Août 192011
 

Gouttes d'eauSi vous voulez savoir pourquoi il est indispensable de purifier l’eau en randonnée quand vous ne connaissez pas sa qualité, ou si vous vous demandez si vous avez besoin d’un système de purification pour vos randonnées :

Alors je vous conseille de d’abord lire l’article « Fontaine je ne boirai pas de ton eau » sauf si elle est purifiée avant de vous plonger dans celui-ci.

Dans ce nouvel article, je présente dans cet article un aperçu des avantages et inconvénients des principaux procédés de purification. Cet article va vous aider à choisir le système de purification qui correspond le mieux à votre pratique – si vous en avez besoin d’un. Ou à vous rendre compte que celui que vous utilisez ne convient pas.

Si vous pensez que mettre une pastille de Micropur dans une bouteille d’eau vous permet de boire n’importe quelle eau, vous vous trompez.

Si vous pensez que filtrer une eau polluée avec le dernier filtre à la mode va vous empêcher d’être malade, vous vous trompez aussi.

Comme quand on achète un antivirus pour son ordinateur, quand on achète un moyen de purification pour l’eau, on a facilement l’impression d’être protégé pour tous les contaminants – surtout quand il est cher. La réalité est bien différente

Comment bien prélever son eau et la préparer ?

Que vous purifiez votre eau ou pas, il faut la prélever et la préparer correctement pour limiter les risques. Voici quelques conseils pour faire cela :

  • Prélevez l’eau la plus claire possible et le plus en amont possible d’activités humaines.
  • Prélevez l’eau le plus loin possible de toutes activités polluantes.
  • Evitez l’eau stagnante, les micro-organismes s’y développent plus facilement.
  • Si l’eau est trouble ou contient des particules il est préférable de la pré-filtrer ou de la faire décanter pour se débarrasser de ces particules.

Pourquoi et comment obtenir une eau claire ?

Si vous comptez purifier l’eau, il est indispensable qu’elle soit claire si vous utilisez un filtre, un purificateur chimique ou un traitement UV. Cela évitera de boucher votre filtre ou de diminuer l’efficacité du traitement UV ou chimique. Si vous ne comptez pas purifier l’eau, ce n’est pas indispensable, mais ça vous évitera juste le goût de boue et le sable qui croque sous la dent.

La décantation consiste à placer l’eau dans un récipient et la laisser reposer. Cela permet aux particules en suspension dans l’eau de tomber au fond du récipient. Plus les particules sont petites et légères, plus ce processus prend du temps.

Si les particules sont très petites ou très légères, il est préférable de pré-filtrer l’eau. Vous pouvez faire cela en faisant passer l’eau dans un filtre à café, un linge, un tee-shirt, ou autres.

Une fois que votre eau est claire et prête à être purifiée, secouez le récipient pour oxygéner l’eau et vous débarrasser d’une partie des organismes anaérobies.

L’ébullition

Ebulittion eauLe principe de cette méthode est simple. Il suffit de faire bouillir de l’eau pendant un certain temps pour tuer les organismes pathogènes. C’est sûrement la première chose à laquelle la plupart des gens pensent pour se débarrasser des contaminants présents dans l’eau. Le problème de cette méthode est qu’elle a beaucoup d’inconvénients et peu d’avantages pour les randonneurs.

Avantages :

  • Pratique pour faire la cuisine.
  • Elimine la plupart des bactéries, virus et micro-organismes.
  • Pas de matériel supplémentaire nécessaire (si vous avez déjà un réchaud) à part du combustible.

Inconvénients :

  • Utilise du combustible supplémentaire.
  • Procédé long – encore plus long en altitude.
  • L’eau purifiée est chaude. Ce n’est pas l’idéal si vous voulez la boire et vous rafraîchir.
  • Mauvais goût – après ébullition, l’eau a un goût fade.
  • N’élimine pas les particules.
  • N’élimine pas les polluants chimiques.

Combien de temps faut-il faire bouillir l’eau ?

Le temps d’ébullition nécessaire est difficile à déterminer car il dépend du type d’organismes pathogènes présent dans l’eau ainsi que de l’altitude à laquelle vous êtes.

Au niveau de la mer, l’eau bout à 100°C. La majorité des contaminants biologiques sont tués en moins d’une minute à cette température. Pour le même résultat, il faut que l’ébullition dure quelques minutes quand l’eau est à 85°C (température d’ébullition de l’eau à 4500 m d’altitude) et environ 30 minutes quand l’eau est à 70°C (température d’ébullition de l’eau au sommet de l’Everest).

Les filtres

Filtrer eauLe principe d’un filtre est simple : l’eau passe à travers des pores de petite taille qui retiennent les organismes et particules – exactement comme une passoire pour égoutter les pâtes.

Il existe énormément de types différents de filtres. Certains sont à membrane, d’autres à cartouche, certains en fibre de verre, d’autres en céramique. La taille des pores varie – plus les pores sont petits plus le filtre est efficace.

La plupart des filtres de randonnée actuels ont des pores d’une taille de 0.1 à 0.3 microns (micromètres) et retiennent tout ce qui a une taille supérieure à cela. Certains vont jusqu’à 15 nanomètres.

Certains filtres utilisent uniquement un filtre mécanique, et d’autres y associent des traitements chimiques, du charbon actif, des particules d’argent ou autres, pour une meilleure efficacité et une plus grande polyvalence.

Je ne rentrerai pas trop dans ces détails ici, mais il est important pour vous de savoir quels sont les avantages et inconvénients des filtres d’une manière générale.

Avantages :

  • Procédé rapide – permet de purifier une grande quantité d’eau assez rapidement (suivant les filtres). Plus les pores sont petits, plus le débit est faible et plus le procédé est long.
  • Possibilité de boire l’eau directement après la filtration.
  • Eliminent les particules et les sédiments.
  • Certains éliminent une partie des contaminants chimiques – quand les pores sont assez petits.
  • Eliminent la plupart des bactéries et micro-organismes – c’est le cas des filtres classiques de 0.1 à 0.3 microns ou plus petits.

Inconvénients :

  • Prix élevé.
  • Entretien – il faut nettoyer les filtres, sinon ils se bouchent et les contaminants biologiques s’y développent. C’est d’ailleurs ce qu’empêchent le charbon actif ou les particules d’argent présents dans certains filtres.
  • Poids – qui varie suivant les filtres mais qui est généralement plus élevé que les autres moyens de purification.
  • La plupart des filtres n’éliminent pas les virus (en tout cas les plus petits) – c’est le cas des filtres classiques de 0.1 à 0.3 microns. Cependant, il existe des filtres qui permettent d’éliminer presque 100% des virus, soit grâce à des pores très petits, soit grâce à un traitement chimique associé.
  • Il faut pomper pour la plupart des filtres – ce qui peut être fatiguant. C’est un peu comme utiliser une pompe à vélo. Certains filtres utilisent la gravité ou l’aspiration et n’ont pas cet inconvénient.
  • Ils peuvent s’encrasser ou se boucher. Le débit d’eau peut alors devenir très faible ou même nul.
  • Ils peuvent se fissurer ou s’abîmer à cause du gel, de chocs ou autre. Dans ce cas ils deviennent inefficaces ou inutilisables.

A savoir :

Certaines bactéries ne sont pas éliminées par des filtres de 0.2 microns ou plus. C’est le cas de la bactérie responsable de la leptospirose par exemple qui a une taille de 0,1 à 0,2 microns.

Le charbon actif

Certains filtres sont pourvus de charbon actif. Le charbon actif rend l’eau plus claire, améliore l’odeur et le goût, et surtout absorbe une grande quantité de produits chimiques comme le chlore, l’iode, certains métaux lourds, les pesticides, etc. qui ne se retrouvent donc pas dans l’eau filtrée. Quand il est associé à un filtre, il diminue par contre le débit d’eau filtrée.

