Août 072019
 

Vous le savez sûrement, à moins que vous n’ayez des pieds insensibles, le choix des chaussettes de randonnée est primordial pour éviter d’avoir des ampoules, des échauffements ou des frottements désagréables.

Un bon choix de chaussettes ne rattrapera par contre pas un mauvais choix de chaussures – l’idéal est de bien choisir les deux.

Pour bien choisir ses chaussettes de randonnée, il faut premièrement savoir ce que l’on attend d’elles. En général, on veut qu’elles :

  • protègent nos pieds des frottements ;
  • apportent un peu de confort ;
  • gardent nos pieds au sec en évacuant la transpiration (pour éviter les ampoules et d’avoir froid) ; et
  • isolent éventuellement du froid.

En bonus, c’est appréciable si elles sèchent vite, si elles sont solides et durables et si elles sont non peu odorantes (même si, on ne va pas se le cacher, une partie du problème ne vient pas des chaussettes 😉).

Des chaussettes spécifiques pour la randonnée ?

Les chaussettes de tous les jours ne conviennent généralement pas très bien à la randonnée car ne remplissent pas bien le « cahier des charges » ci-dessus – sauf éventuellement pour des balades faciles.

En effet, plus vos randonnées seront longues et difficiles, plus une paire de chaussette bien adaptée sera importante, car plus vos pieds seront mis à l’épreuve.

Cela dit, si vous pratiquez d’autres sports (course à pied, trail, VTT, ski…) il se peut que vous ayez déjà une paire qui puisse vous servir pour randonner.

Nous allons donc voir 5 critères de choix importants pour bien choisir ses chaussettes de randonnée – vous pourrez savoir si les paires que vous avez déjà conviennent bien ou pourrez choisir une paire de chaussettes adaptée.

1 – Pointure

Les chaussettes ont souvent des fourchettes de pointures. Par exemple : 36-38, 39-41, 42-44. Je ne vous fais pas un dessin, vous devriez arriver à choisir la bonne. 😉

Mais, si votre pointure se trouve entre deux fourchettes (38,5 par exemple) et que vous ne pouvez pas les essayer, je vous conseillerais plutôt la taille en dessous, surtout si elles sont extensibles, pour éviter d’avoir des plis. Ou alors, tournez-vous vers un autre modèle avec des fourchettes différentes.

2 – Taille

Il existe des chaussettes basses (socquettes), des chaussettes montantes et plein d’intermédiaires entre les deux.

Pour choisir la bonne taille, c’est très simple : il suffit que la chaussette monte plus haut que le col de vos chaussures pour éviter que votre peau ne soit en contact direct avec la chaussure.

Avec des chaussures basses, vous pouvez tout à fait utiliser des chaussettes montantes, ça permet de mieux protéger la cheville et la jambe des coups et des frottements et d’avoir un peu plus chaud. Et surtout, ça donne un certain style. 😉

3 – Épaisseur

Au moment de choisir vos chaussettes de randonnée, vous vous rendrez rapidement compte que l’on en trouve de toutes les épaisseurs.  Alors, fine ? épaisse ? entre-deux ?

Une chaussette épaisse :

  • apporte du confort en protégeant bien le pied ;
  • isole du froid (à construction et matériaux égaux par rapport à une chaussette plus fine) ;
  • mais : est moins ajustée et peut bouger plus facilement en marchant, et fait plus transpirer par temps chaud.

Une chaussette fine :

  • reste bien au contact du pied et bouge moins ;
  • mais : est moins confortable et isole moins du froid (pour des matériaux et une construction similaires).

Par temps froid : la question ne se pose pas trop, car vous aurez besoin de vous protéger du froid et des chaussettes épaisses seront plus appropriées – surtout que vous aurez moins de chance de transpirer.

