Jan 192012
 

Vitesse marche moyenne randonnéeAu moment de planifier sa randonnée, se pose toujours la question de la vitesse moyenne de marche. La vitesse de marche ne sert en réalité qu’à déterminer le temps que cela prendra pour aller de A à B – car c’est vraiment cela qui nous intéresse.

Pourquoi ?

Pour savoir à quelle heure partir. Pour savoir où dormir. Pour connaître le nombre d’heures de marche pour faire une étape. Pour ne pas finir dans la nuit. Pour ne pas improviser un bivouac. Etc.

C’est une question qui m’est souvent posée par les débutants – qui n’ont pas encore d’idée de leur rythme de marche. La vitesse moyenne de marche dépend de tellement de paramètres que je ne peux vous donner qu’une idée approximative et une base sur laquelle vous pourrez vous appuyer.

Les paramètres dont vous devez tenir compte

Voici des facteurs importants à considérer pour estimer du mieux possible votre vitesse de marche.

  • Le dénivelé. Ce n’est pas nouveau, on ne marche pas à la même allure sur le plat, en montée et en descente. En tout cas pas moi ! Cela dépend aussi de la pente – on ne met pas forcément le même temps pour faire 500 m de dénivelé si c’est très pentu ou peu pentu. Le dénivelé positif (les montées) ralentit fortement la vitesse de marche et certaines descentes techniques ont le même effet.
  • Le type de terrain et sa condition. Il est beaucoup plus facile de marcher sur un sentier plat que dans des éboulis, du sable ou de la neige par exemple. De même, il est plus facile de marcher sur un terrain sec que boueux.
  • Les spécificités du terrain. Dès qu’il y a des passages spécifiques comme des rivières à traverser ou des passages où il faut se servir de ses mains, cela ralentit considérablement le rythme de marche. Je peux vous assurer « qu’enlever son sac à dos, enlever ses chaussettes et ses chaussures, traverser une rivière, se sécher les pieds pour éviter les ampoules, enfiler ses chaussettes et ses chaussures et remettre son sac à dos » 5 fois dans la journée peut rapidement rajouter quelques heures à une journée de marche.
  • Le poids du sac à dos. Eh oui, encore lui ! Je peux vous assurer qu’il a le même effet qu’un boulet que vous traîneriez. Cet article aborde le problème. Cela fait une grande différence entre la vitesse de marche d’une randonnée à la journée et d’une randonnée de plusieurs jours.
  • Les moments où vous ne marchez pas. Peu (ou pas) de gens marchent 8 h de suite sans s’arrêter. Vous devez prendre en compte toutes les pauses que vous faites pour prendre des photos, grignoter, vous réhydrater ou refaire votre lacet (excellente excuse pour reprendre son souffle d’ailleurs ;-)).
  • La longueur de la randonnée. Prenez en compte la fatigue. Vous n’aurez pas la même vitesse de marche si vous marchez 5 ou 10 heures par jour. Prenez également en compte le nombre de jours de marche – vous allez vous fatiguer au fur et à mesure des jours.
  • Votre condition physique. Elle change au cours du temps. Elle est souvent meilleure à la fin de l’été qu’après les fêtes de fin d’année par exemple. 😉 C’est un facteur à prendre en compte. Soyez réaliste et ne vous surestimez pas. Et pourquoi ne pas faire une préparation physique avant de partir ?
  • Les personnes qui vous accompagnent. La vitesse du groupe dépend de la vitesse de la personne la plus lente. Et plus il y a de personnes dans votre groupe, plus les pauses seront fréquentes et la vitesse moyenne de marche lente.

Dans le doute, prenez toujours de la marge.

Une estimation de la vitesse moyenne de marche

Je le rappelle, les chiffres que je donne ci-dessous sont très approximatifs et ne doivent vous servir qu’à vous donner une idée basique. C’est-à-dire, vous faire prendre conscience que d’aller de A à B va vous prendre 6 jours et non 2 comme vous le pensiez.

Voici la méthode que je vous conseille d’utiliser pour estimer vos temps de marche : découpez votre itinéraire en sections généralement plates (avec une pente inférieure à 7% par exemple), en sections qui montent et en sections qui descendent. Ensuite, comptez le nombre de kilomètres de plat, le dénivelé cumulé positif (somme de la différence d’altitude de toutes les montées que vous allez faire) et le dénivelé cumulé négatif (somme de la différence d’altitude de toutes les descentes que vous allez faire).