Astuce :

Il peut être difficile de filtrer l’eau directement à partir d’un cours d’eau ou d’une flaque d’eau en gardant l’embout dans l’eau et en évitant le fond, là où sont toutes les particules. Dans ce cas, il est pratique d’avoir un récipient avec lequel on peut prélever l’eau et la faire décanter si nécessaire. On filtre ensuite l’eau de ce récipient.

Les purificateurs chimiques

Purificateurs chimiquesLe principe est le même que pour tout désinfectant. Il consiste à introduire un produit chimique dans l’eau et attendre un certain temps pour se débarrasser des contaminants biologiques. La différence est que l’eau doit être ensuite potable. Il existe une multitude de purificateurs chimiques différents. Pour la randonnée, les plus courants sont les pastilles de purification.

Avantages :

  • Légers – avec quelques grammes vous pouvez purifier des dizaines de litres d’eau.
  • Peu encombrants.
  • Peu coûteux.
  • Eliminent la plupart des bactéries et des virus.
  • Certains éliminent les micro-organismes – en fonction des produits chimiques utilisés.

Inconvénients :

  • Mauvais goût – impression de boire l’eau de la piscine.
  • Péremption – les pastilles de purification ont une date de péremption au-delà de laquelle il n’est pas conseillé de les utiliser.
  • Procédé long – temps d’attente (temps de contact) de ½ heure à 2 heures suivant la marque et le degré de désinfection que vous souhaitez. Encore plus long quand l’eau est froide ou trouble.
  • Doivent être utilisés avec une eau claire.
  • Il faut respecter la température d’efficacité.
  • Certains purificateurs chimiques n’éliminent pas tous les types de micro-organismes – certains n’éliminent pas giardia et cryptosporidium par exemple.
  • N’éliminent pas les particules.
  • N’éliminent pas les polluants chimiques.
  • Ne pas utiliser trop régulièrement – peut endommager la flore intestinale.
  • Non recommandés pour les personnes souffrant de maladies sanguines ou glandulaires et les femmes enceintes.

Les caractéristiques de tous les purificateurs chimiques sont très différentes. Voici par exemple celles de deux très couramment utilisés :

  • Micropur (Forte) est efficace après 30 min pour les bactéries et virus, et 2 h pour la plupart des micro-organismes (dont giardia) et les amibes. Il contient des ions d’argent, ce qui permet de conserver l’eau traitée pendant 60 jours.
  • Aquatabs est efficace après 30 minutes pour les bactéries, les virus et certains micro-organismes (giardia par exemple mais pas cryptosporidium). L’eau peut être conservée pendant 24h uniquement.

Astuces :

  • Pour éliminer « le goût de piscine », il est possible d’ajouter du jus de fruit en poudre ou de la vitamine C à l’eau traitée. Faites cela une fois que la désinfection est terminée car la vitamine C peut neutraliser l’effet de l’iode ou du chlore.
  • Etant donné qu’il faut attendre pour que les purificateurs chimiques soient efficaces, je vous conseille de prendre au moins deux récipients pour alterner. De cette manière l’un d’eux contiendra l’eau purifiée, et l’autre l’eau en cours de purification.

Le rayonnement ultra-violet

Traitement ultra-violetCe procédé utilise les rayons ultra-violets qui neutralisent les organismes présents dans l’eau en les empêchant de se reproduire.

Des systèmes de purification UV (lampe UV portable) ont été récemment développés et traitent l’eau grâce à l’émission de rayons ultraviolets. Ils ressemblent généralement à un stylo, que l’on plonge dans un récipient rempli d’eau. Il suffit ensuite de l’activer et de l’agiter pendant quelques minutes pour purifier l’eau.

Avantages :

  • Peu encombrant.
  • Léger.
  • Pratique.
  • Efficace – élimine 99,9% des organismes pathogènes.
  • Rapide – 1 à 2 minutes pour 1 litre d’eau.

Inconvénients :

  • Nécessite des piles – ce qui n’est pas pratique en randonnée, surtout pour les grandes randonnées ou les treks.
  • Nécessite une eau assez claire.
  • Prix élevé.
  • Fragile.
  • Ne tue pas les organismes mais empêche leur reproduction. Après traitement UV, il faut donc éviter d’exposer l’eau traitée à la lumière du jour pendant une période prolongée – ce qui pourrait permettre à certains organismes de se réactiver.
  • N’élimine pas les polluants chimiques.

A savoir :

Certaines personnes utilisent le soleil pour faire cela. L’eau à purifier est contenue dans une bouteille plastique (PET) qui a été secouée pour oxygéner l’eau et éliminer certains organismes. Elle est ensuite placée au soleil pendant 6 à 24h en fonction de l’ensoleillement. Bien évidemment, cette méthode est longue, discutable et nécessite qu’il y ait du soleil. Mais c’est mieux que rien et bon à savoir dans une situation d’urgence.

Comment choisir son système de purification ?

Les avantages et inconvénients de chaque système présentés ci-dessus devraient déjà vous donner une bonne idée de quel système vous convient le mieux.

Demandez-vous d’abord quels types de contaminants vous risquez de rencontrer (virus, contaminants chimiques…) et choisissez à partir de cela. Votre choix dépendra ensuite principalement de votre pratique et de ce que vous privilégiez – cela peut être le poids, le goût, le prix, la polyvalence, la rapidité, etc.

Certaines personnes utilisent des combinaisons de système pour améliorer l’efficacité et mieux répondre à leurs besoins.

Combinaison de système

Voici quelques exemples :

  • Ebullition + filtre avec charbon actif : l’ébullition élimine les virus, les bactéries et micro-organismes. Le filtre avec charbon actif élimine les contaminants chimiques et les particules.
  • Filtre + purificateur chimique(ou le traitement UV) : le filtre élimine la plupart des bactéries et micro-organismes, et les virus les plus gros ainsi que les particules. Le purificateur (ou le traitement UV) élimine les virus les plus petits une fois que l’eau est claire.

Ce que j’utilise :

J’utilise principalement Micropur Forte et c’est ce que je compte utiliser pour mon défi.

Pourquoi ? La plupart du temps, je fais des randonnées où il est possible de trouver de l’eau potable aux bivouacs – je n’ai donc pas besoin de purifier toute l’eau que je consomme. Je m’en sers uniquement « au cas où » et quand il n’y a pas assez de points d’eau potable sur mon itinéraire.

Les avantages pour moi, c’est qu’il élimine quasiment tous les organismes pathogènes, que ce n’est pas un grand investissement, que c’est léger et que je peux garder l’eau purifiée longtemps. Le seul inconvénient est qu’il n’élimine pas les contaminants chimiques. Bien se renseigner lors de la préparation de sa randonnée et bien prélever son eau sont donc deux points importants.

C’était d’autant plus important dans des endroits désertiques comme en Australie où l’évaporation augmente la concentration de contaminants chimiques dans certaines eaux.

Pour faire la cuisine, j’utilise l’ébullition qui est pratique, bien qu’elle n’élimine pas non plus les contaminants chimiques.

Quelques astuces supplémentaires pour conclure

Vous devriez maintenant savoir quel système vous convient le mieux. Il existe d’autres systèmes moins fréquemment utilisés comme l’oxydation, la distillation ou l’osmose inverse mais je ne les présenterai pas ici.

