contact@randonner-malin.com
8 rue Victor Laloux, 37000 Tours

Les vêtements de protection solaire sont-ils efficaces pour la randonnée ?

Posté par : François Jourjon 12 octobre 2023 50 commentaires
Randonneur exposé aux UV

Avez-vous remarqué comme il est facile d’attraper un coup de soleil en randonnée ? En effet, nous sommes parfois exposés de manière prolongée aux rayons ultraviolets... Et ces derniers ne sont pas vraiment tendres avec notre peau ! Pour éviter de finir rouge comme une écrevisse 🦞, et surtout pour se prémunir des dangers des UV à plus long terme (vieillissement cutané, mélanomes, etc.) il est essentiel de recourir à une protection adaptée. Des lunettes de soleil à l’écran total, en passant par l’incontournable chapeau : vous avez peut-être déjà la panoplie complète ? Si c’est le cas et que celle-ci vous convient, alors tant mieux ! 😊 Pour les autres, que diriez-vous d’en apprendre plus sur les t-shirts de randonnée anti-UV ? Voyons comment ils peuvent vous protéger et s’ils sont une alternative efficace à la crème solaire.

✏️ Note : je parle principalement des t-shirts dans cet article, car c’est le vêtement anti-UV le plus commun, mais cela s’applique aussi aux pantalons et autres produits textiles.

Les UV et leurs dangers : qu’en disent les spécialistes ?

Les ultraviolets, qu’est-ce que c’est ?

Avant de comprendre comment fonctionnent les vêtements de protection solaire, il est important de savoir contre quoi ils sont censés nous protéger. Leur but est de faire rempart aux rayons ultraviolets, ou UV pour les intimes. Ceux-ci font partie du spectre électromagnétique solaire. En d’autres termes, ce sont des ondes émises par le Soleil et il en existe 3 types : les UVA, UVB et UVC.

Vous n’avez peut-être jamais entendu parler des UVC, car ces derniers (bien que particulièrement nocifs) n’atteignent jamais la surface de la Terre. Ils sont préalablement filtrés par la couche d’ozone. 

En revanche, les deux autres types d’ultraviolets peuvent parvenir jusqu’à nous. 

  • Les UVA : ils franchissent aisément la couche d’ozone et pénètrent dans le derme. Ils sont notamment responsables des « dégâts profonds », du vieillissement cutané, des taches brunes, des rides, etc. 
  • Les UVB : seulement 5 % de ces rayons sont capables de franchir l’atmosphère. Avec leurs ondes plus courtes, ils attaquent principalement l’épiderme (couche superficielle de la peau). Ce sont surtout eux qui provoquent les coups de soleil.

Les risques d’une trop grande exposition au soleil

UVA comme UVB peuvent causer des lésions cutanées et entraîner l’apparition de cancers, et ce, même si vous ne prenez pas de coups de soleil !  C’est pourquoi il est recommandé de s’en protéger. 

En effet, lorsqu’ils atteignent notre peau, ils attaquent les cellules cutanées et endommagent l’ADN contenu dans celles-ci. On observe alors des lésions et une modification des cellules pouvant conduire à un cancer de la peau (carcinome ou mélanome). 

D’après les dernières études, le nombre de cas aurait triplé entre 1990 et 2023 en France. 

« Plus de 80 % des cancers de la peau sont liés à une exposition excessive au soleil, principalement des expositions régulières et intenses pendant l’enfance. »

– Source : Institut National du Cancer

Focus sur l’indice UV

Lorsque vous consultez la météo avant une randonnée, vous avez peut-être déjà remarqué la présence de l’indice UV (IUV). Il s’agit d’une valeur permettant de déterminer le risque que les rayons du soleil présentent pour la santé en cas d’exposition.

Plus l’indice est élevé, plus il est important de se protéger efficacement. Si vous ne savez pas à quoi correspondent les valeurs de l’indice UV, voici un petit récapitulatif : 

🟢 1 à 2 : risque faible, pas de protection nécessaire.

🟡 3 à 5 : risque modéré, une protection moyenne est conseillée (chapeau, lunettes, crème solaire) en cas d’exposition.

🟠 6 à 7 : risque élevé, il convient d’éviter de s’exposer au soleil aux heures les plus chaudes, de se protéger efficacement avec un écran solaire à indice élevé (> SPF30).

