Juil 092014
 

Softshell - explications, avantages et inconvénientsSoftshell - explications, avantages et inconvénients 2Je ne sais pas si c’est le terme anglais pas très explicite, mais ce mot – qui désigne un type de vêtements – ne semble pas « parler » à beaucoup de monde. Et ça peut être très problématique, surtout si vous croyez que votre toute nouvelle veste softshell va vous garder au sec par tous les temps.

Dans ce petit article, nous allons voir ce qu’est vraiment le softshell, à quoi ça sert et quels sont ses avantages et inconvénients. De cette manière, quand vous serez en face de « coquilles molles » dans un magasin ou sur une boutique en ligne, vous saurez comment les aborder (explication à suivre ;-)).

Qu’est-ce que veut dire le mot softshell ?

Tortue "softshell", un peu différent du vêtement ;-)Quand on s’intéresse de plus près à ce mot, on peut le traduire littéralement par « carapace molle » ou « coquille molle ». Ça ne nous livre pas tous les secrets de ce mot, mais ça nous donne déjà quelques indices.

Il faut savoir que le mot softshell est apparu après le mot hardshell, qui est par ailleurs très peu utilisé en « francophonie ». Hardshell, qui pourrait être traduit par « coquille dure » ou carapace dure » est un mot qui désigne des vêtements 3ème couche faits pour résister aux intempéries. Ce sont des vêtements imperméables et généralement respirants. Toutes les vestes de pluie avec membranes imper-respirantes (Gore-Tex, H2No, HyVent, etc.) en font par exemple partie.

Note : pour plus d’informations sur le système des 3 couches, référez-vous à cet article : « Vêtements de randonnée : le système des 3 couches »

On sait ce qu’est une hardshell, ce que veut dire le mot softshell littéralement, mais que désigne exactement ce mot ?

Qu’est-ce que le softshell ?

Le softshell n’est pas un tissu ou un matériau particulier, mais plutôt un concept. On peut dire que ça désigne un type de vêtements. Les vêtements softshells sont des vêtements généralement assez souples, bien respirants et qui résistent à de petites intempéries. La plupart d’entre eux apportent en plus une isolation thermique.

Le but est d’avoir un vêtement qui tienne chaud, résiste à des averses et au vent et qui est suffisamment respirant pour être confortable pendant un effort.

Donc, les vêtements softshells servent à la fois de deuxième couche et un peu de troisième couche. Ils sont généralement :

  • Coupe-vent.
  • Déperlants (l’eau ruisselle sur le tissu extérieur) – ce qui est en partie le rôle de la troisième couche.
  • Non-imperméables (l’eau peut donc passer à travers le tissu).
  • Isolants (plus ou moins suivant les modèles) – ce qui est le rôle de la seconde couche.

Comme je l’ai mentionné plus haut, le softshell est un concept et on trouve toutes sortes de vêtements softshells :

  • Certains comportent des membranes, d’autres non.
  • Certains résistent à de toutes petites averses uniquement, d’autres à de grosses averses.
  • Certains isolent beaucoup (souvent avec une doublure en polaire) alors que d’autres très peu.
  • La plupart sont composés de tissus élastiques (stretch) pour une bonne liberté de mouvement, mais pas tous.
  • Même si la plupart sont conçus pour être confortables lors d’une activité intense, la respirabilité (si vous voulez en savoir plus sur la respirabilité, lisez cet article) est très variable d’un vêtement à un autre.
  • Certains ont une capuche, d’autres sont sans manches, etc.

Note : quand on parle de softshell (exemple : « est-ce que tu as pris ta softshell ? »), on fait la plupart du temps référence à une veste – mais il existe d’autres vêtements en softshell comme les pantalons ou les gants.

Différences hardshell/softshell

Pour que ce soit vraiment clair, voici les différences principales entre une veste hardshell et une veste softshell (ça fonctionne aussi avec les pantalons, gants ou autres) :

  • Une softshell n’est généralement pas imperméable, alors qu’une hardshell l’est.
  • Une softshell est souvent moins coupe-vent qu’une hardshell. Pour se faire une idée, il suffit de passer sa main dans la manche et de souffler à travers le tissu (avec une hardshell vous allez devenir tout rouge). 😉
  • Une softshell possède souvent une isolation thermique alors qu’une hardshell classique non.
  • Une softshell est généralement plus respirante qu’une hardshell.
  • Nous allons voir les différences d’utilisation entre les deux à travers les avantages et inconvénients des softshells.

