Avr 272017
 

Dès que l’on s’intéresse à un itinéraire de randonnée, on est amené à « rencontrer » des profils altimétriques ou à en tracer un soi-même – souvent par l’intermédiaire d’un logiciel. C’est quelque chose qu’il est indispensable de maîtriser, notamment pour estimer la difficulté d’un parcours et le temps qu’il nous faudra pour le suivre (mais pas uniquement).

Je vous explique tout cela en vidéo – à l’aide de dessins (dont la beauté est très subjective). 😉

En complément de cette vidéo, je vous invite à lire l’article suivant qui reprend tous les points principaux pour bien comprendre le fonctionnement des profils altimétriques.

Les profils altimétriques : décryptage

Qu’est-ce qu’un profil altimétrique ?

Le profil altimétrique est un outil graphique permettant de déterminer l’altitude pour un point précis ou une suite de points. Autrement dit, il s’agit d’une courbe construite sur deux axes :

  • la distance est indiquée en abscisse (axe horizontal) ;
  • l’altitude est représentée en ordonnée (axe vertical).

La distance est généralement indiquée en kilomètres, tandis que l’altitude est donnée en mètres.

Un exemple de profil altimétrique

Exemple rapide de profil altimétrique

À la jonction des deux axes, nous avons notre point zéro. Il s’agit tout simplement du point de départ de la randonnée (le kilomètre zéro). À noter que pour l’altitude en revanche, on commence rarement à zéro à moins que le point de départ de la randonnée ne soit situé au niveau de la mer.

Comment le lire ?

Dans l’exemple de profil altimétrique que je donne dans la vidéo, on peut voir que l’itinéraire s’étend sur 20 kilomètres. L’altitude de départ sera de 500 mètres, il s’agit également du point le plus bas de l’itinéraire. Grâce au tracé de la courbe, on sait aussi que le point culminant se situe à environ 1 300 mètres au 11ème kilomètre.

Précision importante : comme mentionné précédemment, les altitudes sont données en mètres, tandis que les distances sont indiquées en kilomètres. Cela crée un effet d’exagération d’échelles. Il faut donc garder à l’esprit que sur le profil altimétrique 1 kilomètre pourra faire par exemple 0,5 centimètre en abscisse mais 2 centimètres en ordonnée. Cela permet notamment de ne pas avoir un graphique visuellement « écrasé » et donc de mieux se représenter les variations d’altitude.

Avec tout ça, le profil altimétrique permet donc de récolter de précieuses informations sur itinéraire. C’est un élément important dans la préparation de vos randonnées.

À quoi servent les profils altimétriques en randonnée ?

1. Se familiariser avec la topographie de l’itinéraire

Pour les randonneurs, le profil altimétrique est ce qui va permettre de connaître le profil d’un itinéraire en déterminant les parties montantes, descendantes ou plates. Non seulement vous pourrez savoir quand vous aller monter ou descendre, mais vous saurez aussi si la pente est plutôt douce ou raide et sur combien de mètres / kilomètres elle s’étend.

2. Déterminer la difficulté d’une randonnée

Il s’agit donc d’un super outil pour déterminer le niveau de difficulté d’un itinéraire. En effet, vous pourrez savoir, avant même de commencer à marcher, toutes les montées qui vous attendent et gérer votre effort en conséquence. Rien ne sert de tout donner dans la première côte si une deuxième beaucoup plus difficile vous attend 2 kilomètres plus loin…

3. Savoir combien de temps de marche va demander l’itinéraire

Grâce au profil altimétrique, vous pouvez aussi déterminer les dénivelés cumulés. Par ailleurs, si le concept de dénivelé est un peu flou pour vous, je vous invite à lire cet article qui devrait vous permettre d’y voir un peu plus clair. Lorsque l’on connaît les différents dénivelés et les distances, il est tout de suite plus facile de savoir combien de temps va nous prendre le parcours en question. Cela suppose bien entendu de connaître ses différentes vitesses de marche. Si vous ne savez pas comment les déterminer, voici un autre article qui vous aidera : comment estimer votre vitesse moyenne de marche en randonnée ?

4. Aider à l’orientation

Dernière utilité du profil altimétrique (et non des moindres) : l’orientation. Si vous savez très précisément à quel moment de la randonnée vous devez monter ou descendre, cela vous permet de vous orienter plus facilement. Si les variations d’altitude que vous rencontrez sur le terrain ne correspondent pas à ce que vous indique le profil altimétrique, c’est certainement que vous avez fait une petite erreur d’orientation. En recoupant les données de la courbe d’altitude avec vos observations, vous pouvez plus facilement corriger le tir en cas de besoin.

Où trouver les profils altimétriques de mes randonnées ?

Les versions « toute faites »

Vous pouvez trouver les profils altimétriques de vos itinéraires de randonnées :

  • dans des logiciels de randonnée ;
  • dans des GPS ;
  • sur des sites d’itinéraires ;
  • ou encore dans des guides papier de randonnées.

Méthodes pour créer un profil altimétrique

Parfois, vous ne pourrez pas trouver le profil altimétrique de votre itinéraire. Dans ce cas, ce sera à vous de le créer. Cela arrive notamment si le parcours est peu connu / peu fréquenté, ou si c’est un itinéraire créé par vos soins.

