Nov 072014
 

Tiques et maladie de LymeIl y a dans le titre une idée de (mauvais) scénario de film. Après les fourmis, les guêpes, les sauterelles et autres petites bêtes : « les tiques à la conquête du monde ».

Ce scénario catastrophe n’est pas tellement réaliste et (légèrement) pessimiste, mais illustre un problème plus ou moins bien connu chez les pratiquants d’activités de plein air : les tiques et la maladie de Lyme.

Plutôt que de faire un film, j’ai décidé d’écrire un article sur le sujet pour vous mettre au courant des dangers liés aux tiques et des bons gestes à adopter – car la plupart des randonneurs auront affaire à des tiques au moins une fois dans leur vie.

En ce qui me concerne, j’ai déjà beaucoup donné. En France, quelques morsures plusieurs fois, et une fois avec une vingtaine de petites tiques sur un seul ( ?) bras après être allé chercher des champignons.

En Australie, beaucoup plus de morsures, dont un réveil des plus désagréables dans ma tente à cause de démangeaisons : une centaine de petites tiques sur tout le corps. Les enlever a été très fastidieux et j’ai eu des démangeaisons et des infections localisées pendant quelques mois. Et dire que ça devait être un réveil agréable derrière des dunes au bord de la mer… Autant vous dire que J’ADORE les tiques !

Quelques mots sur les tiques

Je ne vais pas vous décrire la vie des tiques version encyclopédie, vous trouverez suffisamment d’informations sur internet si ça vous intéresse. Mais voici quelques explications utiles au reste de l’article.

Tique en attente d'un hôteLes tiques sont des acariens qui passent le début de leur vie au sol, dont une partie à attendre de pouvoir s’accrocher à un animal (mammifères, oiseaux, reptiles). Elles attendent souvent au bout d’herbes, de branches ou de feuilles (les fougères et les herbes hautes sont les meilleurs postes) qu’un « hôte » passe pour ensuite lui grimper dessus et marcher jusqu’à trouver un endroit propice pour s’ancrer dans sa peau.

Leur salive contient des anesthésiants, la morsure ne se sent généralement pas. L’ancrage est généralement solide, car le rostre (sorte de trompe) est enfoncé dans la peau et le tout est collé par la suite. Les tiques se nourrissent ensuite du sang de l’hôte et peuvent transmettre divers agents pathogènes et toxines (c’est la meilleure partie de l’histoire). Après quelques jours et après une prise de poids et de volume considérable, elles se laissent tomber pour passer à un autre stade de vie.

On peut facilement être en admiration devant l’ingéniosité de la nature et des tiques, mais je vous assure qu’on ne l’est pas du tout quand on en voit une accrochée sur soi (surtout en connaissant les conséquences possibles).

Les tiques sont plus ou moins présentes en fonction des régions du monde, du climat, de l’altitude, du type d’environnement, des saisons, etc. Si ça vous intéresse, vous pouvez trouver des cartes de répartition assez facilement sur internet – même si elles ne sont pas toutes équivalentes car n’utilisant pas les mêmes données (raison pour laquelle je n’en présente pas ici).

Parmi ces tiques, certaines sont infectées et d’autres ne le sont pas et cette répartition n’est pas égale non plus. Le pourcentage de tiques infectées dans une population dépend des régions.

Il semblerait que les tiques occupent de plus en plus de territoires et que les maladies liées aux tiques (notamment la maladie de Lyme) s’étendent aussi – d’où l’intérêt d’en parler.

A quoi ressemble une tique ?

Personnellement, les tiques sont assez loin de ma perception de la beauté, mais voici quelques photos pour vous aider à reconnaître les tiques si vous n’en avez jamais vues ou si vous en avez rarement vues. La couleur, la taille et la forme varient en fonction du sexe, des espèces et du stade de vie des tiques. Pour vous donner une idée, la taille varie généralement entre 1 et 5 mm (jusqu’à 3 cm apparemment pour certaines espèces tropicales).

Déjà, quand elles font 1 cm, ça fait bizarre – mais l’avantage est qu’on les sent plus facilement marcher sur notre peau.

Tiques à différents stades de vie Tique accrochée Tique repue

Quels sont les dangers liés aux morsures de tiques ?

Il y a énormément de maladies véhiculées par les tiques que ce soit chez les humains ou les animaux.

La plus connue – que je vais aborder dans cet article – est la borréliose de Lyme ou maladie de Lyme.

Je ne vais pas vous faire une liste de toutes les maladies véhiculées par les tiques (ça ferait aussi peur qu’avec les moustiques), mais il faut savoir que certaines sont limitées à des régions.

D’ailleurs, c’est toujours une bonne idée de se renseigner pendant la préparation de vos randonnées. Par exemple, en partant en Australie, on pense facilement aux araignées, serpents, scorpions, requins et autres, mais moins automatiquement aux moustiques et aux tiques. Et pourtant, certaines tiques (paralysis ticks) peuvent transmettre des neurotoxines entraînant une paralysie progressive. Mais, ne vous inquiétez pas, la maladie de Lyme est aussi bien présente. 😉

En plus des maladies, beaucoup de morsures de tiques s’infectent, démangent et certaines personnes sont allergiques à leur salive. Dans aucun cas, ce n’est agréable !

Je vous avais dit, on est tout de suite beaucoup moins en admiration. 😉

L’idée n’est pas de vous faire peur, mais de vous faire prendre conscience des risques potentiels liés aux tiques. Il vaut mieux être au courant, car c’est de cette manière que l’on peut mettre en place une bonne prévention et déceler au plus tôt un éventuel problème.

Borréliose de Lyme ou maladie de Lyme

Comme pour la vie des tiques, je vous fais la version courte. La maladie de Lyme est une maladie bactérienne qui est répandue mondialement et en plein développement. Elle touche une soixantaine de pays et est très présente en Europe (centrale et ouest) et aux Etats-Unis (nord-est et ouest). Elle n’est pas présente de manière égale partout. En France par exemple, l’Alsace est beaucoup touchée par rapport à d’autres régions.

C’est une maladie qui se soigne plutôt bien si elle est diagnostiquée suffisamment tôt – d’où l’intérêt de connaître ses symptômes.

Symptômes

Les symptômes ne sont pas toujours très évidents et facilement identifiés par les médecins. Il y a même des cas d’infections asymptomatiques (sans symptômes).

Si vous avez été mordu par une ou plusieurs tiques, pensez donc à le mentionner à votre médecin pour éventuellement le mettre sur la piste. Voici quelques symptômes classiques qui peuvent être ou pas présents :

  • Erythème migrant - maladie de LymeUn érythème migrant qui est présent dans une majorité des cas (encore faut-il le voir – notamment dans les endroits cachés). En gros, c’est une tâche rougeâtre au niveau de la morsure qui apparaît dans les quelques jours après la morsure (jusqu’à un mois après). Cette tâche s’élargit lentement et peut même former une sorte d’anneau autour de la morsure (elle peut aller de quelques centimètres à une dizaine de centimètres).
  • Des symptômes grippaux : fièvre, maux de tête, fatigue, ganglions gonflés, raideurs de la nuque, douleurs musculaires, douleurs articulaires, etc. dans les quelques jours suivants la morsure (jusqu’à un mois après).

