Oct 022013
 

Lampe-frontale-randonnéeJe me suis souvenu d’écrire cet article après être rentré de nuit une fois à 1h30 (du matin) et l’autre à 23h00. C’était il y a quelques semaines, pendant les marches de retour après des grandes voies d’escalade sur le rocher de Gozzi près d’Ajaccio et dans le massif de Bavella.

Maintenant, je ne me fais plus avoir ! Je sais qu’il est très facile de finir de nuit. Même quand j’ai prévu de rentrer avant la nuit, j’emporte une lampe frontale. Je le fais pour la plupart des activités de plein air, et bien sûr en randonnée.

Pour les randonnées de plusieurs jours, j’imagine que je n’ai pas vraiment besoin de vous convaincre de leur utilité. Rien que pour monter une tente de nuit, préparer le repas, aller chercher de l’eau, ou autre, c’est beaucoup plus pratique avec une lampe.

Donc, je vais surtout vous donner les raisons d’emporter une lampe frontale pour vos randonnées à la journée, car ça ne paraît pas forcément très intuitif au premier abord. Mais, je vous assure que ça peut vous éviter bien des « galères ». 😉

Vous avez le droit de ne pas me croire sur parole et attendre qu’une « galère » vous arrive. Vous verrez, vous serez vite convaincu (comme je le suis) et vous n’oublierez plus jamais votre lampe frontale. 😉

Des anecdotes, j’en ai…

Des histoires de « ratés » qui finissent dans la nuit, j’en ai ! Pas seulement des anecdotes personnelles, beaucoup d’autres que l’on m’a racontées également.

J’aime tout particulièrement celle d’un couple d’amis qui marchaient dans la forêt de nuit, après avoir épuisé la batterie de leur appareil photo et le gaz de leur briquet pour s’éclairer.

Il ne leur restait que les étincelles de la pierre de leur briquet pour trouver leur chemin. Régulièrement, ils appuyaient désespérément sur la clé pour l’ouverture automatique des portes de leur fourgon, en attendant qu’il leur fasse un signe. Heureusement pour eux, il a une bonne portée et ils ont fini par le trouver de cette manière.

Ouvert.
Fermé.
Ouvert.
Fermé.

En marchant vers les clignotants qui clignotent…

C’est sûr qu’ils auraient eu moins d’adrénaline avec une lampe frontale, et l’anecdote aurait été moins drôle, mais ça aurait été un peu plus prudent. Ne vous inquiétez pas Greg et Laeti, je ne dirai pas que c’est vous ! 😉

Selon moi, la lampe frontale est un élément de sécurité, au même titre que la couverture de survie ou le sifflet.

Lampe frontale ou autre ?

Je ne vais pas développer ici les avantages assez évidents d’une lampe frontale par rapport à une lampe de poche ou une lampe torche. Il suffit de mettre une lampe frontale sur sa tête une seule fois pour se demander comment on a pu s’en passer.

C’est tellement pratique  car permet d’avoir les mains libres. En plus, c’est léger, peu encombrant, a une bonne autonomie et est généralement durable.

Je parle dans cet article de lampe frontale, mais une lampe de poche ou une lampe torche ferait très bien l’affaire – même si une frontale est selon moi plus pratique.

Vous me direz : « encore du matériel à acheter ! ». Avec la démocratisation des lampes frontales, on trouve des modèles de bonne qualité à petit prix, comme par exemple la Tikkina2 de Petzl (test de lampes frontales Petzl ici).

En plus, vous pouvez vous en servir chez vous pour bricoler, pour sortir le chien, pour faire le barbecue, etc. ou pour d’autres activités de plein air.

Si par la suite je vous donne des raisons d’emporter une lampe frontale, ce n’est pas pour visiter une grotte au cours de votre randonnée, c’est surtout au cas où vous vous faites surprendre par la nuit. Et si vous randonnez régulièrement, il y a de grandes chances que ça vous arrive un jour !

Pourquoi vous feriez-vous surprendre par la nuit ?

  • La randonnée est plus difficile que prévu.
  • Vous vous êtes perdu.
  • Quelqu’un est plus lent que prévu (ça pourrait être vous).
  • Quelqu’un se blesse.
  • Vous avez mal estimé les temps de marche (lisez l’article sur les vitesses de marche).
  • Vous avez du vous mettre à l’abri le temps qu’un orage passe.
  • Vous êtes parti trop tard.
  • Etc.

Des raisons, il y en a énormément, j’en ai simplement listé quelques-unes assez fréquentes. Même si partir tôt est toujours une bonne idée pour éviter la nuit, une lampe frontale au fond du sac est vraiment un gros plus au niveau sécurité.

6 raisons d’emporter une lampe frontale en randonnée

1 – Pour voir où vous mettez les pieds si vous devez randonner de nuit. Cela vous évitera de trébucher sur tous les cailloux, racines et tout ce qui « dépasse » sur les sentiers. Déjà que de jour ce n’est pas toujours facile, de nuit, sans lumière, je vous laisse imaginer… En plus, cela vous évitera de vous approcher de zones dangereuses, comme de fortes pentes, des falaises, des ravins, ou autres.