Vous allez ensuite utiliser une vitesse en mètres de dénivelé par heure pour les montées et les descentes, et utiliser une vitesse en kilomètres par heure pour les terrains à peu près plats.
Voici un tableau avec des vitesses de marche indicatives, pour des randonneurs ayant un sac à dos légèrement chargé sur un terrain assez facile.

Niveau du randonneur Vitesse de marche
sur le plat
Vitesse de marche
dans les montées
Vitesse de marche
dans les descentes
Randonneur débutant
et peu entraîné
    1,5 à 2,5 km/h     150 à 250 m/h     300 à 400 m/h
Randonneur intermédiaire
et en condition
physique moyenne

    2,5 à 4,0 km/h

    250 à 350 m/h     400 à 550 m/h
Randonneur expérimenté
et en bonne condition
physique
    > 4,0 km/h     > 350 m/h     > 550 m/h


Exemple
: Imaginons le parcours avec le profil suivant et que vous voulez aller de A à B.

Vitesse_marche _moyenne

Découpez d’abord le parcours en sections de plat, de montée et de descente.

Vitesse_marche _moyenne2

Le parcours comporte donc environ 3,5 km de plat, 750 m de dénivelé positif cumulé (300 m pour la première montée et 450 m pour la seconde) et 550 m de dénivelé négatif (150 m pour la première descente et 400 m pour la seconde).

Pour un randonneur moyen, on peut estimer son temps de marche (sans prendre en compte les pauses) entre 4 heures (3,5/4 + 750/350 + 550/550) et 5,8 heures (3,5/2,5 + 750/250 + 550/400).

Il faut ensuite adapter ces chiffres en fonction des paramètres donnés dans la section précédente.

A savoir : La plupart des guides de randonnée donnent des temps de marche. De la même manière que les données du tableau, ces temps de marche sont très dépendants. Par contre, l’avantage de ces temps est qu’ils prennent en compte le type de terrains et les spécificités de celui-ci.

Tant que j’y suis, j’en profite pour vous rappeler que ces temps ont un sens. Je m’explique : le temps donné pour aller de A à B n’est pas le même que pour aller de B à A – sauf si c’est plat. C’est logique, mais avec la fatigue on peut oublier ce genre de choses.

L’idéal : se baser sur son expérience

Au fur et à mesure des randonnées, on acquiert rapidement une idée de sa vitesse de marche moyenne en fonction des différents terrains traversés, du dénivelé, de sa condition physique, du poids de son sac à dos, etc.

Pour estimer votre vitesse de marche moyenne, le meilleur moyen est donc de vous baser sur vos randonnées passées et de l’adapter en fonction des paramètres qui diffèrent.

Si vous utilisez des guides de randonnée qui donnent le nombre d’heures de marche pour se rendre de A à B, vous apprendrez à connaître comment vous vous situez par rapport à ces estimations. Vous pourrez par exemple dire que vous mettez généralement entre trois quarts du temps indiqué et exactement le temps indiqué. Attention, ces temps varient par contre en fonction des guides et des régions.

Il est aussi possible de réajuster vos estimations au cours d’une randonnée. Evaluez le temps que vous mettez pour faire une grande montée ou une section de plat et calculez votre vitesse de marche. Cela vous permettra de vous rendre compte si votre estimation initiale est à peu près correcte et d’être sûr que vous n’allez pas finir dans la nuit ou si vous avez besoin de repenser l’itinéraire.

Et vous, comment estimez-vous vos temps de marche. Avez-vous des astuces à partager dans les commentaires ? Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager avec vos amis sur Twitter ou Facebook en cliquant sur les boutons en dessous.

Vous avez aimé cet article ?

Vous pouvez le télécharger au format PDF pour l’avoir chez vous :
Cliquez ici pour le télécharger

  57 commentaires à “Comment estimer votre vitesse moyenne de marche en randonnée ?”

Commentaires (53) Pingbacks (4)
  1. […] sa vitesse moyenne de marche est indispensable pur planifier ses randonnées. Si vous n’en avez aucune idée, cela veut dire […]

  2. […] rythme, engager le haut du corps et améliorer votre stabilité contribuent à augmenter votre vitesse de marche. Cela permet même de trottiner dans les descentes […]

  3. […] Vous avez mal estimé les temps de marche (lisez l’article sur les vitesses de marche). […]

  4. […] général, une randonnée se prépare en temps. C’est-à-dire qu’il faut estimer combien de temps le tout va prendre – du point de départ jusqu’au point d’arrivée – et pour chaque étape. […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)

335 Partages
Partagez311
Tweetez24
Email