Quelques astuces sans ordre particulier pour finir :

  • Cela paraît vraiment être un conseil basique, mais lisez les instructions et les caractéristiques des systèmes de purification. Chaque système est différent, il est donc impératif que vous compreniez comment il fonctionne, dans quelles conditions ainsi que les types de contaminants qu’il permet d’éliminer. Une fois que vous les avez lues, respectez-les. Sinon, autant boire l’eau sans la purifier…
  • Faites attention au goulot et bouchon des récipients. Des organismes peuvent s’y cacher. Nettoyez-les avec de l’eau purifiée.
  • Il est toujours pratique d’avoir deux récipients minimum, que ce soit pour décanter, pré-filtrer ou purifier l’eau.
  • Avez-vous pensé à une solution de secours si jamais un de vos systèmes de purification ne fonctionne pas ? Un filtre peut se boucher ou se fissurer, une lampe UV ne plus fonctionner, etc.
  • Faites attention à votre hygiène. Filtrer votre eau est nécessaire, mais si vous n’avez pas une hygiène correcte, ça ne sert pas à grand-chose. Ce serait comme avoir une vaisselle très propre mais ne pas se laver les mains pour manger.

Et vous, quel(s) système(s) de purification utilisez-vous en randonnée ? Et pour quelles raisons ? Partagez cela dans les commentaires !

Note : tous les liens de cet article pointant vers Amazon sont des liens affiliés. Si vous achetez un produit chez eux en suivant un de ces liens, je toucherai une petite commission sans que cela n’augmente le prix que vous payez. Cela me permet de continuer à vous proposer du contenu gratuit chaque semaine. Merci à vous !

Cet article vous a plu ?
Si c'est le cas, rejoignez plus de 100000 personnes qui reçoivent la newsletter et recevez gratuitement le guide "Comment bien choisir ses chaussures de randonnée" et la liste du matériel à emporter en randonnée. Entrez simplement votre prénom et votre adresse email ci-dessous :

  104 commentaires à “Quel système choisir pour purifier l’eau en randonnée ?”

Commentaires (97) Pingbacks (7)
  1. Super intéressant comme article, je me suis toujours demandé comment font les randonneurs à court d’eau.

    • Bonjour,

      Et oui, voila comment on fait. Du moins, jusqu’à ce que l’on découvre un substitut à l’eau. 😉

      A bientôt
      François

      • Cest deja connut sous le nom de biere!!!!

        • Nils a part le fait de base que la biere desidrate. le poid des contenent est enorme en rendonner j’ai esseyer une fois et j’ai ete oubliger de rebrousser chemin pour cause de surpoid de sac. 😛

  2. Encore un article de grande qualité, merci !

    • Bonjour Raph,

      Merci de me donner des retours d’impression. J’avoue que cela fait plaisir quand ils sont positifs – surtout que j’ai mis pas mal de temps à écrire cet article !

      A bientôt
      François

  3. Article très complet. Et qui m’a permit de mieux comprendre les différents moyens de purifier l’eau. MErci.

  4. Bonsoir François,

    Effectivement, c’est un article très interessant et pratique car on peut choisir le type de purification d’eau que l’on souhaite.
    Point important, même les traitements qu’utilisent les stations pour assainir l’eau et la rendre potable (eau du robinet) n’est pas totalement exent de produit chimique. Ils sont tolérés !

    Moi personnellement, quand je fais de la rando, j’apporte toujours de l’eau sur moi ! Car c’est vraiment trop galère de trouver un point d’eau et en plus un bon point d’eau… De plus, cela demanderai un temps de préparation (de la rando) plus important pour être sûre de passer devant un point d’eau. PS : les expéditions en Antartique et Artique n’ont pas ce problème ;-).

    A+

    • Pour répondre à Séverine….
      En randonnée en montagne il est assez rare de ne pas trouver d’eau. Je vous invite à visiter les Pyrénées.
      A noter également que dans de nombreux villages il existe des points d’eau.

    • Bonjour,

      Emporter toute son eau, c’est idéal, mais cela devient rapidement un problème au delà des randonnées à la journée. Le sac devient vite très lourd.

      Pour les randonnées de plusieurs jours, je pense qu’il est préférable de se ravitailler plutôt que d’emporter toute l’eau nécessaire – à moins qu’il n’y ait pas de points d’eau sur l’itinéraire.

      A bientôt

      François

  5. I
    interessant les commentaires sur l’eau.Je m’appréte a partir au nepal et j’avais des doutes sur les eaux.
    Finalement il existe plusieurs choix.par contre je ne savais que pas micropure avait une date de péremption.
    Car je traine ce produit depuis 2 ans.
    Belle article et merci pour les conseils

  6. Excellent article, concis et assez complet en même temps.

    Petite précision sur les traitements chimiques de l’eau : il y a une différence entre hydrochlonazone, micropur, micropur forte (parmi les plus connus) -> plus ou moins de goût de javel pour une efficacité différente sur les batéries et les virus).

    Par ailleurs concernant l’efficacité des filtres sur les virus : il est vrai que ceux qui filtrent à 0,3 microns (la majorité si je ne dis pas de bêtises) ne filtrent pas les virus, mais étant donné que les virus sont généralement sur des particules plus grosses, celles-ci étant filtrées, il n’y a pas (ou peu) de virus qui passent. Bien évidemment, pour les séjours dans des régions où il y a des virus endémiques virulents, il reste plus prudent de combiner le filtre à un traitement complémentaire (chimique ou faire bouillir).

    • Bonjour Nanette,

      Je suis d’accord avec ton commentaire sur les désinfectants chimiques. Et beaucoup de gens font ces erreurs :

      1 – Penser que les désinfectants chimiques éliminent tous les contaminants.
      2 – Penser qu’ils sont tous similaires.

      Il est vrai que les virus sont souvent « accrochés » à des particules plus grosses, mais je ne compterais pas dessus. Ce serait très joueur de se fier à cela. Peu de virus passent, mais ce petit nombre est largement suffisant pour rendre une personne (gravement) malade.

      Comme tu le dis, il y a certaines régions du monde où l’on trouve peu de virus dangereux pour l’homme auquel cas il peut ne pas être nécessaire de les filtrer.

      Par contre dans d’autres régions, il est indispensable de tous les filtrer.

      C’est pourquoi il est préférable de se renseigner pour connaitre les contaminants présents. Autrement, je pense qu’il vaut mieux ne pas prendre de risques.

      A bientôt

      François

      • Bonsoir. A ce sujet aurais tu un lien internet qui référence par pays les dangers liés à l’eau et autres virus?

        Car je risque de partir au Panama pour le boulot et je sais pas si on aura tjrs le temps d’allé acheter des packs d’eau.

        Merci

  7. Merci beaucoup François, j’ai lu aussi « Fontaine je ne boierai pas de ton eau sauf si elle est purifiée », ces deux articles se complètent avec méthode et clarté. Que de précieuses précieuses informations! Très intéressant, je n’ai pas encore été voir dans ma boite e.mail pour le livre sur les chaussures. En tout cas félicitations et mille merci pour ce partage, cet accompagnement et guidage à distance. C’est rassurant et sérieux, merci pour votre excellente présence!
    Florence

  8. Avez-vous essayé le vin AOC Collioure ?
    Après la rando, bien sûr…
    Bon, j’utilise une poche à eau de 2,5 litres, soit 2,5 kg de plus. Et je limite le reste, car l’eau est primordiale. J’ajoute aussi quelques giclées de jus de citron. J’ai même essayé, faute de mieux, un nuage de pastis quand le goût de l’eau ne me semblait pas agréable.
    Le tuyau de ma poche à eau est protégé par une gaine de mousse qui garde toute sa fraicheur à l’eau restée dans le tuyau

  9. Bonjour, merci pour cet article tres complet, j’ai lu aussi fontaine je ne boirai…qui m’a interressé.
    Voila j’aurai une petite question ( elles sont toujours petites les questions, quand aux réponses…)
    Je suis un adepte des randonnées en montagne, dans les Alpes, lorsque je pars pour la journée pas de pb j’emporte 3 l d’eau. Si je pars pour 2 jours, je prévois le bivouac au dessus de 2500M pour pouvoir faire le plein directement au ruisseau de fonte de névés ou d’un glacier, meme minuscule afin d’éviter d’etre chargé comme un mulet.
    Cet été je vais faire des randos de plusieurs jours et je serai surement obligé de faire le plein d’eau graces aux torrents, je pense que le seul risque sont les déjections d’animaux; chamois, bouquetins …
    J’en viens à ma question: la purification avec des pastilles Micropur est elle suffisante ? Et les classiques suffisent elles ou faut il utiliser les fortes ?
    Merci pour votre réponse, je viens de découvrir ce blog et je vais m’empresser de lire la suite ..;

    • Bonjour Frederic,

      Je te conseillerais d’utiliser du Micropur Forte. Si le seul risque sont les déjections d’animaux, alors il ne devrait pas y avoir de problème avec ça. Le Micropur Classic n’élimine que les bactéries et est plutôt utilisé pour stocker de l’eau et la préserver plutôt que de la purifier.

