Avr 182019
 

Beaucoup de randonneurs aiment la nature. Et ils l’aiment à plus d’un titre. Ils aiment l’observer, mais ils aiment aussi la goûter. 😉

La relative lenteur de la marche nous permet de bien observer la flore et de tomber au hasard d’un chemin sur quelque chose de comestible : des mûres, des champignons, des asperges sauvages, de l’ail des ours…

Comme beaucoup de randonneurs sont aussi gourmands, on est pas mal à faire un peu de cueillette sauvage pour le goûter, pour le repas du soir au retour d’une journée de rando ou pour agrémenter les repas d’une randonnée de plusieurs jours.

Et pour certains (j’en fais partie), une randonnée peut d’ailleurs dériver en cueillette – dès les premiers fruits, les premières plantes ou les premiers champignons repérés. Dernière cueillette en date pour moi : des asperges sauvages – qui ont fini en omelette 😉

 

 

 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 

 

 

 
 

 
 

 

 

 

 

Une publication partagée par Randonner Malin (@randonner_malin) le

Comme je ne suis pas expert en cueillette sauvage, j’ai demandé à Christophe – qui est botaniste, herbaliste et fondateur du site Le Chemin de la Nature – s’il pouvait écrire un article sur le sujet pour les lecteurs de Randonner Malin. Il a accepté et a décidé de nous présenter 5 plantes sauvages comestibles que l’on peut trouver facilement lors de nos randonnées.

Pour chaque plante, il a indiqué ses caractéristiques botaniques, ses utilisations en cuisine – avec une recette (pas vraiment adaptée au bivouac, mais plutôt pour le soir chez soi), ses propriétés médicinales – avec des remèdes et ses contre-indications.

Mais avant ça, il aborde rapidement quelques règles de cueillette, car on ne peut pas faire n’importe quoi si l’on veut respecter la nature et éviter quelques risques.

Place à Christophe.

Les règles fondamentales de la cueillette

1 – Ne cueillir une plante pour la consommation que si l’on est certain de son identification.

2 – S’abstenir de cueillir les plantes :

  • proches de routes
  • aux alentours d’usines, décharges ou lieux pollués
  • dans des champs cultivés
  • malades
  • etc.

3 – S’informer sur les plantes et lieux protégés de votre région.

4 – Ne prendre que ce dont vous avez besoin, en privilégiant les plantes abondantes et communes. Pour la plupart des plantes, laisser au moins 2/3 des plantes de la zone pour permettre aux plantes de se reproduire et pour permettre à l’écosystème de garder son équilibre naturel. Ne prélever que la partie de la plante dont vous avez besoin.

5 – Penser à cueillir avant le passage des tondeuses et à passer après celui des élagueurs pour récupérer ce qui pourrait terminer à la décharge.

Cueillette de la roquette sauvage (Diplotaxis tenuifolia (L.) DC.)

Le matériel pour cueillir des plantes sauvages

En randonnée, on va essayer d’éviter l’excès de poids ! On peut donc se contenter d’un couteau pliable (avec lame qui se verrouille) et si possible avec une partie de la lame en scie. Vous pourrez couper, scier et déraciner.

Et pour stocker vos cueillettes, des sacs en tissu ou en papier kraft feront l’affaire.

Nettoyer les plantes avant la consommation

Quels parasites risquons-nous de rencontrer et comment s’en protéger ? Les plantes sauvages que vous récoltez peuvent, selon l’endroit où vous les aurez récoltées et les fréquentations humaines et animales du lieu, véhiculer des agents pathogènes. Les plus embêtants sont l’échinocoque, la douve du foie ainsi que certaines bactéries.

Cycle de vie du parasite Echinococcus multilocularis responsable de l’échinococcose ou “maladie du renard”

Si vous souhaitez consommer vos plantes sauvages crues, selon les risques d’exposition du lieu de cueillette, il est possible d’ajuster le nettoyage nécessaire :

  • Le nettoyage basique consiste à utiliser du vinaigre blanc dilué au 1/9ème.
  • Pour désinfecter, j’utilise un mélange d’alcool alimentaire, dans l’idéal à 70 degrés, plus efficace que celui à 90 degrés et j’ajoute de l’huile essentielle d’origan compacte ou de clou de girofle par exemple, environ 10 gouttes pour 100 ml d’alcool. Ensuite, je fais tremper pendant 5 minutes les plantes dans de l’eau dans un saladier avec environ une cuillère à soupe du mélange, avant de les rincer à l’eau. Attention, cela n’élimine cependant pas tous les pathogènes.
  • En cas de doute sur une contamination par l’échinococcose ou la douve du foie, faire cuire vos plantes au moins 10 min à 60°C, 5 min à 80°C ou 1 min à 100°C.

5 plantes sauvages comestibles

1 – Pissenlit

Pissenlit – Taraxacum sp.
fam. ASTERACEAE

Le pissenlit est une plante vivace de 10 à 40 cm qui produit un lait blanc appelé latex.

Ses caractéristiques botaniques

  • Les feuilles sont disposées en rosette* en forme de dents de lion (d’où un de ses noms scientifiques dens-leonis). Pour ne pas se tromper, les feuilles n’ont pas ou peu de poils et, une fois cassées, libèrent un lait blanc appelé latex. Sur le dessous de la feuille, la nervure principale est arrondie.
  • Les inflorescences,  portées par un long pédoncule* creux, sont des capitules* d’une centaine de fleurs jaunes.
  • Les fruits sont des akènes*, surmontés d’une aigrette* blanche qui permet la dispersion des graines par le vent.
Fruits : akènes à aigrette

Cuisine

Les jeunes feuilles du pissenlit peuvent être servies en salade (elles sont un peu amères) ou blanchies comme des épinards.

Les fleurs sont délicieuses en gelée (la fameuse cramaillotte). Elles peuvent aromatiser un vin.

La racine peut être utilisée comme succédané de café. On peut la faire cuire dans l’eau pour venir compléter une purée de pommes de terre. Elle peut être revenue « à la japonaise », à la poêle, avec de la sauce soja.

Salade “tout” pissenlit

Ingrédients

Feuilles, boutons floraux et racines de pissenlit, cerneaux de noix, huile de noix, vinaigre de vin, huile d’olive, sel.

Préparation

Les racines sont fragiles donc faites attention en les récoltant. Prélever un maximum d’inflorescences en boutons. Laisser sur place les feuilles abîmées.