Avantages et inconvénients des softshells

Pour qu’il y ait des avantages et des inconvénients, il faut pouvoir comparer les softshells à quelque chose d’autre. Ici, on va comparer une veste softshell avec la combinaison polaire (ou doudoune) et veste de pluie imper-respirante (hardshell) car c’est ce qui est majoritairement utilisé.

Temps froid avec du vent

Une softshell est très pratique quand il fait froid et qu’il y a du vent. Sans softshell, dans ces conditions, on serait obligé de mettre une veste de pluie par-dessus sa polaire pour se couper du vent et on perdrait beaucoup en respirabilité – ce qui peut être gênant pendant un effort.

Temps froid sans vent

Par contre, quand il fait froid et qu’il n’y a pas de vent, une simple polaire est souvent plus confortable pendant un effort, car plus respirante qu’une softshell. En plus, une polaire classique sèche plus rapidement.

Petites intempéries

Le gros avantage de la softshell est de pouvoir résister aux petites intempéries. Ça évite de devoir s’arrêter sans cesse pour enfiler ou enlever sa veste de pluie, comme avec la combinaison classique polaire/veste de pluie. Lors de petites intempéries intermittentes, on a même souvent tendance à garder sa veste de pluie par flemme : on transpire, on est mouillé, c’est loin d’être idéal !

Grosses intempéries

Quand il pleut ou neige trop, on atteint par contre les limites de la softshell et il vaut mieux porter une veste de pluie. La combinaison veste de pluie/polaire est dans ce cas plus confortable pour faire un effort car plus respirante. Il est tout à fait possible de mettre une veste de pluie par-dessus une softshell, mais la respirabilité sera moins bonne et vous risquerez de plus transpirer, et par la suite d’avoir froid.

Choisir en fonction des conditions et des pratiques

Comme vous pouvez le voir, en fonction des situations, la softshell peut être avantageuse ou pas. Pour des randonnées à la journée et autres activités de plein air à la journée, c’est souvent très pratique, assez polyvalent et confortable. Attention, cela ne dispense pas d’une veste de pluie – surtout en montagne !

Pour des randonnées de plusieurs jours, je trouve que ça l’est un peu moins. Voici pourquoi :

Attention, le contenu qui suit est réservé à ceux qui font vraiment attention au poids de leur sac (je n’ose pas dire les maniaques du poids ;-))

Pour des randonnées de plusieurs jours, on emporte quasi-systématiquement une veste de pluie (ou un vêtement équivalent). On prend également souvent une seconde couche isolante – et c’est là que peut se poser la question du choix entre une softshell ou une polaire (ou doudoune).

On a réellement uniquement besoin d’isolation thermique (car on a déjà une troisième couche) et à ce jeu, c’est la polaire (ou doudoune) qui gagne car elle est plus légère à isolation thermique égale. Voilà pourquoi je privilégie le système polaire/veste de pluie pour des randonnées de plusieurs jours. Comment ça je suis un maniaque du poids ? 😉

Le mot de la fin…

Les vêtements softshells sont « à la mode », car pratiques, polyvalents et confortables, mais ce n’est pas forcément le meilleur choix pour toutes les pratiques et toutes les conditions.

J’espère que cet article vous a permis d’y voir un peu plus clair sur ce que sont et ne sont pas les vêtements softshells. Il serait dommage de succomber à l’effet de mode si vous n’avez pas l’utilité de tels vêtements – surtout qu’ils sont souvent assez onéreux. Ou de grelotter sous une averse parce que vous pensiez qu’ils étaient imperméables !

Et vous, utilisez-vous des vêtements softshells ? Qu’en pensez-vous ? Dites-moi tout cela dans les commentaires, pour que l’on en discute. 😉

Cet article vous a plu ?
Si c'est le cas, rejoignez plus de 80000 personnes qui reçoivent la newsletter et recevez gratuitement le guide "Comment bien choisir ses chaussures de randonnée" et la liste du matériel à emporter en randonnée. Entrez simplement votre prénom et votre adresse email ci-dessous :

  34 commentaires à “Softshell : explications, avantages et inconvénients”

Commentaires (30) Pingbacks (4)
  1. Hello!