      A bientôt,
      François

  10. « jusqu’à ce que l’on découvre un substitut à l’eau »
    moi j’en connais un et ca s’appele « l’eau de vie » lol
    n’empeche pour les gosses c’est pas top.
    ceci dit si vous etes dans un cas d’extremes conditions, on peut utilise le meme principe de distillation juste pour purifier son eau potable. c’est beton comme systeme pour eliminer pratiquement tout. un probleme, c’est que c’est un peu long. mais sous sa forme de vapeur, l’eau perds presque tout ses contaminants.
    je vous invite a y ajouter quelques gouttes de solution iodine 2% apres distillation et le tour est jouer.
    un seul hic ! : on a encore rien trouver contre la radioactivite…peste soit de cette aberration.

  11. Bonjour,

    Merci pour cet article, très complet, qui m’a beaucoup renseigné !

    J’ai tout de même une question :
    Est ce que les pastilles de Micropur ne comportent pas de risques pour la santé ?
    J’avoue qu’avaler des pastilles de « chlore » (je ne connais pas vraiment la composition) ne m’enchante pas vraiment….

    Nino

    • Bonjour Nino,

      Apparemment, ce n’est pas un problème sur des périodes qui ne sont pas trop longues. Si tu l’utilises trop longtemps, tu risques d’endommager ta flore intestinale.

      A bientôt,
      François

  12. Bonjour et merci pour cet autre bon article.
    C’est fait pour les commentaires, mais puis-je poser une question… à la quelle vous pouvez sûrement répondre.
    Je viens de m’acheter « MyBottle filtre » de Katadyn (sans argent). Elle ne filtre pas tous les virus, donc j’ai acheté des Aquatabs. Selon les instructions, je devrais mettre les aquatabs après la filtration, mais MyBotlle est fait pour filtrer au fur et à mesure que je bois. Et si je le mettais les comprimés après, le filtre au charbon n’enlèverait pas le goût de piscine.
    Croyez-vous que si je mets le comprimé dans la bouteille et que je la filtre après cela va être efficace ?

    Merci !

    • Bonjour Dany,

      Oui ça sera efficace mais uniquement si tu attends le temps recommandé pour les comprimés Aquatabs (temps de contact) avant de filtrer l’eau.

      A bientôt,
      François

  13. Huiles essentielles antivirales et antibactériennes

    Il est peut-être bon de rappeler qu’il existe des HE antivirales et antibactériennes.
    Antivirale : Niaouli, Ravintsara, Cajeput, Eucalyptus radié (ou radiata)…
    Antibactérienne, la principale : Tea-tree

    Des HE plus puissantes existent aussi : HE de girofle, notamment.

    Sans oublier la reine des HE : la Lavande, qui est à la fois antivirale, antibactérienne, anti-inflammatoire (pratique pour les douleurs), et anti-spasmodique (pratique quand on tousse)

    Pour se prémunir des éventuels virus que nous aurions « chopés » : mettre 2 gouttes d’un HE antivirale sur le poignet gauche et masser avec le poignet droit dans le sens des aiguilles d’une montre. Super efficace.
    Si on est bien atteint par une maladie virale, ou autre d’ailleurs, faire une préparation à base de 3 HE :
    HE antivirale (voie ci-dessus) + HE de Tea-tree + HE de Lavande.
    Mettre 3 gouttes de chaque dans l’équivalent d’une grosse cuillère d’huile végétale ou de massage, type amande douce, huile d’olive, de jojoba, etc… Attention : ne pas utiliser de métal !
    Masser les cotes, devant et derrière et sous les omoplates. Je n’utilise que cela pour mes enfants : jamais malades.

    A noter : une plante donne des résultats quasi miraculeux pour toutes sortes de pathologies courantes (douleurs, toux, virus, etc.) sous la forme de tisane : le Sureau
    A avoir toujours avec soi.

    Voilà…

  14. Autre système simple pour purifier l’eau : l’Argile

    C’est la solution que préconise Jade Allègre, femme médecin qui parcourt le monde : « En ce qui me concerne, j’utilise uniquement l’argile verte de pharmacie ou de magasin diététique. Je mets un caillou d’argile d’un centimètre de diamètre par demi-litre d’eau. Je le laisse se dissoudre pendant 10 minues, puis je mélange bien l’argile et l’eau. Si j’utilise une eau vraiment très souillée, avec des parasites, je la filtre d’abord à travers un tissu, avant d’y ajouter de l’argile », explique-t-elle dans son livre Survivre en ville.

    Et d’ajouter « Si cela suffit ? Les personnes qui m’ont accompagnée en mission et qui ont choisi d’appliquer cette méthode ont pu voyager en pays insalubre ainsi que partout dans le monde en toute sécurité. C’est bien pratique ! »

    « Survivre en ville », un livre à lire, si on veut connaitre les solutions simples pour survivre en ville ou ailleurs :

  15. Merci pour cet article fort intéressant !
    On m’a offert récemment un purificateur par UV que je trouve extraordinaire… Cependant, je reste craintif quant aux polluants chimiques ou métaux lourds. Existe-il des systèmes simples et surtout peu encombrant ou lourds pour filtrer l’eau par charbon actif ? Le système de filtre « simple » pour limiter les particules et obtenir une eau claire dont je dispose actuellement se fixe directement sur une gourde de type CAMELBAK, j’y plonge ensuite mon stylo UV.

    Quelqu’un a-t-il entendu parler, même aux USA ou Canada, d’un sytème charbon actif qui se fixerait directement sur ce type de gourde ? ainsi, au lieu d’un filtre simple anti-particule, j’obtiendrai au système au charbon actif qui completerai parfaitement le traitement UV.

    Enfin une dernière question… Savez-vous si les fontaines de villages qui indiquent « non potable » peuvent être bues après simple traitement UV ou y-a-t-il également des risque de polluants chimiques dans ce type de « source » ?

    Par avance merci et encore bravo, à quand le défi ?

    • Bonjour Greg,

      Malheureusement, je n’ai pas vraiment de réponses à tes questions. Pour les fontaines, je dirais que c’est bon si c’est de manière occasionnelle. Certaines n’ont probablement aucun polluants, d’autres en ont probablement.

      Le défi, ce sera dans la première quinzaine d’Octobre. 😉

      A bientôt,
      François

  16. Merci, je part en trip de 20 jours et cet article m’a beaucoup aidé dans mon choix!! j’opte pour les pastilles et la vitamine C!!!! Cet article est vraiment complet!