Il existe différentes méthodes pour créer un profil altimétrique. Vous pouvez soit utiliser une carte topographique, soit utiliser un logiciel comme OpenRunner.

Avec une carte topographique

  1. Sur votre carte, repérez le sentier que vous voulez emprunter et prenez l’altitude du point de départ en vous aidant des courbes de niveau.
  2. Reportez ce point de départ sur votre profil altimétrique (le kilomètre zéro).
  3. Choisissez un deuxième point sur votre itinéraire. Mesurez la distance qui le sépare du point de départ et reportez cette distance sur le graphique. Regardez l’altitude de ce deuxième point et reportez-la également sur le graphique.
  4. Tracez la courbe entre le point de départ et le point 2. Faites la même chose entre le point 2 et le point 3, le point 3 et le point 4, etc.
Créer un profil altimétrique

Comment créer un profil altimétrique

Avec un logiciel

Pour obtenir un profil altimétrique à partir d’un logiciel comme OpenRunner, c’est très simple. Il vous suffit de tracer votre parcours point par point sur l’application. Lorsque c’est fait, il ne vous reste qu’à cliquer sur l’icône qui vous permet d’obtenir le profil altimétrique et le logiciel le génère pour vous. Vous pouvez ensuite l’imprimer et / ou le télécharger.

OpenRunner vous permet d’obtenir des profils altimétriques très détaillés. En plus de la distance et de l’altitude, il vous donne les différentes pentes grâce à un code couleur. Plus la couleur est foncée, plus la pente sera raide. De plus, le logiciel calcule automatiquement le dénivelé positif cumulé ainsi que le dénivelé négatif cumulé. Enfin, il vous donne l’altitude mini et l’altitude maxi de votre parcours.

Profil altimétrique Openrunner

Profil altimétrique généré sur OpenRunner

Lorsque vous créez votre tracé sur le logiciel, vous pouvez aussi déplacer votre curseur sur le profil altimétrique et voir à quel endroit cela correspond sur le parcours.

Petite astuce pour finir : ajouter des informations aux profils altimétriques

Lorsque vous avez votre profil altimétrique, il est tout à fait possible d’y ajouter des informations complémentaires. Si par exemple vous savez que sur votre itinéraire il y a un point d’intérêt comme une bergerie au 12ème kilomètre, vous pouvez le noter sur votre courbe et ainsi obtenir l’altitude de la bergerie.

C’est aussi un très bon moyen de jalonner votre parcours avec des points de repère qui vous aideront pour l’orientation.

J’espère que cette vidéo explicative et ce petit article vous auront aidé à comprendre et à vous servir des profils altimétriques pour vos randonnées. N’hésitez pas à indiquer dans les commentaires si vous avez l’habitude de les utiliser ou non pour préparer vos randonnées.

  5 commentaires à “[Vidéo] Comprendre les profils altimétriques”

Commentaires (5)
  1. Bonjour
    Je saisis bien la notion de dénivellé positif / négatif, mais la question que je me pose est celle du pourcentage de la pente. Je fais un peu de course à pieds, et les organisateurs indiquent bien le D+ ou D-. Mais qu’en est il de la pente ? Car le D+ entre 2 points sera différemment encaissé par le corps si la distance entre ces deux points est longue ou courte. Et ça (le %) , c’est rarement indiqué… pouvez-vous m’en dire plus sur le pourcentage pour aborder les courses nature dans d’autres disposition? Merci de votre réponse François. Cordialement, Julie

    • Bonjour Julie,

      Le pourcentage d’une pente se calcule de la manière suivante = (dénivelé x 100) / distance

      Pour ce qui est de l’effort physique, c’est assez variable en fonction des personnes. Certains sont plus rapides (pour un même dénivelé) sur des pentes raides et que sur des pentes faibles et pour d’autres c’est le contraire.

      A bientôt,
      François

  2. Toujours des explications très clairesMerci françois!

  3. Bonjour François,

    Merci pour cette vidéo très claire, et de façon générale pour ton site !!!

    De mon côté j’utilise déjà les profils pour mes rando.
    Je pars souvent avec des groupes d’ amis et je prépare ces profils au préalable. La question récurrente : ça va monter raide ? Et la descente, on va avoir mal aux genoux ? Etc…..
    Avec les exagérations d’ échelle dont tu parles, le profil ne donne pas une bonne idée de la pente réelle, ce dont parle Julie plus haut. Du coup la pente peut paraître très raide alors que non.
    Je calcul le % donc.
    Ma question : De façon générale pour un marcheur moyen+, sais tu quelles fourchettes de % correspondent à des pentes faciles/moyennes/difficiles ?
    Ou bien as tu une autre méthode d’évaluation ?

    Merci
    Philippe

    • Bonjour Philippe,

      Ça dépend de la nature du terrain, mais en gros à 5% tu as une montée raide et à partir de 15% c’est raide.

      Sur Openrunner, tu as un code couleur pratique pour repérer cela.

      A bientôt,
      François

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)

Partagez
Tweetez
Email