Nettoyer à l’eau pour enlever la terre.

Après un léger essorage, les feuilles sont prêtes pour être disposées dans un saladier avec quelques cerneaux de noix et une sauce vinaigrette à l’huile de noix et au vinaigre de vin.

Pendant ce temps, hacher les racines en petits morceaux et les poêler à l’huile d’olive 20 min environ, à feu moyen, avec un peu de sel, jusqu’à ce que de bonnes saveurs se développent et que l’amertume s’atténue.

Cinq minutes environ avant la fin, ajouter les boutons floraux.

Agrémenter la salade de cette poêlée encore chaude !Il n’y a plus qu’à déguster !

Propriétés médicinales

Parties de la plantes utilisées : feuilles et racines

Le pissenlit est une sorte de “chef d’orchestre” des organes digestifs.

On utilise le pissenlit en cas de manque d’appétit, excès de table, mauvaise digestion, mais aussi problèmes de peau, allergies, problèmes rhumatismaux* et articulaires, calculs rénaux*, cellulite, constipation…

  • Les feuilles sont stimulantes des fonctions biliaires et hépatiques. Les racines ont des propriétés prébiotiques*, laxatives* douces et anti-inflammatoires*.
  • Les feuilles et les racines sont apéritives* et dépuratives*.

Remèdes

Infusion des feuilles

Préparation : Infuser 10 g de feuilles séchées dans 500 mL d’eau chaude à 85 – 90 °C, pendant 15 minutes. Prendre soin de ne pas utiliser d’eau bouillante : pour cela utiliser un thermomètre à sonde ou une bouilloire sur laquelle on peut choisir la température. Il est aussi possible d’apprendre à repérer à l’œil la température idéale (entre 85 et 90°C), elle a lieu lorsque de toutes petites bulles se forment au fond de la casserole.

Utilisation : Boire dans la journée, une tasse 3 fois par jour, de préférence 15 minutes avant les repas afin d’améliorer la digestion en stimulant les sécrétions digestives.                       

Décoction des racines

Préparation : Placer 3 à 4 g  dans une casserole, recouvrir de 150 mL d’eau, et chauffer à petits bouillons, en laissant monter doucement en température. Laisser frémir pendant une dizaine de minutes. Puis laisser infuser 10 minutes de plus hors du feu.

Utilisation : Boire dans la journée, une tasse 3 fois par jour, de préférence 15 minutes avant les repas afin d’améliorer la digestion en stimulant les sécrétions digestives.

Les remèdes à base de pissenlit peuvent se prendre en cure de 3 semaines avec une semaine de pause entre chaque cure.

Contre-indications

La consommation du pissenlit est contre-indiquée de manière absolue en cas :

  • d’allergie au latex.

Ne pas consommer du pissenlit en trop grande quantité ou utiliser des remèdes réalisés avec du pissenlit en cas :

  • d’ulcères à l’estomac (car il stimule la sécrétion de sucs gastriques, qui pourraient aggraver les plaies),
  • d’inflammation ou d’obstruction des voies biliaires,
  • de grossesse ou d’allaitement,
  • de prise de médicaments diurétiques (les effets diurétiques s’additionneraient),
  • de maladie grave du foie.

Glossaire

Aigrette : faisceau de poils ou de soies que portent les fruits (ou les graines) de certaines plantes et qui facilite leur dispersion par le vent (anémochorie). On parle également de pappus. Exemples : les akènes du pissenlit (Taraxacum sp.).

Akène : fruit sec à maturité, indéhiscent (ne s’ouvrant pas à maturité), à une seule graine non soudée à la paroi interne du fruit. Chaque fleur peut donner naissance à un seul akène ou à plusieurs akènes (polyakène).

Anti-inflammatoire : qui lutte contre l’inflammation.

Apéritive : qui stimule l’appétit.

Boutons floraux : lorsque la fleur est jeune, avant floraison, on parle de bouton floral. A ce stade, les organes floraux se développent à l’abri du périanthe (ensemble des pièces florales stériles (pétales et sépales) qui entourent en général les pièces fertiles d’une fleur) et sont regroupés sur un axe très court.

Calculs rénaux : concrétions solides qui se forment par précipitation de certains composants (calcium, cholestérol, bilirubine) dans le rein ou le reste de l’appareil urinaire.

Capitule : inflorescence constituée de nombreuses petites fleurs très serrées, situées côte à côte et portées par de très courts pédoncules insérés sur un vaste réceptacle commun. Exemples : les inflorescences typiques des Asteraceae souvent assimilées à une fleur unique alors qu’il s’agit de dizaine de petites fleurs.

Dépurative : qui permet l’élimination des toxines de l’organisme.

Latex : liquide, souvent laiteux, à consistance plus ou moins épaisse et en général blanc qui est produit par certaines plantes. Il s’écoule quand on casse un organe (tige, pétiole…).

Laxative : qui facilite l’évacuation des selles, en accélérant le transit intestinal, et permet ainsi de soulager la constipation.

Pédoncule : axe d’une fleur solitaire ou axe d’une inflorescence, sur lequel sont insérés les pédicelles (petites ramifications du pédoncule d’une inflorescence portant chacune à leur sommet une seule fleur). Le pédoncule prend en général naissance sur la tige de la plante mais parfois non comme pour le pissenlit (Taraxacum sp.).

Prébiotique : qui aide au rétablissement d’une bonne flore digestive, en nourrissant cette flore.

Problèmes rhumatismaux : désigne, de manière générale, l’ensemble des douleurs articulaires.

Rosette : groupe de feuilles disposées en cercle, très rapprochées les unes des autres, qui se situe au niveau du sol. Beaucoup de plantes bisannuelles (faisant leur cycle de vie sur 2 ans) forment une rosette durant la première année de leur existence. De nombreuses vivaces herbacées se maintiennent sous forme de rosette l’hiver alors que le reste de la plante a disparu.

2 – Plantain lancéolé, majeur, moyen

Plantain – Plantago sp.
fam. PLANTAGINACEAE

Les plantains sont très abondants et facilement reconnaissables.

