Mar 272014
 

Vêtements en laine mérinos - une histoire de mode ?Si comme moi, vous avez des souvenirs de pulls en laine qui démangent terriblement, vous pouvez vous imaginer ma réaction la première fois que j’ai découvert qu’il existait des tee-shirts en laine faits pour les activités de plein air. Des tee-shirts qui se mettent directement au contact de la peau ! J’en ai grimacé… Et heureusement, à ce moment-là, je ne savais pas encore qu’il existait des slips et culottes en laine. 😉

Ma curiosité a quand même été attisée, je me suis renseigné et j’ai appris que le type de laine utilisé dans ces vêtements était un type différent, la laine mérinos – qui ne démange pas. C’était il y a plusieurs années en Nouvelle-Zélande, une des régions du monde où l’on trouve ce type de moutons. A ce moment-là, les gens parlaient d’ailleurs d’Icebreaker pour désigner ce type de vêtements, car c’est la marque pionnière des vêtements en laine mérinos pour les activités de plein air.

Pendant longtemps, les fibres synthétiques ont dominé le marché des vêtements « outdoor », la laine étant considérée comme de l’histoire ancienne, mais depuis quelques temps on voit de plus en plus de marques en proposer. On trouve même maintenant des vêtements en laine mérinos dans les magasins de grande distribution.

Est-ce simplement un effet de mode, ou est-ce que la laine mérinos a quelque chose de vraiment intéressant à offrir pour les vêtements de randonnée et d’activités de plein air ?

Qu’est-ce que la laine mérinos ?

La laine mérinos est une laine qui provient de moutons de la race mérinos. C’est une race de moutons ancienne qui est originaire d’Espagne. Ce sont des moutons qui sont bien adaptés à des conditions climatiques difficiles et notamment au froid, grâce à leur laine d’hiver qui est très isolante. L’été, ils ont une laine qui est plus légère et respirante pour les isoler du chaud et rester « au frais ».

C’est ce système de couches chez le mouton mérinos qui a inspiré la marque néo-zélandaise Icebreaker (puis d’autres) pour le développement de la même chose pour les humains :

  • Des vêtements « première couche » (voir l’article sur le système des 3 couches) que l’on met directement au contact de la peau pour bénéficier de l’évacuation de la transpiration et de la régulation thermique.
  • Des vêtements « deuxième couche » qui s’enfilent par-dessus la première couche pour isoler du froid.

Quelles sont les différences entre la laine mérinos et la laine « classique » ?

Fibres de laine mérinosComme je l’ai mentionné au début de l’article, les vêtements fabriqués en laine mérinos ne démangent pas au contact de la peau, car les fibres de la laine mérinos sont plus fines que celles de la laine « classique ».

Les vêtements en laine « classique » sont « chauds », mais si vous avez déjà porté un gros pull en laine, vous avez pu vous rendre compte que c’est lourd, encombrant et que ça sèche très lentement. Autrement dit, c’est loin d’être idéal pour la randonnée et les activités d’extérieur.

La bonne nouvelle, c’est que la laine mérinos a les avantages de la laine « classique » sans en avoir les inconvénients. Les vêtements en laine mérinos sont beaucoup plus légers (à isolation égale), moins encombrants et sèchent beaucoup plus rapidement.

En plus, l’entretien des vêtements en laine mérinos est généralement facile, le lavage peut se faire en machine et il n’est pas nécessaire d’utiliser de produits spéciaux.

Note : Vérifiez quand même ce qui est indiqué sur les étiquettes, je décline toute responsabilité si vous vous retrouvez avec un tee-shirt qui vous arrive au nombril. 😉

Nous venons de voir quelques avantages de la laine mérinos, mais ce n’est pas tout, il y en a d’autres !