A ce stade, si la maladie n’est pas traitée (généralement à l’aide d’antibiotiques), elle entre dans un second stade – qui peut survenir de quelques jours à quelques mois (voire quelques années) après la morsure. A ce stade, les symptômes peuvent être nombreux et variés : fatigue chronique, maux de tête, dépression, arthrite, paralysies faciales, état mental altéré, vertiges, problèmes cardiaques, etc.

Si le malade est soigné à ce stade, il peut garder des séquelles à vie et la maladie peut même devenir récurrente. Si le malade n’est pas soigné, les symptômes risquent de s’aggraver au point d’entraîner la mort.

C’est une présentation assez simplifiée des symptômes, mais il faut savoir qu’ils sont très nombreux et que toutes les personnes réagissent d’une manière différente.

Le but est de vous mettre la « puce à l’oreille » si jamais vous les rencontrez et que vous avez été mordu par des tiques (surtout l’érythème migrant et l’état grippal).

Diagnostic

Le diagnostic n’est pas facile. Il existe des tests, mais aucun n’est extrêmement fiable. Les symptômes ne sont pas évidents (notamment en l’absence d’érythème migrant) et beaucoup de médecins ne pensent pas automatiquement à la maladie de Lyme – d’où l’importance de leur mentionner vos morsures. En plus, les symptômes n’apparaissent pas nécessairement rapidement après la morsure et il y a des risques d’oublier.

Je vous rappelle, que plus cette maladie est diagnostiquée rapidement et donc traitée rapidement, plus il y a de chances de la soigner et moins il y a de chances d’avoir des séquelles et de faire des rechutes.

La prévention, le meilleur remède contre les tiques

Comme dans beaucoup de cas (surtout quand la guérison n’est pas assurée), il vaut mieux prévenir que guérir.

Et la meilleure prévention qu’il existe est d’éviter les morsures. Voici donc une liste non exhaustive de bonnes pratiques :

  • Rester enfermé chez soi. 😉
  • Ne pas aller dans les endroits infestés de tiques (surtout si un gros pourcentage est infecté) ou pendant certaines périodes. Cette décision appartient à chaque personne en fonction du risque que chaque personne est prête à prendre.J’avoue qu’en général cela ne m’empêche pas de sortir, je préfère prendre le risque (en prenant certaines précautions que j’explique plus tard) plutôt que de me priver d’une sortie. Il n’y a qu’en Australie où je n’allais pas dans certains endroits en été car il y avait beaucoup trop de tiques (elles étaient énormes en plus). Clignement d'œil
  • Dans les endroits à risques, éviter les zones boisées, les zones avec de la végétation haute (herbes, fougères, etc.). Dans ces endroits, rester sur les sentiers est une bonne idée.
  • Porter un pantalon, plutôt qu’un short. De cette manière, il y a plus de chances que vous repériez une tique avant qu’elle ne vous ait mordu. Cela dit, même en pantalon, elles trouveront leur chemin – elles mettront souvent plus de temps par contre. Certaines personnes portent même des guêtres ou rentrent leur pantalon dans leurs chaussettes.
  • Porter des vêtements clairs. Il est plus facile de repérer une tique sur un pantalon clair que sur un pantalon noir par exemple. Oui, par contre, on verra aussi plus facilement toutes les taches faites pendant le pique-nique. 😉
  • Utiliser des répulsifs efficaces contre les tiques. Il existe même maintenant des vêtements avec des produits répulsifs intégrés dans le tissu. J’avais d’ailleurs testé un pantalon (surtout avec les moustiques).
  • Vérifier régulièrement sur le terrain que l’on n’a pas de tiques sur soi, ses vêtements et ses affaires. Pas la peine de devenir paranoïaque, mais faites-le quand vous savez qu’il y a des risques d’y avoir des tiques. C’est quelque chose que vous pouvez faire seul ou mutuellement (plus efficace).Je vous conseille de vérifier sur et sous vos vêtements. Ces petites bêtes sont vicieuses et ont tendance à aller se cacher car elles ont une préférence pour les endroits où la peau est fine (aisselles, aines, nuque, etc.). On pourrait éventuellement appeler ça de la gastronomie…  😉
  • Vérifier avant de rentrer chez soi. C’est très important pour éviter de ramener des tiques chez vous. Pensez à vous vérifier et à vérifier vos affaires. Si vous rentrez en voiture, faites-le avant même de rentrer dans la voiture. Sinon, vous risquez d’en retrouver dedans. Et croyez-moi, elles finiront par vous trouver – même si elles doivent marcher de longues heures. Maintenant, vous comprenez peut-être ce que font les gens en sous-vêtements à côté de leur voiture. 😉
  • Une fois chez soi, essayer d’isoler ses affaires directement. Ne posez par exemple pas votre sac sur votre lit avant d’aller le ranger au garage. Et faites attention à ce que vous faites de vos vêtements. Un tour à la machine à laver peut être une bonne idée. Ensuite, une petite douche et une vérification de soi.Même en faisant attention, il m’est arrivé de retrouver une tique accrochée à moi un matin alors que je n’en avais pas en me couchant. J’en avais même retrouvé une « marchant » au milieu de la chambre. Mais si ça peut vous rassurer, j’avais randonné dans un endroit très peuplé en tiques.
  • Si jamais vous êtes allé randonner avec votre chien, pensez également à le vérifier, car il y a des risques pour lui aussi (même plus d’ailleurs). Il existe des répulsifs pour les chiens – sûrement une bonne solution – car il est difficile de leur expliquer qu’il ne faut pas se rouler dans les herbes hautes. 😉

Ces petites bêtes ont tendance à nous rendre paranoïaques, mais il faut adapter la prévention au risque qu’il y a. Ces conseils sont faits pour les endroits où il y a des risques. Si vous n’avez jamais vu de tiques dans la région où vous randonnez fréquemment, vous n’avez probablement pas besoin de faire tout ça.

Que faire si vous avez été mordu ?

Tique ancrée

Dans la plupart des cas, quand vous avez été mordu, vous le savez car la tique est ancrée dans votre peau. Comme la morsure est indolore, on ne s’en rend pas compte tout de suite, mais c’est souvent à la suite de démangeaisons que l’on trouve l’intrus (ou lors d’une vérification).

Cependant, il peut arriver de se faire mordre et que la tique ne soit plus en place. Cela peut rendre un éventuel diagnostic difficile, car on peut ne s’être rendu compte de rien.