Ses caractéristiques botaniques

  • Les feuilles présentent des nervures très saillantes, presque parallèles.
  • Les fleurs sont disposées en épis*.
Plantain lancéolé
Plantago lanceolata L.
Plantain majeur ou grand plantain
Plantago major L.
Plantain moyen
Plantago media L.
Pelouses et prairies ensoleilléesSols tassés, piétinés, des cheminsPelouses sèches, les sols calcaires et pauvres en nutriments
Feuilles :
– lancéolées
– 5 à 7 nervures
Feuilles :
– largement ovales
– 5 à 7 nervures
– pétiole plus long que les deux autres plantains
Feuilles :
– largement ovales
– 5 à 9 nervures
– pubescentes
placées en rosette spiralée
Épis courts : petites fleurs aux pétales blanchâtres à brunâtresÉpis longs : fleurs brunesÉpis : fleurs à étamines rose
Rosette de plantain lancéolé (Plantago lanceolata L.)
Rosette de plantain majeur (Plantago major L.)
Rosette de plantain moyen (Plantago media L.). Les feuilles sont recouvertes d’un duvet.
Nervures des feuilles de plantain lancéolé (Plantago lanceolata L.)
Nervures des feuilles de plantain majeur (Plantago major L.)
Grand pétiole de feuille de plantain majeur (Plantago major L.)
Epi de plantain lancéolé (Plantago lanceolata L.)
Fruits de plantain lancéolé (Plantago lanceolata L.)

Cuisine

Tous les plantains sont comestibles. Les jeunes feuilles et les jeunes épis sont un régal, ils ont un bon goût de champignon !

  • Les feuilles sont riches en protéines, en acides gras polyinsaturés. Ce sont de bonnes sources de vitamines : provitamine A, vitamines B, vitamine C, vitamine E et vitamine K et de minéraux (manganèse, magnésium, potassium et calcium).
  • Les épis, tout comme les feuilles, peuvent être consommés crus (en salade, en pesto) ou cuits (sautés à la poêle, en soupe ou en pâté végétal). Les graines peuvent être mélangées aux soupes pour les épaissir ou aux farines sans gluten pour lier les préparations.
Apéro plantain

Ingrédients

Tranches de pain, épis de plantain, une échalote, une boule de mozzarella de buffala.

Préparation

Cueillir et laver les jeunes épis de plantain. Les faire revenir dans un peu d’huile d’olive avec l’échalote finement ciselée. Faire griller des tranches de pain. Couper des tranches de mozzarella. Disposer la mozzarella sur le pain encore chaud.

Déposer les épis et les échalotes justes revenus sur la mozarella.

Régalez-vous pendant que c’est chaud !

Propriétés médicinales

Parties de la plante utilisées : feuilles et parties aériennes

Les feuilles ont de nombreuses propriétés : antiseptiques (antibactériennes et antivirales), anti-inflammatoires*, anti-allergiques, antitussives*, adoucissantes et cicatrisantes.

Elles sont traditionnellement utilisées en externe pour les plaies, piqûres d’insectes ou les affections dermatologiques et en interne pour les inflammations et ulcérations digestives*, la toux sèche et la rhinite allergique*.

Remède

Cataplasme de feuilles fraîches

En cas de piqûre ou d’irritation de la peau : écraser la plante entre vos doigts en faisant une petite boule pour en faire ressortir le suc et placer cette boule (sans frotter) sur la zone de peau à traiter. Il est possible de maintenir ce cataplasme de feuille avec un bandage ou un tissu propre pour le garder le plus longtemps en contact avec la peau.

Contre-indications

Pas de contre-indication, ni d’interaction médicamenteuse à notre connaissance mais à haute dose des effets laxatifs et hypotenseurs ont été décrits.

Toutefois, par précaution, l’usage du plantain est déconseillé :

  • aux femmes enceintes,
  • aux enfants de moins de 3 ans et
  • en cas de congestion majeure des voies respiratoires.

Glossaire

Acaule : plante sans tige apparente. En fait, la plante possède une tige très courte et ses feuilles sont souvent disposées en rosette au niveau du sol.

Anti-inflammatoires : qui diminue ou lutte contre l’inflammation.

Antitussives : qui lutte contre la toux.

Epis : type d’inflorescence en grappe, formé d’un axe allongé portant, à des niveaux différents, des fleurs sans pédicelle.

Immunomodulantes : qui module l’activité du système immunitaire, soit en l’affaiblissant, soit en le stimulant.

Pédicelle : dans une inflorescence, petite ramification du pédoncule portant à son sommet une seule fleur.

Ulcérations digestives : lésion de la muqueuse digestive souvent accompagnée de douleurs.

Vivace : se dit d’une plante qui vit plusieurs années, c’est à dire qu’entre la germination de la graine et la mort de la plante, plus de deux ans s’écoulent. On peut aussi dire pérenne.

3 – Églantier

Églantier- Rosa canina L.
fam. ROSACEAE

C’est une plante ligneuse buissonnante de 2 à 3 m de hauteur, avec des aiguilles en forme de canines.

Ses caractéristiques botaniques

  • Les feuilles sont alternes*, composées* pennées*, avec 5 à 7 folioles* ovales et dentées*.
  • Les fleurs de 4 à 5 cm sont roses, parfumées et à 5 pétales libres entre eux.
  • Le faux-fruit* rouge à maturité, ovale et lisse, est appelé cynorrhodon, il contient les vrais fruits secs nommés akènes* et recouverts de petits poils.
Feuille composée pennée, avec 5 à 7 folioles ovales et dentées

Cuisine


Les cynorrhodons peuvent être cueillis dès qu’ils sont rouges afin d’apprécier leur goût légèrement acidulé et sucré. La pulpe très riche en vitamine C. Il suffirait d’une dizaine de cynorrhodons pour couvrir nos besoins journaliers en vitamine C. Elle est également riche en provitamine A. Les cynorrhodons seront préférentiellement consommés crus afin de préserver leurs vitamines.

Crème dessert aux cynorrhodons

Ingrédients

8 à 10 cynorhodons (entiers avec les akènes) bien rouges, mous ou non, 5 cuillerées à soupe de compote de pomme, 1 cuillerée à soupe de purée d’amandes.

Préparation

Mixer l’ensemble au blender, puis passer la purée obtenue dans une étamine fine pour que la crème soit douce. Et c’est prêt !

Vous pouvez déguster cette crème telle quelle ou, pour les plus gourmands, avec des biscuits.

Propriétés médicinales

Parties de la plante utilisées : la pulpe du cynorrhodon sous forme séchée.