🔴 8 à 10 : risque très élevé, protection renforcée requise. Il est conseillé de porter des vêtements longs, de ne pas s’exposer entre 12 h et 16 h (en France métropolitaine), d’appliquer une crème d’un indice supérieur à 50.

🟣 11+ : risque extrême. Toute exposition est dangereuse. 

Données sur l'indice UV

⬆️ Pour celles et ceux qui se poseraient la question, je ne suis pas allé chercher un logiciel bien compliqué pour connaître l’indice UV de la journée. Il s’agit simplement de l’application météo présente de base dans mon smartphone. 

Notez qu’en altitude les rayons UV sont moins absorbés par l’atmosphère. Bien qu’il fasse généralement plus frais qu’en plaine, le soleil y est plus dangereux pour votre peau. D’après des données présentées par le ministère canadien de la Santé, « à une altitude de 2 000 mètres, l’indice UV est de 30 % plus élevé que celui mesuré au niveau de la mer. »  

Il faut aussi savoir que certaines surfaces (neige, sable et eau, notamment) tendent à réfléchir les rayons du soleil, ce qui augmente la valeur de l’IUV.

🔎 À lire aussi : Quels sont les effets de l’altitude en randonnée ?

Les t-shirts de randonnée anti-UV : une protection efficace ?

Textiles anti-UV ou crème solaire

Vous l’aurez compris, lors de vos activités de pleine nature comme la randonnée, une protection efficace contre les UV est indispensable. Ceci est valable même par temps nuageux, puisque les UV passent à travers (plus ou moins en fonction des nuages). Parmi les solutions couramment citées par les spécialistes, on retrouve l’écran solaire et les vêtements anti-UV. 

Faut-il choisir entre l’un et l’autre ? Est-il préférable de combiner les deux ? En fait, il n’y a pas de réponse toute faite à ces questions. Cela dépendra de vos contraintes et préférences.

Avantages et inconvénients de la crème solaire

Faisons un point sur les arguments en faveur de l’écran solaire pour les randonneurs. 

  • Efficace contre les UVA et les UVB.
  • Disponible sous diverses formes (lait fluide, crème, spray, brume, stick solide…) et différents conditionnements, répondant aux préférences de chacun et pouvant être facilement mis dans le sac de randonnée (format voyage, par exemple).
  • Propose différents indices de protection, permettant de choisir un produit adapté à son type de peau.

Toutefois, les crèmes solaires ne sont pas exemptes d’inconvénients.

  • Nécessitent une application régulière pour être efficace, notamment lorsque l’on transpire (ce qui est souvent le cas en randonnée 😅).
  • Peuvent contenir des ingrédients nocifs pour vous, comme des allergènes ou des conservateurs.
  • Niveau de protection pas toujours conforme à l’indice annoncé, en particulier sur les marques peu connues, comme le signale cet article du site de l’UFC Que Choisir.
  • Durée de conservation limitée (6 à 12 mois après ouverture).
  • Peuvent contenir des éléments nocifs pour l’environnement, notamment des filtres chimiques ou des nanoparticules. 

💡 Bon à savoir : les produits solaires peuvent contenir de l’oxybenzone, un filtre extrêmement néfaste pour les récifs coralliens. D’autre part, on peut retrouver dans leur composition des parfums, de l’alcool ou d’autres ingrédients qui peuvent perturber les écosystèmes aquatiques. C’est pourquoi, lors de vos treks, il est recommandé de faire votre toilette à distance des points d’eau, surtout si votre peau est recouverte de crème solaire ou d’autres produits cosmétiques. Je vous en dis plus dans cet article : se laver en randonnée de plusieurs jours : conseils pour rester (relativement) propre.

Avantages et inconvénients des vêtements de protection contre les UV

Voici maintenant les arguments en faveur des textiles anti-UV.

  • Efficaces contre les UVA et les UVB.
  • Ne nécessitent pas de réapplication, conservent leur capacité de protection, même mouillés.
  • Permettent de limiter l’utilisation/la dispersion de produits nocifs pour la santé ou l’environnement.
  • Plus durables que les crèmes solaires, ces vêtements peuvent servir plusieurs années.
  • Généralement légers et respirants.

Malgré tous ces avantages, ces vêtements ont aussi des points faibles.

  • Ne protègent que les zones couvertes. Il faut donc parfois recourir à la crème solaire pour les parties du corps qui restent exposées, comme le visage et le cou.
  • Capacité de protection qui peut diminuer au fil du temps, car le maillage du tissu a tendance à se desserrer (tension sur les fibres, lavage du vêtement…).
  • Prix parfois élevés. 
  • Moins de choix en matière de niveau de protection (UPF40+ à UPF50+).