Les avantages des vêtements en laine mérinos

  • Bonne évacuation de la transpiration – ce qui évite la sensation de froid quand la transpiration reste au contact de la peau.
  • Séchage assez rapide – ce qui évite aux vêtements de rester mouillés, avec la sensation de froid qui va avec.
  • Bon rapport isolation/poids. Isolent bien du froid tout en étant légers.
  • Isolent du froid même mouillés – ce qui est important pour ne pas se transformer en glaçon si jamais on se retrouve avec des vêtements mouillés.
  • Bonne régulation du confort thermique – « réchauffent » par temps froid et « rafraichissent » par temps chaud.
  • Les odeurs ne se développent pas facilement – car la laine est naturellement antibactérienne.
    Bien évidemment ce n’est pas efficace à 100%, après plusieurs jours avec les mêmes vêtements, quelques odeurs sont bien présentes (un de mes amis a même dit qu’il « sentait la chèvre » – étonnant ;-)). Mais rien à voir avec le synthétique (surtout sans traitement antibactérien). Et pour rentrer dans des détails peu hygiéniques, les odeurs restent beaucoup plus agréables que celles développées dans des vêtements en synthétique.
  • Fibre naturelle.
  • Ne démangent pas.
  • Moins inflammables que des vêtements fabriqués avec d’autres matériaux.

Et oui, rien que ça ! Mais comme rien n’est parfait, voici les quelques inconvénients qui vont avec.

Les inconvénients des vêtements en laine mérinos

  • Séchage moyennement rapide (par rapport à des vêtements fabriqués avec d’autres matériaux).
  • Assez chers.
  • Moyennement résistants à l’abrasion – surtout une fois la laine mouillée.
  • Les mites en raffolent ! 😉

Nous allons tout de suite voir, que ces inconvénients en sont surtout en comparaison avec les fibres synthétiques.

Comparaison avec les fibres synthétiques

Pour les vêtements d’activités de plein air, la laine est en compétition directe avec les fibres synthétiques. La laine était autrefois privilégiée dans les années 70, le synthétique a ensuite pris le dessus, et maintenant la laine fait son « come-back » dans sa « version » mérinos. Alors, y a-t-il un matériau qui est vraiment mieux que l’autre ?

Autant vous dire qu’aucun des deux matériaux n’est parfait, chacun a des avantages et des inconvénients. Nous allons donc comparer ces deux matériaux, car il y a des chances qu’à un moment vous ayez à faire le choix entre laine mérinos et synthétique.

Note : Si jamais vous vous demandez pourquoi le coton ne fait pas partie de la compétition, je vous invite à lire cet article : « le coton tue en randonnée ».

  • La laine mérinos sèche un peu moins rapidement que les fibres synthétiques.
  • Un vêtement en laine mérinos isole généralement mieux du froid qu’un vêtement en synthétique de la même densité.
  • Une fois un vêtement mouillé, la laine mérinos perd un peu moins ses qualités d’isolant que les fibres synthétiques.
  • La laine mérinos est moins résistante que le synthétique (surtout une fois mouillée).
  • Les vêtements en laine mérinos sont généralement plus chers que les vêtements en synthétique (pour un vêtement équivalent).
  • Les vêtements en laine mérinos sont un peu moins faciles d’entretien que les vêtements en fibres synthétiques.
  • La laine mérinos limite beaucoup mieux le développement des odeurs que les fibres synthétiques (sans traitement antibactérien) et la laine est naturellement antibactérienne.
  • La laine mérinos est constituée de fibres naturelles contrairement aux fibres synthétiques.
  • Les vêtements en laine mérinos sont souvent un peu plus confortables et agréables à porter au contact de la peau que les vêtements en synthétique – même si certains vêtements en synthétique sont maintenant très confortables.
  • La laine mérinos offre une régulation thermique un peu supérieure aux fibres synthétiques.
  • La laine mérinos évacue un peu mieux la transpiration que les fibres synthétiques – car les fibres de laine participent à l’évacuation de la transpiration, pas seulement les petits trous entre les fibres comme c’est le cas avec le synthétique. Ce point est le dernier car tout le monde n’est pas d’accord là-dessus – et c’est difficile à tester précisément et objectivement.

