Avr 282011
 

Bâtons de randonnée télescopiques Ceci vous est peut-être familier :

Nous sommes en Tasmanie, dans une longue descente au milieu du parc national des « Walls of Jerusalem » et je porte deux gros sacs à dos. Je suis avec une amie sportive avec qui j’avais fait quelques longues courses d’orientation – de durées allant jusqu’à 24 h. Pour cette randonnée je lui avais conseillé d’acheter une paire de bâtons. Elle m’avait dit : « non c’est bon », je n’avais pas insisté. Premier jour, de la montée, pas de problème. Deuxième jour, de la descente, elle a mal aux genoux et vous connaissez la suite – je me retrouve chargé comme une mule. Quelques jours après, elle a acheté une paire de bâtons – qu’elle ne quitte plus – et n’a plus de douleurs aux genoux.

Vous est-il déjà arrivé d’avoir mal au dos ou aux genoux en randonnée ? Avez-vous pensé à utiliser des bâtons de randonnée ?

 Les bâtons de randonnée sont généralement télescopiques comprenant deux ou trois sections dont la taille s’ajuste avec un système à vis ou à clip. Ils comportent des poignées en liège, en mousse ou en plastique ainsi qu’une dragonne (sangle pour le poignet). Ils se terminent par une pointe en acier ou carbure de tungstène entourée d’une rondelle de taille variable – dépendant de l’utilisation. Certains ont plus d’accessoires comme par exemple un système antichoc. Au final, ils existent énormément de modèles (et prix) différents en fonction de l’utilisation – novice ou avancée.

Les 10 principaux avantages des bâtons de randonnée

L’utilisation de bâtons de marche :

  • Réduit les impacts et la charge sur les articulations (genoux, chevilles, hanches, colonne vertébrale, etc.). Toutes les études scientifiques réalisées s’accordent sur ce point – bien que les chiffres varient. Même en réduisant de manière infime le poids subi par vos articulations à chaque pas, le résultat total est énorme vu le nombre de pas que vous effectuez pendant une randonnée. Cela est d’autant plus important si vous portez un sac lourd et dans les descentes. Réduire les charges subies par vos articulations limite les risques de blessures à court terme ainsi qu’à long terme.
  • Renforce l’équilibre, la stabilité et diminue les chances de glisser, tomber et par conséquent de se blesser. Sur terrains glissants (glace, boue…) ou instables (pierriers, neige, etc.) quatre points d’appuis sont beaucoup plus efficaces que deux – un peu comme en marchant à quatre pattes. Ceci est d’autant plus vrai sur terrain difficile et avec un sac lourd. Par ailleurs, les bâtons de randonnée vous donnent un meilleur contrôle et plus de confiance – surtout dans les descentes où la plupart des accidents ont lieu.
  • Aide au franchissement d’obstacles. Les bâtons de marche sont très utiles pour passer au dessus de rochers, troncs d’arbres, etc., mais également pour traverser des rivières, des passages boueux, neigeux, glacés…
  • Réduit la fatigue musculaire du bas du corps en faisant travailler le haut du corps. En utilisant des bâtons de randonnée, le haut de votre corps vous aide à aller vers l’avant, ce qui soulage les muscles de vos jambes. Cela se ressent particulièrement en montée. Même si votre fatigue générale est probablement la même après une journée de marche, vos jambes sont moins lourdes.
  • Régule le rythme de marche et la respiration. En ayant un rythme régulier vous êtes plus efficaces et moins fatigués.
  • Permet de marcher plus vite pour un même effort. Ceci est le résultat de plusieurs éléments mentionnés plus haut. Avoir un meilleur rythme, engager le haut du corps et améliorer votre stabilité contribuent à augmenter votre vitesse de marche. Cela permet même de trottiner dans les descentes raides.
  • Améliore la posture de marche. Si la longueur des bâtons est bien réglée – et que les coudes forment un angle d’environ 90 degrés – la posture de votre corps est plus naturelle et il souffre moins.
  • Réduit le gonflement des mains et des doigts. Beaucoup de personnes ont ce problème, qui peut être diminué ou éliminé en utilisant des bâtons de randonnée. En vous servant de vos mains, vous améliorez votre circulation sanguine.
  • Permet de tester la stabilité des rochers, l’épaisseur de neige ou de boue, la profondeur de l’eau, etc. Les bâtons sont aussi pratiques pour repousser les branches. Avec l’habitude, on peut se servir de ses bâtons comme de deux membres supplémentaires. Ce n’est pas évident de manger une barre de céréale avec, mais vous avez compris l’idée.
  • A des usages divers et variés. Les bâtons de marche peuvent – entre autres – servir à réaliser des abris, à planter une tente dans la neige, à repousser des animaux, à fabriquer une attelle, à faire avancer une personne qui vous accompagne, etc. En gros, ils peuvent servir à tout (ou presque), il suffit d’un peu d’imagination.

Un ou deux bâtons de marche ?

Vous rencontrez des personnes avec un bâton de randonnée et d’autres avec deux. Quel est le nombre idéal ?

Un seul bâton est plus facile à utiliser, plus léger et moins cher. C’est sûrement idéal pour garder l’équilibre sur les chemins faciles, sans descente raide et avec un sac à dos léger. Essayez par contre de ne pas toujours utiliser le bâton de la même main pour éviter de faire travailler le corps d’une manière asymétrique – et risquer de vous blesser.Bâtons de marche

En dehors des randonnées sur chemins faciles avec un sac léger, je vous recommande d’en utiliser deux. Deux bâtons vous garantissent plus de stabilité qu’un et réduisent davantage les impacts sur vos articulations. Par ailleurs vous bénéficiez encore plus de tous les avantages cités auparavant en utilisant deux bâtons.  

Les quelques inconvénients des bâtons de randonnée

Comme pour toute chose, il ne peut pas y avoir que des avantages. Voici quelques inconvénients :

  • La technique. Pour pouvoir bénéficier des avantages, il faut avoir acquis une bonne technique. Bien utiliser des bâtons demande un peu de pratique – mais rassurez vous – cela s’apprend vite.
  • L’encombrement des mains. Il faut parfois enlever ses bâtons pour pouvoir se servir de ses mains (lire une carte, grignoter, escalader…).
  • La manipulation. Il faut adapter la taille des bâtons en fonction du profil du terrain (plat, montée ou descente). De même il faut parfois les ranger ou les sortir.
  • L’impact environnemental. Utiliser des bâtons peut endommager la végétation, les rochers, le sol, etc. – soyez respectueux.
  • Le poids, qui n’est pas énorme par rapport au poids total que vous portez. Surtout que les bâtons sont sûrement plus utiles que beaucoup de choses que vous avez dans votre sac.
  • Le prix. C’est un achat supplémentaire, mais je suis convaincu qu’avoir une paire de bâtons est un bon investissement comparé à des rendez-vous chez le kiné ou autres.
  • Le bruit lors de l’utilisation, qui peut déranger d’autres randonneurs.

En conclusion

 Selon moi, il y a beaucoup d’avantages et peu d’inconvénients à utiliser des bâtons de randonnée. C’est pourquoi, j’en aurai une paire pour réaliser mon défi sur le GR 20. En effet, j’utilise principalement des bâtons pour les grandes randonnées, dans des descentes longues ou difficiles et dans les montés sur terrains glissants ou instables.

Ce sont des préférences personnelles. Trouvez les vôtres et souvenez vous qu’au début, utiliser des bâtons paraît gênant, non naturel et encombrant. N’y renoncez pas avant de savoir bien vous en servir. Je vous garanti que cela vous permettra de profiter pleinement de vos randonnées maintenant et pendant longtemps.

Attention, les bâtons de randonnée ne font pas tout, il faut se souvenir qu’avec ou sans bâtons, la technique de marche est primordiale.

Nous verrons dans de prochains articles comment utiliser des bâtons de randonnée et comment les choisir.

Si vous aimez les articles du blog Randonner Malin faites le savoir en devenant fan de la page Facebook.