👉 NB. Vous remarquerez que pour les textiles on utilise l’indice UPF (Ultraviolet Protection Factor), alors que pour la crème solaire c’est le SPF (Sun Protection Factor) que l’on retrouve sur les étiquettes. Cette différence s’explique par les tests réalisés : pour les crèmes solaires on ne teste que les UVB (sauf indication contraire sur le produit), tandis que pour les vêtements on analyse l’efficacité conte les UVA également. En termes de résultats, l’indice SPF donne « le temps » que vous fait gagner la crème solaire avant de ressentir les brûlures des UVB. Par exemple, s’il faudrait 10 minutes à votre peau sans protection pour prendre un coup de soleil, une crème SPF20 multiplie ce temps par 20 – il faudrait donc 200 minutes pour la même brûlure avec un indice SPF20. L’indice UPF, lui, donne le pourcentage de rayons filtrés par le textile. Je reviendrai là-dessus un peu plus loin dans l’article.

Soleil qui perce à travers les nuages en montagne

La conception des vêtements anti-UV pour la randonnée

À ce stade, vous voulez certainement savoir comment sont conçus les t-shirts de protection solaire ? En quoi sont-ils différents des vêtements « classiques » ? Allez, entrons dans la partie un peu technique de cet article !

Le point sur la capacité des textiles à bloquer les UV

Avant toute chose, il faut savoir qu’un textile traditionnel protège de facto contre une partie des rayons du soleil, mais pas toujours d’une manière efficace. Cela dépend entre autres de : 

  • la densité de son maillage ;
  • du type de fibre utilisé ;
  • de la couleur du tissu (les couleurs foncées ayant tendance à mieux protéger des rayons).

Par exemple, un débardeur léger en lin blanc ne pourra pas être considéré comme un vêtement anti-UV, car il laissera passer trop de rayons ultraviolets. Au mieux, il agira comme une crème solaire d’indice faible (<SPF20). Il sera sans doute confortable par une belle journée d’été, mais n’offrira pas la protection suffisante pour s’exposer au soleil pendant vos randonnées.

À l’opposé, un épais t-shirt en coton noir offrira une bien meilleure protection que n’importe quelle crème solaire. En revanche, on a connu plus agréable et respirant pour marcher ! 🥵

En résumé, les vêtements de randonnée « classiques » sont aussi efficaces que des vêtements anti-UV s’ils sont épais et/ou denses et plutôt de couleur sombre (l’effet de la couleur est plutôt secondaire par rapport au maillage et à l’épaisseur). Par contre, des textiles légers au maillage peu dense et clairs ne vous protègeront pas complètement. Ils vous éviteront sans doute les coups de soleil, car les UVB auront du mal à atteindre votre épiderme. Mais en cas d’indice UV élevé, les UVA, eux, pourront traverser le tissu et agresser votre peau.

Les spécificités des tissus techniques de protection solaire

Pour répondre aux contraintes des randonneurs (protection solaire, confort et respirabilité), les fabricants ont donc développé des textiles techniques adaptés

Généralement, ils sont conçus en fibres synthétiques comme le polyamide, le polyester et l’élasthanne, parfois mélangées avec des matières naturelles comme le bambou ou le coton. Quels que soient les matériaux choisis, les fibres sont tissées de manière très serrée afin de former une barrière protectrice qui ne laissera passer quasiment aucun rayon ultraviolet. On obtient ainsi un textile relativement léger, mais efficace en termes de protection solaire.

La plupart de ces vêtements subissent aussi des traitements spécifiques qui donneront aux tissus (même de teinte claire) la propriété de réfléchir les UV. Ces agents anti-UV se retrouvent emprisonnés dans les fibres et, selon les fabricants, ne sont pas éliminés au lavage. Ils ne pollueraient donc pas l’eau.

Pour pouvoir bénéficier de la dénomination “anti-UV“, un vêtement doit répondre à la norme EN 13758 et être certifié UPF40 a minima. Concrètement, cet indice correspond au pourcentage d’UV capables de traverser la matière textile. Par exemple, une protection UPF10 signifie que 1/10e des rayons ne sera pas arrêté. 