  • La première chose à faire est de ne pas paniquer. Oui, ça fait bizarre d’avoir une petite bête accrochée à soi, mais paniquer n’aidera en rien.
  • La première chose à ne pas faire est d’arracher la tique avec ses doigts. Pour minimiser les risques de maladies et d’infections à la suite d’une morsure, il vaut mieux enlever la tique le plus proprement possible.
Comment enlever une tique proprement ?

Quand une tique est accrochée, son rostre est ancré et collé dans votre peau. Si vous tirez simplement sur la tique, le risque est que vous n’arrachiez que le corps. La tête et le rostre ont des chances de rester dans la peau et seront plus difficiles à extraire par la suite. Et si jamais vous laissez la tête ou le rostre, il y a des chances que cela s’infecte.

En plus, en arrachant une tique avec ses ongles ou une pince à épiler par exemple, vous la « pressez » et elle risque de régurgiter sa salive – qui contient tous les agents pathogènes. Les tiques régurgitent également leur salive quand elles sont « stressées ». C’est pourquoi, il faut autant que possible les extirper d’une manière douce, sans les traumatiser.

Tire-tiquesL’idéal est d’utiliser un crochet à tiques couramment appelé tire-tique. C’est un crochet qui ressemble à un pied-de-biche que l’on glisse sous la tique au contact de notre peau et que l’on tourne sur lui-même jusqu’à ce que la tique se détache.

Les tire-tiques existent en plusieurs tailles pour s’adapter à la taille des tiques et sont également utilisés pour les animaux. L’avantage est que ce sont des petits outils très pratiques, qui coûtent peu cher et qui sont extrêmement légers. Je vous conseille donc vivement d’en avoir dans votre trousse de secours. Vous pouvez généralement vous en procurer en pharmacie.

Vous avez peut-être entendu parler de toutes sortes de méthodes pour extraire les tiques (pince à épiler, éther, alcool à brûler, huile, beurre, vaseline, etc.), mais honnêtement, je pense que la moins risquée est vraiment le tire-tique. Les autres méthodes poussent les tiques à régurgiter leur salive. Si jamais vous n’avez pas encore de tire-tique et que vous voulez vous débarrasser d’une tique, le moins mauvais est sûrement d’utiliser délicatement une pince à épiler pour attraper la tête et d’essayer de faire tourner la tique pour la détacher.

Sachez que plus une tique reste ancrée longtemps, plus elle a de chances de vous transmettre des maladies, il faut donc la retirer le plus vite possible. Au-delà d’environ 24 heures ancrée, le risque que la tique vous contamine (si elle est porteuse de pathogènes) est élevé.

Que faire une fois la tique enlevée ?

Une fois la tique enlevée, je vous conseille de désinfecter la morsure et de vérifier que vous n’avez pas d’autres tiques.

Par la suite, je vous conseille de surveiller la ou les morsures pour détecter une éventuelle infection ou l’apparition d’une tâche ou d’un anneau rougeâtre. Si jamais dans les quelques jours ou quelques semaines suivants la morsure, un syndrome grippal apparaît, je vous conseille de consulter un médecin.

Si vous êtes dans une zone où beaucoup de tiques sont infectées (par la maladie de Lyme ou autres), je vous conseille de voir un médecin rapidement. Il décidera éventuellement de vous administrer un traitement préventif.

Conclusion

J’espère ne pas vous avoir fait peur avec cet article, je voulais simplement vous faire prendre conscience des risques liés aux tiques (notamment la maladie de Lyme) et vous donner quelques bonnes pratiques pour éviter autant que possible des désagréments.

Peut-être que vous vous dites : « ça doit être marginal la maladie de Lyme, je n’en entends jamais parler ! »

C’est vrai, peu de médias en parlent – même si c’est en train de doucement changer. Pourquoi ? Sûrement une histoire d’argent !

Il existe d’ailleurs des associations qui se battent pour faire connaître cette maladie et obtenir plus de moyens pour la diagnostiquer et la soigner. C’est le cas de Lyme Sans Frontières et de France Lyme.

Il y a d’ailleurs une enquête en cours sur le site « Tiques et France » que je vous invite à remplir pour augmenter le nombre de données en France.

Je vous invite également à recommander cet article à vos amis et vos proches (randonneurs ou pas) pour les sensibiliser. Merci à vous. 😉

Cet article vous a plu ?
Si c'est le cas, rejoignez plus de 80000 personnes qui reçoivent la newsletter et recevez gratuitement le guide "Comment bien choisir ses chaussures de randonnée" et la liste du matériel à emporter en randonnée. Entrez simplement votre prénom et votre adresse email ci-dessous :

  57 commentaires à “Randonneurs, faites attention aux tiques et à la maladie de Lyme !”

Commentaires (55) Pingbacks (2)
  1. Bonjour,le sujet est bien traité et devait être lu par TOUS les randonneurs, promeneurs et chasseurs, toutes les personnes qui ont une activité extérieure.
    Pour les enlever j’ai une carte (toujours dans mon porte monnaie grandeur carte bancaire) ZeckenKarte mosquito qui tient peu de place et que j’ai acheté en Allemagne il y a 6 ans en Apothèke 2,5 Euros.
    A bientôt pour lire votre prochain article. https://www.youtube.com/watch?v=KBuZUaR2Hnk
    fañch

    • Bonjour,

      Je ne connaissais pas cet outil. Le principe ressemble effectivement au tire-tique – à part que l’on ne tourne pas.

      A bientôt,
      François

  2. Bonne idée que cet article qui a le mérite d’alerter et de faire (suffisamment) peur pour qu’on en tienne compte. Personnellement, en revenant de Savoie l’an dernier, une petite tique s’était installée sous ma peau et le médecin n’a pas réussi à l’enlever avec la pince : il a donc dû procéder à une petite opération sous anesthésie locale pour l’enlever ; 15 jours d’antibiotiques.
    Je sais maintenant l’erreur que j’ai faite : avoir traversé en courant des hautes herbes sans protection ; je portais un short et un T-shirt ; les tiques ont « sauté » jusqu’au niveau du col ! seule une cependant m’a fait des misères…