La pulpe de cynorrhodon est utilisée de façon traditionnelle en infusion pour prévenir les maladies hivernales et augmenter les défenses immunitaires, bien qu’aucune étude à l’heure actuelle n’ait encore prouvé une réelle efficacité.

Remède

Infusion

Préparation : Dans une tasse, verser 200 mL d’eau bouillante sur environ 2 g de cynorrhodons séchés et fragmentés. Laisser infuser environ 10 minutes.

Utilisation : Boire 3 ou 4 tasses par jour en cas d’infection hivernale.

Contre-indications

Aucune à notre connaissance.

Glossaire

Aiguillons : petite excroissance piquante et dure qui se développe à partir de l’écorce et qui s’en détache facilement sans l’abîmer.        

Alternes : se dit d’organes (feuilles, rameaux, parfois fleurs) insérés isolément à des hauteurs différentes, sur l’axe qui les porte.

Composées : ce terme peut s’employer pour des feuilles ou des inflorescences :
– se dit d’une feuille dont le limbe est divisé en folioles ou limbes secondaires.
– se dit d’une inflorescence dont l’axe principal donne à son tour naissance à des ramifications.

Pennées : se dit d’une feuille composée divisée en folioles disposées des deux côtés du pétiole comme les barbes d’une plume.

Foliole : division du limbe d’une feuille composée qui est semblable à une « petite feuille ».

Denté : bordé de dents, c’est à dire de petites échancrures triangulaires égales ou inégales.

Akène : fruit sec à maturité, indéhiscent (ne s’ouvrant pas à maturité), à une seule graine non soudée à la paroi interne du fruit. Chaque fleur peut donner naissance à un seul akène ou à plusieurs akènes (polyakène).

Faux-fruit : d’un point de vue botanique, le fruit est issu du développement du carpelle fécondé. Parfois, le fruit est à la fois issu du développement du carpelle mais également des induvies (tous les organes de la fleur qui se développent après fécondation et donc, qui accompagnent le fruit au lieu de disparaître), on parle alors de faux-fruit.

4 – Tilleul

Tilleul à petites feuilles – Tilia cordata Mill.
fam. MALVACEAE

Le tilleul atteint en moyenne 25 m et vit plusieurs centaines d’années. On le reconnaît surtout grâce à ses inflorescences typiques qui volent au vent.

Ses caractéristiques botaniques

  • Les feuilles ont une forme de cœur, leur face supérieure est bien verte et glabre* alors que la face inférieure est plus terne (glauque*) avec des amas de petits poils roux à l’aisselle des nervures. Ces amas de poils sont la caractéristique qui permet d’identifier l’espèce Tilia cordata Mill.. Les feuilles sont alternes*, dentées et pointues.
  • Les fleurs ont cinq pétales et sont de couleur blanc-jaunâtre, odorantes. Elles sont réunies en inflorescence*.
  • Le fruit est un akène*, en forme de boule ronde, dure et avec ou sans côtes. Il contient une ou deux petites graines marron foncé.
Silhouette du tilleul à petites feuilles (Tilia cordata Mill.)
Fleurs de tilleul réunies en inflorescence à la base de laquelle se trouve une bractée
Fruits du tilleul en forme de boule ronde, dure et avec des côtes. On peut voir les 2 petites graines marrons contenues dans le fruit et la bractée

Cuisine

  • Les feuilles sont riches en protéines complètes (contenant tous les acides aminés essentiels), en vitamines, minéraux et oligo-éléments. Elles sont aussi riches en sucres facilement assimilables, même chez le diabétique. Elles contiennent des mucilages, ce qui leur donne cette texture fondante, douce et agréable à mâcher.
  • Les fleurs au doux parfum sucré sont riches en vitamine C.
  • Les graines torréfiées peuvent être utilisées comme succédané du café. Les graines contenues dans le fruit sont comestibles. Elles sont riches en lipides et ont un goût entre l’amande et la graine de chanvre.
Salade aux feuilles de tilleul

Ingrédients

Feuilles, fleurs et boutons floraux de tilleul à petites feuilles (Tilia cordata Mill.), fleurs de trèfle des prés (Trifolium pratense L.), quelques radis et une sauce salade faite maison.

Préparation

Cueillir les feuilles du tilleul, au printemps, lorsqu’elles sont toute tendres. Cueillir juste le limbe de la feuille (sans le pétiole) ainsi que les fleurs et les boutons floraux (stade de la fleur juste avant qu’elle ne s’ouvre) sans les pédoncules qui sont fibreux.

Cueillir quelques fleurs de trèfle.

Laver et essorer les plantes puis ciseler les feuilles de tilleul. Dans un saladier, mettre les feuilles ciselées, les fleurs et les boutons floraux. Ajouter des fines lamelles de radis. Séparer une par une les fleurs de l’inflorescence de trèfle et les ajouter à la salade.

Assaisonner avec la sauce salade maison et c’est prêt !

Propriétés médicinales

Parties de l’arbre utilisées : fleurs (inflorescences avec leur bractée), feuilles et aubier.

  • Les fleurs sont riches en huiles essentielles, mucilages, tanins, vitamine C et manganèse. Elles sont calmantes*, sédatives*, adoucissante des muqueuses et de la peau, antispasmodiques*. Elles sont donc utiles en cas de troubles du sommeil, d’anxiété, de troubles nerveux légers tels que la fatigue nerveuse aussi bien chez l’adulte que l’enfant.
  • Les feuilles sont plutôt utilisées en local pour leurs propriétés antalgiques, anti-inflammatoires (calmant l’inflammation) et adoucissantes. Elles sont aussi légèrement laxatives par leur mucilages.
  • L’aubier est un drainant* du foie et des reins, diurétique*, cholérétique*, hypotenseur*, antispasmodique*. L’aubier joue un rôle essentiel dans l’épuration et l’élimination des déchets de l’organisme. Il contribue ainsi à lutter contre la formation de calculs* (dans le foie, les reins, la vessie) et lutte contre l’arthrite*, les rhumatismes*, les sciatiques*, les états migraineux, la cellulite. Il a également une action antispasmodique sur les viscères (reins, vésicule biliaire…).

Remède

Infusion des inflorescences

Préparation : Verser 150 ml d’eau bouillante sur une cuillère à café de fleurs de tilleul séchées (environ 2 g), filtrer après 10 ou 15 minutes.

Utilisation : Boire une tasse, deux à trois fois par jour et une heure avant le coucher en cas de problèmes de sommeil ou d’anxiété.