Par temps chaud : il faut trouver un compromis entre le confort et la chaleur (surtout pour les randonnées longues, avec dénivelé et sur terrains difficiles) car :  

  • des chaussettes trop fines pourraient mettre vos pieds à rude épreuve – surtout si les chaussures sont peu rembourrées et/ou que vous avez la peau des pieds fragile ; et
  • avec des chaussettes trop épaisses vous transpireriez beaucoup et risqueriez d’avoir des ampoules plus facilement.

A noter que :

  • Des chaussures respirantes et non imperméables évacuent mieux la transpiration et isolent moins du froid que des chaussures imperméables (membrane Gore-Tex par exemple).
  • On peut généralement se permettre de porter des chaussettes plus fines avec des chaussures souples et légères (ex : chaussures de trail) qu’avec des chaussures lourdes et rigides (ex : chaussures de trek montantes en cuir de pleine fleur).
  • Les matériaux et la construction jouent aussi un rôle important dans l’isolation et l’évacuation de la transpiration.

4 – Matériaux

Le choix des matériaux a son importance car ils ont chacun des propriétés différentes et donc des avantages et inconvénients différents.

Voici un tour d’horizon des principaux matériaux utilisés pour fabriquer les chaussettes de randonnée.

Les fibres synthétiques

Les plus courantes sont le polyester, le polyamide, le polypropylène et l’acrylique. Ces matériaux isolent bien du froid (mais moins que la laine), et même quand ils sont humides. Ils évacuent bien la transpiration, sèchent vite et sont assez résistants et durables. Ils sont utilisés pour deux fonctions principales : l’isolation thermique et l’évacuation de la transpiration.

Différentes fibres ont été développées par des fabricants pour répondre à des besoins variés. Certaines plutôt pour évacuer la transpiration et sécher rapidement par conditions chaudes (par exemple Coolmax), d’autres pour isoler du froid tout en évacuant la transpiration (par exemple Thermolite).

A noter que sans traitement antibactérien, les odeurs se développent facilement avec ces matériaux.

L’élasthanne

C’est également une fibre synthétique que l’on retrouve en petite proportion dans beaucoup de chaussettes de randonnée pour leur permettre de garder leur forme, qu’elles soient bien ajustées et qu’elles ne se plissent pas.

Note : Lycra est une marque fabricant des fibres d’élasthanne.

Le coton

C’est un matériau qui n’est pas vraiment recommandé pour les chaussettes de randonnée. Le coton absorbe l’humidité, ne l’évacue pas et sèche lentement, ce qui favorise l’apparition d’ampoules. De plus, le coton est abrasif et n’isole pas du froid quand il est mouillé. Je ne recommande donc pas de chaussettes 100% coton sauf éventuellement pour des petites balades estivales.

Le coton est par contre assez confortable et il est parfois combiné à des fibres synthétiques ou de la laine. Les chaussettes utilisant une proportion de coton petite à moyenne peuvent tout à fait être utilisées, mais je les recommanderais plutôt pour de courtes randonnées ou des balades faciles, en saison estivale.

Un autre avantage du coton est que les odeurs ne s’y développent pas facilement – surtout par rapport aux fibres synthétiques.

La laine mérinos

C’est un matériau de plus en plus utilisé dans les chaussettes. La laine mérinos a l’avantage d’être confortable et d’isoler du froid même quand elle est mouillée. Comme elle est thermorégulatrice, elle isole également du chaud. De plus, la laine mérinos est naturellement antibactérienne et limite l’apparition des mauvaises odeurs.

Par contre, elle évacue un peu moins bien la transpiration que les fibres synthétiques et elle s’use rapidement – surtout si elle n’est pas associée à d’autres matériaux. C’est pourquoi on trouve souvent des chaussettes fabriquées avec un mélange de laine mérinos et de matériaux synthétiques.

Notes :

  • Si vous voulez en savoir plus sur la laine mérinos, je vous conseille la lecture de cet article.
  • J’ai testé il y a quelques temps un modèle de chaussettes avec une grosse proportion de laine mérinos, le retour est ici.