Et même avec une lampe frontale, faites attention, car on ne voit pas aussi bien qu’en plein jour. Il m’est déjà arrivé de m’arrêter en me disant : « c’est bien noir devant moi !». Et en regardant mieux, j’étais à quelques mètres du bord d’une falaise.

2 – Pour avoir moins de chances de vous perdre. Avec une lampe, vous pouvez non seulement éclairer votre carte et votre boussole (ou votre écran de GPS si vous voulez économiser son énergie), mais vous pouvez aussi éclairer autour de vous, et repérer des indices nécessaires à votre orientation (intersections de chemins, topographie, balisage, etc.).

3 – Pour être vu. Si jamais vous êtes dans une situation critique et que vous avez besoin d’aide ou de secours et qu’il fait nuit, vous serez plus facilement retrouvé avec une lampe frontale. C’est donc très important, car dans certaines situations d’urgence, le temps est précieux.

4 – Parce que c’est léger et peu encombrant. Une lampe frontale pèse en général moins de 100 grammes avec les piles et tient dans une main. C’est très peu par rapport à la sécurité supplémentaire que ça apporte. Certains modèles comme la E+Lite de Petzl, pèsent même moins de 30 grammes.

5 – Pour être plus détendu et moins stressé. Quand vous savez que vous avez une lampe frontale dans votre sac à dos, vous êtes un peu moins pressé par le temps et s’il y a un imprévu, vous serez plus relâché et moins stressé.

Par contre, cela peut avoir l’effet inverse. C’est-à-dire que vous risquez d’être trop relâché et finir dans la nuit à cause de cela.

Sachez quand même que randonner de nuit demande un peu d’habitude et que c’est un peu plus « risqué » que de jour. On voit moins bien où on met ses pieds et il est plus difficile de s’orienter. En plus, il fait souvent plus froid et l’humidité peut « tomber ».

6 – Pour vous rassurer – comme une veilleuse pour les enfants. Imaginez-vous dans une nuit noire sans moyen de vous éclairer, perdu et en train de vous dire que vous allez devoir passer la nuit où vous êtes.

Je vous assure que vous seriez très content d’avoir une source lumineuse pour vous éclairer ! Même la lumière d’un briquet, d’un portable ou d’un appareil photo suffirait à vous rassurer un peu.

Mais, une lampe frontale vous permettrait même d’éclairer autour de vous pour voir quel est ce petit bruit qui vous a fait sursauter. Et ça vous permettrait de faire un bivouac improvisé si nécessaire, en fabriquant un abri de fortune, allant chercher de l’eau, faisant un feu, etc. C’est encore une question de sécurité !

Dans quels cas en emporter une ?

  • Randonnées de plusieurs jours : tout le temps, je ne vois pas vraiment d’exceptions.
  • Randonnées à la journée : j’aurais tendance à dire tout le temps, mais c’est peut-être un peu trop. Par exemple, pour une balade de 2h en partant le matin, dans un endroit fréquenté et civilisé, ce n’est pas forcément nécessaire.

Mais pourquoi pas le faire systématiquement ? Ça peut être une bonne habitude à prendre. Parce qu’au moins, le jour où vous en aurez besoin, elle sera dans votre sac. Vous pouvez même en glisser une dans votre trousse de secours et la laisser dedans. Petzl a développé un modèle léger dans ce but (que je n’ai pas testé) : la E+Lite (si vous voulez la commander sur Amazon, cliquez ici).

Conclusion

Vous l’avez compris, ne misez pas sur la lune ou les étoiles pour vous éclairer la nuit (un nuage est si vite arrivé) et emportez une lampe frontale !

N’oubliez pas qu’une bonne préparation vous évitera de finir dans la nuit dans la plupart des cas. Et n’oubliez pas non plus de prévenir quelqu’un de votre sortie au cas où il y ait un problème.

Et vous, avez-vous déjà fini une randonnée dans la nuit ? Pourquoi ? Est-ce que vous emportez systématiquement une lampe frontale pour vos randonnées ? Dites-moi tout cela dans les commentaires.

Note : tous les liens de cet article pointant vers Amazon sont des liens affiliés. Si vous achetez un produit chez eux en suivant un de ces liens, je toucherai une petite commission sans que cela n’augmente le prix que vous payez. Merci si vous utilisez ces liens, je pourrai m’offrir un café.  😉

  64 commentaires à “6 raisons d’emporter une lampe frontale en randonnée”

Commentaires (61) Pingbacks (3)
  1. […] du feu de camp, la plus part des campeurs ont recours à leurs lampes manuelles, lampes torches, lampes torches frontales et même à des bougies pour avoir plus de […]

  2. […] Encore une bonne raison de ne pas oublier sa lampe frontale. […]

  3. […] Je ne vais pas détailler ici les raisons d’en emporter une car je l’ai déjà fait dans cet article – que ce soit pour les randonnées de plusieurs jours ou les randonnées à la […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)

288 Partages
Partagez282
Tweetez6
Email