En d’autres termes, un t-shirt anti-UV bloquera au moins 97,50 % des ultraviolets. (🤓 Si le détail du calcul vous intéresse : 1/40e = 2,5 % → 100 – 2,5 = 97,50.)

Comment choisir son t-shirt de protection contre les rayons ultraviolets ?

Pour finir, attardons-nous un peu sur les critères à prendre en compte au moment de choisir son vêtement de protection solaire.

Je dirais que le premier réflexe doit être de vérifier que le produit répond bien à la norme EN 13758. Pour cela, jetez un œil à l’étiquette : il existe un pictogramme en forme de soleil sur lequel se trouvent 3 bandes obliques

À l’intérieur de ce pictogramme, vous trouverez l’indice UPF correspondant au degré de protection effectif. Il s’agit d’un autre critère de sélection : avez-vous besoin d’un t-shirt UPF40+ ou 50+ ?

Pictogramme relatif à la norme EN 13758-3 que l'on peut retrouver sur les t-shirts anti-UV pour la randonnée.

👕 Lecture complémentaire : Vêtements de randonnée écoresponsables : comment bien lire les étiquettes ?

Au final, les autres paramètres de choix seront davantage en lien avec vos besoins spécifiques, votre budget et vos préférences personnelles. 

Pour la randonnée, vous le savez, je vous conseille par exemple d’éviter le coton au profit de matériaux plus respirants et capables de sécher rapidement. Vous pouvez aussi vous pencher sur les instructions d’entretien pour voir s’il n’y a rien de trop contraignant pour vous à ce niveau. En effet, la capacité du vêtement à bloquer les UV dans le temps sera préservée par un entretien adéquat.

Enfin, comme pour des vêtements « classiques », essayez les modèles qui vous plaisent avant de finaliser votre choix ! La coupe du vêtement vous convient-elle ? Vérifiez que vous ne ressentez pas de frottements qui risqueraient de vous irriter lorsque vous marchez ; pensez notamment aux coutures au niveau du passage des bretelles du sac à dos.

Voilà ! Si vous recherchiez une alternative à la crème solaire pour vous protéger des ultraviolets en randonnée, j’espère que cet article vous aura aidé. N’oubliez pas que les t-shirts anti-UV ne sont pas la solution miracle et qu’ils ont aussi leurs inconvénients. Que vous soyez un·e adepte de l’écran total, des textiles de protection ou de la combinaison des deux, le plus important est de vous protéger au mieux des rayons nocifs du soleil pour profiter de vos randos sans risque pour votre peau. ☀️

N’hésitez pas à partager vos préférences en la matière dans les commentaires et à me dire pourquoi. Cela pourra sans doute aider d’autres lecteurs à choisir la solution qui répondra à leurs besoins.

Auteur : François Jourjon

Laisser un commentaire

50 commentaires

  • GUY

    Merci François pour ces informations

    • Stéphane

      Vive le marketing qui arrive à vendre des trucs inutiles!
      Je n’ai jamais pris de coup de soleil sous un vêtement qu’il qu’il soit, et ma pilosité ne peut expliquer ce miracle à elle seule…😉

      • François Jourjon

        Je suis aussi toujours septique de prime abord quand de nouveaux produits arrivent sur un marché, car s’ils arrivent sur le marché c’est avant tout qu’ils « peuvent se vendre » et pas forcément qu’ils ont un intérêt pour l’acheteur.

        Je pense cependant qu’ils ont tout de même un intérêt, ça garantit un certain niveau de protection, et on ne peut malheuresement pas se baser que sur le ressenti (coup de soleil ou pas) pour savoir si on est bien protégé.

        Après, il est largement possible de s’en passer et d’être bien protégé.

      • Hubert

        Bonjour Stephane.
        Ce qui me semble bien être le propos de François est de se protéger de la manière qu’on choisi en toute connaissance de cause des effets immédiats sans négliger ceux à long terme. 😎
        Si le marketing est bien un fait, il ne résume ni ne conditionne à lui seul le choix et/ou le besoin, quand bien même il en ’exploite les ressorts.🤨
        Belles randonnées présentes et futures …. protégé à votre guise,
        Très cordialement
        Hubert

  • Dominique Clerbois

    Bonjour
    Merci très intéressant cet article sur les textiles anti UV que jUtilise aussi en randonnée vélo

    Qu’en est il des textiles traités anti moustiques?
    Sont ils fiables? Quelle est la norme à rechercher?
    Merci
    Cordialement
    Dominique

    • François Jourjon

      Certains textiles sont effectivement imprégnés d’un répulsif alors que d’autres ont un maillage serré qui empêche les piqures de moustiques.

