Jan 162015
 

Randonner en hiver 12 conseils pour votre sécurité et votre plaisirL’hiver n’est pas toujours la meilleure période pour randonner – car dans certaines régions, la météo n’est pas forcément très conciliante avec des sorties en plein air.

Pour certaines personnes, hiver ou pas hiver, cela ne change pas grand-chose. Pour d’autres, l’hiver annonce la fin de la saison et une pause de plusieurs mois. Pour d’autres encore, l’hiver est l’occasion de profiter de la neige (quand il y en a) et faire de belles randonnées en raquettes.

Peu importe à quelle catégorie vous appartenez, vous vous doutez sûrement que randonner l’hiver est un peu plus dangereux qu’en période estivale.

Bien évidemment, randonner en hiver ne va pas impliquer les mêmes choses selon les régions, les pays et les terrains. Dans certains endroits, les conditions sont par exemple bien plus hivernales en été que dans d’autres endroits en hiver. En montagne, certains itinéraires de randonnée d’été sont impraticables l’hiver à cause de la neige – ou sont pratiqués sous forme de courses d’alpinisme.

Cependant, avec une bonne préparation et en respectant quelques règles de sécurité, il est tout à fait possible de randonner l’hiver en sécurité et avec plaisir. 😉 En plus, ça permet de profiter de la nature d’une manière différente, avec des paysages et couleurs propres à cette saison et avec moins de monde sur les sentiers.

L’objectif de cet article n’est pas de faire de vous un alpiniste ou un aventurier polaire, mais plutôt de vous donner quelques conseils pour randonner l’hiver.

Conseil n°1 : Attention, en hiver les jours sont plus courts

C’est quelque chose auquel il faut faire attention quand on planifie ses randonnées. On a moins de temps dans une journée, donc pensez-y, à moins que vous n’aimiez finir dans la nuit.

En été, il est facile de prévoir une bonne marge avant la nuit. Par exemple : pour une fin prévue à 16h, ça laisse 5-6h de marge. En hiver, avec une fin prévue à 16h, ça peut laisser seulement 1h de marge.

Encore une bonne raison de ne pas oublier sa lampe frontale.

Conseil n°2 : Gérez bien votre habillement

Ce n’est pas un scoop, les températures sont plus froides en hiver. De plus, le soleil n’est pas si intense qu’en été, il n’est pas aussi haut dans le ciel et les températures peuvent chuter rapidement avec la tombée de la nuit.

Pensez donc à bien vous couvrir et à emporter suffisamment de vêtements avec vous – surtout si vous n’avez pas l’expérience de randonner dans le froid. Pensez toujours à prévoir une marge de sécurité.

En général, tant que vous marchez, vous aurez chaud, mais il faut aussi que vous puissiez rester au chaud si jamais vous êtes immobilisé – si vous vous blessez par exemple. N’oubliez d’ailleurs pas l’utilité de la couverture de survie dans ce cas.

Il y a déjà pas mal de ressources sur le blog au sujet de l’habillement :

N’oubliez pas que le système des 3 couches peut s’adapter ailleurs que sur le haut du corps. Pour le bas, ça peut par exemple être : collants en synthétique, pantalon polaire et pantalon imperméable et respirant. Par grand froid, il est d’ailleurs possible de multiplier les secondes couches, mais attention à ne pas être trop compressé dans vos vêtements, auquel cas vous risqueriez d’avoir froid.

Pensez aussi à bien couvrir vos extrémités.  Des chaussures imperméables et respirantes et des chaussettes chaudes sont recommandées ainsi que des gants, un bonnet (très important) et éventuellement une écharpe, un buff ou un cache col.

Conseil n°3 : Restez au sec

C’est un conseil que je donne même pendant les autres saisons, mais quand il fait froid c’est encore plus important si l’on ne veut pas « attraper » froid ou risquer l’hypothermie (quand le corps est à température trop basse pour fonctionner correctement). Il y a 2 principales sources d’humidité dont il faut se protéger (si on met de côté les chutes dans les cours d’eau) :

  • Sa transpiration.
  • Les intempéries (pluie, neige, etc.).

Se protéger de sa transpiration

Pour cela, le mieux est d’utiliser les bons vêtements et dans le bon ordre (voir les ressources du conseil n°2). Il est tout aussi important de bien réguler sa température corporelle et de faire attention à ne pas trop transpirer – en adaptant ses couches de vêtements et en utilisant les aérations de ses vêtements.

Le but est d’avoir des vêtements secs à même la peau pour éviter la sensation de froid. Ça peut valoir le coup d’avoir une première couche de rechange (même pour les randonnées à la journée) et d’avoir une petite serviette en microfibre pour sécher votre transpiration si jamais vous transpirez beaucoup.

