attention, il faut savoir que même avec des vêtements extrêmement respirants, vous pouvez vous retrouver mouillés par votre transpiration.

Si par exemple, un jour de pluie, vous gardez votre polaire sous votre veste imperméable pendant une montée alors que vous avez très chaud mais que vous avez « la flemme » de l’enlever, vous le regretterez quand vous serez trempés et aurez froid pendant la descente. Ca paraît bête, mais ça m’est arrivé souvent…

Pour éviter de trop transpirer sous des vêtements imperméables, régulez la température de votre corps en gérant correctement vos couches de vêtements et en vous servant des aérations.

Les différents systèmes d’aérations (fermetures éclairs, meshs, etc.) sont d’ailleurs un point important à considérer au moment du choix de matériel imperméable.

Voici un dernier point à comprendre: quand un tissu imperméable et respirant est saturé en eau (la surface est complètement mouillée), le tissu ne respire plus et la vapeur d’eau ne peut être évacuée. Il faut donc éviter que :

  • votre transpiration se condense (qu’il y ait des gouttes d’eau) sur l’intérieur du tissu. Si cela arrive, épongez l’intérieur du tissu. 
  • le tissu extérieur soit saturé en eau. Vous ne pouvez pas grand-chose contre cela, mais ne vous étonnez pas de transpirer quand même sous la pluie dans vos chaussures en Gore-Tex qui ne sont plus toutes neuves. La surface étant recouverte d’une pellicule d’eau, votre transpiration « reste » à l’intérieur. Les traitements déperlants peuvent cependant remédier en partie à cela.

Si vous avez apprécié cet article sur la respirabilité, et voulez être prévenus dès la parution d’un nouvel article, suivez le blog Randonner Malin sur Facebook, Twitter ou abonnez-vous au flux RSS.

  26 commentaires à “La respirabilité ou comment ne pas baigner dans sa transpiration”

Commentaires (20) Pingbacks (6)
  1. Quelques précisions que je rajouterai car je les trouves importantes:
    80% de la respirabilité d’une veste est due à ses ouvertures mécaniques (fermetures/zipettes sous les bras par exemple) d’ou l’importance d’en avoir et de les ouvrir avant même de transpirer. C’est aussi ce qui coûte le plus cher à fabriquer sur une veste (fermetures et coutures imperméables) ce qui explique le prix de certaines vestes toutes fines à coté d’un simple kway…
    A+

    • Bonjour,

      T’es sûr de ça ?

      C’est aussi ce qui coûte le plus cher à fabriquer sur une veste (fermetures et coutures imperméables) ce qui explique le prix de certaines vestes toutes fines à coté d’un simple kway…

      Parce que je pensais qu’une grande partie du prix venait des membranes et enductions imper-respirantes ainsi que de l’allégement des matériaux.

      A bientôt,
      François

      • – Qu’est ce qui est le plus léger entre un kway à 10€ et une membranée 3 couches à 160€ ? Le kway à 10€ !! Donc pour le poids sur ce type de produit tu ne le paye pas vraiment au contraire.

        – Ensuite il y a plusieurs types de membranes qui coutent plus ou moins chère bien entendu et la veste membranée 3 couches coute forcément plus chère mais je précisais juste qu’à la fabrication le prix des fermetures coute très très cher sur un vêtement et bcp ne le savent pas. Imagines si en plus elles sont siliconées…

        Pour comprendre facilement, amuses toi à comparer une polaire demi zip à une polaire full zip de même grammage et de même marque (je parle de polaire car c’est assez facile à trouver) et tu verras la différence. Idem pour d’autres produits comme les sac à dos, etc…

        Bizzz

        • Bonjour,

          Un k-way n’est absolument pas respirant. Ce que je voulais dire, c’est que tu payes le fait d’avoir des matériaux imperméables et respirant qui sont légers.

          Par curiosité, j’ai comparé les polaires full zip et demi-zip et j’ai trouvé des différences de prix allant de 0 à 15 % supplémentaire pour la full zip.

          A+
          François

  2. Merci pour ce nouvel article encore une fois très complet.

    A bientôt

  3. Pour avoir acheté un surpantalon D4, je ne peux qu’être entièrement d’accord avec vous.

    Cependant, il serait très bien de donner des exemples (event sur arklight) de produits possédants un bon rapport qualité/prix, des bons plans en france et à l’étrangé 😉

    Bonne continuation et à bientôt sur RL

  4. Bonjour,

    Article bien écrit et clair dans l’ensemble.
    Si je dis dans l’ensemble, c’est parce que, si je connais les fermetures éclair, si je sais ce qu’est du gore tex, si je cais ce que sont des events, les meshs ne me disent pas grand chose (sauf celles des dames chez le coiffeur, mais cela ne s’écrit pas de la même façon …).

    Merci pour ces conseils.