Le Cordura

Le Cordura n’est pas un matériau mais une marque de tissus. On retrouve cependant fréquemment ce terme dans la composition de matériel de randonnée et parfois dans la composition des chaussettes de randonnée en petite proportion. Les tissus Cordura sont connus pour leur résistance à la déchirure et à l’abrasion.

Traitement antibactérien

Des odeurs désagréables peuvent se développer, surtout avec certains matériaux (comme le synthétique). C’est pourquoi, certaines chaussettes ont un traitement antibactérien qui permet de limiter leur apparition. Cela peut être un plus sur de longues randonnées – surtout à plusieurs 😄.

Comment s’y retrouver ?

A moins d’être ingénieur textile, il n’est pas forcément facile de s’y retrouver parmi les matériaux, surtout quand plusieurs sont utilisés dans une même chaussette et pas en même proportion en fonction des zones de la chaussette. De plus, les matériaux ne font pas tout, cela dépend aussi de ce qui a été fait avec.

C’est pourquoi, je suis resté assez généraliste. D’une part, on serait autrement parti sur une thèse 🙄 et d’autre part, je pense que c’est suffisant pour aider au choix.

Si vous avez une chaussette avec une composition de 73% coton, 24% polyester et 3% élasthanne et une autre avec une composition de 64% laine mérinos et 36 % polyamide, ça vous permet d’avoir une idée des avantages et inconvénients de chaque et l’utilisation éventuelle.

Il faut savoir que certains matériaux peuvent provoquer des échauffements, mais ce n’est pas facile à prévoir au moment du choix car cela dépend des personnes et des traitements. Mais, en cas d’échauffements, ça vaut le coup de tester d’autres chaussettes quand on est sûr que cela ne provient pas des chaussures.

5 – Construction et conception

Une chaussette de randonnée n’est pas un simple tube cousu d’un côté – c’est un tout petit peu plus complexe 😉 – et les chaussettes de randonnée comportent plusieurs zones avec des densités, constructions et matériaux différents pour les rendre les plus performantes possibles.   

Voici quelques caractéristiques techniques courantes :

Zones de renfort

Beaucoup de chaussettes de randonnée possèdent des renforts aux talons et au niveau des orteils, voire à d’autres endroits. Quand vous choisissez une paire, assurez-vous que ce soit le cas si vous souhaitez qu’elle soit durable.

Et si vous avez déjà usé une paire de chaussettes, vous verrez facilement quelles sont les zones qui ont besoin d’être renforcées – par rapport à la morphologie de votre pied et à vos chaussures.

A noter que pour les chaussures de randonnée à tige haute, il vaut mieux privilégier une zone de renfort assez haute au niveau du talon.

Zones de bouclettes et zones molletonnées

Les bouclettes sont un tissage en épaisseur et les molletons sont un tissu épais et moelleux.

Ces zones offrent un bon confort et protègent efficacement contre les frottements. Si certaines parties de votre pied sont sensibles, ou sujettes aux ampoules, assurez-vous que de telles zones soient présentes.

Zones respirantes

Comme leur nom l’indique, ces zones servent à évacuer la transpiration. Elles sont généralement plus fines ou ont des mailles plus larges que les autres parties de la chaussette et se trouvent dans les endroits avec moins de frottements : coup de pied, côtés du pied, côtés des mollets, etc.

Bandes de maintien

Sur beaucoup de chaussettes, on retrouve des bandes de maintien (élastiques) qui maintiennent la chaussette en place – par exemple au niveau de la cheville.

Impossible de connaître leur efficacité sans essayer, mais au moins, vous savez à quoi elles servent.

Zone d’orteils sans couture

Coutures

Le type de couture et leur emplacement ont leur importance car elles peuvent créer des surépaisseurs et causer des ampoules et autres désagréments.  

L’idéal est d’essayer les chaussettes (avec ses chaussures de randonnée) pour sentir si cela est gênant ou pas. Quand ce n’est pas possible, les chaussettes « sans couture » ou à coutures plates sont une bonne option.

