Fév 282018
 

Dans la vidéo qui suit, je vais vous montrer comment utiliser un outil gratuit « Openrunner » pour calculer un parcours de randonnée facilement et très rapidement – en quelques clics.

Openrunner vous permettra de calculer la distance totale d’un itinéraire, de calculer le dénivelé cumulé (positif et négatif) de celui-ci, d’afficher le profil altimétrique de l’itinéraire et même d’exporter un fichier que vous pourrez ensuite importer dans un GPS ou une application GPS.


 

Liens complémentaires :

Transcription texte

Bonjour et bienvenue, ici François de Randonner Malin. Dans cette vidéo, nous allons voir comment tracer un parcours de randonnée grâce à OpenRunner. Le but étant notamment d’avoir des informations sur la distance totale et les dénivelés cumulés du parcours ainsi qu’un profil altimétrique pour savoir quelle sera la difficulté de la randonnée et combien de temps elle va nous demander.

Je vous ai d’ailleurs mis des liens directement sous la vidéo si jamais vous n’êtes pas très à l’aise avec la notion de dénivelé, dénivelés cumulés, de profil altimétrique et pour vous aider à estimer la difficulté et la durée d’une randonnée.

Nous verrons que l’on peut aussi se servir d’OpenRunner pour obtenir un fichier au format gpx que l’on peut importer dans un GPS ou une application GPS.

Il faut savoir qu’il existe plusieurs versions d’OpenRunner avec plus ou moins de fonctionnalités. Il y en a une qui est gratuite et c’est celle dont nous allons parler.

Une petite remarque : je fais ce petit tutoriel uniquement car je trouve l’outil pratique. J’en avais d’ailleurs déjà fait un il y a pas mal d’années. Mais comme il y a maintenant certaines fonctionnalités payantes, je précise – au cas où certains auraient des doutes – que je fais ce tutoriel de manière totalement indépendante. Voilà !

Pour utiliser les fonctionnalités de création, même pour la version de base gratuite, il est nécessaire de créer un compte, vous allez voir c’est très simple et gratuit, il suffit de cliquer ici Créer un compte gratuit de suivre les différentes informations, ensuite de vous connecter.