  17. Bonjour François,
    Je pars pour une grande mission de plus d’un an dans les pays d’Asie, Vietnam, Laos, Cambodge, Birmanie, Thaïlande, Malaise et l’Australie. Je sais que dans ces eaux on y trouve énormément de métaux lourd (plomb, arsenic, aluminium, etc..) de produit chimique, de bactérie et virus. Connais tu une pompe a eau qui aurait la faculté de filtré les métaux lourd et produit chimique?
    Merci beaucoup pour ton aide.
    Ta page est très intéressante.
    Bien a toi
    Noé

    • Bonjour Noé,

      Il te faut un filtre avec des pores assez petits et avec du charbon actif pour les contaminants chimiques et les métaux lourds.

      Pour éliminer tous les virus, tu peux désinfecter ton eau ou la faire bouillir.

      A bientôt,
      François

  18. Bonjour,

    Bravo pour votre article clair et bien documenté. J’ai mis en ligne un dossier (encore incomplet à ce jour) sur la manière de produire de l’eau potable en cas de survie ou pour les populations n’ayant pas accès à l’eau potable. Voir : http://lanaturedeleau.blogspot.fr

    Bien à vous

    Yann Olivaux

  19. J’ai adoré cet article (et vais lire tous les autres…à mon rythme !!) je ne fais des randos qu’en France et l’eau a toujours été LE problème…je me ravitaille au fur et à mesure mais sur plusieurs jours sans traverser de village j’utilise un filtre à charbon actif (etc) et des pastilles….mais c’est assez rare: quand on demande de l’eau même à des habitants dans un village, ils sont ravis de pouvoir nous aider en général (jamais eu de problème pour ça)….un paysan m’a dit un jour que la fontaine du village était passée de « eau potable » à « eau non potable » par « décision du maire » pour faire marcher le commerce 🙁 …dans le doute, demander de l’eau s’il n’y a aucun commerce, est riche aussi en rencontres. Je suis tombée « par hasard » sur votre site et franchement, pour en avoir lu plein d’autres, je le trouve extra !!!!! Allez, je vous laisse, j’ai d’autres articles de vous à lire 😉 …merci à « Yann » aussi pour son article super intéressant

  20. il me revient en memoire « si ce n’est lui, c’est donc son frere… »tirée du loup et l’agneau, j’y pense chaque fois que je vois une source ou une fontaine* .beaucoup de randonneurs s’imaginent à tors parce qu’ils sont en montagne , que l’eau est pure .Mais ce temps est révolu , il l’etait déjà au temps de jean de la fontaine*.Quelque chose me chagrine un peu,j’ai acheté des pastilles purificatrices en pharmacie(hydro clonazone) et surprise!! sur le mode d’emploi aucun signes de l’efficacité apportée sur tel ou tel agent pathogène.finalement je ne sait pas ce que traite ces pastilles …..

  21. Bonjour François,
    Merci pour cet article. Si tu n’y vois pas d’inconvénient, je le mets en lien dans mon propre blog !

    Globetrekkeuse.com

  22. Si l’eau provient de la citerne d’eau de pluie d’un refuge, l’ébullition est-elle suffisante?

  23. Bonjour,

    A lire une série d’articles sur la production d’eau salubre pour des populations exposées à des risques sanitaires hydriques et/ou des randonneurs sur mon blog : http://lanaturedeleau.blogspot.fr/2014/02/produire-de-leau-salubre-par-des.html. Plus de 2500 vues, c’est dire si le sujet intéresse ! N’hésitez pas à commenter si vous le souhaitez.

    Yann Olivaux

  24. Bonjour, merci pour cet article et aussi pour les autres qui m’aide beaucoup dans mes préparatifs pour mes futures randonnées. Juste quelques questions, je veux être sûre d’avoir bien compris.

    L’idéal en terme de poids, d’efficacité, de sûreté, de « gout » et pour la santé à long terme, c’est de :
    1. si nécessaire car très eau très sale, d’abord la filtrer avec un tissus
    2. la faire bouillir
    3. la filtrer avec un filtre 0.1 micron+charbon actif
    4. et un coup de lampe UV
    Et là elle est potable et débarrassée de toutes choses minuscules et indésirables?

    Quel type de filtre est le plus efficace les céramiques, les fibres de verre, les membranes, les cartouches …?

    Si je veux effectuer toute ces étapes, pour être sûre de mon eau, combien de temps cela me prendrais le soir au bivouac? Je suppose que cela dépend du filtre utilisé d’où là question précédente.
    Disons pour 1 litre d’eau clair (on passe l’ébullition de l’eau) cela ferai combien de temps?

    Voilà je crois que j’ai posé toutes les questions. Merci encore!

    • Bonjour Agathe,

      Pas besoin de faire tout ça, c’est en faire un peu trop !

      Par exemple une filtration avec un tissu, puis passage à la lampe UV serait suffisant en cas de pollution non chimique.

      Ou en cas de pollution chimique, une filtration au tissu, ébullition puis filtre au charbon actif.

      Où comptes-tu faire tes randonnées, avec quel ravitaillement en eau et combien de temps ?

      A bientôt,
      François

  25. Produit efficace meme dans le marigo le plus sale d’Afrique Seagull first a cartouche.
    Inconvenient risque de gel!
    filtration rapide, prendre l’eau dans un puits de chameau au milieu du Sahara sans aucun probleme.
    Filtre aussi les solvants triclo. ect.
    10secondes pour recuperer 1lt d’eau.
    A tres bientot.

    Claude

  26. J’utilisais depuis plusieurs années un système de filtration à ,3 micron. Cela fonctionne bien mais j’ai constaté qu’il s’encrassait rapidement lors d’une expédition de kayak. Après plusieurs recherches, j’ai constaté que cette eau contenait du limon qui passait au travers du pré filtre 10 microns et bloquait sur le filtre principal et le bouchait rapidement. J’apporte donc un système de filtration U V. C’est une limite du système de filtration avec de l’eau limoneuse.

  27. Autre moyen possible à connaître: Il y a aussi le MMS 1 en liquide (diochlorite de sodium) pour purifier l’eau ainsi que le MMS 2 (hypochlorite de calcium) en poudre et géllule.

    En général, une goutte de MMS 1 activé avec une goutte d’acide citrique (ou 5 gouttes de citron, vinaigre…) permet de purifier un litre d’eau. Temps d’attente une heure.

    Si vous attrapez une intoxication alimentaire, ou la  » tourista « , vous verrez que quelques petites doses de MMS (3 à 6 gouttes activées dans un verre d’eau) dans les heures suivantes règleront le problème, stoppant les douleurs d’estomac et tuant les bactéries infectueuses ! En fait, ça tue tout (même malaria et paludisme si vous êtes malade).

  28. Attention ! DANGER

    MMS = Miracle Mineral Solution. Déjà rien que le nom fait peur.

    Si un médicament existait pour le palu, le HIV, etc. ça se saurait depuis longtemps car il y a énormément d’argent à gagner et les entreprises pharmaceutiques se seraient déjà ruées dessus depuis longtemps ! Pour rappel Paludisme ET Malaria sont la même chose…

    Le MMS fonctionne peut-être (!) pour purifier l’eau (grâce au chlore), en aucun cas pour se soigner !

    Quand je vois sur quel genre de sites se trouve plébiscité le MMS, j’ai peur…

    Sur Wikipedia malheureusement en anglais (http://en.wikipedia.org/wiki/Miracle_Mineral_Supplement) il est même précisé que ce produit est TOXIQUE !!!

    Ne l’utilisez-pas en interne !
    Ou alors en conjonction avec la prière et seulement un vendredi 13.

  29. Manifestement vous parlez sans avoir vous même utilisé le produit donc sans connaissance pratique du sujet.
    Ce qui n’est pas mon cas, puisque j’utilise très régulièrement le MMS à titre personnel ( je précise pour les mauvais penseurs – je ne vends pas le produit-) depuis plusieurs années sans aucun problème de santé, bien au contraire.