Contre-indications

Aucune à notre connaissance.

Glossaire

Akène : fruit sec à maturité, indéhiscent (ne s’ouvrant pas à maturité), à une seule graine non soudée à la paroi interne du fruit. Chaque fleur peut donner naissance à un seul akène ou à plusieurs akènes (polyakène).

Alternes : se dit d’organes (feuilles, rameaux, parfois bractées ou fleurs) insérés isolément à des hauteurs différentes, sur l’axe qui les porte.

Antispasmodiques : qui lutte contre les spasmes musculaires (contraction volontaire et intense au niveau des muscles lisses involontaires (principalement muscles digestifs et respiratoires).

Arthrite : Atteinte articulaire inflammatoire caractérisée par la présence de douleur, rougeur, chaleur et parfois gonflement de l’articulation, et s’accompagnant de modifications biologiques caractéristiques (présence d’indicateurs de phénomènes inflammatoires dans le corps).

Bractée : organe qui accompagne la fleur ou l’inflorescence ayant un aspect variable : une petite feuille, une membrane, une écaille ou encore une pièce florale. Elle est ainsi positionnée à la base d’un pédicelle floral, d’une inflorescence ou sur le pédoncule ou un axe de celle-ci.

Calmantes : diminuant le stress.

Calculs : concrétions solides qui se forment par précipitation de certains composants (calcium, cholestérol, bilirubine) dans un organe ou dans son canal excréteur au niveau du système urinaire, de la vésicule biliaire ou des glandes salivaires.

Cholérétique : qui active la sécrétion de la bile par les cellules du foie. La bile est un liquide biologique, fabriqué par le foie et jouant un rôle dans la digestion des lipides (graisses).

Denté : bordé de dents, c’est à dire de petites échancrures triangulaires égales ou inégales.

Diurétique : stimule la production des urines.

Drainant : qui favorise l’élimination de déchets liquides et gazeux produits par l’organisme, via les émonctoires (foie, reins, poumons, peau, intestins).

Emonctoires : Les émonctoires sont les organes qui jouent un rôle essentiel dans l’élimination des déchets de l’organisme (foie, reins, poumons, peau, intestins ainsi que les muqueuses génitales chez la femme : utérus et vagin). Ce sont, en quelque sorte, les « portes de sorties » du corps.

Glabre : sans poils.

Glauque : nuance de vert pâle tirant sur le bleu-gris ou le bleu.

Hypotenseur : qui diminue la tension ou pression artérielle. La pression artérielle dépend, physiologiquement, du débit sanguin et de la résistance des petits vaisseaux. Le corps humain par une cascade chimique et une information nerveuse est capable d’adapter la pression artérielle à différentes situations. Pour cela le corps va jouer sur 2 facteurs : la fréquence cardiaque et la dilatation des vaisseaux.

Inflorescence : Type de disposition des fleurs chez les différentes espèces (capitule, ombelle, cyme…).

Limbe : Partie en général, aplatie et élargie de la feuille prolongeant le pétiole qui est le siège principal de la photosynthèse, de la respiration et de la transpiration.

Mucron : pointe courte et raide présente au bout d’un organe végétal.

Rhumatismes : terme générique désignant l’ensemble des douleurs articulaires.

Sédatives : favorisant le sommeil.

Sciatique : Douleur intense sur le trajet du nerf sciatique, provenant des lombaires ou de la fesse et irradiant la cuisse.

5 – Ortie

Grande ortie- Urtica dioica L.  
fam. URTICACEAE

Tout peut s’utiliser dans cette belle plante : les racines, les tiges, les feuilles et les graines.

Ses caractéristiques botaniques

  • L’ortie dioïque ou grande ortie est une plante urticante.
  • C’est une plante dioïque* herbacée vivace*, mesurant de 1,5 à 2 m, qui pousse en parterres.
  • La tige est carrée et velue.
  • Les feuilles sont opposées*, en forme de cœur et dentées*. Les racines sont de deux types : en rhizomes* et pivotantes*.
Feuilles cordiformes et poilues et tige carrée de l’ortie dioïque (Urtica dioica L.)

Cuisine

En cuisine, on récolte les jeunes pousses printanières et automnales ou les 6 dernières feuilles (qui sont les plus tendres). L’ortie se prépare de multiples façons, crue ou cuite. Elle entre dans la composition de très nombreuses recettes tel que le pesto, les quiches, les salades, les soupes, les jus etc… Elle est l’une des plantes sauvages les plus consommées ce qui est une très bonne chose puisqu’elle est très nutritive.

Tartinade d’ortie

Ingrédients

40 g de pousses d’orties crues lavées, 60 g de graines torréfiées (amandes, graines de tournesol, noisettes, pignons…), 1 gousse d’ail, 30 g de sauce soja, 1 yaourt nature (soja ou lait), une pointe de sucre, jus de citron.

Préparation

Avec des gants, cueillir de préférence les sommités (4 à 6 dernières feuilles) ou les jeunes pousses printanières ou automnales. Les laver soigneusement. Hacher très finement tous les ingrédients et écraser au mortier (ou mixer). Ajuster selon votre goût. Déguster sur du pain.

Propriétés médicinales

Parties de la plante utilisées : sommités fleuries

On ne peut pas écrire ici toutes les qualités de cette plante, il n’y aurait pas assez de place ! Ses propriétés sont riches et multiples.

Les feuilles sont utilisées comme anti-inflammatoires et diurétiques notamment pour les divers problèmes cartilagineux tels que les rhumatismes, la goutte ou l’arthrose.

Les orties sont reconnues dans leur usage traditionnel pour de nombreux autres maux en externe comme en interne, tels que la chute de cheveux, l’acné, l’eczéma, les diarrhées ou les saignements.

Remèdes

Infusion des feuilles

Préparation : Peser 1,5 g de feuilles séchées et découpées. Les déposer au fond d’une casserole, couvrir de 150 mL d’eau et laisser monter doucement en température jusqu’à atteindre 85°C-90°C. Prendre soin de ne pas faire bouillir l’eau : pour cela utiliser un thermomètre à sonde ou apprendre à repérer lorsque de toutes petites bulles se forment, on est alors à la bonne température. Couper le feu et laisser infuser les feuilles pendant 10 à 20 min pour qu’un maximum de minéraux soient extraits.