Une fois que vous êtes connecté, ça devrait ressembler à ça. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est Créer un parcours. Ici vous avez une fenêtre de carte sur laquelle on peut se déplacer en maintenant le clic gauche appuyé et en déplaçant la carte. On peut aussi zoomer et dézoomer avec la molette de la souris. Là vous trouvez certaines informations sur le type de carte qui est utilisée, vous avez également une échelle en bas à droite. Au niveau de la barre de gauche, on a la possibilité de centrer la carte sur une certaine localisation, par exemple si je fais une recherche de la ville de Die en France, ça centre automatiquement la carte au niveau de Die. Là on a la possibilité de zoomer et dézoomer, ça fait la même chose qu’avec la molette de la souris. Ce petit bouton ici est assez important car c’est celui qui permet de gérer les fonds de cartes. Là on voit par exemple que l’on est dans le fond de carte de Google Maps et Plan. On peut les ouvrir et les fermer de cette manière, c’est assez classique. Ensuite il suffit de sélectionner – on voit qu’on était Plan, maintenant on est au niveau Satellite, là on a le Relief. Sinon on peut choisir des cartes libres de droit come OpenStreetMap ou par exemple OpenCycleMap, et on a aussi accès à certaines cartes topographiques d’éditeurs, comme la carte IGN en France avec différentes couches disponibles, la même chose en Espagne et en Belgique. Ce que je voudrais vous montrer c’est qu’on a aussi la possibilité d’ajuster la transparence, par exemple si on choisit la carte Top 25, ici on peut ajuster sa transparence à ce niveau-là. On voit que plus on va vers là, plus c’est transparent. Ça a un intérêt particulièrement si on ajoute… On voit qu’ici on a des petits carrés alors que là on avait des petits ronds. Si on sélectionne les petits ronds on ne peut sélectionner qu’une couche à la fois, mais avec les petits carrés on peut sélectionner à la fois la photographie aérienne et ici la carte Top 25. Si je règle aussi la transparence de cette couche, ça permet par exemple (celle-ci se trouve au-dessus donc il va falloir que je fasse l’inverse), comme ceci, je peux afficher les deux cartes l’une par-dessus l’autre et ça permet d’accéder à différentes informations. Vous voyez que ça peut être assez intéressant. Vous pouvez faire la même chose avec les différentes couches que l’on a ici. Sinon il y a un petit bouton ici qui permet d’Ajouter des cartes Topos. Là on voit que j’ai tout ajouté, il est possible d’en ajouter certaines payantes, il suffit de cliquer sur le bouton et vous avez ensuite un menu assez classique. Par exemple si j’enlève OpenCycleMap, on voit que dans ce cas-là, ça n’apparaitra plus à cet endroit-là, on n’a plus le menu OpenCycleMap. Ici je peux l’ajouter, c’est assez facile pour gérer les fonds de carte. On a ensuite un bouton qui permet de centrer sur sa position. Si vous cliquez dessus il faudra autoriser le navigateur internet à utiliser votre position – dans ce cas-là, ça centrera la carte directement là où vous vous trouvez. On a ici une possibilité d’imprimer qu’on verra tout à l’heure. Ici vous avez une aide avec différentes petites vidéos de présentation. Ici ça vous permet d’ouvrir une petite fenêtre Google Maps et notamment d’avoir accès à Google Street View – en fonction de ce que vous faites, ça peut être intéressant. Ici c’est aussi quelque chose d’intéressant, ça vous permet d’obtenir les coordonnées. On voit qu’on a deux formats de coordonnées en bas à ce niveau-là, ça c’est les coordonnées du curseur. Dans le même genre on peut afficher ici le quadrillage UTM, ce qui est intéressant notamment pour une utilisation avec un GPS. Et ici on a la possibilité d’afficher différents cols, des cols routiers ou des cols muletiers, je vais vous montrer. Je vais passer sur cette couche-là et je vais aller à un endroit où on a des cols. Je vais retourner par exemple à Die. Vous avez peut-être vu un petit message qui dit que la zone d’affichage, elle est trop grande, il faut zoomer un petit peu plus. On va voir les cols qui apparaissent, on en a certains, si on clique dessus, ça nous permet de, éventuellement, les mettre comme Gravi déjà, ou À faire. Ça c’est une petite fonctionnalité qui peut intéresser certaines personnes.

Voilà pour le fonctionnement général. Nous allons maintenant voir comment concrètement créer un parcours avec OpenRunner. Cela se fait avec le bouton ici que vous avez sûrement vu Créer un nouveau parcours. Si vous ne le voyez pas, il est à cet endroit-là, il suffit de cliquer ici. Là on a un petit guide de démarrage rapide.

Première chose que je voulais vous montrer c’est qu’on peut tout à fait importer un fichier GPS pour l’afficher sur la carte et éventuellement s’en servir, notamment le modifier, le rallonger, bref faire quelques opérations pour s’en servir par la suite.

On a par défaut le bouton ici qui permet d’ajouter, d’insérer des points. Vous allez voir que si on veut créer un itinéraire c’est assez simple. Il suffit de se mettre à l’endroit où l’on souhaite ajouter un point sur la carte, on clique, et ensuite on peut cliquer de cette manière et ajouter des points. Vous voyez qu’on a un petit D pour départ et un petit A pour arrivée. Je vais vous montrer quelques petites choses qui se passent quand on créé un itinéraire de cette manière. Là vous voyez peut-être déjà des petits nombres – ça veut dire qu’à cet endroit il y a des points. Il y a des points qu’on voit déjà, mais à l’intérieur il y avait deux points, c’est pour ça que ça regroupe les points et que ça met un petit cercle avec un nombre.

Si on continue – je fais juste le tracé assez rapidement pour l’exemple – on voit qu’on a d’autres chiffres qui apparaissent, comme ici deux et comme ici trois, ça correspond au nombre de kilomètres depuis le départ. Ça veut dire que là on a 2 Km depuis le départ et ici 3 Km depuis le départ.