    Pour ceux qui veulent s’informer sereinement (sans désinformation alarmiste), il est bon de savoir que le MMS a été utilisé par la croix-rouge en Ouganda en 2012 sur un large échantillon de population (plus de 700 personnes) et que cela a permis de valider l’affirmation que le MMS guérit effectivement les personnes atteintes de paludisme :
    http://www.argent-colloidal.ws/mmsetpaludisme/index.html

    D’autre part, un livre est aussi disponible pour les chercheurs de bonne volonté :
    http://www.apoticaria.com/produit-104-livre-jim-humble-2

    Quant à Glups, et bien restez avec votre peur et apprenez à la gérer plutôt que d’en contaminer les autres

  30. Bonjour, je pars dans le bush Zimbabwéen dans qqs jours : j’ai pris avec moi des Aquatabs et j’ai acheté en plus une gourde filtrante Katadyn MyBottle.

    Est-il possible d’utiliser la gourde filtrante avec de l’eau préalablement purifiée avec 1 Aquatabs ? Ou bien le dérivé chloré risque-t’il d’abîmer les filtres (et de les rendre inefficaces sur des utilisations ultérieures ?)

    Merci à celui qui saura répondre ^^ !!

    • Bonjour, Concernant la gourde Katadyn My Bottle, celle-ci contient des fibres de verre (rétention microbienne) et du charbon actif (granulés ou fritté ???). Ce dernier composé adsorbe le chlore (sous forme de DCCNa) des tablettes Aquatabs.

      Bon voyage

      • Merci Yann pour ta réponse.

        La notice fournie avec la Bottle précise de ne pas NETTOYER les filtres avec du chlore… C’est ce qui me fait douter quand à l’utilisation des Aquatabs avec la Bottle (solution, plus sûre que j’aimerai privilégier). Tu penses donc que je peux utiliser les Tabs avec la Bottle, sans abîmer les filtres ?

        • Bonjour Sandy. Je ne connaissais pas cette recommandation d’éviter le nettoyage au chlore (produit oxydant et chimiquement agressif). Si elle existe, c’est qu’il y a vraisemblablement une bonne raison. Il est alors sans doute possible d’envoyer ta question à Katadyn ou de les appeler…

  31. Bonjour,

    Tout d’abors un grand merci et bravo pour ce blog.

    Je suis tombé sur la Lifestraw et je voulais savoir si cette paille filtre aussi la pollution chimique présente dans l’eau ? ou seulement bactériologique, virus, débris etc.
    Je n’ai pas vu de revu sur le net, peut être un retour de personne l’ayant utilisée ?

    Merci !

    • Bonjour Grégoire,

      J’avoue que je ne sais pas, ça dépend de la finesse du filtre.

      A bientôt,
      François

      • Je possède une paille lifestraw et il est clairement inscrit dans la notice de ce produit qu’il ne filtre pas les pollutions chimiques ou radioactives.

        Cdt
        Arnaud

  32. Bonjour, je pense qu’il manque une info très importante!
    Comment faire soi-même un filtre à eau en brousse, car là-bas, pas de boutique pour les appareils présentés ici. On n’a pas toujours le temps de faire bouillir l’eau…
    Sur bien des sites traitant de ce sujet, on n’en parle pas, et c’est bien dommage.
    Celui qui a l’astuce pourrait la partager.
    Je parle pour un filtre à eau individuel.
    Merci

  33. Bonjour François et bravo pour ton article.

    Sauf erreur, je n’ai trouvé nulle part les extraits de pépins de pamplemousse ? C’est un procédé naturel qui permet de purifier l’eau intégralement. Et comme c’est naturel, pas de risque de « maux de ventre » lié à l’utilisation de comprimés chimiques…
    Voilà ! 🙂

    Nicolas

    • Bonjour Nicolas,

      Je n’en ai effectivement pas parlé. L’utilisation et les résultats sont assez controversés d’après ce que j’ai pu lire et entendre. Et il semblerait que certains extraits en vente ne soient pas si naturels que ça ! Difficile de se faire une idée, et je ne suis pas hyper motivé pour tester l’efficacité. 😉

      A bientôt,
      François

      • Bonjour François,

        Merci pour ta réponse. Oui oui, c’est certain qu’il faut faire attention aux produits qu’on achète. Personnellement, je prends mes produits dans un magasin bio pas très loin de chez moi, et ça fonctionne plutôt bien…. 🙂

        A bientôt,

        Nicolas

        • Bonjour Nicolas,
          Un petit conseil si je peu me permettre: ce n’est pas parce qu’un produit est naturel qu’il est sans danger. Fais gaffe!
          Cdt

  34. Bonjour François,

    Un excellent article pour un site de qualité mais je ne suis cependant pas certain d’une information sur un purificateur chimique que tu cites en exemple.

    En effet, Micropur Forte serait efficace contre les protozoaires du genre Cryptosporidium alors que cela ne serait pas le cas pour Aquatabs (ceci est effectivement confirmé sur le site de ce dernier produit).

    Sauf erreur de ma part, ces deux purificateurs chimiques utilisent la même molécule (DCCNa) pour éliminer les bactéries, les virus et « certains protozoaires » (cf. notice de Micropur Forte MF 1T).

    Bien que Micropur Forte dispose en plus d’ions d’argent, ces deniers ont pour rôle de protéger l’eau de la « recontamination » jusqu’à 6 mois (cf. notice de Micropur Forte MF 1T).

    En comparaison avec Aquatabs, je ne comprends donc pas en quoi Micropur Forte serait efficace sur les micro-organismes cryptosporidium.

    Plusieurs sites marchands indiquent l’efficacité de Micropur Forte contre cryptosporidium mais la notice de Micropur Forte ne permet pas de le confirmer (il est simplement écrit « certains protozoaires »).

    Quelle est la source (terme approprié !) de tes informations concernant Micropur Forte ?

    Christophe

    • Bonjour Christophe,

      Est-ce que ça ne serait pas dû à une concentration plus élevée en DCCNa ? Et je ne crois pas que les ions d’argent aient pour seul but de conserver l’eau. A vérifier…

      Je t’avoue que je ne me souviens plus de ma source pour le cryptosporidium, je vais voir si je retrouve ça.

      A bientôt,
      François

      • Bonjour François,

        Merci d’avoir pris le temps de répondre.

        En continuant mes recherches sur le net, il m’apparaît de plus en plus que le Micropur Forte n’est pas efficace pour le Cryptosporidium. Lorsqu’il est écrit dans la notice de Micropur Forte « certains protozoaires », il faut comprendre amibes et giardia.

        http://www.vidal.fr/parapharmacie/id8587/micropur_forte_mf1_cp_antiseptique_desinfectant_eau/

        Je pense qu’il y a confusion avec un autre produit de chez Katadyn, Micropur MP1 (comprimés de dioxyde de chlore) qui serait le seul capable de traiter le Cryptosporidium.

        http://www.katadyn.com/usen/technical-support/micropur-support/

        Mais attention, on peut aussi voir que le temps de contact pour ce produit varie de 30 min à 4h (en fonction d’une eau claire ou chargée et de sa température) et quid de la toxicité du dioxyde de chlore ???

        Voilà, je me devais d’apporter ces informations suite à mon précédent message.

        Christophe

        • Bonjour Christophe,

          Je viens de regarder et je pense que tu as raison, j’ai du mélanger MP1 et MF1 sans m’en rendre compte.

          Je ne trouve pas d’infos affirmant que le micropur forte MF1 est efficace contre le cryptosporidium (ni le contraire d’ailleurs).

          Je vais donc modifier l’article par précaution.