  3. Bonjour
    Très bon article sur cette problématique, il faut juste ajouter que les tiques ne transmettent les bactéries que, quand ils commencent a aspirer le sang c’est à dire entre 24h et 36h après le début de son implantation. Ce qui nous laisse ce temps pour s’inspecter et le retirer avec le pied de biche en tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Ce qui est important c’est de ne pas le faire régurgité. Une tique sur 1000 est infecté par la Borrelia (agent pathogène de Lyme).
    De plus, s’il faut ne pas aller dans les endroits forestiers, herbeux, il y a des régions (Alsace, Vosges) où alors, il vaut mieux rester sur le bord de la route ou se balader en ville, ce qui me parait dommage.
    Ayant eu cette maladie, je me suis renseigné avec le médecin qui m’a traité, aussi quand la maladie se déclare avec l’érythème la bactérie est encore juste au niveau local, elle n’est pas encore diffusée dans le sang, j’ai pris la décision en plus des traitements officiels de faire un massage avec 3 huiles essentielles très puissantes Canelle, Niaouli et Origan 3 à 4 gt de chaque dans 2 cuillères soupe d’huile d’olive ou d’argan, masser la zone avec régulièrement dans la journée, Depuis chaque fois que j’ai une tique qui s’est plantée (4 à 5 par ans) je le fait en prévention pendant quelques jours, cela ne coûte rien ne fait pas de mal.
    Donc la prévention c’est surtout se regarder les jambes et les bras régulièrement pendant la rando mais surtout de vérifier le soir à la douche et de retirer avec les TirTic puis de traiter au niveau local.
    Pantalon ou short sincèrement je n’ai jamais vu de différence en terme d’implantation sur moi les tiques sont suffisamment petits pour passer inaperçu ou rester dans les plis d’un vêtement le temps d’aller chercher leurs zones privilégiées. Quant au répulsifs, si c’est sur les vêtements pas de soucis, si c’est sur la peau attention aux produits toxiques qui sont utilisés par les fabricants il faut bien regarder les constituants afin de ne pas créer d’autres problèmes…
    Voilà quelques trucs de plus de quelqu’un qui est confronter au quotidien, pendant toute la saison à ces petites bestioles.

    • Merci beaucoup pour vos conseils de soins curatifs et préventifs avec les huiles essentielles.

    • désolée mais j’ai été infectée au bout de quelques minutes, aujourd’hui je suis atteinte de neuro borréliose, ca n’a pas pris 24 heures.

    • Bonjour Alain,

      Il semblerait que les bactéries responsables de la maladie de Lyme soient dans le tube digestif des tiques et qu’elles ne migrent dans la salive qu’après environ 24h. Cependant, si on « presse » la tique, les bactéries peuvent être injectées rapidement. Et c’est quelque chose que l’on peut faire par inadvertance (en se grattant, se frottant, en marchant, etc.).

      Pour ce qui est de l’infection des tiques, le pourcentage dépend des régions. Dans certaines régions en Belgique, des études ont montré que jusqu’à 45% de la population des tiques était infectée par la borréliose de Lyme.

      A bientôt,
      François

  4. Bonjour,
    Coïncidence, je suis en plein dans le sujet en ce moment… Dimanche dernier, lors d’une randonnée, une amie m’a raconté qu’elle était atteinte de la maladie de Lyme, après avoir été piquée par une tique (moi aussi du reste j’ai été piquée il y a une vingtaine d’année, s’en est suivie une infection à plus de 39° de fièvre, une prise de sang et trois semaines d’antibiotiques… sauf erreur pas de maladie de Lyme). Elle a eu beaucoup de mal à trouver un laboratoire capable de détecter sa maladie, et finalement elle a trouvé un docteur basé en Allemagne (le docteur Elmer ULRICH à LEIMEN) qui consulte par courrier… On lui envoie une goutte de sang dans un papier genre papier toilette plié en trois et scotché à l’enveloppe, avec un courrier mentionnant en détail les différents symptômes. Il analyse le sang en liquéfiant la goutte et fabrique lui-même les globules de traitement adaptés. Il est important de mentionner une adresse mail pour faciliter les échanges d’informations (et de parler allemand…). Il répond rapidement. Le prix de ce traitement est compris entre 57 € et 81 €, payable par virement bancaire sur une facture qu’il envoie par la poste. Il dure plusieurs mois et il est important de le suivre jusqu’au bout, même après disparition des symptômes.

    • Bonjour Martine,

      Merci pour ces informations.

      A bientôt,
      François

    • Aaaah les consultation par courrier chez un médecin qui a tout compris…pour son portefeuille.

      Remettez-vous en donc à la médecine française, pas encore totalement au point dans le cadre de la maladie de Lyme certes…mais qui l’est de par le monde, dans la mesure où la science a encore des progrès à faire dans le domaine de cette maladie ?

      Quoi qu’on en dise, les tests pratiqués en France s’améliorent rapidement et on est bien loins de ne trouver que des faux-négatifs ! Lorsqu’un test de Lyme est négatif, hormis dans le contexte de l’érythème migrans où on ne devrait jamais en demander, il y a de grandes chances pour qu’on ne soit pas en présence d’une maladie de Lyme.

      • @Myle : je précise tout de même qu’en Allemagne il y a beaucoup plus de cas que chez nous et ils sont beaucoup plus au point que chez nous pour cette maladie… J’ai une amie qui a vécu en Allemagne de longues années qui m’a confirmé ce fait (des tiques jusque dans leur jardin… donc en sécurité nulle part !).

    • Non! Pas la médecine française!

      Je suis en train de « crever » de cette maladie de lyme depuis 20 ans(je le crois à 90%) et le test utilisé en France est négatif.
      Il n’existe pas de test 100% fiable de par le monde. Et si vous vous soigner ce sera toujours avec une part d’incertitude quand au diagnostic et une autre quant à la guérison. Les frais à votre charge seront très importants(plusieurs milliers d’euros). C’est une médecine de riches, mais si on ne l’est pas et qu’on ne veut pas mourir, on le fait quand même, quitte à devenir pauvre…Mais avec l’espoir de pouvoir retravailler un jour, revivre! C’est de toute façon mieux que se laisser convaincre d’être fou par le système de soin français obsolète concernant la borréliose chronique.
      Je sais de quoi je parle…

  5. Merci François pour cet article.
    Je voudrai juste préciser que certaines peaux semblent plus « attirantes » que d’autres. Je n’ai jamais reçu la visite de ces bestioles. Par contre, mes sœurs ont été mordues plusieurs fois.
    Peut-être un dermato pourrait expliquer pourquoi.
    Les précisions d’Alain sont très intéressantes notamment sur le traitement préventif avec les huiles essentielles que je ne manquerai pas de tester.
    Par contre, je voudrais connaître les périodes où l’on peut les rencontrer.