Utilisation : Boire une tasse plusieurs fois dans la journée dans la limite de 8 à 12 g de plante par jour, en cas de rhinite allergique ou de troubles articulaires douloureux.

Contre-indications

  • En cas d’hypersensibilité à l’ortie.
  • A proscrire en cas d’œdème* faisant suite à une insuffisance cardiaque* ou rénale*.
  • A utiliser avec précaution en cas de prises d’anticoagulants* à cause de sa richesse en vitamine K.

Glossaire

Anticoagulant : qui empêche la coagulation du sang et a donc une action fluidifiante de celui-ci et induit un risque hémorragique.

Cordiforme : en forme de coeur.

Denté : bordé de dents, c’est à dire de petites échancrures triangulaires égales ou inégales.

Dioïque : les fleurs mâles et femelles sont sur des pieds différents.

Insuffisance cardiaque : incapacité du cœur à fournir un débit adapté aux besoins en oxygène des différents organes de l’organisme. Cette pathologie peut se compliquer par des troubles du rythme cardiaque ou même la mort.

Insuffisance rénale : pathologie grave des reins qui est responsable de la dégradation progressive et définitive de leur capacité à trier les déchets du sang.

Monoïque : les fleurs mâles et femelles sont sur le même pied.

Œdème : accumulation anormale de liquide provenant du sang dans les espaces intercellulaires des tissus ou des organes, entraînant un gonflement.

Opposées : se dit de deux organes (souvent des feuilles) qui s’insèrent à un même niveau en se faisant face.

Racine pivotante : racine principale, bien plus développée que les radicelles et s’enfonçant verticalement dans le sol. Elle assure à elle seule l’ancrage de la plante et peut aussi jouer le rôle de réserves. On parle aussi de racine pivot.

Reproduction végétative : Appelée aussi multiplication végétative. C’est un mode de reproduction, extrêmement fréquent chez de nombreux végétaux, qui ne fait pas intervenir de phénomène sexuel (fleur et fécondation entre un gamète mâle et un gamète femelle). Il peut impliquer des stolons, des rhizomes, des tubercules ou des bulbilles.

Reproduction sexuée : C’est un mode de reproduction qui fait intervenir un phénomène sexuel (fleur et fécondation entre un gamète mâle et un gamète femelle donnant une graine).

Rhizome : tige souterraine vivace, généralement à peu près horizontale, émettant chaque année des racines adventives et des tiges aériennes et dont les feuilles sont réduites à des écailles sèches, ce qui le distingue d’une racine.

Stipulé : possédant de petits appendices pouvant ressembler à des feuilles, insérés, le plus souvent par paire, à la base du pétiole.

Vivace : se dit d’une plante qui vit plusieurs années, c’est à dire qu’entre la germination de la graine et la mort de la plante, plus de deux ans s’écoulent. On peut aussi dire pérenne.

Le mot de la fin

Je (François) reprends la main pour conclure.

J’espère que cette première approche pour allier randonnée et cueillette vous a plu, je suis curieux d’avoir vos retours en commentaires. N’hésitez pas à me dire aussi si ce genre d’articles vous intéressent.

Pour aller un peu plus loin, n’hésitez pas à faire un tour sur Le Chemin de la Nature, vous trouverez beaucoup d’informations intéressantes sur les plantes sauvages et leurs usages culinaire et médicinal.

Et si vous voulez aller beaucoup plus loin, je vous recommande la formation du cueilleur qui est très bien conçue. Et si je vous la recommande, c’est que je suis actuellement en train de la suivre et que j’apprécie sa qualité. Vous trouverez tous les détails sur cette page. 😉

  71 commentaires à “Cueillette et randonnée : 5 plantes sauvages comestibles”

Commentaires (71)
  1. des plantes très communes ,faciles à récolter ,une belle idée pour des ballades avec des enfants qui auront le plaisir de déguster leur récolte tout en les sensibilisant au respect de leur environnement et de leur santé.Merci

    • Quel bel article ! Moi qui vit en ville, ça m’a fait un bien fou de voir vos photos et de vous lire.
      Je vais prendre note de vos précisions.
      Merci beaucoup pour ce beau partage.

  2. Article super intéressant et très complet. merci à l’auteur et à vous.

  3. Même en côtoyant régulièrement ces plantes en rando , on en connaît pas toujours
    leurs qualités . Merci pour toutes ces infos .

  4. Article très intéressant. Je ne savais pas que le plantain est comestible. Et j’ai découvert plusieurs façons de préparer les autres plantes. On en a l’eau à la bouche !
    … et on redemande d’autres articles de la même veine.
    Bravo !

  5. Super intéressant!
    On sait maintenant où aller faire les courses!

  6. Même si nous connaissons ces plantes, cet article est très complet (photos, explications claires et précises…), Nous découvrons toujours des trésors cachés dan la belle nature française.
    Merci à Christophe et à vous.

  7. Bonsoir,
    Très bon article intéressant
    Merci pour ces infos

  8. Toujours très complet, très intérressant, très ludique.Bravo pour votre travail vraiment ! Même si je connais quelque chose, je relis toujours avec beaucoup de curiosité vos articles.
    merci beaucoup et au plaisir de vous relire.
    Jacqueline

  9. Merci beaucoup pour cet article très complet et très enrichissant !

  10. Merci pour cette article qui donne envie de ramasser et cuisiner en rentrant de rando….

  11. Bonsoir,
    très bon article, à renouveler, toujours dans le même esprit : profiter des bienfaits de la Terre mais en équilibre.
    J’ai beaucoup utilisé les pissenlits,quand j’étais plus jeune (cuits avec lardons et pommes de terre), avant floraison car croyant que pendant et après, c’était moins digeste. A l’époque c’était plus facile dans les prés non traités – maintenant je n’ose plus : trop proche des routes, des champs sulfatés et avec autres traitements. Je ne suis plus certain de la valeur gustative et énergétique.
    Cela me fais penser au fait de trop cueillir et pas forcément au meilleur moment ! Chacun de nous peut faire attention (ou pas) mais de toute façon, au 10000iéme cueilleur il n’y a plus rien.
    La Terre nous nourrit, nous devrions faire attention à lui laisser la possibilité de continuer…

    • Oui c’est sûr qu’il faut prendre en compte que l’on n’est pas le seul cueilleur, surtout quand on est dans des endroits où d’autres personnes sont susceptibles de passer.

