Sep 182014
 

Comment protéger le contenu de votre sac à dos de la pluieMvula wa bwolo wa ntchon.
On ne se laisse surprendre que par la première pluie de la saison.
— Proverbe Téké —

J’aime bien ce proverbe qui est vrai pour beaucoup de situations. Ce n’est qu’une fois confronté à un problème que l’on se rend vraiment compte du problème. Et quand c’est arrivé une fois, on ne se laisse ensuite plus surprendre, car on s’est adapté et préparé. 😉

Il y a de grandes chances qu’un jour ou l’autre vous ayez à randonner sous la pluie. Cela vous est d’ailleurs sûrement déjà arrivé.

Je sais que certaines personnes détestent marcher sous la pluie et l’évitent à tout prix, d’autres aiment sortir sous la pluie et la plupart font avec quand elle est là. Peu importe la catégorie dans laquelle vous êtes, un jour ou l’autre ça risque de vous arriver – que vous randonniez à la journée ou sur plusieurs jours. La bonne nouvelle, c’est que nous ne sommes pas en sucre. 😉

Nous ne sommes pas en sucre, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut prendre cela à la légère. Pour profiter du moment (certains paysages sont très jolis sous la pluie), pour que cela ne gâche pas le reste de votre randonnée et que ça ne vous mette pas en danger, il faut quand même être bien préparé – ce dont nous allons parler aujourd’hui.

J’ai publié il y a peu de temps un article sur l’organisation du sac à dos (2 règles pour bien faire son sac à dos de randonnée) et je souhaite aujourd’hui le compléter. Je ne vais pas aborder votre protection par rapport à la pluie (chaussures, veste, etc.), mais uniquement celle de votre sac à dos et surtout de son contenu.

Note : Pour compléter le proverbe, je dirais qu’on peut quand même se laisser surprendre par les suivantes quand elles surpassent ce qu’on a déjà vu. Même après avoir essuyé de gros orages en montagne, la notion de pluie a pris une toute autre dimension en Nouvelle-Zélande pour moi : la même intensité mais pendant toute la journée – sans aucun répit.

Protéger quoi et pourquoi ?

Voyons d’abord ce que l’on a besoin de protéger pendant une randonnée (la liste est non exhaustive) et pourquoi :

  • Vêtements – et surtout les premières et deuxièmes couches (plus d’informations sur le système des 3 couches ici). Si vos vêtements sont mouillés, ils perdront de leur efficacité et vous risquerez d’avoir froid. C’est d’autant plus important pour les randonnées de plusieurs jours où vous n’avez pas la possibilité de faire sécher vos vêtements si le temps ne s’améliore pas (bivouac par exemple). Je vous assure, en tente sous la pluie, ça ne sèche pas !
  • Appareils électroniques : téléphone portable, GPS, liseuse, clés de voiture, appareil photo, etc. Certains appareils sont là pour votre sécurité (voir l’article sur le téléphone portable ici), donc autant les garder au sec. Pour les autres, c’est moins important, mais il serait dommage qu’ils apprennent à nager. 😉
  • Tout ce qui est en papier : cartes de randonnée, papier toilette, papiers d’identité, argent, etc. Pas besoin de vous faire un dessin. 😉
  • Nourriture. Elle est souvent en partie déjà emballée, ce qui évite qu’elle prenne trop l’eau. Si jamais elle prend l’eau, ce n’est généralement pas très grave car ça n’affectera pas votre sécurité, peut-être juste votre confort. Pour de longues randonnées, faites quand même attention car l’humidité pourrait faire moisir ou fermenter certaines denrées.
  • Autres… Faites appel à votre bon sens et réfléchissez-y avant de partir.

Spécificités pour les randonnées de plusieurs jours.