    • Que de bons conseils de François !
      Par contre, je voudrais connaître les périodes où l’on peut les rencontrer. »
      De mes observations et expériences dans les régions Savoie, Haute-Savoie, Ain, Jura, Doubs, Genève, Vaud, Jura suisse et piedmont italien pendant une bonne soixantaine d’années de promenades et de vie à la campagne, même si je suis plutôt un citadin, avec et sans animaux, voici mes conclusions qui valent ce quelles valent :
      Les tiques sont très actives lorsqu’il fait chaud et humide, donc à partir des premières chaleurs vers les mois d’avril – mai (suivant les années), alors qu’il y a encore beaucoup d’eau (et donc d’humidité avec la chaleur) dans les sols. C’est pour ça qu’on les rencontre dans les herbes hautes et dans les sous-bois qui dégagent et conservent bien l’humidité. Aussi en bordure de cours d’eau. Mes pires attaques ont été dans ces périodes là.
      Dès que le climat devient plus sec, vers juillet – août, on les voit beaucoup moins, voir pas du tout. Après et avant, il fait trop froid.
      Cela dépend évidemment du climat et de la région. Certaines années avec des étés pluvieux, on en rencontre aussi beaucoup en juillet – août – voir septembre s’il fait bien chaud. Tôt le matin on a aussi beaucoup moins de risque d’en rencontrer qu’en plein midi.
      Il faut se souvenir : humidité + chaleur = risques accrus.
      Par temps de pluie et fraîcheur, pas ou peu de risque. Il m’est arrivé de nombreuses fois de me promener dans des champs non fauchés où je savais qu’il y avait de nombreuses tiques juste après la pluie, sans que mon chien ou moi soyons mordus, mais mouillés.
      Avant que le soleil ne ramène chaleur et humidité !
      Mes conseils : restez sur les chemins, évitez les champs non fauchés, ne vous frottez pas à la végétation (non, les tiques ne « tombent » pas des arbres elles attendent sagement sur les branches, feuilles, herbes, etc. qu’un animal à sang chaud passe par là), faites encore plus attention à proximité des cours d’eau, vêtements adaptés…
      Enfin, quand c’est possible…

    • Bonjour Marie-France,

      Pour les peaux, j’ai la même impression que vous. Les tiques (et les moustiques) m’aiment beaucoup aussi. Je ne connais pas la vraie raison (il y a plusieurs théories).

      Sinon, je suis d’accord avec Glops pour les périodes, c’est surtout autour de l’été. Après, cela dépend des régions et des espèces. En Australie par exemple, la sécheresse ne semble pas gêner les tiques. Par contre, elles n’aiment pas l’hiver.

      A bientôt,
      François

  6. Bonjour,
    Cet article est particulièrement intéressant et objectif. Pour ce qui me concerne, habitant dans les Vosges dont la tique est particulièrement présente j’effectue avant, pendant et après chaque sortie ce que vous préconisez, même pour mon chien qui est en permanence avec moi en randonnée et qui est sujet à être infecté par les tiques. Ce que je n’avais pas pensé, c’est de mettre les crochets à tiques dans ma trousse de secours, chose qui sera faite.
    Avec mes remerciements pour cet article encore très instructif.

  7. Bonjour,
    très bon article, merci.
    J’ai été victime de tique cet été (habitant en zone forestière), la 1ère fois depuis des années de randonnée mais il faut bien une fois à tout 🙂
    Et bien, ça a été une semaine d’antibiotique. Et je crois, qu’il est important d’emporter toujours une pince à tique dans son sac.

  8. Bonjour
    Je suis un sujet a tiques , très souvent en forêt de Fontainebleau , dans un groupe de dix il y en a un ou deux qui ramassent les tiques , les autres passent a côté ( pas d’explication ) vêtements ou pas c’est pareil ( dix piqures par saison ) même avec tirtic difficile a extraire ! même enlevée tôt je réagis mal aux piqures ( moustiques aussi ) je les évite quand même en employant un répulsif liquide sur la peau et en sray sur les vêtements , ton article est bien mais c’est a renvoyer en début de saison et préciser les périodes plus propices ( et les sujets a risques )
    Cordialement

    • Bonjour Yves,

      Oui effectivement, ce n’est pas la meilleure saison pour en parler (en tout cas dans l’hémisphère nord). Mais ça laissera le temps à tout le monde de se procurer des tire-tiques. 😉

      A bientôt,
      François

  9. très complet ton papier, rien ne manque !
    En France, on en trouve un peu partout mais les grandes herbes sont leur salon et elle attendent leurs clients.
    Avec un peu de surveillance, on doit facilement les trouver et s’en débarrasser avec le tir-tiques qui ne doit jamais être absent de sa trousse de secours.
    Bravo encore François !
    Amitiés

    • Avec une bonne surveillance, j’ai de nombreuses fois enlevé les tiques AVANT qu’elles ne mordent. Pendant leur migrations le long des jambes.
      Je contrôle assez systématiquement après les passages où je me doute que c’est habité ou lorsque je me suis assis dans l’herbe. De plus je me promène en ce moment avec un chien dont le poil clair, court et dense sur ses pattes me permet de bien les voir progresser. J’agis de suite et je quitte la zone au plus vite. Ça n’empêche pas que certaines mordant quand même, mais ça limite…

  10. Bonjour. Merci pour cet article. Enfant, je me suis une fois réveillée avec une tique plantée dans mon ventre, j’ en ai hurlé et pleuré pendant un bon moment, et depuis cela me fait froid dans le dos de voir ces petites bestioles. Autre anecdote, c’est peut être un peu barbare en y repensant mais au vu du danger qu’elles peuvent représenter avec la maladie de Lyme comme expliqué dans cet article, on a toujours brûlé les tiques qu’on trouvait sur le chien ou dans le jardin…

    • Bonjour,

      C’est peut-être un peu barbare, mais sinon elles risquent de retrouver un humain ou un animal rapidement. Et si jamais elles se reproduisent, le problème va s’empirer.

      D’ailleurs une petite précision, attention à ceux qui écrasent les tiques de ne pas se contaminer de cette manière.

      A bientôt,
      François

  11. Merci d’avoir mis en évidence qu’il ne faut pas utiliser d’éther ou d’huiles … pour endormir ou asphyxier la tique, ce qui aurait, soit disant pour conséquence, de la faire « tomber ». On m’a souvent préconisé de le faire, ce qui est une grosse erreur! en agressant ainsi la tique, elle se défend et pour cela elle régurgite, nous transmettant toutes les vilaines maladies qu’elle peut avoir. donc, il ne faut jamais rien appliquer sur une tique.
    De même tu préconises d’utiliser une pince à épiler plutôt que ses ongles si nous n’avons pas de tire-tique. J’aurais tendance à dire l’inverse.il est très dur de ne pas presser la tique avec une pince à épiler alors qu’avec ses ongles, si on doit presser la tique c’est avec ses doigts qui sont tout de même plus mous que du métal et donc effectue une pression moins forte. Surtout si l’on possède les ongles longs, le risque est encore moins élevé.

    • Bonjour Julie,

      Effectivement, à chacun de trouver les meilleurs outils, du moment qu’ils évitent de faire régurgiter la tique. Je pense que j’ai de trop gros doigts pour être précis. 😉 Avec une pince à épiler, je peux attraper la tête directement.