Chaussettes de randonnée double, anti-ampoule, double peau

Les chaussettes de randonnée anti-ampoules, aussi appelées chaussettes double ou double peau sont comme leur nom l’indique des chaussettes avec deux couches de tissu l’une par-dessus l’autre.

Le but est qu’une partie des mouvements se fassent entre les deux tissus (et non pas entre la chaussette et votre peau) quand vous marchez. Ce n’est donc pas votre peau qui subit les frottements, mais la chaussette.

Cette conception est inspirée de ce qui se faisait pas mal avant mais de moins en moins aujourd’hui : mettre une paire de chaussettes fines sous une paire de chaussettes de randonnée un peu plus épaisses.

Les chaussettes double ne garantissent pas à 100% que vous n’aurez pas d’ampoules et tous les modèles ne se valent pas, mais beaucoup de personnes notent une différence par rapport à des chaussettes « simples ».

Note : j’ai testé une paire de chaussettes à double peau il y a quelques temps et ai fait un retour en vidéo ici si cela vous intéresse.

Chaussettes spécifiques à chaque pied

Certains modèles sont constitués de deux chaussettes différentes, une pour le pied gauche et une pour le pied droit. Cela permet d’avoir une chaussette qui épouse un peu mieux la forme de votre pied. Souvent, cela est noté d’un L sur la chaussette gauche (left) et R sur la chaussette droite (right).

C’est par contre un petit inconvénient pour la durabilité, car on les use plus ou moins toujours de la même manière par rapport à des chaussettes que l’on mettrait une fois au pied gauche et une fois au pied droit.

Innovation vs marketing

Beaucoup de technologies « innovantes », constructions « innovantes », matériaux « innovants » différents sont mis en avant, ce qui rend souvent difficile la comparaison entre les modèles. Mais attention, car ce ne sont parfois que des arguments marketing et « une zone aérée avec un tissage 9D et des fibres FrigiTex+ pour que votre pied reste sec tout au long de la randonnée » n’est peut-être qu’une zone avec une épaisseur de tissu plus fine.  

Les chaussettes à membrane imper-respirante

Je tenais à vous parler de ces chaussettes un peu spéciales car vous serez peut-être amené à en rencontrer.

Ces chaussettes sont à la fois imperméables et respirantes grâce à l’utilisation d’une membrane. Elles sont par contre moins respirantes que des chaussettes classiques et souvent un peu plus rigides.

Elles sont utilisées par certaines personnes portant des chaussures non imperméables, pour randonner sous la pluie ou dans la neige par exemple. Elles sont notamment pratiques pour les randonnées de plusieurs jours estivales quand il y a des risques de pluie. Cela permet de randonner principalement avec des chaussures respirantes quand il fait beau et d’enfiler sa paire imperméable quand il pleut, comme on le fait avec une veste de pluie.

Il n’existe pas beaucoup de modèles sur le marché, le choix est donc assez restreint et assez facile.

Si possible, essayez-les

Ce n’est pas toujours possible pour des questions d’hygiène, mais si possible essayez les chaussettes de randonnée. Essayez-les même avec des chaussures (idéalement vos chaussures de randonnée), pour vous rendre compte du confort et de leur tenue.

Elles doivent épouser parfaitement la forme de votre pied. Il ne doit pas y avoir de plis ou de zones qui ne sont pas en contact avec votre peau. Elles doivent bien rester en place, sans comprimer non plus votre pied. Et il ne doit pas y avoir de surépaisseur gênante ou de points de compression.

Voilà, j’espère que vous vous y retrouverez un peu plus facilement parmi les dizaines et dizaines de modèles de chaussettes existants.

N’hésitez pas à partager l’article s’il vous a plu, c’est un bon moyen (et qui demande un effort minime 😉) de contribuer à Randonner Malin.