  117 commentaires à “10 raisons d’utiliser des bâtons de randonnée”

Commentaires (106) Pingbacks (11)
  1. bonjour, J’aime beaucoup ton article « 10 raisons d’utiliser des bâtons en randonnée ». Je suis tout à fait d’accord, pas de randonnée en montagne sans bâton.Je sais que lors de mes sorties en montagne ils étaient obligatoires. Pour ma part je les appréciais surtout dans la descente. Ils me soulageaient et me permettaient de moins souffrir surtout des genoux. J’aime beaucoup comme tu racontes tes histoires pour en tirer une leçon positive. Par contre je ne suis pas d’accord avec le choix de marcher avec un ou deux bâtons. La randonnée se pratique avec deux bâtons. C’est ce que j’ai toujours appris et pratiqué. C’est mon avis mais je suis un ancien. Pour terminer, ton article est très clair et instructif.J’ai encore appris quelque chose que je ne savais pas qu’en me servant de mes mains, j’améliore ma circulation sanguine. A bientôt

    • Bonjour Martin,

      Merci pour ton commentaire constructif. Je suis plutôt d’accord avec toi et utilise toujours deux bâtons. Par contre, pour des balades faciles (terrain plat, courte durée, sac léger, etc.) là où tu n’utiliserais peut-être pas de bâtons, je pense qu’un seul peut suffire. Et dans ce cas il sert surtout à avoir un troisième point d’appui.

      A bientôt.

      François

      • Merci pour cette article très instructif. Je n’étais pas convaincu par l’utilisation de bâton, pour moi s’était du matos en plus à emporter. Après cette lecture je suis prête à essayer et qui sais peut être changer d’avis définitivement.

        Bonne continuation.

    • bonjour,
      je suis totalement en accord avec toi… et depuis que je les ai, sur une longue distance, je ne ferai jamais sans !
      je pars toujours avec deux, pour la bonne circulation dans les mains et avons-nous déjà vu un animal sur trois pattes ?!!

      • Salut à tous !

        J’ai 22 ans, jeune et dynamique et depuis tout petit je marche avec deux bâtons télescopiques qui sont ma foie fort nécessaire !

        Un temps d’adaptation est requis comme évoqué dans l’article ci-dessus. Mais une fois lancé !

        Que de plaisir, mes ligaments croisés sectionné s’en portent à merveille =’)

  2. Bonjour Martin,
    Je suis Elisandre de la formation Blogueur Pro…ça tombe bien je me disais que peut être je ne pourrai plus faire de la marche, de la randonnée car il m’est venu soudainement une légère insensiblité au pied gauche, qui fait que je peux tomber facilement, mes capacités proprioceptives étant légèrement handicapées. jespère trouver un moyen d’y remédier mais au cas où et en attendant, des bâtons vont s’avérer fort utiles.
    merci
    Elisandre

  3. Bonjour,
    Intéressant. Je rentre justement d’une série de randonnée dans le Jura. Je débute :). Et je pense que l’absence de bâton s’est fait sentir.

    Maintenant, je ne fait pas de randonnées difficiles et, par contre, j’ai une certaines quantités de matériel photo (à commencer par l’appareil) et la photo reste ma priorité. J’opterai sans doute, dans un premier temps, pour un seul bâton.

    Amicalement

    • Bonjour,

      Effectivement, si tu prends beaucoup de photos, cela peut être gênant d’avoir deux bâtons et de devoir enlever la dragonne à chaque fois et les poser quelque part pour prendre une photo. Avec un bâton tu limites le nombre de ces manipulations.

      François

      • Bonjour François,

        Je ferais des essais pour voir. L’équipement (le type de sac, d’appareil, d’objectif) va également jouer.

      • Depuis que j’utilise les bâtons de randonnée, j’ai récupéré tout mon potentiel de marche qui avait été réduit à cause d’un problème de hanche. Les bâtons, bien utilisés ne constituent aucune gêne: lorsque je veux prendre une photo, manger un en-cas, utiliser mes jumelles… je laisse pendre les bâtons au bout des dragonnes… et de cette manière je ne les oublie plus derrière moi! Ma devise: « Jamais sans mes bâtons! »

  4. Perso, j’utilise que des bâtons avec amortisseurs intégrés , ceux juste en alu ou en carbone renvoient l’onde de choc dans les poignées et coudes et ça devient douloureux à la longue pour avoir testé …
    Votre avis ?

    • Bonjour Luc,

      Les bâtons avec amortisseurs intégrés sont bien pour limiter les chocs et impacts dans le haut du corps. Je pense qu’ils sont indispensables pour les gens qui ont des problèmes aux poignets ou aux coudes. Par contre, je trouve que les sensations sont moins bonnes avec et que le prix est assez élevé.

      Par ailleurs, il faut qu’ils soient équipés d’un système de blocage pour éviter de perdre de l’énergie dans les montés.

      François

      • oui , je fais sans doute parti des personnes à problèmes de santé ,à cause du travail à la chaîne et manutention en usine et pas à cause du sport que j’ai beaucoup pratiqué , perso j’en ai trouvé à prix raisonnable même si c’est vrai , c’est un petit peu plus cher , les amortisseurs peuvent être en général bloqués en serrant le pas vis si on veut les neutralisé .
        Cependant j’ai vu des tampons caoutchouté en bout de bâton moderne particulièrement bien étudié , il sont allongé en forme de pointe arrondie pour amortir et l’impact dans le sens du dérouler de la marche mais j’ai pas eu l’occasion de les essayer réellement.

        • j’ai acheté des batons de rando avec embout-pointe de carbure et protection bouchon caoutchouc dois je laisser ces bouchons quand je randonne

  5. Message à Rémi,
    Si par contre tu choisis un seul bâton, choisis-le avec la vis de fixation de ton appareil, je suis comme toi, c’est à dire photographe et même en utilisant un bridge, dans certains cas, c’est nécessaire ! Tu devrais trouver çà par l’intermédiaire de ce blog…
    Montagnement vôtre
    Jean-Claude WM de Blogmontagne…

    • Bonjour Jean-Claude,

      Je te remercie pour le conseil et l’info. Je ne savais pas en effet, que certains bâtons pouvaient servir de monopode (ou l’inverse à priori 🙂 ).

      A bientôt.
      Amicalement

  6. Oui moi aussi j’ai un pas de vis , je fais de la photo panoramique assemblée avec un compact ou des 360°.

  7. Bonjour,
    ça fait 20 ans et plus que je partage un véritable Art de marcher,par rapport aux bâtons je les fait utiliser d’une manière peu vue sur les chemins:
    dépliés jusqu’à ce que le haut du bâton arrive vers l’aisselle!
    JAMAIS les mains dans les dragonnes ni à la montée ni à la descente,les mains doivent pouvoir glisser sur le bâton et on pousse toujours en montée avec le bras juste à la bonne position qui est juste avant de sentir une tension dans les bras/épaules.
    A la descente cette façon de faire est 1000 fois plus pratique,le bâton devient un prolongement du bras on ne le serre pas avant de le poser,on s’en sert presque comme un stylo,on peut le mettre où on veut, contrairement à mettre la main dans la dragonne et en serrant la poignée qui immobilise tout,de l’épaule au poignet.
    Quand le bâton est posé,bien enraciné dans le Hara ( centre de gravité du corps) on peut faire glisser la main sur le bâtons de manière a amortir encore un peu plus.
    Enfin dès que le bâton a fini son appui il ne sert plus à rien,la plupart du temps on continue à avancer,du coup il arrive près des pieds,le truc c’est de TOUJOURS gardé le bâtons la pointe vers l’avant,de donner un petit coup de poignet et de coude pour qu’il revienne vers l’épaule,prêt à servir à nouveau!
    Difficile de tout expliquer avec des mots,mes stagiaires témoignent tous que ça leur a changé la vie!

  8. oui je voudrais bien voir une vidéo sur la bonne façon de marcher avec les bâtons , si quelqu’un a un lien….

