Nov 022019
 
On voit que c’est mon métier de poser pour des photos 😂

Je ne publie pas beaucoup de comptes rendus de mes randonnées (j’explique pourquoi juste après*), mais au retour de ces 3 jours de rando et en publiant des photos sur la page Facebook de Randonner Malin j’ai fait l’erreur de demander 😄 demandé si des personnes étaient intéressées par un compte rendu.

On m’a dit : « oui ».
On m’a redit : « oui ».
On m’a re-redit : « oui ».

Au fond de moi, j’avais sûrement envie de l’écrire, je n’avais juste pas vraiment le temps. Et avec ces réponses enthousiastes, je n’avais plus qu’à trouver le temps ! 😆

*Si je ne publie pas beaucoup de comptes rendus de mes randonnées, c’est que j’essaie de séparer ma vie personnelle et ma vie professionnelle – ce qui n’est pas toujours très facile quand on aime son travail et que l’on travaille dans un domaine qui nous passionne.

En effet, si je prévois avant de partir randonner que je vais écrire un compte rendu, je ne vais pas du tout vivre ma randonnée de la même manière. Je vais réfléchir à prendre telle ou telle photo, à noter telle ou telle information et je vais déjà penser au compte rendu pendant la randonnée.

Et du coup, je n’en profite pas de la même manière. Et c’est pour cette raison que quand je veux vraiment randonner pour moi, je ne prévois pas d’écrire de compte rendu et n’en écris pas à mon retour.

Cela faisait un moment que j’avais envie de randonner dans le massif de la Chartreuse où je n’avais jamais mis les pieds. L’idée d’effectuer une traversée est venue assez rapidement étant donné la morphologie du massif et car j’aime les itinéraires qui ont une certaine logique – d’autant plus que cela permettait éventuellement de relier 2 villes, Grenoble et Chambéry.

Ma compagne et moi avions 3 jours de libres fin août, la traversée avait l’air jouable « à vue de nez » en 3 jours et la météo avait l’air clémente, j’ai donc creusé l’idée. 😉

Lire la suite »
Juil 182019
 
« La montagne dans la mer » – De Serriera vers Bocca San Petru – Y. GUYOT

Cet article est le second article invité rédigé par Yann, un lecteur du blog – le premier étant sur le GR738. J’ai accepté avec grand plaisir sa proposition d’article car bien qu’ayant pas mal randonné en Corse, je n’ai jamais randonné sur le Mare e Monti Nord et ne peux donc pas partager ma propre expérience sur ce sentier. En plus des informations pratiques et du compte-rendu qui fait rêver, l’aspect « découverte du trek » est intéressant. Place à Yann…

Au préalable, mes remerciements les plus chaleureux à François pour avoir accepté de publier ce nouvel article sur son blog ainsi que pour son aide précieuse sur la partie cartographie.

Ce compte rendu est structuré en deux parties : préparation et bilan, dont voici un sommaire.

1ère PARTIE : PRÉPARATION
Pourquoi le Mare e Monti Nord ?
Quelle préparation de l’itinéraire et quelles étapes ?
Quelle logistique en Corse ?
Quel équipement ?

2ème PARTIE : BILAN
Bilan par rapport à la préparation
Le Mare e Monti au jour le jour

Si la Corse évoque invariablement le GR20 et son univers plutôt sportif, le Mare e Monti (Nord) permet une initiation plus en douceur au trek dans un cadre tout aussi somptueux.

Ainsi, après un premier article sur le GR738 (un jumeau continental du GR20), place à un retour d’expérience sur le Mare e Monti (Nord) qui j’espère vous donnera envie d’arpenter ce chemin.

Au-delà d’un simple compte rendu, que j’ai à nouveau structuré en deux parties (préparation et bilan), je souhaite partager quelques réflexions que j’ai pu mûrir à l’occasion de cette itinérance et que vous trouverez tout au long de cet article.

Lire la suite »
Sep 192018
 

Col de la Vache avec vue sur le lac du Cos
Au col de la vache avec vue sur le lac du Cos – Y. GUYOT

Cet article est un article invité rédigé par un lecteur du blog, Yann. J’ai accepté avec grand plaisir sa proposition d’article car je n’ai jamais randonné sur le GR 738 et ne peux donc pas partager ma propre expérience. De plus, il est toujours intéressant « d’entendre une autre voix ». Place à Yann…

Au préalable, mes remerciements les plus chaleureux à François pour avoir accepté de publier mon article sur son blog.

Ce compte rendu sur le GR 738 est structuré en deux parties : préparation et bilan, dont voici un sommaire.

Lire la suite »

Déc 282017
 

Tour d'Europe à pied

Cet article est un article invité rédigé par un lecteur du blog : Jérôme. C’est donc lui qui s’exprime à travers les « je ». J’ai accueilli avec plaisir sa proposition d’écriture de cet article, car son long voyage à pied est très intéressant à pleins de niveaux. Place à Jérôme…

Les façons de voyager sont nombreuses de nos jours. On glisse sur des rails, on plane dans les airs, on flotte au milieu des océans, on rame dans les rivières, on roule dans des boîtes de métal, on lève le pouce en souriant, on avale le dur sur deux roues de caoutchouc. Et on oublie parfois que plus les moyens sont humbles et simples, plus belles et puissantes seront les découvertes et aventures.