Il faut savoir que l’on peut tout à fait déplacer les points que l’on a ajouté en maintenant le clic et en le déplaçant. Ça permet vraiment d’ajuster l’itinéraire comme on le souhaite. On peut aussi insérer des points tant qu’on a ce bouton-là qui est appuyé, il suffit de se rapprocher de l’endroit où on veut rajouter un point, et voilà on a un petit point bleu qui apparait et ensuite il suffit de maintenir le clic et de déplacer. On voit que là ça a ajouté un point que je peux tout à fait redéplacer ensuite. Par exemple si je veux en ajouter un ici, il suffit de maintenir le clic et hop, voilà, ça permet d’ajouter un point.

Si on revient à la barre d’en haut, on a une autre chose qui est intéressante. C’est ici, ça permet de supprimer des points comme ceci. Il suffit de cliquer dessus, par contre attention, tant que c’est sélectionné, si vous cliquez sur un point ça va le supprimer. Ensuite si vous voulez en rajouter un nouveau, choisissez ce menu-là. Ça marche à la fois pour en rajouter un ou pour en insérer un, comme ceci. Ici ça sert à supprimer.

Ça on va en parler un peu plus tard.

Ici on a des flèches qui permettent d’annuler la dernière action (j’avais supprimé ce point-là) et ici de la rétablir. C’est assez classique et assez pratique.

Ça, ça permet de joindre le point de départ, c’est notamment intéressant lors d’un parcours en boucle. Je vais vous faire un petit exemple. Il faut sélectionner pour rajouter un point, on passe hors sentier… Et là par exemple si on veut rejoindre l’arrivée on clique ici et ça y’est, maintenant le départ et l’arrivée sont au même endroit et on a une boucle parfaite.

Pour vous montrer cette prochaine fonction je vais effacer l’itinéraire comme ceci. Je vais en créer un nouveau, on va dire que je vais en faire un court. En fait cette fonction, elle permet de faire un itinéraire en aller-retour. Pour l’instant on a été de là jusqu’à la, on voit d’ailleurs la distance – si je fais ceci, on va aller de là jusqu’à là, donc là ça a doublé, ça permet de faire un itinéraire en aller-retour sans s’embêter à retracer le retour.

Pour cette fonctionnalité ici je vais encore effacer l’itinéraire pour vous montrer. Ça permet en fait d’inverser l’itinéraire. Par exemple si on s’est trompé, ou si on a importé un fichier, que nous on veut faire un itinéraire dans l’autre sens – ici on a le départ et l’arrivée – si on clique ici on a l’arrivée et le départ et on peut inverser à l’infini.

Maintenant je vais revenir sur ces deux boutons ici. Ce que je vais faire c’est que je vais encore effacer l’itinéraire. Ces deux boutons, ils permettent d’utiliser le calculateur d’itinéraire – on voit Suivi automatique. On a vu que tout à l’heure quand on ajoutait sans ça des points, ça allait en ligne droite, d’un point à un autre. Ce calculateur d’itinéraire, il permet de suivre automatiquement les routes et sentiers. Ici on voit que l’on a différentes options… Il faut que je les sélectionne ici et là on a différentes options. Ici on a Cyclisme sur route, ici cyclo-tourisme, ici c’est à pied et en voiture. En fonction de ce qu’on choisit, le calculateur pourra nous faire passer par des endroits différents. Par exemple on ne pourra pas passer en voiture sur un sentier, alors qu’on pourra le faire à pied.

Je vais vous montrer un petit exemple à pied. Si je commence ici, je n’ai pas besoin de tracer tout l’itinéraire, je peux très bien mettre un point ici et on voit que l’itinéraire est automatiquement calculé. On voit aussi que si je voulais passer par ici, il faut que j’insère une nouvelle étape, comme ceci, et l’itinéraire est automatiquement recalculé. Je peux ensuite rajouter des points plus ou moins loin, mais il faut parfois rajouter des étapes pour faire passer l’itinéraire exactement par là ou on veut.

Si jamais je repasse en mode classique, vous allez voir que ça va en ligne droite d’un point à un autre. Je peux repasser en itinéraire comme ceci.