  9. Comme vous semblez ne pas donner suite à ma proposition et selon votre réponse, j’ai relayé votre lien sur mon indexation Facebook https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=110238925729589&id=326150921375
    40 commentaires à ce jour concernant l’utilisation des bâtons en randonnée…
    Montagnement vôtre
    Jean-Claude (alias Blogmontagne et rando)

  10. Je voulais rajouter que ce n’est pas évident de se servir de deux batons pour ceux qui n’ont jamais fait de ski. Il faut que le baton remplace votre pied qui n’est pas devant. J’explique: si vous avez le pied droit devant votre baton que vous avez dans la main gauche doit être en avant et remplacer votre pied gauche. C’est comme si vous aviez les deux pieds devant en même temps. L’autre baton se trouve donc derrière.
    Je peux également dire que dans les avantages les batons enlèvent les toiles d’araignées nombreuses à certaine période de l’année mais aussi dans les inconvénients beaucoup de personnes se moquent de nous en demandant où est le col, ou bien où est la neige mais perso je m’en moque…

    • Bonjour,

      C’est vrai que cela demande un certain temps d’adaptation. Mais après s’être fait quelques croche-pieds avec, on s’habitue vite. J’essaierai de faire une vidéo pour essayer d’expliquer comment bien se servir de bâtons.

      En ce qui concerne les gens qui se moquent, je pense qu’il faut les laisser faire, c’est eux qui se plaindront plus tard qu’ils ne peuvent plus faire tout ce qu’ils veulent parce qu’ils ont des problèmes de genoux.

      François

    • Bonjour,

      Soleda, les bâtons me servent comme à toi, quand ce n’est pas possible de faire autrement, au délicat enlèvement des toiles d’araignées qui ne sont pas très agréables quand tu avances bouche bée sur les sentiers… ;<). Bah oui, mon compagnon, lui, a trouvé un autre truc… il me fait marcher devant lui… !
      Sinon, j'avoue avoir du mal à me passer de mes bâtons pour randonner. A plat, ça va, mais en montée, ils soulagent pas mal mon effort et me rendent plus confiante dans les descentes ou sur terrains glissants et instables. Ils m'ont aussi évité quelques chutes.
      Quant aux moqueries… j'ai entendu les mêmes ! Mais les bâtons me facilitent tellement la marche !

      PS : Merci pour tous tes bons conseils François. Ton site est vraiment intéressant.

  11. Bonjour ,moi au debut j’ai fait sans batons pendant une semaine (je me disai s c’est encombrant,puis pour faire de la photo c’est pas pratique) )ensuite la deuxieme semaine avec batons,et bien les petits inconvenients ont ete regles et,quel confort pour le corps tout entier,par contre moi, je ne passe pas les mains dans les attaches??? y a t-il une vraie difference ??? cela met plus pratique et rapide a deposser ou a coincer entre les jambes pour les photos. voila ,je reste ouverte a vos conseils etant novice dans la pratique de la randonnee en haute montagne. pour la technique des batons sous les aisselles ,je n’ai pas tout saisie ??. si video ? donnémoi le lien.Merci

    Aline

    • Bonjour,

      En n’utilisant pas les dragonnes, tu utilises plus d’énergie pour tenir tes bâtons. Avec, tu peux reposer tes mains et tes poignets dessus sans avoir besoin de trop serrer les poignets des bâtons.

      L’avantage sans dragonne est effectivement que c’est plus rapide pour se servir de ses mains pour faire quelque chose d’autre. C’est aussi bien quand tu coinces ou entraves un bâton quelque part. Ca évite que ta main reste accrochée.

      Donc c’est comme tu préfères. En général, j’utilise les dragonnes mais il m’arrive parfois de ne pas m’en servir.

      A bientôt

      François

  12. Ne pas oublier cet avantage : avec deux bâtons on peut monter un tarp.

    • Bonjour Gilou,

      Oui effectivement, ils peuvent servir à monter un tarp ou remplacer des arceaux de tente pour des « montages maison ».

      A bientôt,
      François

  13. Bonjour,
    Pour mes 1700 km je suis partie avec un bâton, principalement avec l’idée de repousser les chiens et éventuellement comme appui pour franchir un obstacle. Sur le parcours une personne qui s’arrêtait, m’a laissé le sien. Je n’ai pas osé dire non. Il m’a bien gênée, jusqu’au jour où un allemand m’a poussée à essayer de m’en servir correctement… J’ai fait la différence entre avant et après. On fait fonctionner 80% de son corps, Jamais plus sans les bâtons. Dans les montées et descentes, sur terrains glissants… bref ! quand on est chargé il y a une sacrée différence au niveau des articulations et de plus, effectivement, mes mains ne gonflent plus !.. pour le bruit il suffit de mettre des ambouts en caoutchouc.
    Un seul bâton… il m’a aussi dit : « on a jamais vu un animal avec 3 pattes »….

  14. Très bon article.

    Je suis montagnard (né en Pays Basque) et j’ai toujours vu les gens marcher avec un long bâton en bois (« makila », de préférence noisetier), et fait de même. J’ai jamais compris les gens qui les méprisaient. C’est drôle comment on oublie l’expérience acquise par « les vieux » quand ce sont les urbanites qui le font.

    Seul bémol, comment accrocher le bâton au sac à dos … résolu avec les bâtons modernes pliantes.

  15. +1 pour les mains, cela m’a changé la vie, plus de mains gonflées!!!
    Après pour les descentes une guide m’a une fois indiquer de les raccourcir et de m’en servir en appuyant la paume de main sur le dessus du bâton et dans les pierriers ça marche super bien (ou quand il y a des « marches » sur un chemin.
    Après si ça soulage pas mal le genou mais qu’on a encore des problèmes, une solution peut aussi être d’aller voir un orthopédiste : j’ai fait faire des semelles spécialement pour mes chaussures (en enlevant la semelle d’origine puisque mes chaussures le permettait) et ça m’a beaucoup aidé. Un peu copûteux mais en général pris en charge par les mutuelles je pense.
    Bonnes randonnées

  16. Je ne marche qu’avec un grand bâton de bois que je me suis fabriqué. A peu prêt ma taille.
    Je suis d’accord avec Daniel qui faut le tenir haut (bras presque replié) ce qui fait plus travailler le biceps et soulage plus.
    Je peux m’appuyer dessus au repos en le calant sous une aisselle.
    Il est plus doux et chaux qu’un truc en aluminium.
    Sa longueur garde les chiens a distance respectable.
    J’ai sculpté au bout un crochet qui me permet d’attraper les branches de mûres inaccessibles 🙂

    C’est vrai que le cliquetis des bâtons métalliques me dérange un peu en montagne…. En général on les entend de loin les quadrupèdes 😉

    Je n’ai qu’un bâton car sous l’autre bras, j’ai mon carton a dessin… et je peux vous dire qu’il en fait des randos 🙂

    Bien a vous.

  17. Merci pour ces infos !
    Petite expérience du GR20 (Sud seulement…) : tous ceux qui sont partis sans bâtons ont fini avec des bouts de bois et des douleurs aux genoux…
    Un accessoire dont on ne comprend pas forcément l’utilité avant de partir mais qui devient vite indispensable…

  18. pouvez vous me renseigner sur : comment equiper le baudrier pour s assurer sur une corde qui est fixe sur une falaise a l’orizontale ,je dois faire le mont perdu au 10 aout et il y a le passage dit « des izards » ou il faut s’acrocher ,alors quel mousquetons ? combien ? quelle taille ?la corde? comment faire le montage ? ….ext

    cordialement aline

    • Bonjour Aline,

      Je ne vais pas vraiment répondre à ta question, car elle est très vague et j’ai peur qu’une partie du message se perde entre toi et moi – ce qui pourrait être dangereux. Le mieux est qu’une personne expérimentée te montre les manipulations à effectuer, qu’elle te les fasse faire et qu’elle vérifie ce que tu fais. Ce sera beaucoup plus efficace et beaucoup plus sûr que si j’essaye de t’expliquer les manipulations par écrit.

      A bientôt,
      François

  19. bonjour

    encore moi ,pour s’avoir aussi la longueur de corde ainsi que son diametre et comment faire les noeuds ,merci
    cordialement aline

  20. bonjour François,
    En fait j’ai une question liée à l’achat des bâtons : je suis une débutante, je n’ai aucune idée du modèle qu’il faut choisir ; on me dit « en dessous de 70 € point de salut !!! merci de bien vouloir me conseiller à ce sujet

  21. Je fais parti de la vieille école et je regardais avec scepticisme tous ces jeunes avec leurs bâtons.
    Puis un jour un ami m’a convaincu d’essayer.
    Et
    ‘Essayer c’est adopter ».
    quelle différence de confort de marche, d’efficacité, d’économie des articulations.
    Je ne peux plus faire un mètre en montagne sans mes deux bâtons.