  • Sac de couchage. C’est encore plus important s’il est en duvet car le duvet isole très peu quand il est mouillé, contrairement aux fibres synthétiques. Vous ne voulez pas que ceci vous arrive : « Une erreur que j’aurais aimé éviter ».
  • Réchaud, allumettes/briquet. On pense facilement au briquet ou aux allumettes mais quand on a un réchaud (à gaz) on n’y pense pas forcément. Pour avoir fait le test, ça peut ne pas fonctionner du tout quand c’est mouillé. L’expression : « il y a de l’eau dans le gaz » prend alors tout son sens.
  • Matelas de randonnée – suivant les types. Les matelas autogonflants n’aiment généralement pas trop prendre l’eau.

2 approches pour protéger le contenu de votre sac à dos de la pluie

Si vous pensez que les sacs à dos sont imperméables, vous avez raison, mais seulement en partie. En fait, la plupart des sacs à dos sont constitués d’un tissu imperméable, mais les coutures ne sont généralement pas imperméables et les fermetures éclair le sont rarement. En cas de petite pluie, c’est souvent suffisant, mais peu de sacs protègeront efficacement leur contenu au-delà de ce stade.

Il y a selon moi deux manières de protéger le contenu de son sac à dos des intempéries :

  • Protéger l’extérieur du sac à dos.
  • Protéger l’intérieur du sac à dos.

Les deux approches ont évidemment des avantages et des inconvénients. Ça serait trop facile si une approche n’avait pas d’inconvénients… 😉

Approche n°1 : Protéger l’extérieur du sac à dos

Comment ?

PonchoHousse anti-pluieC’est souvent l’approche la plus classique, car beaucoup de sacs à dos comportent une housse anti-pluie qui est intégrée au sac. C’est pratique, il suffit d’enfiler la housse par-dessus le sac pour le protéger. Une fois que l’on n’en a plus besoin, il suffit de la ranger, la plupart du temps dans une petite poche prévue pour cela à l’intérieur du sac à dos. Il faut savoir qu’il est également possible de se procurer des housses anti-pluie indépendantes.

On peut également utiliser un poncho pour protéger son sac à dos et soi-même. Pour plus d’informations sur le poncho, je vous invite à lire un article (largement discuté) sur le sujet ici.

Avantages :

  • Praticité. Que ce soit dans le cas du poncho ou de la housse anti-pluie, c’est assez rapide et pratique à mettre en place. En plus, il n’y a pas besoin de se poser trop de questions.
  • Tout le sac est protégé. Non seulement, le contenu du sac est protégé, mais le sac en lui-même aussi. Ce qui veut dire que votre sac à dos reste sec et ne s’imbibe pas d’eau – un poids supplémentaire inutile à porter. Mais cet avantage n’est valable qui si tout se passe bien. 😉

Inconvénients :

  • Moins fiable. On n’est pas sûr que le sac soit très bien protégé, car tout le sac n’est pas enveloppé dans quelque chose d’étanche – il n’y a pas de protection au niveau du dos. Il faut d’ailleurs bien faire attention à ce que la housse couvre bien le sac (quand il est rempli et moins rempli). Que ce soit avec un poncho ou une housse anti-pluie, quand il pleut beaucoup et qu’il y a du vent, l’eau trouve toujours un chemin vers l’intérieur du sac – souvent par le dos ou par le bas.

Il peut même arriver que l’eau forme une poche au fond de la housse anti-pluie et mouille le sac à dos par le bas – une bonne nuit en perspective si votre sac de couchage était stocké en bas : j’ai testé pour vous ;-).