    J’ai un softshell sans manche que je prends toujours avec moi, histoire de pouvoir couper le vent au niveau du buste (seul endroit sensible) sans suer comme une brute. Extérieur stretch, très fine couche polaire intérieur. Juste ce qu’il faut pour pour démarrer le matin ou éviter le refroidissement dans les endroits exposés. Il me sert de deuxième ou troisième couche en fonction des situation. Pour moi c’est un complément intéressant à la polaire (que je n’utilise pratiquement que le soir après l’effort) et à la gore-tex (que je n’utilise qu’en cas de pluie). Des trois, c’est donc la softshell que j’ai le plus souvent (et de loin) sur le dos en marchant. Je suis attentif au poids, mais ces 450 gr (il y a surement plus léger maintenant) là sont bien rentabilisés!

  2. EN FAIT J’AI FAIT L’ACQUISITION CETTE ANNEE D’UN SOFTSHELL POUR LA PRATIQUE DE LA RANDONNEE A LA JOURNEE.
    QUAND JE PARS PLUSIEURS JOURS J’AI UN AUTRE VETEMENT.
    MA MOTIVATION PREMIERE ETAIT LE CONFORT ( SOUPLE-DOUBLE POLAIRE)
    MAINTENANT JE NE PEUX PLUS M’EN PASSER…..SE PLIE FACILEMENT DANS UN PETIT SAC
    ET QUAND JE LA PORTE JE NE LA SENS PRATIQUEMENT PAS….
    A RECOMMANDER POUR LES SORTIES A LA JOURNEE …
    MERCI POUR CET ARTICLE OU JE RETROUVE TON OBJECTIVITE ET TA….SYMPATHIE !!!
    BONNE CONTINUATION
    JEAN MARC

  3. Avec ma fille de 6 ans, nous marchons 10/12 km max dans notre beau Vexin ; je ne nous considère pas comme randonneuses mais cela ne nous empêche pas d’être un minimum équipées et nos softcells sont parfaites pour le type de marche que nous pratiquons 😉

  4. Je ne connaissais pas ce produit. Merci de me l’avoir fait decouvrir et si bien décrits ses avantages et inconvénients en fonctions des randonnées. Je suis curieuses de voir et toucher cette texture. Je suppose qu’on peut les trouver aussi dans les magasins de sports. Sinon ou à Montpellier?
    Je lis toujours avec plaisirs randonner malin et partage avec d’autres , merci encore.
    Catherine

    • Bonjour Catherine,

      Il n’y a pas vraiment de texture particulière, car ces vêtements peuvent être très différents les uns des autres. Tu en trouveras sans aucun problème dans les magasins de sport – qu’ils soient de grande distribution ou spécialisés.

      A bientôt,
      François

    • Bonjour, pour répondre à Catherine et résidant sur montpellier, il y a évida m’en le magasin que tous le monde connaît à odyseum dont le slogan est « à fond la forme », mais tu as aussi sur Gambetta près de la place St. Denis expe qui sont très bien et de très bon conseil. Tu as aussi à Jacob dans la zone des bocaux le yeti, tu trouveras leur adresse sur le net.

      Sinon merci francois ,, j ai une softshell de chez decat qui est très bien. Ayant fait le TMB l année dernière avec je n ais eu aucun souci, bon une demie journée de petite pluie légère et un jour de grand vent. Je me suis toujours posé la question de son degré de résistance sous grosse averse, j oublie toujours de faire le teste sous la douche, comme dit la chanson, plus j y pense et plus j’oublie.

      Julien

  5. J’utilise ce genre de vetement pour faire de la marche nordique, les sorties n’étant pas tres longues(deux heures) cela me permet de me protéger du vent et d’une petite ondée, je démarre souvent avec puis je la glisse dans un petit sac pour la remettre à la fin pour les etirements.

    • Bonjour Marie-Claude,

      C’est effectivement très apprécié pour les activités « courtes » et intenses. Même si on se retrouve sous une grosse averse, on sait que l’on pourra rapidement être chez soi pour se sécher et se réchauffer.