Vous pouvez voir qu’il n’y a pas de gagnant mais j’espère que grâce à cette comparaison vous allez pouvoir choisir plus facilement entre l’un ou l’autre en fonction de vos besoins.

Mélanges laine mérinos/synthétique

Pour essayer de prendre le meilleur des deux matériaux, certains fabricants mélangent les deux. On trouve par exemple des mélanges de laine mérinos et d’élasthanne, pour donner un peu plus d’élasticité à un vêtement qui se porte près du corps et pour le rendre plus confortable.

Parfois, les fibres synthétiques sont utilisées en plus de la laine mérinos pour rendre un vêtement plus résistant.

Les mélanges sont aussi utilisés dans les softshells (sorte de polaire coupe-vent, déperlante, mais pas imperméable) où la doublure (le tissu intérieur) est en laine mérinos pour l’isolation et l’extérieur en fibres synthétiques pour les propriétés coupe-vent et déperlante.

Les types de vêtements en laine mérinos

Il existe une panoplie de vêtements en laine mérinos, vous pouvez presque vous couvrir de laine de la tête aux pieds (il ne vous restera plus qu’à bêler). 😉 Laine mérinos

On trouve par exemple des sous-vêtements, des collants, des tee-shirts, des pulls, des vestes, des gants, des bonnets, des écharpes, des chaussettes, etc.

Grammage et densité

Il existe différents grammages (ou densités) pour certains vêtements, notamment les premières et deuxièmes couches (sous-vêtements techniques, vestes et pulls).

La densité s’exprime en grammes par mètre carré (g/m²) et plus elle est grande, plus le vêtement est dense et donc isolant. Les densités sont généralement comprises entre 100 et 300 g/m². A vous de choisir cette densité en fonction des conditions climatiques et des autres vêtements que vous utilisez.

Des différences de qualité

Toutes les laines mérinos ne sont pas équivalentes, certaines sont de meilleure qualité que d’autres et par conséquent certains vêtements sont de meilleure qualité que d’autres. La qualité dépend des choix que font les marques : origine des moutons, éleveurs, région d’élevage, etc. Soyez donc conscient de cela si jamais vous vous procurez des vêtements en laine mérinos.

Il faut également considérer les conditions d’élevage des moutons. Il semblerait que certaines pratiques soient assez cruelles envers les animaux. Certaines marques jouent la transparence en indiquant clairement d’où provient la laine et quelles sont les conditions d’élevage des moutons mérinos, mais d’autres marques sont peu voire pas transparentes.

Le mot de la fin…

La laine mérinos est donc bien une histoire de mode, mais à juste titre, car elle se défend très bien contre son « concurrent » direct, le synthétique.

J’espère vraiment que cet article vous a éclairé sur les avantages et inconvénients des vêtements en laine mérinos. Si vous pensez qu’il pourrait être utile à vos amis randonneurs ou pratiquants d’activités de plein air, n’hésitez pas à le partager.

Cet article vous a plu ?
Si c'est le cas, rejoignez plus de 80000 personnes qui reçoivent la newsletter et recevez gratuitement le guide "Comment bien choisir ses chaussures de randonnée" et la liste du matériel à emporter en randonnée. Entrez simplement votre prénom et votre adresse email ci-dessous :

  42 commentaires à “Vêtements en laine mérinos : une histoire de mode ?”

Commentaires (37) Pingbacks (5)
  1. Bonjour,merci a toi pour cet article,juste pour preciser un peu plus sur la qualite du Merinos,evtez la marque Artica,pas cher mais de tres mauvaise qualite (je me suis fais avoir en voulant trouver le moins cher). Il faut savoir aussi que dans les grandes enseignes,la laine n’est pas pris au meme endroit sur le mouton,laine de moins bonne qualite = moins chere. Une marque autre que icebreaker dans la meme qualite, Woolpower, et pour cette marque il existe du merinos en 400, il existe meme du 600 sur certain site de surplus militaire mais la,je connais pas la marque. Voila,voilu un peu de renseignement en plus sur cette laine. Et merci a Randonnee malin.