  22. Super article qui répond tout à fait aux questions que je me posais sur l’utilité des bâtons en randonnée. En effet ayant utilisé des bâtons pour la marche nordique, je me demandais si je le pouvais pour la simple rando.

  23. Mes deux sous : quand je pars pour la journée de balade (sur du plat, ou presque) pas de bâtons car trop encombrants et pas vraiment utiles. Au pire je me prends temporairement une branche sur le chemin si c’est nécessaire.
    Quand je pars plusieurs jours (c’est plus juste de parler de plusieurs semaines, voir mois) les bâtons sont accrochés au sac et ne servent que pour les (grandes) montées, descentes, passages difficiles et montage de tente/tarp. Ils me servent aussi en début de journée en forêt pour enlever les toiles d’araignées de la nuit ;). Les araignées adorent les trouées bien balisées entre les arbres et buissons et qui sont des autoroutes à insectes. Et moi, bin j’aime pas les araignées…
    En fait ils sont plus souvent sur le sac qu’à mes mains. Il faut dire que je ne fais pratiquement pas de montagne et ils me gênent plus qu’autre chose lors de la marche à plat. En effet je m’arrête souvent pour ramasser des petits fruits, regarder un détail, examiner un caillou, photographier, lire la carte, etc et ce n’est pas pratique du tout. De plus je trouve le bruits assez insupportable à la longue (les embouts ne durent pas longtemps en randonnée au long court et c’est ce que je pratique le plus). Dans ce type de marche, il n’y a pas de sentiers balisés et il faut bien compter environ un tiers à une moitié du trajet sur du goudron (petites routes) et là, franchement, je trouve que c’est plus fatigant de marcher avec que sans. C’est au point que je me dis à chaque sortie « la prochaine fois je ne les prends pas, je gagnerai 480 gr* sur mon sac ! Pour ce que je les utilise… ». Mais finalement je les prends quand même… je dois être maso ;).
    Bon, à vrai dire j’ai aussi ce problème avec mes chaussures : sur du plat et même petits dénivelés, je suis en sandales (Teva) comme presque toute l’année et les chaussures (trails, en général, des fois de marche si je pense que le terrain ou le climat le nécessite) sont dans le sac pour « au cas où ». Et paf : presque 1 kg de plus à porter. Je rage de penser que je pourrais gagner 1,5 kg (mon sac fait environ 12 kg au total avec l’eau et un peu de nourriture), mais je suis content d’avoir ces accessoires quand ils sont utiles !

    *Oui, je sais, on en trouve des plus légers, mais c’est ceux que j’ai en ce moment.

  24. Bonjour,
    suite à une étude que je fait dans le cadre d’une formation, je cherche à réunir les arguments pour et contre l’usage des bâtons. On entend souvent ce qui est écris dans cet article, à savoir « toute les études scientifiques s’accordent sur ce points », par rapport au fait que les bâtons soulages les articulations. Je n’en doute pas, seulement quelqu’un pourrait t-il me montrer une des ces fameuses « études scientifiques », car pour ma part je n’ai rien réussi à trouver.
    merci

    • Bonjour,

      Il faut surtout regarder ce qui a été publié en anglais. Voilà par exemple ce que l’on trouve en recherchant « trekking poles » sur Medicine & Science in Sports & Exercise : http://journals.lww.com/acsm-msse/pages/results.aspx?k=trekking%20poles&Scope=AllIssues&txtKeywords=trekking%20poles

      A bientôt,
      François

    • est il besoin de grandes études scientifiques pour savoir que les bâtons apportent soulagement lors des randonnées. Je suis le premier à dire le soulagement que j’ai eu lorsque j’ai pris les bâtons suite à quelques problèmes dans les genoux (course à pied depuis 30 ans). Donc c’est simple si on est soulagé et sécurisé pourquoi se poser des questions. Bien sur le bâton est parfois un peu gênant et j’ai vu des personnes accrocher dans leurs chaussures de marche et tomber mais c’est tellement rare si on marche épaules dégagées. A bientôt sur ce très bon site.

  25. bonsoir
    je suis entierement d’accord, je débute dans la randonnée et l’utilisation de deux bâtons me parait indispensable…. pour moi,cela m’apporte une grande confiance!! je me sentirai totalement incapable de marcher sans mes bâtons

  26. Excellent article découvert grâce à Paty Services et que je vais partager de ce pas sur ma page http://www.facebook.com/radiocamino

  27. Absolument d’accord avec toi. Impossible de m’en passer !

  28. Nouveau sur le site; l’article bâtons de randonnée m’étant soumis, voici mon opinion.

    Rando ski et pédestre depuis les années 70 (le siècle d’avant); j’ai pendant un certain temps considéré les bâtons en rando pédestre comme des accessoires inutiles.

    J’ai totalement changé d’avis suite aux conseils de plus jeunes.

    L’usage de ces bâtons me parait maintenant indispensable quelque soit son état physique; en bonne santé rhumatologique ils améliorent les performances; en souffrance ostéo-articulaire ils soulagent notablement (les genoux).

    Par ailleurs ils me paraissent source d’économie d’énergie en assurant l’équilibre et plus particulièrement en descente: plus de faut pas à droite, à gauche en terrain accidenté, et grands consommateurs d’énergie.

    Je les règle plus longs que ce qui est décrit dans l’article, facile à 15 degrés de plus au dessus de l’horizontale (je mesure 180 cm et je les règle à 130 cm)

    Trois raisons à ce réglage long (certains font plus long encore):
    1°: bonne gestion des appuis avals dans des terrains scabreux et pentus, bras aval tendu sur le haut du bâton qui parait parfois encore trop court
    2°: meilleure propulsion du corps en terrain peu pentu, comme en ski de fond (regardez la longueur des bâtons..)
    3°:utilisation simultanée des deux bâtons pour se hisser dans les terrains « marches d’escalier »: j’explique:
    planter des deux bâtons sur la marche du haut ce qui amène les poignets à hauteur des épaules; bascule vers l’avant du tronc et des épaules ce qui surélève le tronc sans effort au passage à la verticale des points d’appui des bâtons; il n’y a plus qu’à grimper la marche mais déchargé du poids du sac et du tronc.
    Difficile à expliquer mais super efficace.

    Attention l’usage dynamique des bâtons de marche sollicite les épaules et les coudes ainsi que les muscles péri-articulaires correspondant; on déplace probablement les problèmes; au mieux on réparti les contraintes. Courbatures épaules et triceps brachiaux garanties en début de saison.

    Je n’engage jamais les dragonnes en pédestre comme en ski (un souvenir d’une luxation du pouce lors d’une chute à ski sur dragonne); je ne laisse jamais échapper mes bâtons.

    Pour lire une carte, regarder le GPS, manger boire, se soulager (pour les gars) etc, il est rare que l’on ne puisse pas planter ou poser ses bâtons; sinon on les coince en arrière sous les bretelles du sac (encore un avantage à une plus grande longueur); ne pas poser les bâtons au sol il faut fournir pas mal d’énergie pour les récupérer, sac sur le dos.

    Baton de marche avec vis pour appareil photos: trop lourd un peu cher et j’imagine: pas agréable l’asymétrie de poids.

    Pour conclure: batons de marche c’est bon pour les performances pour la santé et pour la sécurité.
    Au fait coté amont, on se fait pas chi…. à raccourcir on empoigne à la bonne hauteur ça tient bien comme ça et puis c’est pas le coté amont qui sollicite le plus la sécurité.

    Bravo pour le site. Il sont marrants ces jeunes.

  29. j’ai pris l’habitude de marcher avec mes bâtons de marche nordique.Ils ne sont pas règlables mais ont l’avantage d’avoir les gantelets qui se déclipsent très rapidement (un seul coup de pouce). Je peux ainsi prendre des photos ou me moucher . D’autre part, ils sont très légers. Si j’ai pris du retard sur le groupe ou si je suis fatiguée cela me permet de changer ma façon de marcher en appuyant plus fort sur les bâtons.