Si on veut à la fois utiliser le calculateur d’itinéraire et pour certaines sections, par exemple hors-sentiers, ou quand le calculateur n’a pas reconnu un certain sentier, pour pouvoir utiliser les deux sur un même tracé, il y a une petite astuce qui permet de faire cela. Il faut faire un clic droit sur le point à partir duquel on veut ne pas utiliser le calculateur d’itinéraire. Là par exemple je peux tout à fait aller jusqu’ici sans utiliser le calculateur d’itinéraire. Je peux refaire la même chose puisque là je suis hors-sentiers jusqu’ici, on voit que ça va en ligne droite. Si je dézoome un peu, on voit que si je fais la même chose et que je clique ici, ça va toujours en ligne droite, alors que si j’avais utilisé le calculateur d’itinéraire ça serait probablement passé par ici. D’ailleurs c’est quelque chose de réversible, si je reclique ici on voit que maintenant ça utilise le calculateur d’itinéraire. C’est quelque chose d’assez pratique. Là j’utilise le calculateur d’itinéraire et si je ne veux plus l’utiliser, je peux passer ce point en mode manuel. C’est quelque chose de vraiment très pratique.

On a fait le tour des différentes fonctionnalités pour le tracé, je voudrais juste vous parler rapidement de ce menu ici. Il faut savoir que vous pouvez tout à fait créer plusieurs parcours, en avoir plusieurs qui sont affichés. Ici ça permet de le masquer ou de l’afficher. Ici vous avez la distance. À cet endroit vous pouvez enregistrer, on en parlera tout à l’heure, Dupliquer le parcours. Et on va voir les options d’affichage : ici vous pouvez choisir la couleur du parcours, c’est assez classique, vous pouvez choisir son épaisseur et son opacité, c’est-à-dire sa transparence, et ici vous pouvez choisir d’afficher ou pas les bornes kilométriques. Sinon vous avez la possibilité de fermer l’éditeur ou de l’ouvrir, c’est-à-dire la barre ici qui permet d’éditer le parcours.

Maintenant je vais vous montrer qu’on peut enregistrer le parcours. Il suffit de lui donner un nom, par exemple je vais l’appeler « Super parcours » pour être très original. Vous pouvez ajouter des mots-clés, sélectionner une activité (nous on va dire que c’était de la marche), le type de parcours (si c’est quelque chose qui était uniquement planifié comme ici, ou si vous l’avez déjà emprunté) et le type de terrain majoritaire (je vais mettre sentier). Vous pouvez ajouter éventuellement une étiquette et mettre le parcours en privé ou pas, parce que, autrement, si vous ne le mettez pas en privé, d’autres personnes vont pouvoir trouver votre parcours et pouvoir éventuellement l’utiliser. Comme c’est un parcours test je vous recommande de le mettre en privé parce que ça n’aura pas une grande utilité pour d’autres personnes. Ici vous pouvez ajouter une description. Ensuite, vous enregistrez.

Maintenant on va avoir accès à de nouvelles fonctionnalités. À savoir qu’une fois que vous l’avez enregistré, votre parcours se retrouve ici dans « Vos Parcours », donc vous pouvez le retrouver. Ce qui est pratique, quand vous l’avez enregistré, c’est vous avez accès à quelques autres fonctionnalités et surtout que vous pouvez à nouveau le modifier. Comme on voit ici, on a l’éditeur que l’on peut tout à fait fermer. Ce que je voulais vous montrer, c’est qu’ici on a un petit rappel de certaines données. Le nom du parcours, là c’est l’activité, ici ça a automatiquement choisi la localité de départ et d’arrivée, là on a la distance totale qui est une donnée très intéressante. Ici on a le dénivelé cumulé positif, quelque chose de très intéressant, dénivelé cumulé négatif total, ici c’est l’altitude minimale et ici c’est l’altitude maximale.

Une autre chose très intéressante c’est qu’ici vous avez un nouveau bouton qui vous permet d’afficher le profil altimétrique. Ça c’est le profil altimétrique de tout le parcours. Vous voyez, on a en bas la distance et ici l’altitude, et vous voyez certaines couleurs qui correspondent aux pentes. Par exemple cette couleur là c’est les pentes inférieures à 5 %, et celle-ci, supérieures à 15 %. Ça vous permet de connaitre les différentes pentes le long du parcours. Une autre chose très intéressante, vous voyez que quand je déplace mon curseur, on a certaines données, ces données correspondent à là où j’ai mis mon curseur. Par exemple à cet endroit-là : on est à 2,3 Km du départ, la pente est de 0 % (on est sur du plat plus ou moins), l’altitude est de 1128 m, on a fait un dénivelé cumulé depuis le départ de 287 m positif et de 7 m négatif. Vous voyez que si j’avance, la distance, forcément elle augmente, le dénivelé cumulé positif et négatif, aussi. Une autre chose intéressante est que l’on voit directement sur le parcours à quel endroit ça correspond, vous voyez que la couleur change, et à la délimitation entre les deux couleurs ça correspond au curseur sur mon profil altimétrique.