      A bientôt,
      François

  12. Un sujet particulièrement important et traité de manière complète et claire!! Bravo François! J’ai toujours eu du mal à trouver un outil efficace pour retirer les tiques. (j’en ai essayé une large panoplie). A vrai dire aucun ne me satisfait. Le dernier que j’ai essayé et qui, à mon avis, est au moins aussi performant que le crochet à tiques, se présente sous forme de carte en plastique souple avec deux encoches pour les différentes tailles de tiques. J’ai trouvé cet outil sur un site Suisse:
    http://www.zeckenkarte.ch/fr/bestellung.html
    Mais amazon en vend aussi
    http://www.amazon.fr/Trixie-Carte-enl%C3%A8ve-tiques/dp/B000V9CWRE
    Avantage non négligeable,cette carte se glisse dans n’importe quelle poche et permet, en se faisant oublier, d’en avoir toujours une sur soi.
    Pour ce qui est des périodes à risques, en réalité on en trouve hiver comme été, y compris sur la neige dans les Pyrénées!!!! Et les autres usagers de la nature que sont notamment les forestiers en sont victimes toute l’année avec une prépondérance particulière, c’est vrai, en périodes chaudes et humides. Les statistiques sont encore peu fiables en France et c’est pour cette raison qu’il serait bon de renseigner massivement l’enquête scientifique en cours,dont François a communiqué le lien dans son article, afin d’avoir enfin pour la première fois une idée précise de la situation.

  13. Article opportun et très complet. Pour celles et ceux qui sont abonnés à Canal plus, une excellente enquête « Lyme, l’épidémie invisible » vient tout juste d’être diffusée dans Spécial investigation et est encore visible sur Canal plus à la demande. On constate que la France, comme elle l’a fait à l’époque de Tchernobyl, minimise l’importance de cette maladie, et annonce un nombre de cas 3 fois inférieur à l’Allemagne (30.000 cas par ana chez nous contre 100.000 chez nos voisins). Ce pourrait être le prochain scandale sanitaire français quand on révèlera enfin la portée exacte de toutes les bactéries, virus et autres parasites transportées par les tiques.

  14. La morsure de tique n’est pas toujours détectable immédiatement. J’ai eu le cas en Afrique du sud où la bestiole s’était logée juste au pli de la fesse, donc invisible immédiatement et même difficilement sur un miroir de salle de bain. (Pourtant, je ne suis plutôt svelte) De plus, il était sous cutané donc invisible avant une rougeur et un durcissement liés à l’infection et qui vire au genre de furoncle sous cutané seulement après 5-6 jours. Donc j’ignorai avoir été mordu (et habité) et rétrospectivement je me souviens avoir trouvé du sang en toute petite quantité sur ma main en me lavant, mais sans savoir d’où cela provenait. (J’ai pensé moustique) Donc warning en cas de sang!
    Ayant oublié cette observation, deux à trois jour après, symptômes grippaux. Soigné comme une grippe mais aucune amélioration. Au bout de 5-6 jours maux de tête nausées qui s’aggravent jusqu’au vomissements constants et médecin en urgence la nuit. Localisation d’ou je suis allé marcher (j’avais changé de région) et diagnostique immédiat (le Transval est truffé de tiques pas trop sympas). Il s’affole plus que moi en me disant que cela peut être très dangereux si on ne soigne pas rapidement et me sermonne de ne pas être allé chez un médecin plus tôt. Il m’emmène lui même à 1h du mat chez le pharmacien de garde dans une splendide citroen DS (Sans doute à peu près unique en Afrique du sud) et me ramène à l’hôtel. (Je me suis alors dit que ça pouvait être grave si un médecin prenait ce temps là sur sa garde). Antibiotiques (c’est le cas de le dire) Rentré à l’hôtel, je désinfecte et, à l’aide de mon couteau suisse désinfecté, j’incise le bas de ma fesse (tellement j’étais mal en point) Je tire de toute mes forces à l’aide de ma pince à épiler, provoquant une intense douleur. (Imaginez la position). Je tire, encore et encore. Et rien… la bestiole d’un demi-centimètre est plus forte que moi. De rage, je coupe tout ce que je peux, mais la tête reste bien ancrée et semble s’enfoncer au fur et à mesure que je creuse. J’ai du l’extraire par morceaux (merci couteau suisse) plusieurs jours plus tard, morte après l’action des antibiotiques. Cela fait une dizaine d’années et depuis, pas de symptômes. Encore que, à bien y réfléchir… lol. Du coup la pince à tiques me semble indispensable et l’observation quotidienne détaillé de son corps essentielle, surtout dans les « plis » et en sous cutané en palpant (en cas de doute si vision directe difficile, ne pas hésiter à recourir à votre conjoint qui en sera surement ravi(e) ). (Je ne crois pas que ce soit une bonne idée de s’inciser sois même la peau pour sortir la bestiole, mais mon état « avancé » ne me permettait plus de tenir compte du risque) Dans mon cas, ma petite amie n’étant pas là, je me voyais mal demander ce genre de service au gardien de nuit de l’hôtel.

    • Bonjour Fred,

      Merci pour ce témoignage. Ça fait toujours rêver les histoires de tiques. 😉

      A bientôt,
      François

  15. Bonjour à tous et à toutes, je suis de celles qui « ramassent » les tiques et les autres pas (grrrr !) Ce pourquoi je vous écris moi aussi c’est pour vous demander que faire pour extraire les LARVES de tiques. Je m’explique j’ai eu dans mes deux mains des petites pointes noires sèches dures mortes car je les ai constatées après deux jours de douches et de crèmes pour les mains ! Or j’ai entendu sur france inter lors d’un « téléphone sonne » (émission) un spécialiste parler de ces larves en disant c’est tout petit… c’est bien vrai car des tiques j’en ai eu légèrement gonflées de mon sang (beurk) et que j’ai pu sans AUCUNE difficulté enlever avec mon petit tire tique que l’on voit ici sur une photo. Mais ces saletés de larves je peux vous dire qu’il n’y a rien à faire trop petites ! j’ai du me « chacuter » au aiguilles et même à la lame de rasoir pour les retirer j’en ai encore les cicatrices aujourd »hui. Est-ce que quelqu’un a aussi eu cela et peut me conseiller ? GRAND MERCI PAR AVANCE;

    • Bonjour Babeth,

      J’ai effectivement eu le même souci avec des larves et elles sont quasi-impossibles à enlever avec un tire-tique. J’ai aussi du « creuser » un peu et me servir d’une pince à épiler. Mais, je ne connais pas de méthode très efficace.

      A bientôt,
      François

  16. J’ai eu la maladie de Lyme soit après une balade en forêt soit après une journée dans un pré fraichement tondu. La tique a piqué mon mollet mais n’est pas restée accrochée d’où la difficulté de savoir le lieu et la date. La tache rouge au départ (apparue un matin au réveil) s’est élargie devenant plus claire au centre et rouge sur les bords…jusqu’à fait le tour complet de ma jambe du genou à la cheville. Maladie difficile à diagnostiquer : urgences de l’hôpital de Pithiviers (ce n’est rien rentrée chez vous), dermatologue (vous faites une allergie à une piqure), et ….miracle, le médecin de famille (chez mes parents à 450 km de chez moi!) qui comprend enfin ce qui se passe. Mon chien n’a rien eu, une chance. Pour diagnostiquer : prise de sang et analyses au CHU de Bordeaux. Ca prend du temps et il faut être patient. Traitement antibiotiques 3x/jour pendant 15 jours. La tache disparait, comme le cou bloqué, d’autres difficultés sur les articulations, des douleurs éparses et la fatigue. Pas de nouvelle prise de sang ou autre pour vérifier si la maladie est bien partie. Un bon coup de stress…car l’histoire a duré 4 mois…et quand on connait les conséquences ou les risques…mais les balades ont repris! Voir de beaux paysages fait un peu oublier cet épisode.