  30. Pour moi, c’est le contraire : j’ai longtemps été fan des bâtons, à une époque où cet accessoire était relativement inconnu. Au début, on prennait des bâtons quand on portait des très gros sacs. Depuis, j’ai pris mes distances (les sacs sont aussi plus légers !). Sur le plat et en montée, aucune utilité, je les porte en travers sur le sac. Seules réelles utilisations, la descente sur chemins, pour éloigner les chiens/serpents et le passage de rivière. Dans les pierriers, les bâtons donnent un faux sentiment d’assurance et de plus ils se prennent dans les blocs, sur les névés, ils sont presque dangereux (neige = piolet + crampons). Tous les bâtons multibrins sont à proscrire car très fragile (les seuls qui me restent sont canibalisés et rafistolés au scotch). Au final, j’utilise rarement mes bâtons en noisetier ou bambou, de fabrication « maison », avec dragonne et toujours par paire.

  31. Ah l’utilité des bâtons, j’ai repris les randos depuis 3 ou 4 ans même si je n’en fais pas beaucoup 2 ou 3 par ans, elles sont quand même assez rudes.
    Faut dire que sur deux jours avec bivouac, le sac est en général sur les 20kg.
    Mes randos vont toujours de pair avec la pêche en lac, et le matos ça fait son poids.
    Et que dire des repas, qui ne sont pas lyophilisés, mais bien je dirais… euh… gastronomiques… oups!!
    Faut dire que quand on peut, un magret grillé, je ne sais pas pourquoi mais il n’a pas du tout le même goût quand bas.
    Et même si l’on est un peu plus léger à la descente, il reste quand même un peu de poids (souvent il y a du poisson qui nous accompagne), et c’est là que les bâtons on toutes leur utilité; je rajouterais même qu’ils sont indispensables, pour les genoux.
    Si jusqu’à pas longtemps, je faisais avec un seul bâton (en buis, bien qu’un peu lourd c’est du costaud), je suis passé depuis peu sur la paire.

  32. Bonjour,
    Je suis débutante en rando et pour avoir testé les bâtons, je ne suis pas une adepte. J’ai mes raisons :
    – c’est un poids en plus.
    – j’apprécie de pouvoir soulager mes épaules en glissant mes pouces dans les sangles des bretelles du sac (je suis loin de la MUL mais je ne porte pas très lourd non plus, 12kg sur 7 jours. Toutefois ça devient un argument nul pour les adeptes du sac ultra léger)
    – Les mains libre (ou rapidement libérables) sont pratiques pour boire, cueillir des myrtilles et les déguster, prendre des photos, regarder aux jumelles et mille autres petits plaisirs de la rando.

    Cependant c’est un avis très perso et je conseille à chacun de tester 😉

  33. C’est excellent en descente pour ménager les genoux, on peut aussi se permettre quelques sauts qu’on ne pouvait pas se permettre sans.
    Avec la fibre de carbone le poids est un argument un peu exagéré, l’encombrement aussi tant ils sont de plus en plus rétractables.

  34. Bonjour la compagnie,

    Plus une rando ne se passe sans que j’emmène avec moi mes petits bâtons télescopiques (les loupiaux comme je les appels). En effet suite à une opération très douloureuse j’ai été fortement pénalisé quant à la pratique de parcours ardu. Cette remise en forme avec les loupiaux à fait ses preuves et m’a permis de me remettre à niveaux très rapidement.
    La relation que j’ai avec eux m’a même poussé à les customiser. poignée moulée sur mesure, chemin de led et badge rétro réfléchissant, sangle kevlar, pointe en alliage léger…

  35. Bonjour tout le monde,

    Un petit témoignage en guise de commentaire :

    Longtemps, j’ai marché sans bâtons. Parfois, sur le bord du chemin, une branche assez droite et assez solide, sans pour autant être trop lourde, m’incitait à en faire un bâton de pèlerin, le temps de mon périple et au fil des ans, j’ai fini par prendre pour habitude, lors de mes randonnées, d’avoir un bâton à la main.
    Mais dans bien des endroits, il est tout à fait impossible de s’en procurer un ! Je me suis donc un jour décidé à acheter, quelque part dans le Massif Central, un bâton de marche au bout ferré (qui s’est avéré malheureusement un peu trop court à l’usage) . . .
    Suite à un problème au genou, je viens d’acheter 2 bâtons télescopiques en alu qui pèsent le même poids que mon bâton en bois.
    Après avoir consulté quelques sources de conseils concernant leur utilisation, je suis parti il y a trois jours faire un petit tour de reconnaissance de cette nouvelle technique, avant-bras à l’horizontale et dragonnes bien en place. Rien à dire de nouveau, si ce n’est qu’elle ne m’a paru vraiment naturelle, demandant sans doute une certaine pratique pour le devenir .
    Et puis, une fois revenu, j’ai relu ce sujet et ses commentaires et l’un d’eux a attiré tout particulièrement mon attention : celui de daniel (n° 7 daté du 19 mai 2011) où il explique une technique que je n’aurais pas osé inventer moi-même, même si j’y ai un peu pensé !
    Ayant eu la bonne idée d’acheter des bâtons assez longs (1,4 m maxi) et munis, sous la poignée, d’un manchon de mousse appelé « grip », j’ai refait hier le même circuit, mais cette fois avec les bâtons étirés au maximum et tenus comme des bâtons de bois, les mains au niveau de la poitrine. Et là, j’ai retrouvé le confort du bâton de pèlerin que je croyais devoir oublier avec la technique « normale » !
    Bien sûr, l’expérimentation a été très courte et devra être prolongée, mais plusieurs points me semblent dores et déjà importants :
    – quand on tient naturellement un bâton, l’angle qu’il fait avec l’avant-bras n’est pas droit, ce qui est le cas avec le bâton de pèlerin
    – la position de la main est libre et on peut en changer à tout moment sans rien remettre en cause dans la progression
    – la longueur de la zone « grip » permet de modifier instantanément la longueur du bâton d’une bonne vingtaine de centimètres, ce qui est particulièrement commode dans les montées accidentées
    – dans les descentes, on profite immédiatement de toute la longueur du bâton, poignée comprise et, étant plus long, il se place facilement au bon endroit
    – le bâton de bois pouvait parfois devenir encombrant, sans aucune possibilité d’être raccourci (combien a-t-il fallu en abandonner à regret) !
    – les bâtons étant télescopiques et les poignées avec dragonne toujours présentes, il sera toujours possible de changer de technique si besoin

    Il y en aura sûrement d’autres à venir !
    Donc un grand merci à daniel

  36. Bonjour,
    je voudrais tout d’abord te remercier François pour ton site. très claire, des articles intéressants et qui me permettent d’anticiper des erreurs.
    randonneuse très occasionnellement mais principalement à la journée, je vais me lancer dans une randonnée d’une semaine cet été. je n’avais pas pensé aux bâtons et cet article tombe à pic. Lors de précédentes randonnées j’ai eu des douleurs aux genoux, très pénalisantes dans les descentes. et comme d’autres, les mains qui gonflent.
    Bien que récupérant des branches en chemin lorsque j’en voyais qui pouvaient faire office de bâton de marche, je n’en ai jamais acheté.
    Je vais donc franchir le cap
    et puis comme ça je pourrais tester le « faire avancer une personne qui vous accompagne » (voir le dernier points des 10 avantages). J’ai beaucoup aimé cette précision car sur l’instant je me suis imaginé un vacher faisant avancer ses vaches 🙂