Sinon il y a une autre petite chose qui est éventuellement intéressante, c’est ici, une option d’impression avec deux possibilités : en portrait ou en paysage. Il vous suffit de cliquer dessus et vous avez ici la mise en page. Vous pouvez éventuellement zoomer et dézoomer pour organiser votre page comme vous le souhaitez et ensuite imprimer. Là je vais annuler la mise en page.

La dernière chose très intéressante (en bas on a quelques données mais ce n’est pas ça qui m’intéresse particulièrement), c’est ici Exporter pour un GPS. Ça permet d’exporter le parcours que vous avez créé au format gpx. Vous avez deux choix, soit une trace au format gpx, soit une route au format gpx. Il vous suffit de cliquer sur celui qui vous intéresse et ensuite le fichier se télécharge sur votre ordinateur.

Une chose très importante est que si jamais vous avez utilisé un calculateur d’itinéraire, par exemple sur cette section ici, il y a des points qui seront automatiquement ajoutés, directement dans votre fichier trace ou votre fichier route pour que votre route ou votre trace GPS colle à l’itinéraire que vous avez tracé avec OpenRunner. Par exemple vous avez peut-être mis qu’un seul point ici, et ici – dans votre fichier trace ou route il n’y aura pas que ce point-là et ce point-là, il y aura plein de petits points tout le long de cet itinéraire même si vous n’avez pas cliqué sur la carte. C’est quelque chose de très intéressant.

Maintenant, vous devriez pouvoir sans aucun souci tracer des parcours avec OpenRunner. Pour ceux qui se le demandent, les versions payantes d’OpenRunner ont un fonctionnement très similaire à cette version de base, vous n’aurez aucun problème pour vous y retrouver. Elles ont simplement plus de fonctionnalités : comme pas de pub, une limite plus grande du nombre de points pour le calculateur d’itinéraire, la possibilité de mettre en plein écran, le zoom possible sur le profil altimétrique, l’ajout de points d’intérêts, etc.

Sur ce, je vous remercie d’avoir suivi la vidéo, n’hésitez pas à mettre un pouce en l’air et à la partager si elle vous a plu. Vous pouvez aussi vous abonner à la chaine si ce n’est pas déjà fait pour être prévenus des prochaines vidéos et télécharger vos guides pour Randonner Malin.

Je vous dis à bientôt et bonnes randos !

  155 commentaires à “[Vidéo] Comment calculer un parcours de randonnée grâce à Openrunner”

Commentaires (150) Pingbacks (5)
  1. […] Si jamais vous ne savez pas comment calculer les distances et les dénivelés d’un itinéraire, voici une vidéo qui vous explique comment faire cela avec Openrunner. […]

  2. […] Les logiciels de calcul d’itinéraire. Ces logiciels vous permettent (entre autres) de calculer les distances sur des itinéraires. Celle alternative a l’avantage d’être gratuite, mais demande de tracer ses itinéraires et la mesure ne se fait pas en temps réel (à moins de noter des intervalles de distances sur une carte). Voici par exemple comment se servir d’Openrunner en vidéo. […]

  3. […] pouvez par exemple vous servir d’Openrunner pour estimer les distances et les dénivelés. Si vous n’avez aucune idée de votre condition […]

  4. […] à partir d’un logiciel en ligne tel que Openrunner ou Visorando. Vous trouverez sur le blog un petit tutoriel pour utiliser Openrunner si cela vous intéresse. La seconde, c’est si vous avez un fichier GPS que vous avez récupéré […]

  5. […] mais certains logiciels utilisent cette même information. C’est par exemple le cas d’Openrunner – qui utilise d’ailleurs les données géographiques d’autres pays comme l’Espagne, le […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)

221 Partages
Partagez214
Tweetez7
Email