  12. article très intéressant car nous ne savions pas à quel point certaines plantes avaient de telles vertus
    merci

  13. Bonsoir
    Très bonne explication sur la possibilité de consommer des plantes que le croisent tout les jours dans
    le jardin ou lors de randonnées
    Très enrichissant

  14. bonsoir
    je lis régulièrement les parutions de Christophe qui est vraiment un herboriste de renommée et en plus ses articles sont toujours beaux et précis. A lire sans modération !
    Excellente idée de faire paraitre cet article !

  15. Merci pour cet article, plus complet que la plupart sur les diverses qualités de ces plantes.

  16. super article tres complet merci .a refaire

  17. Super article, on en demande encore et encore

  18. Merci, j’ai randonné en Europe, c’est une super occupation quand l’âge limite la longueur( et le dénivelé) des randonnées de montagne journalières estivales, j’essaie en plus de la soupe de jeunes orties au printemps en plaine..

  19. Merci pour cet article, qui nous rafraîchit la mémoire sur les bienfaits de la nature, et cela a portée de main.

  20. Cet article est très intéressant, très bien expliqué, illustré et instructif. Il donne envie d’y regarder de plus près.
    Merci pour ce partage.

  21. Très bonne idée que de nous faire partager cette science des plantes. Merci beaucoup!

    • Ce genre d’article est une très bonne idée. Pour ma part, j’en redemande volontiers.
      Merci à Frédéric pour le partage de toutes ces infos passionnantes et encore bravo pour cet article très documenté. Vivement le prochain !

  22. Merci pour cet article, très intéressant !

  23. Oui, oui et encore oui pour ouvrir le champ… des experiences natures.
    Et il y a de quoi faire pour décrypter ce que l’on rencontre : les montagnes, plaines, vallons, arbres, animaux, architectures, la geologie, les nuages, étoiles…
    Ceci dit l’article est tellement complet, « pro », que 5 plantes… c’est un peu lourd à digérer peut-être.
    En tout cas merci… et cela m’a redonné envie de fureter et re-lire les articles du site.

  24. Bonjour et grand merci pour ce partage de passionnés passionnants.
    Pour jouer pleinement notre notre rôle en nature, pensons à ressemer (ou replantons) ce que nous cueillons ou consommons. Ainsi que l’on n’épuise pas une station, il est de notre responsabilité de diffuser les semences du vivant, d’entretenir les arbres nourriciers, etc…
    Juste une coquille / « copié collé » : la Rosa canina est de la famille des Rosacee.
    Bravo et encore merci pour la qualité de votre article
    Fleurs&papilles

  25. très bonne idée à renouveler si possible sur faune et flore
    merci François
    j

  26. Bonjour
    Quelle bonne idée de publier ce genre d’articles. Un grand bravo et un grand merci François !
    Les informations sont de bonne qualite, pas techniques….
    A poursuivre….

  27. Merci pour cette belle publication

  28. Merci beaucoup! A approfondir par la pratique pour ma part.

  29. Bonne idée de publier cet article. On peu rajouter tous les petits fruits que l’on grignote au fil des sentiers.
    Fraises, myrtilles, mures, merises,noisettes, prunelles (après les gelées), framboises. Juste quelques uns au passage sans trop s’arrêter. Je fais suivre cet article à mon petit Groupe Rando Montagne.
    Merci François, je retourne à tes leçons GPS Malin.

  30. On côtoie ces plantes au fil de nos randonnées mais on n’en soupçonne pas les vertus ou l’utilisation qu’on peut en faire. Excellent article, scientifique dans le sens noble du terme. Merci de cette publication.

  31. article très intéressant et riche en informations. Ce qui pourrait être super c’est une sortie pour la mise en pratique en milieu naturel…. A bientôt

  32. Tout simplement merci. Très instructif.

  33. Bonjour, très intéressant, j’attends avec impatience un article parlant des plantes alpines.

  34. Merci à tous pour vos retours positifs. 😉

  35. Bonjour,

    Même si cela à déjà été mentionné, bravo pour cet article très complet.
    A renouveler !

  36. Bonjour,
    bons articles avec des plantes faciles à reconnaître. Cependant étant moi-même botaniste et mycologue et présidente d’un association fédérée à la Fédération Mycologique et Botanique Dauphiné Savoie, qui a de plus en plus de mal à trouver des jeunes membres passionnés, je ne peux que conseiller aux randonneurs qui s’intéressent aux plantes, aux champignons et à leur comestibilité, d’apprendre à moindre frais, les bases de ces sciences avec les spécialistes que nous avons dans nos sociétés, nombreuses sur tout le territoire français. Ce qui n’empêchera pas des botanistes comme Christophe de vivre de leur passion.
    Cordialement,
    Odette

    • Effectivement, il y a plein de moyens différents de se former sur le sujet. Merci du rappel Odette. 😉

  37. Bonjour
    Merci pour cet article très interessant ; pour ce qui est de l’echinococcose :attention aux fraises des bois !
    heureusement pour les anciens (dont je fais partie ::) l’incubation est de 15 à 20 ans !!
    Jean-pascal

  38. Bonjour

    Article passionnant à lire.
    Tout nouveau ici, je ne sais s’il a été publié, mais un article en parallèle sur les végétaux toxiques à éviter à tout prix (Aconits, Laurier rose, muguet, Atropa belladona, Digitales, Taxus, etc) serait également le bienvenu avec, si possible, les manifestations en cas d’ingestion malencontreuse et les antidotes possibles, premiers gestes, etc…).
    Il est bon, en effet, de rappeler d’éviter le ramassage en bordure des routes et sites industriels, les végétaux, et notamment le pissenlit, sont des pompes à toxiques.

    • Bonjour Jean-claude.

      Bienvenue alors. 😉 Non, un tel article n’a pas (encore) été publié, il y a beaucoup à dire sur le sujet.

      A bientôt,
      François

  39. Merci pour cet article tres interressant une multitude d infos bravo

  40. SUPER!

  41. Super article et encore bravo pour toutes ces explications. On en redemande

  42. Merci pour cet article très intéressant et très bien expliqué.
    J’utilise depuis longtemps le plantain lancéolé pour les piqûres d’insectes,qui est très efficace pour calmer la démangeaison.
    J’écrase les feuilles avec le bout des doigts pour faire ressortir le suc et je frotte sur la piqûre.
    A plus. Ly

  43. Merci pour ce très bel article enrichissant. A renouveler et ajouter également la faune .

  44. Merci à Christophe pour cet article très intéressant, et à François de le lui avoir demandé et publié.
    Je voudrais ajouter un petit détail:

    Le tilleul est (à ma connaissance et pratique) LE SEUL arbre dont les feuilles consommées crues sont entièrement digérées et assimilées par l’organisme humain ! Elles sont très tendres et très légèrement sucrées, sucre compatible avec les régimes pour diabétiques.
    Dommage que cet arbre superbe devient de plus en plus rare …

    Encore des articles du même haut intéret, François et Christophe.