  2. depuis deux ans je ne porte que des sous vetements en laine mérinos.Je suis si bien dedans que je n’arrive pas à user mes anciens tee-shirts en synthétique.Je porte ces vsous vetements en mérinos toute l’année en hiver parcequ’il fait froid et qu’ils sont plus chauds que tout autre textile, au printemps car je ne ressens pas les écarts de température et meme l’été car ils évacuent la transpiration et il faut beaucoup transpirer pour qu’ils prennent un peu d’odeur et encore celà reste toujours suportable. Cependant je choisis des qualités différentes en fonction de la saison.Ces vetements me servent en toute occasion et pas seulement pour le sport ou la rando.
    Jusqu’à présent je n’étais pas attentive à leurs origines…ce je ne manquerai pas de faire dorénavant car je suis sensible à la souffrance animale.

  3. Pour ma part, j’utilise le synthétique et le mérinos en fonction de mes activités.

    Dans les activités régulières (vélos, ballade, etc) à la journée, j’utilise le synthétique car plus solide (moins de préoccupation du matériel), moins couteux. L’été, il m’arrive fréquemment d’utiliser tout de même des chaussettes mérinos, car dans mon cas, elles régulent mieux la chaleur (même comparées aux chaussettes haut de gamme type « xsocks run performance »)

    Je privilégie le mérinos pour les activités sur plusieurs jours en première couche (essentiellement en tshirt manche longue ou courte en fonction des besoins). Rien que la gestion des odeurs, c’est le jour et la nuit ! Point intéressant quand on part en rando sur plusieurs jours voir plusieurs semaines.
    Tshirt, chaussettes mérinos et éventuellement un bas en mérinos s’il fait froid. Un jeu pour le jour, un autre plus épais pour la nuit qui reste au sec.

    Je n’ai jamais utilisé de mérinos en deuxième couche mais le ration poids/chaleur est moins intéressant dans ce cas. Je reste sur des polaires et/ou doudoune synthétique pour les phases d’activités.

  4. J’ai une préférence très marquée pour Smartwool. Leur résistance est bien plus grande que icebriker mais je confirme l’amour des mites pour ce matériau. J’ai du emplir mes armoires d’antimites…….
    Mais une fois qu’on a goûté à ce confort on a du mal à s’en passer

  5. Bonsoir,

    Quelle est la différence de poids par rapport à un vêtement identique en fibres synthétiques ?

    • Bonjour Florence,

      Un vêtement identique aurait la même densité et il n’y aurait pas vraiment de différence de poids.

      Mais si par identique tu veux dire à isolation égale, un vêtement en mérinos est généralement plus léger dans ce cas.

      A bientôt,
      François

  6. La différence de poids est variable, cela dépend de la densité de chaque fibre… il existe plusieurs grammages de mérinos et de synthétique.

  7. Bonjour,
    nous faisons de la rando mais assez légère. Cet été nous partons pour le parc de la Vanoise et radonnons en étoile avec des dénivellés en moyenne de 700m.
    Donc rien à voir avec vos trek mais j’ai un souci, je suis de corpulence forte et mets la taille 48, voire 50.
    Et bien si ce n’est dans le rayon masculin, je ne trouve rien en synthétique ou mérinos.
    Qq’un a-t-il une bonne adresse avec des vêtements féminins à mataille?
    J’habite le Luxembourg donc des achats via le net m’arrangerait

    • Bonjour,

      Ca peut se trouver sur internet. Je viens de regarder sur Décathlon et Au Vieux Campeur et il y a des grandes tailles.