  37. Merci pour cet article.
    Il tombe à point car justement je suis dans la réflexion pour des achats de matériel.

  38. Bonjour. Avoir 1 baton à la main en permanence dès que je sors me balader dans la nature (foret ou montagne) c’est vite devenu un objet indispensable. Quand j’étais débutante parfois j’avais omis de le prendre et à chaque fois j’ai du regretter. Ayant quitté les alpes pour les Vosges, je constate qu’ici aussi l’usage d’un baton (au minimum) est incontounable car tellement pratique et utile en toute circonstance. Tant pis pour les moqueurs et les mauvaises langues. Avec les années je fais maintenant partie des gens qui ont « des problèmes aux genoux » et là avec 1 baton ça ne suffit plus vraiement, du moins dès que je quitte les chemins. Et je vois aussi que quand j’utilise 2 batons j’ai moins mal aux genoux. C’est bien aussi ce que me disent mes collègues.
    Maintenant des batons j’en ai eu surtout des bons marché. Les derniers en date ont servi exactement 2 ans ensuite ils sont resté dans le coffre de la voiture 3 ans pour usage occasionnel, et aujourdhui j’ai voulu les utiliser : impossible de les régler, je me suis acharnée dessus 1/4 dh’eure sur le parking, je me suis dit « laisse tomber, prends ton vieux baton erbo ce sera toujours mieux que rien du tout ».
    Ce baton Erbo est tout usé et un peu tordu en bas, la pointe a fini par disparaitre, les brins sont bloqués à la longeur qui me convient, il est « made in austria », il est costaud et je l’aime beaucoup. De plus c’est un souvenir de Savoie et d’une certaine balade à l’occasion de laquelle j’ai trouvé ce baton par terre. J’avais croisé son propriétaire un peu plus tot qui cherchait en vain, ensuite il est reparti déçu m’ayant demandé si j’avais rien vu. je ne pensais pas que j’allais trouver 500m plus haut le baton, je le ramasse et fais demi-tour pour redescendre en esperent eventuellement retrouver le monsieur ce qui ne s’est pas produit vu son avance. J’ai gardé le baton et il m’a été bien utile, bien plus que s’il etait resté dans l’herbe. il reste en permanence dans ma voiture, pret à servir. j’aurais aimé retrouver une paire de batons de cette marque mais il semblerait qu’il n’en font plus, du moins on en trouve pas sur le net.

  39. Bonjour,
    Pratiquant la randonnée depuis les années 80, j’ai toujours utilisé des bâtons de randonnée.. Sauf que lors d’une randonnée en janvier 2014, un de mes bâtons a été la cause d’un accident assez grave me concernant.
    Nous randonnions avec quelques amis (chemin faible pente, assez large) lorsque j’ai trébuché sur un pierre qui m’a déséquilibré. Je suis tombé et j’ai essayé de récupérer mon équilibre avec mon bâton droit. Il s’est brisé au niveau du capuchon supérieur (ce modèle n’était pas sécurisé par une vis de maintien comme ceux vendus à présent). Lors de ma chute, ayant la dragonne au poignet, je n’ai pas pu lâcher le bâton et le tube en aluminium, devenu apparent m’a découpé le nez et failli me transpercer l’œil droit. Ce qui a nécessité 3 jours d’hospitalisation….. et bien des désagréments.
    J’ai bien sûr signalé ce problème au magasin Décathlon qui me l’avait vendu (deux ou trois ans avant), mais pour seule réponse, j’ai eu un courrier d’un de leurs avocats qui m’accusait de mettre en cause le magasin, auquel j’ai répondu que Décathlon ne fabriquait pas le produit.. Ou va-t-on si on ne peut même pas signaler un défaut technique sur un produit ??
    Alors,… les bâtons.. je ne les prends plus systématiquement comme avant..

  40. Problème de prise en charge de garantie sur des bâtons micro vario titanium de chez Leki. + de 120 Euros
    Après plusieurs mois d’utilisation mais toujours sous période de garantie légale le brin qui coulisse dans la poignée force anormalement rendant très difficile le déploiement du bâtons. Le vendeur a retourner le produit au distributeur importateur ou grossiste de la marque (O2D) qui refuse la prise en charge considérant que l’on peut s’en servir quand même et que le tube se serait voilé (ce qui ne se voit pas à l’oeil nu selon lui mais tendrait à démontrer toujours selon eux que le problème est lié à l’utilisation. Autre explication qui m’a été donnée : produit à la mode mais moins solide comparé aux bâtons classiques.
    Conclusion : Je conserve mes bâtons qui ne sont pas conformes aux besoins d’utilisation normaux et je vais m’équiper d’une pince pour assurer leur déploiement.
    Les bâtons Leki micro vario sont ergonomique, facilement repliable dans le sac à dos, mais le service après vente peut vous être refusé même sous garantie légale ??? Payer cher un produit n’apporte pas toujours la garantie d’être garanti.

  41. bonjour
    j’ai 66 ans et j’ai une arthrose de hanche et et un antélisthésis lombaire grade 1
    je ne peux plus marcher sans avoir très vite mal
    j’ai été très étonnée quand j’ai essayé de marcher avec mes bâtons, j’ai marché une demie heure sans avoir jamais mal et ça m’a fait un bien fou

    pensez vous que je puisse utiliser les bâtons en ville, car je n’ai pas forcément envie de prendre la voiture et j’aimerai marcher tous les jours, un peu pour commencer en augmentant le temps petit à petit

    merci pour votre réponse et merci aussi pour votre article très complet
    cordialement
    Annemarie

    • Bonjour Annemarie,

      N’étant pas médecin, je ne suis pas forcément la meilleure personne pour répondre à cette question, mais si ça ne vous fait pas mal et que ça vous fait du bien, je pense qu’il n’y a pas de problème. Par contre, pour la ville, je vous conseille de mettre des embouts en caoutchouc au bout de vos bâtons.

      A bientôt,
      François

      • merci François pour votre réponse…
        C’est ce que j’ai fait et c’est vraiment un bonheur, en plus personne n’a l’air ébahi de me voir marcher en ville avec mes bâtons et c’est bien mieux que la canne

        je n’ai pas appris la technique avec quelqu’un mais je pense me débrouiller
        merci encore

        Annemarie

      • je reviens à vous pour confirmer, c’est top, que du bonheur
        marcher était devenu une corvée, maintenant c’est redevenu un plaisir
        bien sur je ne marche pas des heures, je ne marche qu’un quart d’heure à vingt minutes, mais avec plaisir, sans douleurs
        c’est mieux que la canne ou qu’un seul bâton, car je me tiens droite, le bassin et le dos sont bien droits

        merci encore pour votre article qui m’a motivée
        cordialement
        Annemarie

  42. Bonjours,
    Suite à deux opérations au genou droit j’ ais toujours eu des douleurs et des faiblesses au niveau de cette jambe. J’ais dons acheté une paire de bâton et ces une grande première pour moi pour soulagé mon genou.
    Je verrais après plusieurs essai si c bénéfique car je n’arrêterais pas la rando comme ça !!!! En tous merci pour tes conseil.

  43. Je trouve les batons de randonnée assez handicapant dans l ensemble, la marche n’est plus naturel, et en fin de compte, beaucoup plus de douleur, donc pour ma part marche classique avec peu de poids et tout marche sur des roulettes

  44. merci pour cet article, cela fait quelques années que j’utilise un seul bâton (quand je ne l’oublie pas !)
    mais je suis parfois gênée dans les montées o descentes raides et de ce fait je n’ose pas passer à 2 bâtons et à Tahiti les randonnées sont souvent raides

  45. En ce qui me concerne je suis d’accord sur l’ensemble des point abordés, faire un trek de plusieurs jours avec un sac lourd est rendu plus confortable avec deux batons à mon avis. Par contre pour des randonnées à la journée j’opte la moitié du temps pour un baton et l’autre sans baton.
    Je me suis aperçu que lorsque je marche souvent avec un baton ou deux sans alterner mon équilibre naturel est perturbé, les mouvements permettant d’avancer avec un ou deux batons ne sont pas exactement les mêmes que sans baton, au niveau des transferts de poids et des appuis, parfois vous constatez que vous enclenchez geste comme si vous le réalisiez avec des batons et l’équilibre s’en trouve perturbé. Comme il me semble capital de conserver un équilibre optimal pour des raisons de sécurité en particulier j’alterne avec ou sans baton. Par ailleurs sous la pluie me protégeant avec un parapluie (voir autre article sur les avantage du parapluie) il me faut une main libre.
    Voilà pour mon expérience

  46. Bonjour
    Tout est bon dans vos conseils, les bâtons sont une aide précieuse à la marche , surtout en montagne avec dénivelé important, terrain difficile et sac pour plusieurs jours. Ils aident à garder un rythme régulier synchronisé avec la respiration adaptée au terrain, les kilomètres sont digérés avec moins de fatigue à tous les niveaux, le coeur, les genoux, les jambes. Je les ai adopté lors d’une rando de 5 jours où je n’avais pas l’habitude d’en utiliser, j’avais trouvé un bâton taillé dans une branche au bord du chemin, j’ai trouvé que ça m’aidait en montée et j’ai acheté 2 bâtons en rentrant.
    Merci pour vos guides qui évitent les erreurs de débutants.