  17. Merci François pour c’est article je vais mettre une petite pierre a l’ édifice car j ‘ai eu la maladie de lyme et j’ ai 2 chiens

    POUR ENLEVER LA TIQUE AVEC LE TIRE TIQUE IL FAUT METTRE le tire tique PUIS TOURNEE EN TIRANT DANS LE SENS INVERSE D UNE AIGUILLE DE MONTRE.

    Pour ma part cela ma paralisée les mains Pénicéline en intra veineuse pendent 3 semaines et chaques année a la même époque cela revenais et j’ ai eu de la chance car ça durée que 5 ans

    depuis j’ ai la phobie des tiques je vous dis pas l’ angoisse quand il faut que j’ en enléve une

    enfin la vie continue

    • Bonjour Jacques,

      Merci pour le témoignage. Une petite question : pourquoi dans le sens contraire des aiguilles d’une montre ? Ce n’est pas la première fois que j’entends ça, mais je ne vois pas d’explication logique.

      A bientôt,
      François

  18. Bonjour
    j’ai été piquée par une larve lymphe de tique moins d’1mm dans le creux de l’aine après une balade en forêt de Rambouillet.
    Je pensais que c’était un grain de beauté, je l’ai retirée avec la pince à épiler. Je ne savais pas ce que c’était.
    C’était il y a douze ans. Puis j’ai été diagnostiquée polyarthrite rhumatoïde et ce n’est que l’an passé que j’ai trouvé un médecin qui a bien voulu faire le test Western Blot. Il est positif et depuis je prends des antibiotiques, ça va mieux.
    La maladie de Lyme est très invalidante par ses troubles neurologiques. Il est temps de prendre conscience que c’est une épidémie plus importante que le SIDA
    Les tiques sont sur les animaux à sang chaud et comme on a tué tous les renards à cause de la rage les mulots, souris et musaraignes pullulent et la propagent…

  19. Bonjour
    Tout le monde ne prend pas de tiques en rando: personnellement , je n’en prend pas !!! par contre mon épouse en prend ,et je lui enlève à la pince à épiler , je n’y arrive pas avec le tire-tiques !!! et j’ai le coup maintenant ! certaines régions sont plus infectées que d’autres en particulier les Vosges ,la Franche-Comté , la Bourgogne donc attention!

    • Bonjour Jean Pascal, Attention avec la pince à épiler, vous appuyez sur l’abdomen de la tique et elle régurgite toutes ses bactéries dans le corps de votre épouse… pour utiliser un crochet il est plus facile de bien écarter et appyer sur la peau à deux trois cms de la bestiole, poser le côte pied de biche bien fort sur la peau et le faire glisser vers la tique en la choppant par le côté ( les tiques sont plutôt plates) dont en rentrant les pattes en premier en rentrant bien au fond, la tique est bloquée et là, vous pouvez tourner (dans n’importe quel sens) en levant progressivement.. ça vient tout seul…
      Pour plus d’informations: http://www.lympact.fr/documents/Plaquette-LYM%27P.A.C.T..pdf

  20. Je n’y connais rien, mais ce que je sais, c’est qu’une de mes connaissances avait été diagnostiquée « sclérose en plaque » et devait entamer un traitement hyper lourd…et déjà invalidant dès la première piqûre.
    heureusement, elle s’était renseignée car elle ne se résignait pas à subir ce traitement « de choc » et en fait elle souffrait de la maladie de lyme. Donc, vigilance quant au diagnostic rapides de certains toubibs…

  21. Bonjour François,

    Je viens de recevoir le lien de votre article par l’intermédiaire de France Lyme. Je vais le diffuser autour de moi car il est clair et bien écrit. Merci à vous.

    J’ai lu quelques commentaires où chacun raconte un peu son expérience avec ses préconisations. Personnellement, j’ai arrêté de lire tout ce que je pouvais trouver sur le net, les forums et en librairie, car je m’y perds et je panique, c’est épuisant. Je ne souhaite pas me focaliser sur cette maladie qui a pourtant bouleversé ma vie. J’ai la chance d’avoir trouvé un médecin très expérimenté sur le sujet, je suis régulièrement les infos de LSF et de France Lyme, je me rends aussi aux colloques à Paris et Strasbourg. Et depuis que je m’en tiens là, je suis beaucoup moins stressée et je pense à autre chose.

    Il est nécessaire de diffuser de l’info comme vous le faites, et vous le faites bien, de manière objective, sans tomber dans le travers de donner la petite recette de cuisine miracle, cette maladie est bien trop complexe et les traitements encore au stade expérimental. Ce qui est efficace pour quelqu’un ne l’est pas forcément pour un autre. Comme vous le dites, un rappel des moyens de prévention et de la conduite à tenir en cas de morsure de tique me semble être le plus important à retenir.

    Merci encore pour votre article que je vais pouvoir diffuser largement (je n’ai pas encore trouvé l’énergie d’écrire le mien pour mes collègues bergers particulièrement exposés au problème).

    Cordialement,
    cécile

  22. Merci beaucoup pour cet article très intéressant et très utile. C’est vrai qu’on ne pense pas assez à ces petites bêtes qui peuvent causer des dégâts si on y prête pas suffisamment attention… Depuis 25 ans que je vais de la randonnée à la journée, je n’en ai jamais eu. Par contre mon fils en a eu une fois lorsqu’il était petit : ce n’était pas en randonnée, mais lors d’une sortie scolaire dans un parc !!! A l’époque on avait retiré la tique avec une pince à épiler… J’avoue que jusqu’à aujourd’hui, je ne savais pas qu’il existait une pince spécifique. Je vais noter cela pour ma trousse à pharmacie. Alors encore merci pour cette info très précieuse !

  23. Bonjour François,

    tout d’abord merci pour cette article très clair et précis!
    Je savais déjà beaucoup de chose sur les tiques, et donc pour ma première rando de cet été dans le parc des Ecrins j’avais mes tires-tiques! 🙂

    Sauf qu’une de ces saloperies a mordu ma copine! Elle était vraiment toute petite la bestiole et impossible de l’enlever avec le tire-tique (le plus petit existant pourtant!). J’ai donc utiliser la pince à épiler et tant bien que mal j’ai réussi à l’extirper de là! Après surveillance pendant un certain il n’y a pas eu de symptômes!

    Mais je voulais savoir, quand la tique est vraiment minuscule as-tu une technique pour l’enlever facilement avec le tire-tique?