  45. Pour l’églantier Avec BEAUCOUP de patience on peut faire de la confiture ou gelée avec le cynorhodon également

  46. Merci pour cet article très complet qui nous apporte (ou nous rappelle) les bienfaits de ces plantes que nous côtoyons régulièrement sur nos chemins.
    A poursuivre bien sûr !

  47. merci petit dossier d’une excellente qualité

  48. Effectivement comme nous sommes souvent dans la nature, nous observons, nous cueillons et les recettes que l’on peut nous donner sont précieuses car il y a quand même le risque de ramasser des plantes qui pourraient ne pas être très digestes.
    Merci donc pour ces bons conseils que je lis avec beaucoup d’attention.

  49. Excellente idée! La matière ne manque pas: champignons, herbes et plantes aromatiques, baies et autres fruits, sèves et résines… que l’embarras du choix! Bravo et au plaisir de vous lire.

  50. Je passe deux journées par semaine en randonnée et cet article va m’amener à davantage d’attention sur les plantes. Celles dont vous parlez ne me sont, bien sûr, pas étrangères mais pour certaines je ne connaissais pas leur vertu.
    Un grand merci à François et à Christophe

  51. Nous pouvons confirmer l’ utilisation médicinale du plaintain lancéolé comme pansement sur les plaies, cors au pieds, etc.
    Du point de vue fruits, n’ oubliez pas les fruits du sureau (Sambucus nigra).
    Pour la cuisine, il paraît que les feuilles de la grande consoude étaient utilisées en salade par les Celtes (les gaulois) mais, limiter les quantités ingérées à cause de la présence d’ alcaloïdes.
    Quant aux champignons (comme suggérés par un lecteur), il faut être très prudent: les connaissances évoluent: il y a trente ans, le paxille enroulé ‘associé aux bouleaux) était considéré comme comestible; il est maintenant reconnu qu’ il peut s’ avérer MORTEL à long terme (plusieurs années) par consommation répétée.

  52. Présentation claire et précise de ces plantes.

    Avant la dégustation apprécions le plaisir de la découverte au cours de nos randonnées.

    Faire partager ces connaissances et permettre à votre entourage de découvrir  » .Dame nature « 

  53. Article très intéressant et très complet. Merci pour toutes ces infos

  54. Merci pour cet article super complet, surtout concernant les propriétés médicinales.
    A part pour le plantain j’ ai tout sous la main dans mon jardin, chez mes voisins ou dans la forêt à coté de chez moi. Pour les orties, je vais m’y remettre, ma mère nous faisait déjà des tisanes d’orties…

    Une petite question où trouve t-on des asperges sauvages ?

    Si y a d’autres articles sur la faune, ça m’intéresse aussi beaucoup (mais pas si c’est comment la chasser, la piéger ou la cuisiner)

    A bientôt
    Astrid

    • Si je ne dis pas de bêtise, elles se trouvent plutôt dans le sud de la France entre mars et mai à peu près. Personnellement, je les trouve dans la garrigue.

      Pour la faune, pas de souci, s’il y a des articles, ça ne sera pas sur cet aspect là. 😉

  55. Je me disais bien que j’avais déjà lu ça quelques part…

  56. Excellent, clair, bien structuré
    Entierement d’accord pour ‘autres articles : géologie, faune, flore…

  57. Bonjour
    Un bien joli sujet vraiment intéressant.Même si nous les connaissons ou cotoion ces plantes au quotidien dans nos promenade du dimanche ou rando nous en connaissons pas forcement leur utilité et leur propriété. Cet article est vraiment bien fait .
    Merci

  58. Comme agréable documentation et photographies de très belle qualité.
    Merci François pour ce travail « fourmillant » d’idées. 🙂

  59. Bonjour François

    Explications très complètes. Mais j’ai appris peu de chose, m’intéressant depuis fort longtemps aux bienfaits des plantes. Plantain, ortie, cynorhodons, pissenlit et tilleul faisant déjà partie depuis fort longtemps de ma pharmacopée naturelle (j’habite un village de 300 habitants, et possède un jardin potager et sauvage assez abrité de toutes les cochonnerie de Monsanto !)
    A contrario, il me semble assez difficile d’utiliser correctement toutes ces recettes en randonnée !

    Bien à toi

    • Merci pour ton retour. Je suis d’accord avec toi et c’est pourquoi j’avais précisé que les recettes étaient plutôt destinées à un repas une fois de retour chez soi et pas vraiment à un bivouac. 😉

      A bientôt,
      François

  60. Personne n’a réagit au problème de l’échinococcose. Les mesures de nettoyage proposées sont assez radicales et plutôt impraticables en bivouac. Il vaut mieux savoir éviter les lieux de cueillette à risque et surtout éviter de propager le mythe du renard qui urinerait sur tout ce qu’on peut cueillir. Les transmetteurs de la maladie sont avant tout les chiens et il y a plus de risque à l’attraper en se faisant lécher le visage par son ami à quatre pattes qu’en mangeant une fraise des bois au ras du sol. Des compléments d’informations là-dessus, François ?

  61. habitant la campagne, je n’osais plus cueillir ces plantes à cause des risques dus aux petits animaux qui peuplent nos bois et prairies… Mon mari, bûcheron, a été malade à cause de la leptospirose … il a dû toucher une écorce infectée par une souris, ou autre, alors qu’il a avait peut-être une petite égratignure, ce qui est fréquent ! Il a été très, très malade, et 5 jours en soins intensifs … Depuis, plus d’orties, même de notre verger, ni de pissenlits que pourtant j’adorais.
    Alors, je vous remercie pour le mode d’emploi qui permet de désinfecter les plantes avant de les utiliser ! Je vais retrouver mes salades de pissenlits et mes tisanes d’ortie !!! Recette à conserver très précieusement !

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)

468 Partages
Partagez468
Tweetez
Email