  47. Je suis un adepte de la marche nordique après avoir fait de la rando classique. La marche nordique est également une marche de randonnée qui utilise les bâtons pour aider à se propulser. Pourquoi n’en faites vous pas allusion dans votre présentation ci dessus?

    • Bonjour Hervé,

      Simplement parce qu’en marche nordique tout le monde utilise déjà des bâtons. 😉

      A bientôt,
      François

  48. Bonjour, tout comme hervé je pratique moi aussi la marche nordique et je pense que les batons de cette discipline doivent également convenir à la rando traditionnelle. Qu’en pensez vous?

    • Bonjour André,

      Beaucoup de bâtons de marche nordique sont assez fragiles et monobrins. Ils peuvent convenir à la randonnée mais pas à tous les types (notamment montagne).

      A bientôt,
      François

  49. Un bon moyen pour apprendre à marcher efficacement avec des bâtons, c’est de participer à des séances de marche nordique ( à condition que les animateurs soient bien formés ) . Plusieurs fédérations proposent ces séances: c’est un complément, je dirais même un entrainement pour la rando.

  50. Bonjour, uniquement un petit mot pour dire que les bâtons en rando, avec les années on ne s’en passe plus… en ce qui concerne le seul inconvénient qui peut-être le BRUIT… pour ma part, j’utilise des tampons en caoutchouc (marque Leki uniquement pas d’équivalent valable), ces derniers s’adaptent à la plupart des pointes… pour éviter de les perdre par exemple sur sol « adhésif »… (j’en ai toujours une paire en remplacement dans le sac), je colle ces derniers avant les randos avec de la colle Néoprène contact… (ne pas s’inquiéter on peut encore enlever les caoutchouc sans problème…) … pour ma part, je n’enlève jamais mes caoutchouc… Névés, boues, rochers, pas de soucis d’accroche… c’est comme si on avait une semelle de basket sur les pointes de bâtons… on gagne en stabilité (antidérapant) sur rochers… (je les enlèverai éventuellement et uniquement sur un névés fortement glacés…)… Pour ma part, je laisse des rondelles d’été en permanence… très utile pour un appui dans une flaque de boue…
    Donc pour résumé BATONS de RANDOS (x2) + EMBOUTS CAOUTCHOUC = SILENCE ABSOLU… un régal…
    Enfin encore 2 utilisations des bâtons : (1) on peut en faire un point d’ancrage (en plantant les 2 bâtons dans la neige verticalement) pour remplacer un piolet (si l’on a pas se dernier… ), cela permet de passer un névé en sécurité (corde de rando de 8mm passée 2 ou 3 tours autour des 2 bâtons bien enfoncés)…
    (2) Lors d’une glissade accidentelle sur pierré ou névé, (voir technique dite « de descente en ramasse »), on passe les 2 bâtons en parallèle d’un seul côté du corps et avec les 2 mains sur cette ancre, on essaye de freiner au maximum en essayant de planter progressivement et très fermement les pointes… + les talons des chaussures (ou les pointes selon la position) + une prière…
    Voili, a+ & bonne rando à tous…

  51. Bonjour,
    J’utilisais deux bâtons pour marcher, et je m’en portais très bien.
    Mais depuis plus de deux ans, j’ai une tendinite à l’épaule gauche et l’utilisation du bâton de ce coté me fait apparaître des douleurs au bout d’une à 2 heures de marche si bien que je ne prends plus qu’un bâton.
    Dommage car je réalise bien que mon corps est déséquilibré.

  52. je fais toutes mes randonnées avec deux bâtons , combien de fois cela ma éviter de tomber

  53. Bonjour, je marche depuis quelques temps avec de très grands bâtons. Sur le plat, pas d’intérêt, mais dans le raide c’est vraiment plus efficace . J’ai mesuré, un pèse personne de chaque côté. Avec une hauteur normale la poussée de chaque bras est entré 10 et 15 kg. Avec des bâtons arrivant à hauteur de bouche on décolle ses pieds, donc 40kg de poussée par bras.il faut les déplier complètement et même un peu plus si je pouvais. Avantage, montée plus rapide ou moins de fatigue pour les jambes et vraiment travail du haut du corps. Quand je rentre j’ai plus de bras et les jambes ça va.a+

  54. Merci François pour ton article sur les bâtons.
    Effectivement, ils sont trés utiles en montée et surtout en descente, pour des passages délicats, pour écarter les ronces et les orties.
    J’ai été parmi ces moqueurs, mais maintenant, je les utilise quand c’est nécessaire.
    Bone rando à vous tous.
    Michel

  55. Pour être efficace .Cet hiver je me suis lancé dans la marche nordique .Même si ça n’a rien à voir le mouvement et la position sont transposables pour la randonnée

  56. Et j’oubliais une petite astuce pour les poches à eau : les filtres à eau type « care plus » qui s’utilisent comme une paille enlèvent presque entièrement le goût de plastique !

  57. bonsoir
    Tres bon articles et commentaires sur les bâtons, j’ai commençais avec un monopode qui servait aussi pour la photo…et je suis passé rapidement a 2.cela fait plus de 20 ans .Quel confort même pour du plat cela donne un rythme régulier en plus.. seul problème l’avion avant on pouvait les prendre en cabine (le personnel en cabine vous regardait avec un drôle d’air lorsque vous aviez des bâtons genre bâtons de ski pour des destinations méditerranéennes) ,maintenant bagages en soute obligatoire..

  58. Au mois de juin je m entrainais pour ma première grande randonnée ( 400 kilomètres à travers les alpes suisses ) et je pensais devoir renoncer à cause de grosses douleurs aux genoux en descente ( même sans sac) depuis j utilise les bâtons en descente et je n ai pas des soucis aux genoux avec 18 kg en moyenne sur le dos et bientôt 200 kilomètres dans les jambes. En bref si on a les genoux sensibles les bâtons ça peut tout changer . Merci pour les articles très intéressant

  59. Felicitation Martin

    Merci pour tes enseignements… Et je vous einvite à Brasilia pour une belle randonée à la Chapada Imperial… (regarder sur Google – Chapada Imperial)

  60. Des renseignement très intéressants qui rende service , a ne pas négliger, j aprécie
    Michel

  61. Et bien moi je ne peux plus me passer de mes 2 bâtons depuis que je les ai acheté !

    Vu où je passe maintenant (ascension de sommets a 3000 mètres), je trouve carrément inconscient les randonneurs sans bâtons que je croise….

    Un seul bâton, je reste perplexe ! A l’époque où j’utilisais un seul bâton en bois (ramassé), ce n’était pas très efficace…

    A chacun de voir après…

    En tout cas, plus on randonne, plus on apprend de ses erreurs et plus on achète du matériel de qualité…

  62. Bonjour !
    je suis un convaincu de l’utilisation des bâtons de marche depuis longtemps
    cet été par contre j’ai fait 200km sur le GR20 et les bâtons m’ont permis d’économiser les genoux dans les montées raides tout comme les descentes…
    mais …. car il y a un mais ….
    … mes épaules ont trop encaissé et me voici avec une belle tendinite de l’épaule droite
    le sac lourd doit aussi y être pour autre chose
    donc la réflexion que je me suis faite est la suivante : les batons de marche, c’est comme la voiture électrique : on déplace le problème ailleurs !

  63. Bonjour,
    Ma paire de bâtons est indissociable de mon équipement de rando.Pire que cela, même pour des sorties de la demi-journée, sans sac, pour deux heures, je prends mes bâtons.Hier, j’ai fait un peu de dénivelée sur un chemin de rando raide, en lacets raides dans la pente, le sol était humide mais pas détrempé en raison d’orages la veille. Grâce aux deux appuis supplémentaires fournis par les bâtons, j’ai pu avancer sans glisser (chemin raide en terre raviné par les passages successifs des vtt).Les avantages des bâtons sont nettement supérieurs aux inconvénients, c’est indiscutable.