Un jour de novembre 2012, le dix-sept pour les exigeants, je partais de mon village lyonnais en prenant à gauche à l’intersection de la rue, accompagné d’un ami, d’un bâton de bois, d’un chapeau de cuir et d’un gros sac à dos. Mon « objectif » ? Faire le tour de l’Europe à pied durant les trois ou quatre ans de marche nécessaires à cette boucle d’environ dix-sept mille kilomètres.

Les rêves sont ma spécialité depuis longtemps. Ce que je connais d’eux après en avoir côtoyés assez pour comprendre leurs alchimies ? Que s’ils vous semblent trop effrayants, impossibles et que 80% de vos proches vous le confirment, c’est qu’il ne peut être que bénéfique de les réaliser.

Essayons donc de résumer ces dernières années, sans les bâcler en un trop court texte, mais sans vous ennuyer par un trop long.

Lire la suite »

Oct 052017
 

GR10, au départ des Cortalets
Le matin, au départ des Cortalets – S. Broqua

Cet article est un article invité rédigé par deux fidèles lecteurs du blog (c’est comme cela qu’ils se décrivent) : Marie, une amie, et son compagnon Sylvain. C’est donc Marie qui s’exprime à travers les « je ».

Après une année de préparation (voir les 4 articles précédemment publiés : le premier, le deuxième, le troisième et le quatrième), nous sommes partis pendant un peu plus de 3 semaines sur le GR10. Ecrire un article de bilan est difficile : comment résumer notre périple en quelques pages, qu’en retenir ?

Avant tout, quelques chiffres : 2 parties du GR10 arpentées (Lourdes->Loudanvielle, dans les Pyrénées Centrales, et Mérens-les-Vals->Banyuls, dans les Pyrénées Orientales) ; 18 jours de marche, 2 jours de transit et 1 jour de vrai repos ; environ 320 km parcourus, 14 000 m de dénivelé positif et un peu plus de dénivelé négatif ; quelques kilos de flocons d’avoine avalés…

Lire la suite »

Juil 282017
 

Cet article est un article invité rédigé par un lecteur du blog : Alex. C’est donc lui qui s’exprime à travers les « je ». J’ai accueilli avec plaisir sa proposition d’écriture de cet article, car il avait trouvé peu d’informations sur ce chemin en français et que son aventure est très intéressante. Et… un peu par nostalgie aussi (je l’avoue), ayant parcouru certaines portions de celui-ci quand j’habitais dans cette région du monde.

Même si ce n’est pas un projet que vous envisagez, la lecture est très agréable et enrichissante. Clignement d'œil

1 – A la poursuite du serpent arc-en-ciel !

Au vu de la ligne éditorial de Randonner Malin j’ai préféré faire dans un premier temps une présentation très succincte de mon aventure, puis me consacrer à décrire tous les aspects techniques, et donner des informations pratiques et conseils autours du Bibbulmun Track en général.

Il y a deux ans, en lisant un récit d’aventures écrit par Sarah Marquis, j’ai eu connaissance d’une piste balisée qui s’étire sur 1000 kilomètres entre les villes de Perth et Albany en plein cœur de l’Australie Occidentale. Le Bibbulmun track, m’a tout de suite fait rêver et, en 2016, j’ai décidé de me lancer…

Le problème, c’est que je n’y connaissais pas grand-chose. J’avais bien eu l’occasion une fois ou deux de me balader à la journée en montagne, mais là, il s’agissait d’autre chose. La première section de la piste donne le ton, 142 kilomètres en autonomie, il fallait tout apprendre. À la sortie de l’hiver le matériel est prêt, dans les grandes lignes… L’idée est de profiter du printemps et de l’été pour gagner en expérience pratique, c’est bien beau la théorie dans son canapé, devant son ordinateur, mais rien ne vaut le terrain.

Lire la suite »

Mai 262017
 

Marion et Oscar

Cet article est un article invité rédigé par une lectrice du blog, Marion. J’ai accepté avec grand plaisir sa proposition d’article car je n’ai jamais randonné sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle et ne peux donc pas partager ma propre expérience. En plus, l’expérience de Marion est un peu insolite car elle est partie seule avec son chien, en hiver et avec peu d’expérience. Place à Marion…

Lire la suite »

Déc 272016
 

Traversée des Hauts-Plateaux du Vercors compte rendu

Ce petit compte rendu n’a pas vocation à vous expliquer comment j’ai bien mis un pied devant l’autre, mais plutôt à compléter mon article « Exemple de préparation d’une randonnée de plusieurs jours – Traversée des Hauts-Plateaux du Vercors » où j’ai détaillé toute la préparation de cette randonnée. Je vous conseille d’ailleurs de commencer par cet article pour rester dans l’ordre chronologique.