  39 commentaires à “5 critères pour bien choisir vos chaussettes de randonnée”

Commentaires (39)
  1. Très bon article! Merci.
    Je ne savais pas quel type de chaussettes mettre avec mes chaussures en gore tex. Lors de ma dernière rando, j’avais mis des chaussettes en coton. Quelle erreur ! 2h plus tard j’avais des énormes ampoules !
    La je vais tenter des chaussettes synthétiques (70% polyamide, 27% polyester, 3% élasthanne). On va espérer que ca se passe mieux…
    Bonne continuation!

  2. Il existe aussi des chaussettes en bambou. Elles sont antibactériennes et évitent les mauvaises odeurs
    Très bien pour des randos en été.

  3. Merci François pour ce guide de choix (aux deux sens du terme). L’abondance de qualités toutes aussi vantées les unes que les autres rend ce choix inconfortable (et parfois les chaussettes achetées aussi). Ayant testé les « doubles », je reste satisfait sans plus. Elles nécessitent de réajuster les deux couches avant de les enfiler sinon on se retrouve avec une sensation de surépaisseur (j’enfile alors mon bras dans les chaussettes en me répétant si possible à l’extrémité de la tige et j’étire le tout. Je préfère cependant les simples couches, moins épaisses et plus durables.
    Tes indications concernant les avantages et inconvénients des textiles me seront précieuses.
    Bonne continuation dans tes analyses et encore merci.
    Marc

    • Je suis d’accord, les chaussettes double nécessitent de bien faire attention qu’il n’y ait pas de plis quand on les enfile et ça peut être un peu fastidieux.

  4. Très bel article, que je vais partager…
    Merci François.
    Cdlt.
    Michel

  5. Merci pour les bons conseils par contre moi j’ai eu des ampoules car je n’avais pas lavé les chaussettes donc les fibres n’étaient pas assé souple

    • C’est classique. Sur les randonnées de plusieurs jours, ça vaut le coup de laver ses chaussettes d’un jour à l’autre ou même de les rincer (si on est sûr qu’elles auront le temps de sécher) pour éviter qu’elles ne soient rêches.

  6. Très bon article!
    J’ai personnellement testé de nombreux types de chaussettes et tous les conseils énoncés par François sont à prendre en compte. J’ai actuellement des chaussettes spécifiques à chaque pied avec une composition très élaborée et je suis vraiment ravie de leur confort. Petit inconvénient: le prix et le lavage à la main, mais franchement ça vaut l’effort!

    Merci François

  7. Très bon article bien étayé et précis.
    Merci François
    Personnellement j’utilise des chaussettes doubles depuis…12 ans et je n’ai jamais eu d’ampoules, même durant des randonnées ou des treks de 15 jours.
    En revanche, pour des « promenades » de 2 heures dans le Morbihan, j’ai utilisé des socquettes en coton bas de gamme et là…ampoules assurées

    • Bonsoir, très bon article. Ayant changé de chaussure et avec de nouvelles chaussettes, les ampoules ont disparues comme par enchantement ( randonnée de plusieurs jours dans le mercantour).
      Continuer à faire de très bon articles.
      Cdt

  8. Merci François, j’ai bien aimé te lire. J’aimerais savoir si tu as pris connaissance où essayé des bas avec doigts de pied de marque INJINJI. Une paire plus épaisse que l’autre m’a agréablement surpris quant au confort et pour de la longue randonnée (environ 20km), je n’ai eu aucune rougeur aux pieds où orteils. Il faut dire que j’ai porté en plus un double bas.
    Merci.

    • Non, je n’ai jamais testé. Mais je le ferai si j’en ai l’occasion, ça m’a toujours intrigué. J’ai un peu peur que le tissu entre les orteils soit gênant et que l’avant de mon pied soit plus large à cause de cela. De plus, je n’ai jamais d’ampoules entre les doigts de pieds, donc suis un peu septique. Mais je préfère attendre de tester avant de donner mon avis. 😉

      • J’utilise à la base des chaussettes à doigts dans mes 5fingers (des fines, en coolmax, juste pour la propreté).