      Je ne sais pas s’il y a des normes spécifiques, je n’ai pas encore suffisamment creusé le sujet.

      Pour la fiabilité, de ce que j’ai pu tester et ce que j’ai pu entendre comme retour :
      – les textiles imprégnés fonctionnent mais ont tendance à perdre de leur efficacité au cours du temps.
      – les textiles à maillage serré : je n’ai pas testé et n’ai pas de retours de « première main ».

    • HAMON

      Bonjour,
      Perso, je n’irais pas me mettre de l’insecticide (cide =tuer) sur la peau…
      Quid des réactions sur la peau qui respire et transpire?
      De même, j’ai de sacrés doutes sur les vêtement imprégnés de je ne sais quelle chimie pour être anti UV et qui ne se dégraderait pas au lavage…
      Au fil des lavages, le tissu se dégrade nécessairement et les molécules qui y sont attachées aussi, elles partent dans l’eau et contaminent tout car les stations d’épuration ne traitent pas.
      Elles ne traitent pas les médicaments des urines donc pas plus les molécules chimiques des vêtements anti-UV non plus.
      Bien cordialement Emeline

      • François Jourjon

        Comme souvent, c’est la dose qui a son importance. Il n’est par contre pas toujours facile de la connaître, mais certains vêtements ont des labels (ex : OEKO-TEX 100), ce qui permet de connaître la quantité maximale de répulsif utilisée et avoir une certaine « garantie ».

        Quant à la pollution de l’eau au lavage, j’ai utilisé du conditionnel car il faudrait pas mal d’infos pour conclure et cela dépend aussi sûrement pas mal des vêtements. Mais, pour un vêtement en polyester (dont on sait que certaines micro fibres se retrouvent dans les mers et océans après lavage), même si l’agent reste sur la fibre, le tout sera effectivement dans la nature.

        A noter qu’il existe des vêtements anti-UV sans traitement chimique et que certains répondent à des labels.

  • Louis Ferlatte

    Merci pour ton excellent travail.

  • René Rouppert

    Bonsoir François,
    Je n’ai pas vu de fabricant dans ton article pour les vêtements anti-uv.
    René

    • François Jourjon

      Je n’en ai pas mentionné, car beaucoup de fabricants de vêtements de rando ou pour les activités de plein air en proposent, même des marques de grande distribution.

  • Thibault

    Merci François pour ces conseils et informations.
    Étant « Châtain » à peau de « Roux », je privilégie de toute façon la protection maximale.
    Souvenirs cuisants de marches, en France comme en Afrique. A l’époque, peu de crème pour moi (odeur trop forte et décelable, difficulté à appliquer régulièrement) donc vêtements amples, le plus couvrant possible et sombres ! Et donc beaucoup de transpiration, donc boire (de l’eau ! ;-)) !).
    Idem contre les moustiques (Question ci-dessous de Dominique.) : j’avais même un KWay (veste Et pantalon pour les nuits en extérieur pendant la saison des pluies, pas contre la pluie mais contre les moustiques… Ils réussissaient à me piquer à travers les autres vêtements !
    Cordialement.
    Thibault

  • Olivier

    Bonsoir !
    Merci pour toutes ces infos !
    Je suis ennuyée par une contradiction entre vous et la Dermato
    Elle me conseille des vêtements clairs qui renvois les rayons du soleil et vous conseillez des vêtements foncés …
    Je ne sais plus trop quoi penser du coup …

    • Jacquot

      J’ai porté un maillot de bains à rayures noires et blanches, j’ai bronze sous les noires et pas sous les blanches, un vrai tigre!

    • François Jourjon

      Intuitivement, ça pourrait paraître logique que les couleurs claires protègent mieux, mais ce n’est pas ce que les tests indiquent.

      La couleur reste tout de même plutôt secondaire, il vaut mieux se préoccuper de l’épaisseur et la densité dans un premier temps.

    • François

      oui et non !! Le « noir » est plus chaud car il reflète moins les rayons du soleil mais – a contrario – le noir protège mieux des UV. Ce qui fait que les méditerranéens portent généralement : un vêtement clair à même la peau (pas de ventilation) DESSOUS un vêtement sombre, plus ample, qui absorbe les UV mais aussi un peu de chaleur (d’où la nécessité qu’il soit ample pour permettre à l’air de rafraichir un peu).