    Sur bitume, j’enfile les embouts en caoutchouc, silence garanti + le plaisir de retrouver le confort de l’amorti du caoutchouc sur le sol. Hors bitume, dès que le sol comporte un peu de terre (même sur des sentiers à prédominance « pierres »), le bruit généré par les pointes tungstène est anecdotique.Vraiment, je ne comprends pas que l’on se plaigne du bruit des bâtons ! 😉 sauf si, évidemment, on ne prend pas garde à son voisin et qu’on le percute….il faut augmenter les distances, cela va de soi….

    Par ailleurs, l’emploi des bâtons fait travailler le haut du corps, c’est excellent pour moi qui ai horreur des sports de musculation ! En plus des vertus des bâtons pour s’équilibrer et économiser les jambes, j’ai aussi l’impression de pratiquer un sport complet, c’est formidable !

  64. Bonjour,

    je vois beaucoup de gens (enfin c’est relatif) avec des bâtons et je me dis que moi j’en serai bien embarassée! Je crois qu’on est dans un monde d’objets et de consommation qui « invente » toujours quelque chose à vendre et à encombrer.
    C’est un peu comme si on était « handicapé » des jambes aujourd’hui ( on l’est) alors on ajoute un truc. C’est comme les lunettes…on doit toujours être « appareillé »
    Je veux bien croire que ça répartit la charge du corps cependant… et si certains aiment cela, moi ça ne me gêne pas tant qu’on ne m’oblige pas à porter des bâtons de marche
    Je rajouterai cependant que sur un plan ésotérique et dans la « langue des oiseaux », la M – ARCHE , c’est amour (M) du prodige ‘ ARCHE = archétype et c’est d’une importance capitale pour l’homme de se redresser lui-même dans la marche, vers le ciel.
    En tous les cas, bonne marche!

    • Bonjour,
      Les bâtons de randonnée ont toujours existé, c’était simplement des bâtons de ski détournés de leur fonction initiale.Adolescent, je les utilisais déjà comme tel dans les années 75-80 mais à cette période leur utilisation en rando était plus confidentielle. Il est normal que des concepteurs aient travaillé sur le sujet pour commercialiser des bâtons plus solides, plus légers, plus maniables, pliables, télescopiques, etc….pour le confort du randonneur ! Cela dit, personne n’oblige à les acheter !

  65. Merci!! pour tous les articles , tous forts intéressants, et merci, pour les bâtons, et je suis d’accord, 2 c’est mieux!

  66. Autant je voie de nombreux avantages à utiliser les bâtons quand on porte une charge et/ou sur tout terrain et/ou s’il y a des montées et des descentes.
    Par contre, je n’en voie aucun sur terrain plat, lisse et sans porter de charge (ce qui est le cas des « randonneurs » que je rencontre chaque matin au jardin du Luxembourg quand je fais mon jogging).
    Alain

  67. J’ai longtemps randonné sans bâton. Puis avec l’âge certaines articulations deviennent sensibles. J’ai fini par me procurer une paire de bâtons. Au début je ne les utilisais que pour la descente, puis petit à petit j’ai généralisé l’utilisation aussi en montée. Je m’en passe sans problème sur le plat. Mais, en montagne, lorsque l’habitude est prise, il devient difficile de s’en passer pour toutes les bonnes raisons citées dans l’article. C’est vrai que l’usage des bâtons modifie sensiblement la façon de marcher, en particulier ça impose une progression régulière, moins sautillante, et plus économe en énergie. Tout compte fait ça m’a permis de continuer à randonner à plus de 65 ans en protégeant mes articulations, en améliorant ma sécurité et en me soulageant sur le plan physique.

  68. Bonjour,

    Très instructif et intéressant ! Aussi bien à l’écrit qu’à l’oral (vidéo) 🙂
    Je ne peux malheureusement pas te « liker » sur FaceBook, n’étant pas inscrite sur ce site.
    Mais merci pour toutes tes infos !
    Cordialement
    Géo

  69. Au risque de déplaire à la majorité, j’avoue ne jamais utiliser de bâtons en randonnée. Ils représentent pour moi une prothèse inutile. La nature nous a doté de nombreux muscles pour conserver notre équilibre sur nos deux jambes et nous les utilisons depuis des millénaires. J’ai 68 ans et mes douleurs articulaires ont été supprimées avec une bonne alimentation. Les bâtons sont un nouveau gadget dont je doute de l’efficacité et sont plutôt une gêne pour moi.
    Cela dit, je souhaite de bonnes randonnées à tous avec ou sans bâtons.

  70. Oui en effet bel article. Avant l’été j’ai suivi une formation de marche nordique pour « maîtriser l’art du bâton » dont je ne sert jamais en rando. Principales raisons: la photo et leur longueur limitée (1,25 max, c’est juste sous mon centre de gravité, donc même pas assez long). Mais je les porte quand même sur le sac à dos … au cas où. Cet été, dans les Alpes (Ecrins), première expérience des dénivelés binaires (monter au matin, descendre PM) plutôt que répartis sur toute la journée et résultat : douleurs dans les genoux. J’ai bien essayé les bâtons, mais avec de multiples inconvénients : douleurs au dos et aux épaules (penché sans cesse vers l’avant plutôt que rester droit), bâtons qui se coincent sans cesse dans les pierres, dangers lors des passages aériens (où les mains sont moins dispo pour tenir les rochers) … Ils ont donc été utiles 5 minutes sur tout l’après midi. Le reste, ça n’a rien à voir avec un « transfert de l’effort vers les épaules » sur les beaux sentiers gazonné de la marche nordique ! Rien à voir !!! Donc je reste dubitatif quant à leur utilité. La théorie, c’est beau, mais pour la pratique en montagne (là où j’en aurais vraiment besoin) … je cherche toujours.

    • Bonjour, vous confondez marche nordique et randonnée pédestre. Il ne faut pas appliquer les principes d’utilisation d’une discipline à l’autre ! Quant à se plaindre de douleurs au dos et aux épaules, il faudrait plutôt les imputer à un problème de sac dos mal conçu ou mal fait….
      Les bâtons, s’ils sont bien réglés et adaptés à la morphologie, incitent le randonneur à davantage se redresser plutôt qu’à se courber sous la charge ou l’effort !

  71. Les bâtons permettent de mieux s’équilibrer à la montée comme à la descente: ces petits gestes d’équilibration répétés pendant des heures participent à l’économie d’énergie dépensée sur des sentiers parfois torturés.La régularité, le rythme et la cadence de la marche s’en trouve améliorés, en particulier dans les dénivelées.

  72. Bonjour, cela n’est pas un mystère, pour l’avoir exprimé maintes fois dans des sujets de discussion, je suis un fervent défenseur des bâtons de randonnée, estimant que les avantages sont plus nombreux que les inconvénients.
    Pour autant, je me pose la question suivante: les bâtons métalliques sont-ils un danger par météo avec risque d’orages (tonnerre, éclairs) ? Faut-il privilégier les bâtons en carbone ? Le carbone est-il une garantie de protection contre le foudroiement ?
    Une première mesure consisterait évidemment à les replier dès que le besoin s’en fait sentir afin que le bâton ne fasse pas double paratonnerre….
    Cordialement,

  73. Salut François!

    J’ai bien aimé ton article sur les bâtons de marche. J’en prends toujours une paire avec moi lors de mes randonnées. Ton top 10 des bonnes raisons pour utiliser les bâtons est très complet. J’ai même déjà eu à utiliser mes bâtons dans une situation de premier soins afin de faire une attelle rigide pour stabiliser une fracture d’un os de l’avant bras avec mes deux bâtons de du « duck tape » et ainsi faciliter l’évacuation de la personne blessée du bois.

    J’ai un article similaire sur mon blogue qui traite des bâton de marche si jamais ça peut t’intéresser. Voici le lien:

    https://physiorando.com/2016/02/28/pourquoi-utiliser-des-batons-de-marche-lors-de-la-marche-en-montagne-partie-2/

    Robin| Auteur du blogue physiorando.com

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)

1K Partages
Partagez1K
Tweetez27
+19