      A bientôt,
      François

  8. bonjour
    essayer deux foi marque décathlon , l’un as fait un mois , l’autre 8 jours très déçus
    kenavo
    Marcel

  9. Ma compagne et moi utilisons des tshirt manche courte Décathlon (relativement fin) depuis quelque temps et nous en sommes plutôt satisfait. Nous n’avons pas essayé les modèles manches longues plus épaisses. … pour ce type de produit, nous avons préféré opter pour la marque woolpower, que nous trouvons très bien. Il faut tout de même garder a l’esprit que le mérinos est un textile plus fragile que le synthétique.

  10. j’ai découvert le Tshirt en laine mérinos cet hiver : testé et adopté sans hésitation ! c’est effectivement un peu cher (j’ai opté pour un Icebreaker) mais l’expérience m’a souvent prouvé que, en randonnée, il ne fallait pas trop hésiter sur la qualité du matériel : sur le long terme, on s’y retrouve largement ! et contre toute attente, ça ne gratte pas (c’était pas grande crainte) !!!!

  11. Utilisateur assidu de merino depuis que j’habite en Nouvelle Zelande (5 ans), quelques infos (utiles, je l’espere!) ci-dessous:
    – Comfort: je trouve le merino beaucoup plus comfortable et doux a l’usage que le synthetique. De plus, fini les mauvaises odeurs du synthetique. Donc chaudement recommende a ce niveau.
    – Chaleur: a poids comparable, je trouve le merino plus chaud que le synthetique, meme mouille.
    – Durabilite: c’est le gros point faible du merino par rapport au synthetique.
    Combinant les criteres ci-dessus, je trouve le merino parfait pour utilisation en premiere couche, a condition que j’utilise une seconde couche de protection par dessus. Pour resumer, si je risque de le salir, de l’accrocher dans des branches, ou d’avoir beaucoup de frottement (e.g. directement avec sac a dos lourd dessus), je prefere aller vers le synthetique. Exception: autour du feu de camp, le merino ne s’enflamme pas comme le synthetique et c’est un gros plus des que l’on fait du feu! En tout autre utilisation (e.g. sous-cuche), le merino est parfait. En expe, j’amene un merino et un synthetique, A noter: le long-john merino (collants) est absoluement genial en hiver et en montagne.

  12. Ne pas oublier que les vêtements synthétiques sont fabriqués/traités avec des produits chimiques pas toujours très bon pour l’environnement et pour la santé… donc si on a le choix… Pour ceux que ça intéresse, je vous conseille la lecture du livre des docteurs Clément : « ces vêtements qui nous tuent »… Au premier abord, c’est un peu affolant mais quand même assez instructif!

  13. Icebreaker est une marque mode du pays, fait à partir de laine du pays ou d’Australie et tricoté en Chine. Je l’ai utilisé en rando en autonomie de 10 à 15 jours en Nouvelle Zélande et en Tasmanie, en essayant aussi les slips. Résultat, compte tenu du climat très changeant, voir venteux de ces contrées, je le trouve très adapté à … l’après rando : sèche trop lentement (mais pas trop froid si humide), trop fragile (branches, lavage à la main), gratte un peu dans mon cas, odeurs cependant moindre (mais pas inexistantes) que la Polartec ou l’Odlo (Décathlon, comme Kathmandu, ne fait que des copies inadaptées). Cependant, je me suis aussi mis aux chaussettes en laine de Mérinos Mountains Designs, qui restent chaudes en cas de pieds mouillés froids (les guêtres ne protègent que jusqu’à un certains point). De retour en Europe, j’utilise opté pour le suédois Ullfrotte ; mes pieds ne supportent pas le synthétique (sauf une légère trame) : donc c’est soit bonne laine, soit bon coton (Bleu Forêt simple tennis). En rando, les chaussettes, c’est aussi importants que les chaussures, donc vaut mieux investir dans la qualité qu’avoir 5 paires pour les prix d’une (qui durera 10 fois moins longtemps …., les ampoules en plus). Sinon, je garde toujours mon vieux pull islandais à grosse mailles (hors de prix maintenant), que j’avais utilisé 1 mois en Islande même : seule laine que je peux porter à même la peau (voir dormir), séchage ultra rapide, chaud même mouillé, protège aussi de la chaleur (effet climatiseur des très bonnes laines), mais il n’y a pas de forêt en Islande et il prend une bonne partie du sac (mais je ne l’enlevais jamais, car il est parfaitement adapté au climat de l’ile).