Se protéger des intempéries

Il faut penser à protéger :

  • Ses vêtements et soi-même quand on randonne. Il faut donc toujours emporter une troisième couche (veste de pluie, poncho, éventuellement un pantalon de pluie, etc.). Prendre l’eau en été quand il fait chaud ou en hiver quand il fait froid n’est pas du tout la même chose. Plus il fait froid, plus il est indispensable de rester au sec.
  • Les affaires présentes dans son sac à dos. Pour cela je vous conseille la lecture de cet article.
  • Ses affaires lors du bivouac (pour les randonnées de plusieurs jours). Il faut pour cela avoir un abri bien imperméable, bien choisir son emplacement de bivouac et bien protéger ses affaires.

Conseil n°4 : Protégez-vous du vent

Tongariro Alpine CrossingPlus les températures sont basses, plus le vent a un impact important sur la température ressentie (voici un article sur le facteur vent si vous souhaitez en savoir plus).

C’est pourquoi, il est encore plus important de se protéger du vent en hiver. Pensez donc à avoir des vêtements vous coupant au maximum du vent (une capuche coupe-vent est très importante) et évitez les courants d’air en fermant bien vos vêtements et en utilisant les cordons de serrage.

Pensez aussi à vous abriter du vent pendant les pauses ou aux emplacements de bivouac si vous randonnez plusieurs jours.

Un petit exemple (photo ci-dessus) de mon visage bouffi par le blizzard, le froid et la neige/grêle. Au passage, notez l’excellente visibilité. Clignement d'œil  C’était sur le Tongariro Alpine Crossing en Nouvelle Zélande.

Conseil n°5 : Soyez vigilant pour vous orienter

Mais qu’est-ce que ça change en hiver ? Quand il n’y a pas de neige, pas grand-chose, mais quand il y en a, il faut être particulièrement vigilant !

En effet, les cartes topographiques sont des représentations estivales du terrain – c’est-à-dire de ce que l’on peut voir à la surface pendant la période estivale.

Quand de la neige est présente, elle cache une partie du terrain, peut atténuer certains reliefs (cuvettes, petits vallons, etc.) et en créer d’autres (corniches par exemple).

Pour s’orienter, naviguer et préparer ses itinéraires, il faut donc prendre en compte que certains indices sont cachés et se méfier des petits reliefs. Dans ces conditions, l’utilisation de la boussole est généralement un peu plus fréquente qu’en période estivale. Avoir un GPS et savoir bien s’en servir peut également être un plus – surtout en montagne.

Faites attention, même sur des itinéraires que vous connaissez déjà, le paysage est très différent et peut être méconnaissable avec de la neige.

Conseil n°6 : Apprenez à connaître la neige et la glace

Ça ne concerne bien évidemment que ceux qui risquent de rencontrer de la neige ou de la glace lors de leurs sorties. Cela n’est pas réservé à l’hiver, la neige et les névés sont courants en montagne au printemps et à l’automne.

Certaines sections praticables en été peuvent être dangereuses avec de la neige ou de la glace si on n’a pas le matériel, les connaissances et l’expérience nécessaires. Il ne suffit pas de grand-chose pour rendre un passage dangereux.

On pense naturellement aux avalanches, mais il existe beaucoup de pièges, comme les cours d’eau ou trous recouverts de neige, les corniches, etc. La neige et la glace sont des domaines complexes et difficiles à décrypter, donc méfiez-vous.

Voici par exemple une corniche dans les Vosges (photo de gauche) et un lac gelé en partie recouvert de neige en Nouvelle Zélande (photo de droite).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA    Lac gelé recouvert de neige - Nouvelle-Zélande

Que vous soyez à pied ou en raquettes, préparez vos itinéraires en connaissance de cause, formez-vous et n’hésitez pas à faire demi-tour.

J’en profite pour rappeler que le matériel ne fait pas tout. La randonnée dans la neige nécessite dans beaucoup de cas un équipement de sécurité (DVA, pelle et sonde), mais il faut apprendre à s’en servir et ce n’est pas parce que vous avez ce matériel que rien ne peut vous arriver. Il existe également des sortes de crampons et semelles antidérapantes adaptables sur des chaussures de randonnée, mais il est important d’apprendre à se déplacer avec, de savoir ce que l’on peut faire avec et de connaître leurs limitations. Entre parenthèses, quand de la neige et de la glace sont présentes, les bâtons peuvent être d’une grande utilité.

Pensez aussi que marcher dans la neige (avec ou sans raquettes) est plus fatigant et plus lent que sur un sentier. Adaptez donc vos estimations de temps de marche.

Mount Feathertop et Razorback

Une randonnée en Australie, vers Mount Feathertop (photo ci-dessus) m’avait par exemple probablement pris environ 25% de temps en plus à cause de la neige.