  • Plus lourd. En général, c’est une option plus lourde que l’approche n°2 si vous utilisez les housses anti-pluie fournies avec les sacs à dos. Ça peut par contre être une approche plus légère si jamais votre sac à dos s’imbibe d’eau dans l’approche n°2 ou que vous utilisez une housse anti-pluie ultralégère.
  • A tendance à s’accrocher facilement dans les rochers et la végétation. Cela peut être gênant et peut même endommager la housse anti-pluie ou le poncho – qui ne remplira plus aussi bien son rôle. Mais heureusement, votre blog préféré vous avait conseillé d’emporter un kit de réparation. 😉
  • Pas pratique si vous avez accroché du matériel à l’extérieur de votre sac. Attention à bien vérifier (avant de partir) que la taille de votre housse anti-pluie est suffisante si jamais vous accrochez du matériel à l’extérieur.
  • Ne protège pas le contenu en cas d’immersion – comme une chute accidentelle lors d’une traversée (ratée) d’un cours d’eau (point rajouté à la suite des commentaires de Bernard et Florence).
Approche n°2 : Protéger l’intérieur du sac à dos

Comment ?

Le principe est simple : mettre le contenu que l’on veut protéger dans des sacs imperméables ou étanches. Il y a deux possibilités :

Sacs étanchesDoublure de sac à dos– Utiliser un grand sac qui sert de doublure au sac à dos (image de gauche). Le sac « tapisse » l’intérieur du sac à dos et il suffit ensuite de le remplir, de le fermer et de fermer son sac à dos.

  • – Utiliser des petits sacs (image de droite). Dans ce cas, on peut ne protéger qu’une partie du contenu de son sac à dos.

Le grand sac a l’avantage de protéger tout le contenu de son sac, mais c’est moins fiable – il y a plus de chances qu’il se perce. Avec plusieurs petits sacs, il y a moins de chances que cela arrive et le contenu est mieux protégé. Par contre, en dehors de ces sacs, le reste n’est pas protégé.

Quoi utiliser ?

Il est possible d’utiliser des sacs dédiés à cela – que ce soit pour une doublure ou pour des petits sacs étanches – mais vous pouvez utiliser toutes sortes de sacs imperméables. Les sacs congélation sont par exemple une très bonne option – même s’ils peuvent s’ouvrir assez facilement. Les sacs poubelle sont aussi utilisés – même s’ils sont assez fragiles.

L’avantage des sacs dédiés à cela est qu’ils sont généralement un bon compromis entre poids et solidité et qu’ils ont une fermeture appropriée.

Je vous conseille d’adapter le ou les sacs en fonction du contenu et de l’importance de le garder au sec.

Par exemple : pour la nourriture, j’utilise des sacs congélation (type ziploc) alors que pour mon sac de couchage ou mes vêtements j’utilise des sacs étanches spécialement conçus à cet effet – car ils sont plus fiables et s’ouvrent moins facilement que des sacs congélation.

J’utilise depuis quelques temps les sacs étanches Sea to Summit (appelés “dry sacks”) dont je suis très content. Ils existent en différentes tailles et en deux versions. La version légère « Ultra Sil » et la version ultralégère « Ultra Sil NANO ». Je préfère avoir plusieurs petits sacs imperméables plutôt qu’un gros avec tout dedans, car c’est plus facile d’organiser tout cela dans le sac selon les 2 règles de cet article.

Il existe aussi des doublures de sacs sur le marché (souvent appelées « pack liner »), mais je n’ai testé que du fait maison pour l’instant.

Avantages :

  • Le contenu est mieux protégé. Le contenu que l’on veut protéger est intégralement « entouré » par une barrière imperméable. Il est encore mieux protégé dans le cas de petits sacs par rapport à une doublure.
  • Cette option est souvent plus légère – les sacs étanches pèsent généralement moins qu’une housse anti-pluie. C’est cependant discutable en fonction du matériel utilisé et lorsque le sac à dos s’imbibe d’eau.
  • Il y a moins de chances que le ou les sacs se dégradent par rapport à un poncho ou une housse qui peuvent s’accrocher à l’extérieur. La fiabilité est vraiment l’avantage de cette approche. Par contre, il faut faire attention à ce que l’on met dedans pour éviter les trous (réchaud, clés, etc.).
  • Protège le contenu en cas d’immersion – comme une glissade malchanceuse dans une grosse flaque (point rajouté à la suite des commentaires de Bernard et Florence).