  14. En 1ère couche l’hiver, je vis une histoire d’amour avec mes sous vêtement en merinos! Le confort, la chaleur qu’ils procurent et l’absence d’odeurs même après plusieurs jours d’utilisation INTENSIVE sont quand même des gros points forts. En particulier quand on part plusieurs jours en refuge je garde le même collant et Tshirts manches longues pour dormir et pour la journée, pas besoin de prendre du rechange, de remettre les mêmes fringues puantes ou de se casser la tête à faire une lessive. Même en oubliant son déo, on garde une odeur correcte! ^^

    • je suis tout à fait d’accord je viens de rentrer de mon périple saint Jean Pied de port Saint Jacques de Compostelle partie le 1 er avril je me suis trouvée devant la Cathédrale de Santiago le 1 er mai j’avais un tshirt en mérinos je n’ai porté que celui là en le lavant de temps en temps bien sur, vraiment super

  15. Par temps froid, j’utilise souvent des pulls en cachemire en 2eme couche (1 ou 2 selon l’isolation souhaitée), sur une sous-couche mérino et sous une veste goretex. Ils ont à peu près les mêmes avantages que le merino: très doux et agréables, légers, respirants et anti-odeur. On en trouve maintenant souvent en promo dans les grandes surfaces, ou pendant les soldes.

  16. Et en t-shirt pour de la rando printemps/été, vous conseilleriez quoi?
    J’avais acheté un Decath cet hiver que j’ai trouvé bien agréable et confortable, et j’ai des Bergans et Icebreaker (mais manche longues). Qui sont assez moulant, et donc, par temps chaud, je préfère des t-shirts amples.
    1/ est-ce que ça existe, du ample pas trop chaud mérinos
    2/ votre avis sur les Patagonia (65% de mérinos)

    Je vais passer 3 jours à grimper fin mai, en mode fast hiking / trail, j’hésite quand même avec des synthétiques qui sechent plus vite même si je préfère le confort mérinos…

    • Bonjour,

      Par rapport à vos questions :

      1) Oui ça existe le ample et pas trop chaud en laine mérinos, c’est par contre un petit peu moins bien quand il fait froid.
      2) Je n’ai jamais testé ces modèles donc ne peux pas vraiment vous dire.

      Bonne journée,
      François

      • Bonjour François et merci pour cet article très détaillé qui m’a permis de trouver toutes les informations que je cherchais d’un seul coup !
        Je souhaitais justement partager avec mes lecteurs mon expérience avec les t-shirt en laine Mérinos pour la pratique de l’escalade, et plutôt que de te paraphraser, je me suis permis de mettre dans mon article un lien vers le tien !
        Je confirme que le Tshirt IceBreaker Merino évacue assez vite la transpiration pour être adapté à une utilisation en escalade au cours de laquelle on alterne les phases de transpiration (escalade) et de refroidissement (assurage), même en version « ample » comme le demandait Laponico.

        Sportivement,
        Fabien

        • Je confirme tout à fait, pour l’escalade (notamment en grandes voies) c’est une super matière. Le problème est par contre la faible résistance à l’abrasion !

  17. Bonjour,

    J’utilise les vêtements en laine de Mérinos et j’en suis très satisfait.
    J’utilise une marque qui a fait ses preuves et que je ne citerais pas.
    Par contre, nous attendons un heureux évènement et je n’ai pas trouvé dans cette marque des vêtements pour les bébés ou les enfants.
    Pouvez vous m’en indiquer une de bonne qualité.