    Pour la petite histoire, il m’est arrivé, il y a environ 25 ans, de me protéger de la pluie, en balade sur le chemin des douaniers, avec un poncho totalement imperméable, ce qui m’a permis d’arriver totalement trempé !

    • Bonjour Michel,

      Bien que j’essaye de faire simple et d’éviter d’utiliser du jargon, je me suis effectivement laissé aller. Mesh veut dire filet en anglais. Un mesh est un tissu avec des mailles larges qui ressemble un peu à un filet et qui est donc très respirant.

      Cependant, personne n’utilise le mot « filet ».

      Merci d’avoir pointé du doigt cela et à bientôt.

      François

  5. Bonjour,
    article très instructif pour une débutante, je reste perdue pour investir dans une veste polyvalente de montagne :
    Quel produit pourra faire veste pour la rando raquette et du ski de fond occasionnel l’hiver + la rando jusqu’aux alentours des 3000m d’altitude l’été et période pas encore enneigée ?
    Il existe des vestes 2 en 1 : sont-elles une solution, ou faut il se doter de 2 produits différents ?
    Par ailleurs, si je comprend bien :
    – lorsqu’on est actif l’hiver, on doit considérer que l’on tombe la 3ème couche et que c’est celle-ci que l’on remet à l’arrêt pour éviter le coup de froid ?
    – quand on prend une veste softshell, il faut toujours prendre une surcouche imperméable mais respirante (poncho non 1er prix) ?
    Quand on habite à la plaine c’est difficile d’anticiper le bon habillage, surtout dans cette jungle des produits…

    Merci pour le site

  6. bjr
    merci pour vos remarques, j’utilise un pancho du vieux campeur acheté cher et utilisé sur le « camino » et je ne supporte plus la « douche intérieur » de ma transpiration!!
    Que pensez vous des tenues(veste-pantalon) MARMOT de ARKLIGHT DESIGN et quelle est le calcul de votre respirabilité par rapport aux gr/m2/24h?
    merci

    • Bonjour Bernard,

      Parlez-vous de la veste Marmot Mica ?

      La respirabilité en g/m²/24h n’est pas vraiment comparable à la respirabilité en RET car le test est différent.

      A bientôt,
      François

  7. C’est bien intéressant mais les cotes ret mentionnées n’existent pas au Québec!! En tout cas, j’ai jamais vu ça….Par chez nous, le vêtement respire ou respire pas…Pour ce qui est du prix, c’est plutôt l’étiquette de la marque qui va faire la différence….et ça n’ira pas nécessairement avec la qualité ou le confort…

  8. Bonjour François,
    Merci pour cet article que j’ai trouvé fort clair. Je ne m’étais jamais trop interrogé sur le sujet, car, pour ma part, je n’ai jamais hésité à m’arrêter pour m’habiller ou me déshabiller en fonction de l’effort founi; Mais j’y vois maintenant un gros avantage, celui de randonner plus léger en rationalisant l’utilisation et le nombre de couches à emporter.
    nb / moi non plus, je ne connaissais pas le mot « mesh »
    Cordialement

  9. J’ai une veste avec une membrane sympatex et je constate qu’après une année, elle commence à absorber l’eau, est ce que quelqu’un sait quel produit imperméabilisant je devrais utiliser?

    • Bonjour Seb,

      Il n’est pas possible « d’imperméabiliser » mais seulement de rendre à nouveau déperlant un vêtement. Les produits les plus connus à cet effet sont ceux de la marque Nikwax.

      Quand tu dis qu’elle absorbe l’eau, ça ne passe pas à travers ?

      A bientôt,
      François

      • Non, pas encore mais ça ne déperle plus, l’eau reste « dans » le tissu. J’ai un peu peur que si il pleut longtemps, l’eau vienne à traverser

        • Bonjour Seb,

          Si l’eau ne coule pas sur le tissu mais reste dedans, cela ne veut pas forcément dire que l’eau va traverser le tissu. Le problème par contre est que ça empêche le tissu de bien respirer.

          Dans ce cas, un traitement pour redonner de la déperlance est une bonne idée.

          A bientôt,
          François

  10. Bonjour François,

    La respirabilité est une notion très importante pour moi qui transpire beaucoup. Cependant j’ai parfois du mal à m’y retrouver étant donné que les marques ne semblent pas s’être mises d’accord sur la mesure : entre RET et g/m2/24h, difficile de comparer la respirabilité d’une veste à l’autre…

    • Bonjour Sylvain,

      La mesure MVTR (Moisture Vapor Transmission Rate) qui est exprimée en g/m²/24h est plutôt l’ancienne norme par rapport à la RET qui semble être plus représentative de ce qu’il se passe sur le terrain.

      Certaines marques utilisent pourtant toujours cette ancienne norme qui n’est malheureusement pas comparable à la RET, car la méthode de mesure est différente. Par contre, il faut savoir que plus le MVTR est grand, plus la respirabilité est importante.

      A bientôt,
      François

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)

47 Partages
Partagez36
Tweetez8
+13