        Et puis j’ai mis la mains sur une paire en mérinos+synthé du même type, d’épaisseur moyenne…et les aient utilisées avec mes chaussures de trail habituelles.
        Depuis, je ne met plus que ça en rando.
        On oublie très vite le tissus entre les doigts de pieds (après, le fait d’utiliser régulièrement des 5fingers aident de ce côté), pas de moiteur résiduelle entre les doigts de pieds, pas cette impression d’avoir les doigts de pieds empilés les uns contre les autres, c’est vraiment confort.
        😉

        A noter que mes chaussures de trails ont une toebox plutôt large.
        Donc oui, le pieds prend un tout petit plus de place en largeur, mais ça reste minime et ne devrait pas poser soucis a moins d’avoir une chaussure trop étroite d’origine.

  9. Très bon article, merci François pour cette synthèse riche !
    .. Il n’y a plus qu’à essayer !

  10. Transpirant des pieds facilement (sauf lors des treks hivernaux ), j’ai adopté des chaussettes fines doubles depuis des années. Et pour éviter tout risque d’echauffement et donc d’ampoules, je me graisse en plus les pieds’ avec une crème nourrissante, style crème « NOK » que l’on trouve en pharmacie ou dans les magasins spécialisés Sports. Résultat garanti, jamais d’ampoules ,,,,

  11. Grand merci François,
    Personnellement j’utilise des chaussettes spécifiques à chaque pied L et R. de bonnes chaussures.
    Des randonnées de plusieurs centaines de kilomètres et suis satisfait de mon choix. J’admets qu’il s’agit d’un choix onéreux.

  12. Un ami, grand randonneur, utilise des chaussette en bas nylon. Il m’affirme que depuis, il n’a plus jamais eu d’ampoules. QQ’un d’autre peut-il confirmer cet usage? Cela me semble assez contraire à tout ce que j’ai pu lire sur la question. Je redoute un peu d’essayer sur une longue rando. (Très fin, très fragile et pas vraiment très chaud…)

    • Je sais que certaines personnes le font, mais en dessous d’une autre paire de chaussettes. Il ne porte rien à part ça ?

  13. Très bonne analyse. Merci François.
    Si cela peut aider certains randonneurs, cela fait des années que j’utilise des chaussettes doubles d’une marque française connue et je n’ai jamais eu d’ampoules depuis.
    J’ai découvert les chaussettes « Coolmax » qui a mon avis sont plus confortables. Et pour les sorties d’hiver en raquette je mets des chaussettes en laine de mérinos appairées. C’est un plaisir car je n’ai pas froid aux pieds.
    Bien sûr ces chaussettes ne sont pas bon marché mais le confort et l’absence d’ampoule n’a pas de prix.

  14. Bonjour et merci François.
    Excellent article. 100% d’accord avec ce que tu exposes. J’ai pour ma part abandonné la double chaussette pour la chaussette simple 43% Polyamide 40% Polyester 13% laine sans avoir d’ampoules depuis longtemps. Le soir à l’étape je range mes chaussettes en les croisant soigneusement pour les remettre le lendemain celle de gauche à droite et celle de droite à gauche. Je n’ai pour ainsi dire pas de plis avec cette méthode.
    Amicalement,
    Cédric

  15. Merci François pour cet excellent article.
    Pour ma part, j’utilise depuis quelques années des chaussettes spécifiques pour la randonnée.
    J’avais commencé par des chaussettes Decathlon et mettait toujours un peu de crème anti-frottement aux emplacements stratégiques: Jamais eu d’ampoule

    Depuis plus d’un an j’utilise des chaussettes à double tube (Cimalp), plus besoin de crème anti-frottement et, toujours pas d’ampoule. Je les porte en général pendant 3-4 jours d’affilée, puis change de paire pendant que je lave/fait sécher