      A bientôt,
      François

  6. Adepte des randonnées sur plusieurs jours , aussi bien en été qu’en hiver, j’utilise ma sotfshell que l ‘hiver car je la porte toute la journée avec juste 2 couches fines en dessous, la polaire est réservée pour le refuge. J’adore ma softshell, légère, souple et super efficace contre le vent , j’ai le haut de gamme qui s’ouvre entièrement sous les bras, je monte, on ouvre, en descente , on referme sans se déshabiller , et sans être obligé de s’arrêter. Par contre, je ne la prends pas en été, j évite de la porter dans le sac , pas assez rentable en terme d ‘heures d’utilisation.
    Claude

  7. Dommage que ce tres bon article ne soit pas sorti l’an dernier quand j’ai acheté ma softshell. Je croyais qu’elle était étanche, quelle erreur!

    J’habite en Nouvelle-Zelande et ici, soit il fait beau et un t-shirt suffit (un merino a manches longues l’hiver), soit il pleut des trombes d’eau et la softshell ne fait pas le poids.

    Pour l’instant je n’ai donc pas l’utilité de ma belle softshell et c’est bien dommage.

    Ps: merci pour tous ces excellents articles. Grace a vpus j’ai dépassé l’angoisse des rando sur plusieurs jours!

    • Bonjour Barbara,

      C’est vrai qu’en Nouvelle-Zélande, c’est souvent tout l’un ou tout l’autre. 😉

      A bientôt,
      François

  8. Bonjour François,
    Article bien utile car on croit souvent que la softshell est imperméable.
    Je pratique surtout la randonnée à la journée et je confirme ton analyse. L’été je fais comme Pierre (commentaire n°1) j’utilise une softshell sans manches, très agréable le matin et quand il fait un peu frais en altitude, pas lourde à porter dans le sac. L’hiver j’ai une veste que je porte soit sur un sweat respirant soit sur une polaire légère ; j’y ajoute un gilet sans manches très léger genre doudoune s’il fait froid ou pour les arrêts. De plus c’est très agréable à porter, et c’est plus que présentable « en ville ».
    Mais pour la pluie, la vraie, celle qui mouille, ce n’est pas approprié ! Et je pense aussi que c’est un poids inutile pour la rando sur plusieurs jours car dans ce cas il faut emporter « du sérieux » contre la pluie.

  9. j’ai adopté la softshell il y a au moins 5 ans….. et je ne peux plus m’en passer. Hiver comme été, je l’ai sur le dos. Et je ne sors ma « hardshell » du sac à dos qu’en cas de forte pluie (ce qui arrive rarement où j’habite !). Je reconnais que c’est moins confortable / douillet qu’un sweat polaire lorsque arrive le soir, mais c’est tellement plus agréable à porter dans la journée pendant l’effort que j’ai tranché sans hésitation en faveur de la softshell

  10. je suis d’accord avec votre article. J’ai une softshell que j’utilise pour les petites randos et le vtt par temps froid mais je privilégie la doudoune +veste de pluie pour les grandes randonnées. Ma veste softshell pèse 700g !

  11. Merci François !
    Toujours très intéressant et instructif

  12. Personnellement, j’ai trouvé une softshell imperméable (si, si ça existe 😉 de la marque Mountain Hardwear et je dois dire que je suis plus que ravie!

    Je ne l’ai pas encore testée sous une pluie de plusieurs heures mais en marchant pendant 1 heure sous grosse pluie, pas 1 goutte d’humidité à l’intérieur, alors que mon jeans était littéralement trempé.

    Bon vous allez me dire qu’il y a un hic car on ne peut pas tout avoir… et bien oui, le prix! 320 euros pour le modèle que j’ai acheté… ça fait mal tout de même! je ne me serais jamais permis cette folie d’ordinaire mais là je l’ai trouvée à -50 % en magasin alors j’ai sauté sur l’occasion! Et quel bonheur!

  13. Bonjour François,

    Je n’ai jamais été suffisamment tenté par les softshells au point d’en acheter : généralement plus chers et lourds qu’une polaire, pas imperméables… J’ai l’impression que c’est finalement trop polyvalent.