    Merci!

  24. Bonjour,
    Nous avons consacré de très nombreux articles sur ce sujet ces 5 dernières années mais attention, les autorités françaises n’aiment pas qu’on les critique !

    ‎L’heure est grave ! A la TL2B, nous avons appris la nouvelle condamnation de ceux qui dénonce l’insuffisance française en matière de détection et soin de la Maladie de Lyme véhiculée par les morsures de Tiques ! Sans préjuger du volet médical de l’affaire, force serait de reconnaître que la France est très à la traîne sur ce sujet. Souhaitons que cela ne devienne pas un nouveau scandale de santé publique ! 

    ‎http://latribunelibredebleau.blogspot.fr/2014/11/maladie-de-lyme-les-autorites-medicales.html

  25. Bonjour,

    petits conseils en vrac supplémentaires :
    – bien sur vérification régulière pendant la rando… + avant de remonter dans la voiture + au retour avant de se déshabiller…
    – j’utilise en répulsif naturel de l’huile de neem (margosa) , j’achète des pipettes « bio » répulsif de 3ml pour chien que je dilue dans de l’huile d’olive (2 pipettes pour environ 10 cl d’huile olive bio) (on en profites pour rajouter quelques gouttes d’huile essentielle de citronnelle de Java + lavande 20 g de chaque)… application avant la rando… et entre temps si baignade… ce répulsif peut se mettre dans une petite bouteille vide d’huile essentielle et hop en permanence dans le sac…
    – si piqure : retrait à la pince tique « rotative » + application d’une goute d’huile essentielle de clou de girofle (à répéter) (ça marche super bien également pour calmer les piqures insectes type moustique…)
    – enfin on espère que le système médicale Français se révélera enfin pour toutes ses pathologies orphelines qui ne le sont plus du tout… en France, la borréliose toucherait quelques millions de gens à différent niveau de gravité sans qu’il ne le sache (symptômes trop divers et variés…)

    Bon rando les malins…
    A++
    phil

  26. Je n’ai peut-être pas assez cherché sur le site mais je n’ai pas trouvé en tous cas ce qu’est la pince tiques rotative ??? merci si l’on peut m’éclairer et me dire où me la procurer.
    Par ailleurs, voici pour tous ceux que cela intéresse un lien permettant conduisant à une carte mise à jour par SANOFI ‘je ne fais pas de pub) pour savoir si en Europe, là ou on envisage de se rendre il y a des tiques en abondance ou non :
    http://www.fleatickrisk.com/FR/Pages/Maps.aspx

  27. Bonjour,
    Remarquable cet article ++++
    Médecin spécialiste et randonneur je connais bien par la spécialité que j’exerce la maladie de Lyme (borréliose) qui sévit tout particulièrement en France notamment dans l’Est où d’ailleurs les randonneurs sont prévenus par des panneaux et auxquels il est vivement conseillé d’éviter d’exposer les parties découvertes quand on fait de la randonnée (Vosges et Alsace).

  28. Bonsoir me suis promenée en campagne un dimanche et me suis aperçu le vendredi en me coiffant j’ai accroché quelque chose au niveau de mon cuir chevelu verdict un tique la pharmacie me la retiré avec un tir tique et mon médecin m’a mise sous antibiotiques le mercredi je me réveille avec des ganglions sur une large partie du cou je retourne voir mon médecin traitant qui me dit de continuer 5 jours de plus les antibiotiques pensez vous que j’ai contracté la maladie de lyme suis inquiète mon médecin dit que c’est pas la peine de faire la prise de sang et mon entourage me conseille d’aller aux urgences qu’en pensez vous merci

    • Bonjour Corinne,

      Si vous avez des doutes sur ce que vous dit votre médecin, je vous conseille d’aller voir un autre médecin.

      Je tiens à ajouter que les morsures de tiques s’infectent facilement et que des ganglions peuvent apparaître pour cette raison, sans qu’il n’y ait nécessairement de maladie de Lyme.

      Bonne journée,
      François

  29. Bonjour,

    On va essayer de ne pas devenir parano 😉
    Mais l’article est très bien fait. Merci pour les conseils.
    Dans ma famille on a tendance à arracher la tiques (mais délicatement) avec un mouchoir. Je crois que l’investissement dans un tir-tiques s’impose !

  30. Bonsoir
    Ayant vu cet article je ne trouve plus le sommeil il fait 1h 35 du matin. J’ai lu tous les commentaires un par un. Je ne connais pas ces bestioles j’en ai jamais vu mais c’est effrayant. Surtt qu’aujourd’hui ma fille de 13 mois s’est assise par terre sur le gazon de mon jardin 5secondes et suis partie vite la prendre. Le gazon est bien taillé certes. Juste après je la promenais et la voisine est sortie promener son chien dans le bois. Le chien a couru vers moi et je l’ai caressé le poil une fois ou deux. (je pense que je deviens paranoïaque). Dites moi comme j’ai caressé le chien ya pas de problèmes ?? Aussi on habite dans un petit village en Midi-Pyrénées. Y’a t’il un grand risque dans la zone car la nounou des enfants a un grand jardin et tt un champ qui l’entoure avec des hautes herbes et elle se promène fréquemment avec les gosses dans le bois. Là j’ai des démangeaisons partout rien que d’y penser
    Svp rassurez moi.

    Merci

  31. Bonjour, j’ai un chat blanc qui sort et ramène des tiques qui circulent sur son pelage avant de s’accrocher ! je les enlève bien sùr .
    Y a t’il un répulsif à répandre sur le pelage ?? et est-ce que ça fonctionne ??
    D’autre part, pour les pipettes, certaines marques ne fonctionnent plus du tout !
    Amicalement .

    • Bonjour Martine,

      Oui il existe des répulsifs pour les animaux domestiques et ça fonctionne plutôt bien normalement.

      A bientôt,
      François

  32. Merci pour cet article plus qu’intéressant, quoiqu’un peu flippant.
    J’espère que nous ne serons pas confronter à ce type de problème lors de notre prochaine rando.

    Corinne

  33. Bon jours hier soir j’ai été piqué par quelque-chose sur le haut du pieds et me suis assez vite gratté aujourd’hui j’ai une belle plaque rouge de 1cm qui fait limite mal et un micro point noir en sont centre … Ce pourrait il que j’ai été piqué par un tique que j’ai arraché en grattant ? Le tique laisse il un trou au centre de la piqure ou un infime point noir ? Est il dur a enlever ou sont arrachage peut il passer inapercu ? Sauriez vous me dire a quoi ressemble une piqure de tique ..sans tique.

    Sans tomber dans la parano je m’inquiète un peut car je suis a la frontière belge en lorraine et connais de nombreuses personne atteinte par la maladie que c saleté propage …

    • Une piqure de tique sans tique, ça ressemble à beaucoup d’autres piqures/épines et autres, donc je ne peux pas vraiment vous dire.

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)