L’intérêt de l’article que vous avez sous les yeux est double :

  • Comparer le déroulement de la randonnée à la préparation.
  • Vous faire découvrir cette région et cette randonnée et compléter l’article sur la préparation.

Une randonnée peut se préparer avec plus ou moins de détails. Cela dépend de :

  • Chaque personne. La notion de risque et le goût pour l’imprévu et l’aventure sont vraiment personnels.
  • L’expérience. Plus on a d’expérience et plus on se connaît, plus on est capable de laisser de libertés. On peut se concentrer uniquement sur les points vitaux. C’est exactement la même chose que quand on charge son sac : quand on est novice, on a tendance à prendre trop, plus on se connaît et plus on a d’expérience, plus on s’approche du strict nécessaire.
  • La randonnée elle-même. Il est plus facile de ne pas trop préparer une randonnée par conditions clémentes et avec des ravitaillements en nourriture et eau faciles, qu’une randonnée seul dans un désert saharien ou polaire.

Pour cette traversée des Hauts-Plateaux du Vercors, je trouve que j’avais préparé la randonnée avec pas mal de détails – notamment car nous étions limités en temps et que l’eau est assez rare à cette époque sur les Plateaux. De plus, je savais que je voulais écrire un article sur le sujet, ce qui m’a poussé à bien tout détailler.

Au final, nous sommes partis le week-end du 15 août (13, 14 et 15), pas le mieux par rapport à notre choix d’éviter trop d’affluence mais ça collait bien par rapport à nos emplois du temps et la météo.

La météo annoncée était plus que clémente : quasiment aucune chance de pluie, grand beau, pas de vent et assez chaud par contre. Et c’est exactement ce que nous avons eu. 😉

Lire la suite »

Nov 252015
 

Camino-frances-uterga-ble

Cet article est un article invité rédigé par Adrien, c’est donc lui qui s’exprime à travers les « je ». J’ai accueilli avec plaisir sa proposition d’écriture d’un article sur les chemins de Compostelle, car c’est un sujet qui intéresse beaucoup de monde et que je ne peux pas partager mon expérience sur ces chemins n’ayant pas (encore ?) parcouru ceux-ci. J’ai uniquement participé à la relecture, la mise en page, le choix des photos (Adrien ayant malheureusement perdu les siennes) et ajouté quelques notes.

Note : cet article est le troisième d’une série de 3.

Bienvenue dans la troisième et dernière partie de cet article consacré à des conseils pratiques sur le pèlerinage vers Saint Jacques de Compostelle. Cette partie fait suite à celles intitulées « L’avant pèlerinage » et « Le pendant pèlerinage », que vous pouvez retrouver ici et ici.

Ca y est ! Nous pouvons bomber le torse et sourire : nous venons de réaliser le pèlerinage vers Compostelle, et cette expérience restera gravée en nous à jamais tellement elle fut riche et instructive. Nous sommes rentrés chez nous, en train, en avion, en covoiturage peu importe. Cette partie de l’article commence à partir du moment où vous franchissez le seuil de votre porte.

Lire la suite »

Nov 122015
 

Conseils pratiques pour le pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle – partie 2Cet article est un article invité rédigé par Adrien, c’est donc lui qui s’exprime à travers les « je ». J’ai accueilli avec plaisir sa proposition d’écriture d’un article sur les chemins de Compostelle, car c’est un sujet qui intéresse beaucoup de monde et que je ne peux pas partager mon expérience sur ces chemins n’ayant pas (encore ?) parcouru ceux-ci. J’ai uniquement participé à la relecture, la mise en page, le choix des photos (Adrien ayant malheureusement perdu les siennes) et ajouté quelques notes.

Note : cet article est le second d’une série de 3.

Bienvenue dans la deuxième partie de cet article consacré à des conseils pratiques sur le pèlerinage vers Saint Jacques de Compostelle. Cette partie fait suite à celle intitulée « L’avant pèlerinage », que vous pouvez retrouver ici.

Nous avons vu ensemble quel matériel emporter, nous connaissons l’itinéraire que nous allons emprunter, nous savons à peu près vers quelle date nous devrions arriver à Compostelle et nous nous sommes préparés, physiquement et psychologiquement, au fait de marcher environ 25km par jour. Que nous reste-t-il à faire ? Eh bien, le pèlerinage, évidemment !

Voyons donc ensemble, dans cette deuxième partie, le « Pendant pèlerinage« , que j’aurais pu appeler tout simplement « Le Pèlerinage ». Comme d’habitude, un sommaire pour commencer, répertoriant tous les questionnements auxquels je tâcherai de répondre dans l’article. Et pour chaque questionnement, un lien vers la partie correspondante. Je n’ai pas pris la peine de les classer selon un quelconque critère, tous ces points (ou presque !) étant valables pour la durée entière du pèlerinage.

Lire la suite »