    Cet article m’amène à d’autres interrogations (peut-être pour un futur article ?) : je me demande comment choisir sa polaire en fonction de la température extérieure ? Quand privilégier la densité et l’isolation thermique ou la respirabilité et la légèreté ?

    • Et qu’en est-il des doudounes par rapport aux polaires ?

      Merci.

      • Bonjour Sylvain,

        Pour le choix des polaires, ça dépend uniquement des conditions climatiques et si tu comptes t’en servir au repos, à l’effort ou pendant les deux.

        Pour des grandes randonnées, je prends par exemple souvent une micro-polaire et une doudoune sans manches. La micro-polaire peut servir pendant l’effort et au repos et la doudoune sert uniquement au repos.

        En gros, une doudoune a l’avantage d’être léger par rapport à son isolation thermique mais a l’inconvénient de mal isoler quand elle est humide (donc à privilégier au repos).

        A bientôt,
        François

  14. Bonjour François,

    Comme tu l’écris et en fonction de mon expérience je trouve que la « softshell » n’est valable que pour la rando à la journée ou la semaine en moyenne montagne maximum où les conditions météo habituelles prévoient un temps généralement sec et pas trop froid. J’ai utilisée une telle coquille pour le GR 20 et dans les Alpes du Sud en juillet, j’y ai rencontré tous les types de temps mais comme généralement les conditions étaient favorables cette veste m’a protégé dans les limites de ses possibilités techniques et séchait rapidement…
    Cette dernière est légère et compacte donc prend peu de volume dans le sac et engendre un surpoids dérisoire.
    Par contre en haute montagne j’opte généralement pour le mixte polaire (ou doudoune)/hardshell car me garantissant une meilleure protection contre les températures ambiantes basses et généralement plus « sèches » que dans les vallées. Le poids et le volume sont plus élevés mais comme je porte généralement plus lourd (casque, baudrier, crampons, piolet, etc…) cet effet est minime mais tellement plus réconfortant!
    Je préfère le port de doudoune en haute montagne car le rapport poids/protection contre le froid me semble plus efficace.
    Voici quelques commentaires suite à un petit vécu…
    Bien à toi, super tes articles car ils induisent toujours une réflexion afin d’être encore plus opérationnel lors de mes trekkings.
    Bonne route à tous les lecteurs

  15. Je me sers régulièrement de ma softshell, elle remplace efficacement le traditionnel kway. Grâce a elle je respire et je ne suis plus trempée par la sueur. Juste un regret elles n’ont pas de capuche pour la plupart et j’ai eu vraiment beaucoup de mal à m’en trouver une avec. Alors si des professionnels me lisent, mettez des capuches sinon il faut rajouter un chapeau de pluie et c’est casse pied.

  16. Bonjour François. Tout d’abbord merci pour cet article qui m’éclaire un peu sur ce qu’est réellement le softshell même si ça fait deux ans que j’en porte 😉 Je voudrais un conseil par rapport aux pantalons softshell et à leur utilisation en montagne enneigée. Je pars pour un raid en raquettes et souhaiterais savoir si ce type de pantalon est approprié à cette pratique… est-ce assez chaud? me conseillerais-tu un autre type d’équiepement? merci d’avance pour ta réponse.

    • Bonjour Nicolas,

      Oui ça peut l’être, même s’il est aussi possible de faire comme pour le haut avec 3 couches :
      1 – Collants (synthétique ou laine).
      2 – Pantalon polaire (pour le repos ou quand il fait bien froid).
      3 – Pantalon imperméable et respirant.

      A bientôt,
      François

  17. Je pense m’orienter vers une softshell légère sans doublure, avec au besoin une polaire sans manche en dessous , et une veste étanche ou une cape de pluie dans le sac en cas de grosse averse

    Qu’en pensez vous ?

  18. Bonsoir,

    Un grand MERCI pour cet article intéressant et complet.

    Belle soirée à tous depuis le Valais/Suisse sous la neige.

    Philippe

  19. Bonjour et merci pour vos conseils. J utilise une veste légère avec fine doublure polaire pour des marches courte quand il fait froid mais surtout en randonnée à cheval car elle est facilement lavable à volonté et n accroche pas les poils comme le fond les polaires. Bonne route et merci
    Céline

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)