  16. Excellent article, très complet… mais on a l’habitude de la qualité avec toi ! On croit tout savoir sur le sujet mais je m’aperçois encore qu’aligner nombres de points précis sans oubli me serait sans doute impossible, toi non, bravo. Et puis, il faut bien l’avouer, souvent un « truc » qui m’était inconnu : ici, les chaussettes double.
    Petit bémol (c’est juste une remarque), j’aurai aimé un développement plus important sur la technique des 2 paires l’une sur l’autre (soit 4 chaussettes et non pas 2 double), nottament les matières conseillées en première peau et celles en deuxième. Perso, j’utilise en cyclo-rando et marche des soquettes 69% polyamide, 17% élasthanne, 14% polyester tri-lobé en contact avec la peau et des chaussettes hautes 45% laine mérinos, 36% polyamide, 8% polyester, 7% élasthanne, 4% soie en contact avec la chaussure.
    Merci aussi aux retours qui sont toujours très instructifs (de plus souvent sur un ton non péremptoire, ce qui est appréciable).
    Jeff

    • Bonjour Jeff,

      Merci pour ton retour.
      Pour les 2 paires l’une par dessus l’autre, la sous-chaussette doit être fine et évacuer la transpiration, elle peut tout à fait être en synthétique ou contenir de la laine mérinos. La soie était même utilisée.

      Pour la chaussette externe, cela peut être une chaussette de randonnée « classique » en fonction des besoins (confort, isolation, etc.)

      A bientôt,
      François

  17. Un an et demi que je marche avec des chaussettes que j’ai achetées à 5.34 euros sur Aliexpress. Elles contiennent 40 % de laine mérinos. Même avec de fortes chaleurs, je n’ai pas chaud aux pieds, je ne ressens pas l’humidité et il n’y a aucune odeur. Très résistantes, elles sont comme neuves après plus de 50000 m de dénivelé (partagés entre deux paires que j’utilise plus ou moins à tour de rôle). Si ça intéresse quelqu’un, les voici (uniquement en grande taille désormais) : https://fr.aliexpress.com/item/32803913236.html?spm=a2g0w.search0104.3.145.159693afn07EtG&ws_ab_test=searchweb0_0,searchweb201602_2_10065_10344_10068_10342_10343_10340_10341_10084_10083_10618_10305_10304_10307_10306_10302_5722316_10313_10059_10184_10534_100031_10103_441_10624_442_10623_10622_10621_10620_10142,searchweb201603_2,ppcSwitch_3&algo_expid=c79f1922-c865-4def-b84c-e84dea99e6a9-19&algo_pvid=c79f1922-c865-4def-b84c-e84dea99e6a9&priceBeautifyAB=0

  18. Bonjour François,

    J’ai également trouvé, il y a quelques années des chaussettes totalement imperméables. Elles possèdent une très fine membrane de plastique entre deux membranes de tissus. Je les trouve très performantes. Elles sont donc totalement imperméables, et jouent l’effet de double couche évoquée dans ton article. Seul inconvénient : très fragiles. En fait ce sont des chaussettes portées par les marins. (Marque : Sealskinz. Je n’ai aucune action chez ce fabricant, mais il y en a peu sur le marché, et si ça peut aider des amis randonneurs…) Elles ont fait une partie de St Jacques l’année passée (Vézelay-Saint Jean P d P.) et sont cuites -déchirure sur le haut de la chaussette. J’ai recousue mais c’est vraiment de l’artisanat. Faut que je les remplace. Ceci étant, je les ai mises pratiquement pendant 15 jours (mauvais temps, et pluie) soit au bas mot 300km ! Pas si mal…
    Belles pensées randonnesques !
    Thierry

    • Bonjour Thierry,

      J’ai aussi une paire de cette marque qui date de pas mal d’années. C’était la seule marque qui en proposait à l’époque (à ma connaissance), mais il y a d’autres marques sur le marché maintenant.

      A bientôt,
      François

  19. Bonjour François,
    J’ignorais que mettre deux paires de chaussettes ne se faisait plus… Mais je peux témoigner que le frottement continuant de se faire entre les deux couches de tissu, ça évite toujours d’avoir des ampoules.