    Bonne journée à vous.

    David

    • Félicitations ! Pour les enfants, Icebreaker a quelques modèles. Par contre, je ne crois pas qu’ils en aient pour les bébés.

      • Bonjour et merci pour ta réponse.
        Par contre je recherche des couvertures en laine mérinos de qualité si vous pouvez me donner des adresses.
        En ce qui me concerne j’ai pratiquement tout tester dans les matériaux et peu à peu mes vêtements qui ne sont pas en mérinos restent dans l’armoire lol.
        J’ai particulièrement été étonné du confort de la laine mérinos.
        Je souffre de la maladie de raynaud et j’ai testé les chaussettes en mérinos d’un grande marque avec les pieds mouillés. Il n’y a aucune comparaison possible avec le synthétique et le mérinos dans cette situation.
        Avec du synthétique je suis gelé par contre avec mes laines de mérinos (600 gr) aucun problème avec les pieds mouillés.
        Et j’ai opté pour ce principe extrémités bien couvertes.
        Alors gants, chaussettes, bonnets avec le plus gros grammage.
        Je vais bientôt acheter du 800 en chaussette.

  18. Bonsoir,

    Mon époux et moi-même avons des vêtements en laine de merinos de la marque Icebreaker que nous utilisons lors de toutes nos randonnées et nous en sommes très satisfaits.

    Bonne continuation

  19. Bonjour,
    en lisant tous ces commentaires je me demande bien pourquoi moi je trouve que tout ce que j’ai acheté en laine mérinos me pique !

    • Tout à fait d’accord avec vous Patricia. Je viens de recevoir le tea-shirt Icebreaker bodyfit 600 (tout de même!), non seulement il me gratte, mais j’ai eu froid, si si, aucune chaleur…je viens donc d’enfiler mon sous-pull coton à 5,5 de Géant Casino, j’ai moins froid! et pendant ce temps, je passe mon icebreaker à la machine et je verrai mais suis extrêmement déçue, vu le prix. Même si le grattage disparaissait après le lavage, il reste…l’absence de chaleur, un comble pour ce type de vêtement non? A lire tous les commentaires sur internet, j’ai l’impression d’être la seule?

  20. Icebreaker bodyfit 260 bien sûr, pas 600, la correction n’est pas passée…

  21. Vous dites: «Séchage assez rapide – ce qui évite aux vêtements de rester mouillés, avec la sensation de froid qui va avec.»
    La laine reste chaude même si elle est mouillée, c’est pour ça que les marins l’utilise. Pas de sensation de froid lorsqu’on porte de la laine. Est-ce que la laine mérino a également cette propriété?

  22. désolé, j’aurais dû finir de lire avant de poster

  23. bonsoir
    tee shirt manches courtes et manches longues en laine merinos de chez decath pas cher et très bien mais pas facile à trouver : à commander en ligne et à retirer en magasin

  24. J’ai acheté un tea-shirt Icebreaker dans ma solderie en doutant un peu… mais dès l’essai j’ai été si conquise que j’ai couru en acheter deux autres et je les ai adopté comme sous-vêtement quotidien à la place de mes fragiles laine-et-soie. Je pratique la marche nordique et petite rando en montagne en toutes saisons deux fois par semaine. J’y transpire ++ mais ne sens rien !
    Depuis deux ans je n’ai pas remarqué la fragilité. Je les lave en douceur.
    Autre avantage : à la mi-saison je puis enlever mon pull même en réunion, et je ne me retrouve en sportive décente !
    En plein été j’en restais pour marcher aux marcels « normaux » de chez Decath. Mais nos forêts étant infestées de tiques, avec deux de mes compagnons nous venons d’attraper la maladie de Lyme et désormais nous essaierons de nous couvrir plus : ce sera dur.

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)