  • Bruno Marchand

    intéressant comme dab, un compromis vêtement et crème solaire, et du bons sens, merci François

  • Robert Lascar

    Bonjour, article três interressant. Il aurait été souhaitable pour la prise de décision de proposer quelques marques de fabricants de ce type de vêtement. Merci à vous.
    Robert le Hyérois

    • François Jourjon

      En fait, beaucoup de marques de vêtements de sport en proposent, il y a donc pas mal le choix. Il n’y a pas forcément besoin de se tourner vers des marques spécialisées.

  • Bernard

    Merci François pour ces informations très utiles
    Moi qui a une peau très sensible au soleil, j’ai toujours eu des doutes sur les t-shirts protecteurs contre le soleil, ton article me sera très utile.
    Encore merci

  • Ced

    Hello François !
    Comme à ton habitude voilà des conseils toujours bon à prendre et à apprendre !
    Merci pour ce temps que tu consacre à ton site pour nous autre !
    Toujours heureux de te lire !
    A bientôt pour des nouveaux conseils et pourquoi pas un jour sur un sentier….

  • Bozon Armand

    Merci. Il est toujours agréable (et utile…) de lire vos articles.

  • Bernard

    Merci pour cet article
    Bonne journée

  • Christophe

    Bonjour François,
    encore merci pour tous ces articles très documentés et intéressants.
    J’aurais juste une remarque de rédaction : quand il est mis « une protection UPF10 signifie que 1/10e (10 %) des rayons ne sera pas arrêté. « , on peut être tenté naïvement de penser que plus l’indice est grand, plus il passe d’UV, ainsi UPF 40 = 40 % des rayons passent (l’esprit humain est fainéant ! ). Ce qui n’est bien sûr pas le cas quand on lit attentivement la suite de l’article. Je pense donc pour ma part qu’il peut être trompeur de mettre (10%) entre parenthèse, même si 1/10 = 10% est vrai mathématiquement !
    Cordialement,
    Christophe

  • Teissonnière

    Très bon article. Détaillé mais simple à comprendre. Merci beaucoup

  • Claudine Andrivot

    Merci pour cet article. J’utilise depuis un certain nombre d’année des pantalons et chemises anti UV, pour leur effet isolant vis à vis du soleil. Ma petite-fille, avec qui je marche plusieurs semaines par an, en a aussi et en est très contente. J’avoue qu’au départ je les avais achetés pour leur côté anti-insectes et que là, c’est pour moi efficace à 100%, hélas pendant quelques années seulement !!! Mon pantalon et ma chemise neufs datent du printemps 2021 et fonctionnent toujours. Après on peut toujours les re-traiter à l’anti-insectes en vaporisateur, c’est ce que je fais avec mon vieux pantalon (5ans) et ma vieille chemise (environ 10ans).
    Seul gros inconvénient : les vêtements anti UV et anti-insectes coûtent très cher.
    À bientôt.

  • Enault

    Merci pour toutes ces informations,
    Pouvez vous nous dire si aux Canaries en novembre ,ce type de vêtement est il nécessaire ayant la peau très fragile.

  • LE BRAS Roger

    Des articles et des commentaires toujours aussi instructifs et intelligents cher François.
    Celà aiguise notre esprit critique de citoyen plutôt que consommateur.
    Je rêve tjrs de partager un bout de saucisson avec vous en regardant en bas

  • Régis

    Très complet ce sujet bravo.

  • missbulle

    Bonjour
    En quelle matière sont-ils fait ?

    • François Jourjon

      Cela dépend des modèles, mais on retrouve les matériaux classiques : polyamide, laine, lyocell, coton, viscose, élasthanne, polyester…

  • Tran Éliane

    Merciiiii pour ces précisions. Je conjugais les vêtements de protection et l’écran total sur le visage depuis que je suis adulte. Mais, je suis née à l’époque où les parents faisaient de la bronzette non stop l’été. Du coup, ils m’ont beaucoup exposé au soleil enfant.
    Les informations approfondies que tu partages, une fois de plus me permettent de faire des choix en conscience . Merci pour cette générosité 🙏

  • sansano

    Oui effectivement les UV c’est dangereux et on n’y fait pas attention! Pour avoir fait de la montagne et du bateau depuis 50 ans ; sans chapeau!
    Je me suis retrouvé sur la table d’opération pour deux carcinomes sur le cuir chevelu résultat 27 points de suture et port d’un chapeau obligatoire.
    Un chapeau anti UV oui!