Inconvénients :

  • Le sac et le contenu non protégé sont mouillés s’il pleut. Ce n’est pas toujours extrêmement agréable sur des randonnées de plusieurs jours.
  • Quand il pleut, le sac s’imbibe d’eau et cette eau est un poids supplémentaire à porter. Ce n’est donc pas forcément toujours l’approche la plus légère.
Autres options

Il existe d’autres approches, vous pouvez par exemple faire un mélange des deux approches en utilisant une protection extérieure et une ou plusieurs protections intérieures. Attention à ce que cela ne soit par contre pas trop lourd.

Sur le GR20, c’est par exemple, l’approche que l’on avait adoptée. Une partie du matériel était dans des sacs étanches et sacs congélation et j’avais un sac plastique (anciens sacs distribués dans les supermarchés) que je pouvais utiliser comme capuchon par-dessus mon sac à dos. C’était surtout pour éviter que trop d’eau ne rentre dans le sac sachant que je n’ai pas de rabat sur mon sac (gain de poids).

Vous pouvez aussi utiliser un sac étanche, mais le problème est que ces sacs sont assez difficiles à trouver et pèsent généralement lourd.

Pensez aussi que certains objets peuvent être mis à part – surtout ceux que vous utilisez régulièrement. Vous pouvez par exemple prévoir une protection plastique pour votre carte de randonnée et un sac congélation pour votre appareil photo.

Rester en vie c’est bien, mais rester en vie et apprécier sa randonnée, c’est mieux !

Je vous ai exposé les avantages et inconvénients de chaque approche, à vous de choisir en fonction de vos randonnées et des conditions dans lesquelles vous randonnez. Il faut que vous pensiez à protéger les éléments qui pourraient compromettre votre sécurité si jamais ils étaient mouillés. Pensez aussi un peu à votre confort. Rester en vie c’est bien, mais rester en vie et apprécier sa randonnée, c’est mieux ! 😉

Bien évidemment, vous n’opterez pas pour la même chose si vous faites une randonnée à la journée en France en plaine en saison estivale, une randonnée d’une semaine en montagne en saison estivale ou une randonnée de quelques jours dans les « fjords » de Nouvelle-Zélande (jusqu’à 12 mètres de pluie par an à certains endroits).

Si vous faites des randonnées de plusieurs jours, pensez aussi que vous ne pourrez pas forcément faire sécher vos affaires d’un jour à l’autre – votre système doit donc être bien au point. 😉

Voilà, j’espère que cet article vous a aidé pour bien protéger le contenu de votre sac des intempéries. Quelle approche utilisez-vous actuellement ? Allez-vous en changer ?

Note : tous les liens de cet article pointant vers Amazon sont des liens affiliés. Si vous achetez un produit chez eux en suivant un de ces liens, je toucherai une petite commission sans que cela n’augmente le prix que vous payez. Merci si vous utilisez ces liens, je m’offrirai un café.  clip_image001

  64 commentaires à “Comment protéger le contenu de votre sac à dos de la pluie”

Commentaires (60) Pingbacks (4)
  1. […] Il y a de grandes chances qu’un jour ou l’autre vous ayez à randonner sous la pluie. Cela vous est d’ailleurs sûrement déjà arrivé.Alors voici quelques conseils pour protéger votre sac à dois et son contenu de la pluie.  […]

  2. […] Les affaires présentes dans son sac à dos. Pour cela je vous conseille la lecture de cet article. […]

  3. […] éviter de trop transpirer et protégez-vous et vos affaires des intempéries (voir l’article « Comment protéger le contenu de votre sac à dos de la pluie […]

  4. […] vous avez encore un peu de temps pour lire un autre article, je vous invite à lire celui-ci pour protéger le contenu de votre sac à dos de la pluie. Il serait dommage que vos chaussettes de […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)

140 Partages
Partagez134
Tweetez6
Email