          Merci pour ton apport sur le sujet en tout cas et si tu trouves d’autres infos, n’hésite pas à me le faire savoir.

          A bientôt,
          François

          • Bonjour à tous,

            merci pour tout ces articles e commentaires très intéressants.
            Je suis débutant e, et donc je vous demande donc si la purification de l’eau par les étapes suivantes sont efficaces.

            1) passer l’eau dans un filtre 15 microns (genre filtre piscine). gain de poids , par rapport au tube filtre.
            2) une pastille de de ‘Micropure Forte MP1’
            3) une pastille de Vitamine ( pour retirer le gout chimique et en + booster l’organisme)

            Pour info, je pense faire cela pour des randos en autonomie complète pour un minima de 1 semaine.

            Merci,

            François

  35. Bonjour,

    merci pour la qualité des articles.

    Connais-tu, ou quelqu’un d’autre, les filtres à eau GRAVITYWORKS?

    Si oui, qu’en penses-tu?

    Merci.

  36. Bonjour,
    Bravo et merci pour tous les articles que vous avez écrit ils me sont très utiles dans ma réflexion.

    J’aimerais réagir sur la manière de rendre l’eau potable lors d’une randonnée, il y a tellement de possibilités de filtration et de méthodes que pour finir je ne sais pas laquelle choisir. Il est dit que cela dépend de l’état de l’eau à filtrer, mais comment sait-on ce qu’il faut filtrer?

    Est-ce qu’il faut d’abord jouer aux chimistes et faire des tests d’eau afin de connaitre sa composition bactériologique métaux lourds virus etc. ?

    Si le poids est un élément important lors de la préparation d’une randonnée d’une semaine et plus on ne va pas tout de même se promener avec divers systèmes de filtration ???

    Je pense partir avec la configuration suivante : un filtre Katadyn hiker pro (310g) et des pastilles Micropur forte.
    Je commence par filtrer l’eau avec le filtre katadyne ensuite je mets une pastille dedans, et la en principe je devrais avoir une eau propre à la consolation, en ayant tout éliminé je pense.

    Cordiales salutations.

    • Bonjour Carlos,

      C’est la difficulté, on ne peut pas être sûr, mais on peut essayer de « deviner » ce qui est probable en fonction des endroits. Il faut aussi différencier les utilisations fréquentes des utilisations d’appoints, certains produits ayant peu d’effets sur le court terme, mais plus sur le long terme.

      Quelle est l’utilisation que vous souhaitez en faire ?

      A bientôt,
      François

  37. Personnellement je prend de l’eau en poudre……

    😀

  38. Perso j’utilise le stéripen (ultraviolet) et je me permet d’apporter une précision : cela dépend des modèles, mais il ne faut pas forcément des piles pour le faire marcher. Il y a aussi la version rechargeable par USB. Le problème de la batterie est le même, me direz-vous, sauf que se trimballer des piles de rechange et un petit câble USB c’est pas pareil niveau poids et logistique…
    J’ai déjà une batterie externe supplémentaire pour recharger l’appareil photo pour des treks prolongés, donc c’est pas un problème…

  39. Bonjour

    super article, très intéressant et détaillé. Pour ma part j’utilise depuis quelques temps la gourde purifiante d’Alter Ego. C’est pour moi un bon compromis entre sûreté de filtration (les tests fournis par la marque sont rassurants) et praticité (gourde en bandoulière, remplissage par le « cul » de la bouteille, la cartouche se bloque en fin de vie c’est rassurant 😀 ).

    je l’ai acheté en septembre 2015 sur le site européen de la marque (Aquaovo) : http://www.aquaovo-europe.com/produits-alter-ego.html

    perso, j’en suis super satisfait.

  40. Je me souviens d’un trek en Indonésie sur un volcan. A l’époque on était étudiants sans le sou alors on avait réduit les porteurs au minimum du minimum. On a mangé des biscuits pendant toute la durée du trek et surtout on a bu l’eau des multiples sources qui jaillissaient directement de la terre un peu partout.
    L’eau était pleine de terre mais elle était bouillie par nos porteurs, puis ils ajoutaient du thé pour la rendre plus attractive (et les feuilles de thé cachaient la terre en suspension 😀 ).
    Résultat des courses : personne n’a été malade. Faire bouillir l’eau est donc un bon moyen de la purifier et surtout, accessible à tous et (presque) partout.

  41. saloute, il y a enormement de choses que je n ai toujours pas reussi a comprendre et qui me sont vitales pour partir sans craintes :

    – Si il ne faut pas utiliser trop regulierement de micropures en cas d endommager la flore intestinale, mais comment faire pour ne pas s abimer la sante alors puisque on est oblige d en utiliser tres regulierement ? Une micropure forte sert pour un litre d eau, par consequent j utilise donc 3 micropures fortes par jour et parfois pour 2 jours, mais du coup cela fait beaucoup de pastilles consommees en une semaine et encore plus sur plusieurs mois …
    – De plus cela revient tres cher et difficile a se ravitailler car en une semaine et demie ou deux je n avais deja plus de pastilles … les autres moyens de purification ne m interessent pas du tout et ne sont pas aussi pratiques …

    – Puisque les micropures et aquatabs ne detruisent jamais a 100% la totalite des virus, cela veut donc dire qu on endommage gravement notre sante a chaque fois meme en filtrant et purifiant, mais dans ce cas quel est le moyen pour des randos sur plusieurs mois ou annees pour etre garantie a 100% de ne pas attraper le moindre virus ? Oo

    – comment savoir au detail pres si une eau est sans virus afin de ne pas avoir a consommer trop de pastilles ? Prck tout ce que j ai vu sur ce site ou sur d autres sites ne garantissent jamais a 100% qu une eau peut etre sans le moindre virus et franchement ca me fait de plus en plus peur 🙁

    Je ne veux plus voyager avec des : peut etre, c est possible, oui mais, on pense que, pratiquement pas, tres peu de chance, faible probabilite, etc …
    Dorenavant je veux etre sur et certains a 300% des risques ou pas !

    Et sans alternatives fiables a 300% je suppose qu acheter de l eau est la seule solution ?

    merci d avance ^^

    • Bonjour Remy,

      – A un moment il faut faire un compromis, il n’y a pas de solution miracle. Quels types de randonnées faites-vous pour devoir purifier l’eau systématiquement ?

      – Tous les virus et toutes les bactéries ne sont pas forcément néfastes, le corps humain contient d’ailleurs beaucoup de bactéries.

      – Il n’y a pas de méthode facile, car ça demanderait des analyses. Le seul moyen d’en être « sûr » est de se renseigner au préalable sur tel ou tel point d’eau.

      Vous avez toujours une probabilité faible ou extrêmement faible d’attraper un virus avec de l’eau purifié (souvent indiqué sur les différents purificateurs) mais cette probabilité existe dans beaucoup de domaines. Vous pouvez aussi attraper des virus de plein d’autres manières différentes et la probabilité sera peut être plus forte.

      Ce que je veux dire est : est-ce que ça vaut le coup de réduire un risque qui est déjà très faible, ne vaut-il mieux pas se pencher sur les autres risques peut être plus forts ?

      Bonne journée,
      François

  42. dans tous les cas on ne pourrait jamais eliminer 100% des virus et que quoi qu il arrive on est ne peut jamais etre certains de la qualite de l eau a 100%, de plus j ai lu dans ton topic ou un autre sur internet qu on pouvait mourrir ou etre gravement malade si on attrape le moindre virus contrairement a tes dires …

    Que la probabilite soit faible ou pas je n ai pas envie de prendre le moindre risque la dessus, meme si il y a des bacteries partout ailleurs, je me protege tout de meme autant que je le peux et franchement ca serait bcp trop complique de me renseigner tous les jours sur chaque point d eau surtout que personne ne sera certains a 100% de la purete totale de l eau et sachant qu on peut en mourrir, be je prefere trouver une autre solution.