  • Ponton

    Bonjour et les tee-shirts à base de laine mérinos sont ils efficaces contre les uv?

  • Boulo Pierre

    Encore un article super important et t bien documenté.
    Merci François

  • Modelin

    Bonjour,

    Je refuse d’utiliser des crèmes solaires. par contre mon capital solaire ayant expiré, mon dermato m’a recommandé de me protéger.

    Pour la randonnée, voilà un maillot manches longues, utilisé pendant 1 mois en Guadeloupe, et que je recommande. Il est très confortable, il faut le choisir un peu ample. Inconvénient, comme il faut le laver à faible température, il n’aime pas les tâches.

    https://www.decathlon.fr/p/t-shirt-anti-uv-manches-longues-sailing-500-homme/_/R-p-325066?mc=8668971&c=blanc

    Pour la baignade et le snorkeling, j’ai utilisé le maillot-ci-dessous. Avantage, on vous repère de loin. Inconvénient, il est très moulant.

    https://www.decathlon.fr/p/tee-shirt-anti-uv-surf-top-100-manches-courtes-homme/_/R-p-164714?mc=8386749

    Ces 2 produits sont efficaces sur les parties du corps recouvertes. Le seul coup de soleil a été le jour ou j’ai oublié de porter ces vêtements.

  • Geneviève

    Les vêtements anti UV sont très utiles pour moi car ma peau est intolérante au soleil. Séances de gratouillis assurés après une rando. Je suis aussi allergiques aux parfums de synthèse et comme la plupart des crèmes solaires en ont… Donc tee shirt anti UV et crème indice 50 sans parfum sur les parties découvertes. Chapeau obligatoire… La totale…

  • Didier

    Bonjour François,
    Merci pour cet article travaillé pour bien nous renseigner !
    Toujours méfiant envers ce marketing agressif, je dirai simplement qu’un bon sens peut éviter des achats qui n’enrichissent que les vendeurs et les bon conseilleurs…
    Le port de pantalon long, d’un tee-shirt à manches longues, des lunettes de soleil, un large chapeau rond sur la calebasse, un peu de crème sur le museau évitent bien des soucis épidermiques.
    Certes, il y a des gens qui craignent plus que d’autres mais si on fait attention, surtout en montagne, pas de soucis.
    On m’a appris un truc : le matin, ne pas se laver la couenne du visage ; le sébum produit durant la nuit attenu les effets UVx ce qui n’empêche pas de se tartiner amoureusement les proéminences nasales et les oreilles !

    • Lérins

      Bonjour, j’ai un gros doute sur ce principe dont j’ai également entendu parler. Pour avoir pratiqué pendant de nombreuses années le ski de rando, souvent avec bivouac, la toilette matinale se résume à un brossage des dents. Se rincer le visage à 7h du mat à la sortie de l’igloo, très peu pour moi…tout ça pour dire que le sébum constituait un « facilitateur de bronzage » (autrement plus efficace que toutes les crèmes à bronzer et autre graisse à traire) à rentrer de raid complètement noir ! Avec à la clé, le visage qui pèle intégralement trois fois par saison….mais peut-être suis-je hors-sujet.

  • Patrick Brossard

    Bonjour,
    Merci pour tout ces précieux renseignements

  • William

    bel article, nuancé comme toujours
    Merci François

  • Christian Beaumont

    Bonjour Francois. Je te suis depuis des années et j’aurais une questions à te pose, mais en privé. Merci de me contacté

  • Loisy

    Bonjour François,
    Sauf si j’ai mal vu, tu ne parles pas des t-shirts en Mérinos; Lorsque j’ai fait Compostelle, un Suisse m’a conseillé d’acheter un t-shirts à manche longue en Mérinos pour faire la partie Espagnol. Ce que j’ai fait en achetant un t-shirts 100% mérinos à Saint-Jean-Pied-de-Port. Pour moi cela a vraiment été génial.
    Bonne protection, pas souffert de la chaleur malgré les manches longues, pas d’odeurs même si pas lavé tous les jours, très agréable à porter. Sèche relativement vite et si pas complétement sec le matin, pas de soucis, tu le mets et il fini très vite de sécher sur ton dos.

  • Liêu

    Merciiiii François pour très informations🙏