    • De moins en moins de personnes le font car les chaussettes de randonnée se sont bien améliorées, mais ça fonctionne toujours. 😉

  20. Bonjour François, merci pour cet article 🙂 J’ai des échauffements sous la plante des pieds en fin de rando dans mes nouvelles chaussures. Je pensais que c’était parce qu’elles sont imperméables et que j’avais trop chaud vu les températures actuelles. Mais ton article me fait penser de tester d’autres chaussettes au cas où 😉

    • Oui ça vaut le coup d’essayer. Mais ça peut venir des chaussures aussi ou de la chaleur. Pas toujours facile de savoir. 😉

  21. Quelles types de chaussettes pour protéger et renforcer la cheville pour éviter l’entorse préconisez vous ?

    • Bonjour Chantal,
      je me permets d’intervenir. Les chaussettes ne vont pas t’aider à maintenir la cheville pour éviter une entorse par contre,
      – des chaussures à tige haute joueront un rôle de maintien à ce niveau-là
      ou encore,
      – renforcer ses chevilles par des exercices de proprioception. Tu trouveras nombre de sites spécialisés (trail, etc.) qui proposent des excercices (ex: https://passiontrail.fr/5-exercices-pour-renforcer-sa-cheville-en-trail-running/)

      Il faut aussi savoir que les exercices vont également augmenter les réflexes à savoir, on arrivera à stopper une flexion accidentelle beaucoup plus rapidement.

      Pour ma part, j’étais très sujet aux entorses, la dernière m’avait pris 1 an pour m’en remettre complètement et j’avais une cheville devenue très fragile, situation aggravée par la crainte permanente de me la tordre à nouveau.
      Mon salut est venu lorsque je me suis mis à la pratique du badminton en salle, ce sport m’a fourni un excellent moyen de renforcer mes chevilles

  22. Un très bon article !
    Petit retour d’expérience sur l’importance de laver ses chaussettes sur un trek de plusieurs jours : Si les chaussettes ne sont pas lavées (a minima rincées) régulièrement au delà de les rendre rêches, les fibres synthétiques durcissent, finissent par se « dessécher et les chaussettes sont à terme inutilisables.

    Me concernant, l’été je suis en chaussettes uniquement « synthétiques » et je garde le mérinos pour l’hiver (chaleur). Sur les saisons intermédiaires j’alterne en fonction des températures et du lieu de rando.

    Pour les ampoules c’était plus du au chaussures et j’ai solutionné le pb en trouvant la marque de chaussures faite pour mes pieds 🙂

    Yann

  23. Bonjour, François,
    Un article toujours complet .Tu va jusque au bout des chose et de bon conseil.
    Merci encore passe un bon ete avec de belle rando.
    Mich

  24. bonjour et merci pour cet article
    pour ma part j’utilise des doubles depuis des années avec une bonne paire de Lowa et n’ai plus d’ampoules ce qui arrive même avec des chaussettes spécifiques rando
    cdlt Didier

  25. Bonjour,
    Merci pour cet article. Personnellement j’ai découvert la chaussette en bambou et je ne porte plus que celà ! Formidable pour tous les critères évoqués ; respirantes, resistantes, pas d’odeur, pas d’ampoule ! Le top que je recommande

  26. bonjour merci pour cet article mais comment faire lorsque l’on est allergique au synthétique. si je ne mets pas de coton, j’ai les pieds qui s’échauffent et je ne vous dis pas la suite de la rando. j’avais essayé, lorsqu’elle sont sorties, les doubles chaussettes pour éviter les ampoules, je n’avais jusqu’à présent eu aucune ampoules et là, j’ai eu la plus belle de tout ma vie de randonneuse. je n’ai pas encore essayé les chaussettes en mérinos je vais peut-être en chercher quand au bambou c’est vraiment très bien pour l’été.
    mais l’hiver c’est un peu juste. bonne rando à tous L

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)

84 Partages
Partagez84
Tweetez
Email