    Si il n y a pas d autres solutions alors je me contenterais de ne plus randonner autant que je le voulais …
    Pour les petites randos il me reste toujours l achat de bouteilles.

  43. et meme si j acceptais de passer au dela tu as dit que c etait dangereux d utiliser des micropurs regulierement et pour ceux qui consomment 3 litres par jour on est donc oblige d en consommer enormement …. Tout ca est donc tres negatif et suicidaire autant pour la sante que pour l argent, 20 pillules par semaine ca revient trop cher …

    • Je n’ai pas dit que l’on ne peut pas être malade ou mourir, mais que tous les virus et bactéries ne vont pas te rendre malade ou te faire mourir.

      Pour ce qui est de la probabilité d’être malade, de mourir ou d’avoir un accident elle est présente chaque jour : quand on est chez soi, quand on est dans la rue, quand on se déplace, etc. Cette probabilité existe et pourtant on vit avec.

      Ce que je veux dire est qu’il faut voir si la probabilité est acceptable par rapport aux autres risques. Souvent, on a peur de choses qui sont peu probables. Exemple : peur de se faire manger par un requin. Par contre, aucune peur sur le trajet en voiture alors que la probabilité de mourir est beaucoup plus grande à ce moment là.

      Pour ce qui est du Micropur, comme écrit dans l’article ce n’est pas la seule solution de purification.

      Bonne journée,
      François

  44. Bonjour, merci pour cet article qui est riche en informations et conseils. Nous commençons à nous equiper pour de la rando et avec l’ojectif de faire du bivouac en autonomie complete. L’eau est ce qui me pose le plus de problème.. Pourriez vous nous indiquer des guides ou des cartes qui indiquent ou il y aurait des points d’eau potable ? une autre alternative serait de s’arreter dans un village et demander à un habitant d’avoir la gentillesse de remplir nos bouteilles.. merci d’avance pour votre réponse. Chris

  45. Bonjour François, que pense tu de la gourde(avec cartouche purificatrice intégrée) Water-To-Go ?
    Cordialement,
    Gérard

  46. Bonjour,

    Ce filtre contient notamment des nanosalumines et il conviendrai d’être prudent pour un usage fréquent. Ainsi le rapport de l’AFSSA (2008) « Les nanoparticules manufacturées dans l’eau » indique : « La revue de la littérature qui a été faite dans le présent document met en évidence des travaux portant sur l’efficacité des procédés développés, et l’absence d’études relatives à leur innocuité. En effet, l’éventuelle migration de nanoparticules depuis des matériaux (par exemple les nanoparticules fixées sur des membranes) vers l’eau avec lequel il est en contact n’est jamais évoquée, ni la formation de sous-produits de réaction à l’exception du travail conduit par (Kanel et al., 2005) pour l’élimination de l’arsenic des eaux souterraines dans lequel l’identification de sous-produits a été envisagée. »

    Voilà pour une 1ère approche, si quelqu’un connait bien le sujet…

    Bien à vous

    Yann Olivaux

  47. Salut !
    Que pensez vous de laisser un « filet » rempli de charbon actif posé dans le fond d’une bouteille d’eau, et laisser agir genre une demie heure après avoir agité ? Est-ce que ça suffirait à neutraliser les bactéries et les soucis chimiques et métaux lourds ?
    Je me trompe ?
    Il suffirait d’ajouter une pastille anti virus derrière style micropur.

  48. Salut! Je viens demander conseil: pensez-vous qu’il est nécessaire de filtrer l’eau avec laquelle on se lave (pour prendre sa douche)?

  49. LOUIS/MERCI POUR CES PRECIEUX RENSEIGNEMENTS…POUR MA PART JE PREFERE FAIRE COMME TOI ET UTILISER LES PASTILLES MICROPUR CAR ELLES NE PRENNENT PAS DE PLACE ET POUR LA TRAITER AVANT J AI TOUJOURS DES FILTRES A CAFE ET UN RECIPIENT POUR ENLEVER LE TROUBLE ET UN MAXIMUM DE PARTICULES MAIS JE ME DEMANDE A COMBIEN DE MICRON UN FILTRE PAPIER ELIMINE?

  50. Excellent article, merci.
    MAIS en France, les cours d’eau de nos montagnes peuvent ils transporter des virus???? Un filtre ne suffit pas?

  51. Bonjour,

    Déjà merci pour votre site que je découvre à l’instant en cherchant une réponse fiable à la question suivante:

    Je navigue et vit sur un voilier une grande partie de l’année. les régions visitées changent donc continuellement.

    Je dispose de 2 réservoirs d’eau pour une contenance d’env. 800 litres. Mon principal problème est qu’ils sont en aluminium! la plupart du temps je les remplis avec de l’eau de réseau assez chlorée donc en principe potable. Je voudrais pouvoir boire cette eau, mais mon souci principal concerne l’aluminium.
    Donc: Quel est le filtre ou le système de filtre qui peut me garantir l’élimination de cet aluminium?
    Est-ce utile de filtrer l’eau AVANT de remplir les réservoirs? (pour éliminer le chlore nocif pour l’alu?)
    Merci de votre aide et encore une fois merci pour votre site.

    AH oui, petit retour d’expérience: Il y a une vingtaine d’année. j’ai fais plusieurs voyages en Afrique.
    notamment presque 1 an en moto et presque 2 ans en Land Rover. plus de 16 pays visités.
    Une grosse pompe Katadin à pied avec une pierre jaunâtre à l’intérieur (je ne sais plus le type exacte) que je devait nettoyer à la brosse plus ou moins souvent suivant le type d’eau et tablettes Micropur pour la conserver une fois filtrée. On a tout filtré! de la qualité « Hôtel » à la qualité « gouille » d’eau stagnante, verdâtre, avec ou sans bulles, brune et mal odorante (infecte). des puis d’eaux au milieu de nul part sans aucune indication de la provenance de l’eau.

    Résultat: RIEN, aucun problèmes de santé dû à l’eau:

    ah si, 2x. la première en buvant un coca bien frais avec un glaçon dans le plus bel hôtel de la capitale!!!
    Résultat, une poussée d’amibes: bin je savait seulement pas que les glaçons était fait avec l’eau de la rivière qui passait à côté… la 2ème, une énorme tourista pour ma femme. Elle n’avait pas assez lavé la salade qu’elle venait d’acheter au marché car trop soucieuse d’économiser l’eau.
    Voilà, déjà merci pour votre aide.
    Richard

  52. Bonjour,

    Étant donné que vous vivez principalement sur un bateau, je vous conseillerai pour avoir une eau de boisson de qualité en continu, d’utiliser un filtre à charbon compressé (pas en granulés) avec un mode de filtration gravitaire. Si besoin me contacter (naturedeleau@orange.fr).

    Yann Olivaux

    (page FB : la nature de l’eau et blog : https://lanaturedeleau.blogspot.fr/)

  53. Bonjour François,

    Tout d’abord je te souhaite, ainsi qu’à ceux qui te sont chers, de joyeuses fêtes de fin d’année et mes vœux pour 2017

    Ma question :
    En admettant que j’emporte suffisamment d’eau pour ma rando de deux jours. Que je campe pas loin d’une rivière (certes avec en amont une ville) mais que je récolte l’eau pour me rincer au matin ou laver mes ustensiles, aurais-je besoin de décontaminant ?
    Comment fais-tu finalement ?

    Bien cordialement,

    Yanncik

    • Yannick,

      En général, il suffit simplement de sécher les ustensiles avant de s’en resservir et d’éviter de boire l’eau.

      A bientôt,
      François

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)