Conseil n°7 : Pensez à vous hydrater correctement

J’ai déjà écrit un article sur l’hydratation, mais je pense qu’il est important de le repréciser. En effet, la sensation de soif est moins importante quand il fait froid et on peut se déshydrater facilement sans s’en rendre compte. Il faut également savoir que la déshydratation favorise l’hypothermie.

Pensez donc à vous hydrater même si vous n’en avez pas forcément très envie. Si l’eau glacée ne vous tente pas (ce que je comprends), vous pouvez opter pour une boisson chaude dans une bouteille isotherme. Je ne le recommanderais pas forcément pour des randonnées de plusieurs jours à cause du poids de la bouteille isotherme.

Conseil n°8 : Ne sous-estimez pas vos besoins énergétiques

Dans le froid, on dépense plus d’énergie et notre corps a besoin de plus d’apports. C’est quelque chose à prendre en compte surtout pour les randonnées de plusieurs jours. Il faudra prévoir plus de nourriture que pour une randonnée estivale.

Pour une randonnée à la journée, c’est moins important – même s’il ne faut pas oublier de s’alimenter au cours de sa randonnée. Au pire, vous vous rattraperez le soir en rentrant chez vous. 😉

Conseil n°9 : Attention, l’eau ça gèle !

J’ai mentionné l’importance de bien s’hydrater, mais encore faut-il faire attention que son eau ne gèle pas. En été, beaucoup de personnes ont une gourde ou une bouteille d’eau sur le côté de leur sac, ou utilise une poche à eau avec pipette. En faisant cela par températures froides, l’eau risque de geler.

Il vaut donc mieux glisser sa gourde, sa bouteille ou sa poche à eau au milieu de son sac pour l’isoler. Il existe même des protections isothermes pour éviter que l’eau ne gèle dans la pipette. Sinon, il est conseillé de souffler dans la pipette après chaque utilisation pour que l’eau retourne dans la poche et ait moins de chances de geler.

Pour les randonnées de plusieurs jours, faites attention là où vous stockez votre eau, pour éviter de devoir tout refaire fondre le matin (ce qui nécessite aussi plus de combustible).

Je vous laisse le plaisir de découvrir par vous-même les chaussures gelées, les lacets rigides, les vêtements gelés, la nourriture gelée, les boutons de montre gelés et autres… 😉

Conseil n°10 : Un bivouac en hiver ne s’improvise pas !

Un bivouac en hiver ne s’improvise pas ! Bien évidemment, ce que cela implique dépend encore une fois fortement des endroits.

D’ailleurs, je ne vous conseille pas de vous lancer dans un bivouac dans la neige ou dans des conditions froides si vous n’avez jamais fait de bivouac en saison estivale.

Qu’il y ait de la neige ou pas, il vous faudra un sac de couchage plus isolant qu’en période estivale ou vous habiller plus chaudement à l’intérieur. Je vous assure que se réveiller toutes les 15 minutes à cause du froid n’est pas très reposant. 😉

Sachez qu’il existe des doublures qui se glissent dans le sac de couchage pour mieux isoler. Vous pouvez également envisager d’utiliser deux sacs de couchage l’un par-dessus l’autre (ce n’est pas vraiment optimal au niveau poids, mais cela permet de faire des économies).

Il est également très important d’avoir un matelas qui isole bien (« valeur-R » ou « R-value » élevée) pour ne pas sentir le froid du sol ou d’en empiler plusieurs. Le choix de l’emplacement est aussi important et il est possible de l’isoler un peu avec des matériaux naturels : branchages sur la neige par exemple (photo ci-dessous, en Australie).

Isolation bivouac neige   Bivouac dans la neige

Pour les bivouacs dans la neige, renseignez-vous un peu au préalable si vous voulez éviter les mauvaises surprises : comment préparer l’emplacement, comment utiliser des corps morts pour tendre son abri, comment éviter que sa tente ne s’écroule sous le poids de la neige, etc.

Je ne rentre pas trop dans les détails ici, car j’aimerais écrire un article entier sur le sujet. 😉

Bivouac dans la neige, Vosges

Ci dessus, une petite photo de mon premier bivouac dans la neige, dans les Vosges. Pour une première fois, on avait eu trop chaud pendant la nuit, tellement on avait prévu. Clignement d'œil On a aussi découvert le problème de la neige qui fond sous son corps avant de regeler pendant la nuit.

Conseil n°11 : Ne vous attendez pas aux même refuges qu’en été

Si vous avez l’habitude du confort des refuges d’été gardés, ne vous attendez pas à la même chose en hiver ! Encore une fois, ça dépend des endroits et des refuges, mais beaucoup de refuges d’hiver sont sommaires avec un endroit pour manger et un endroit pour dormir (parfois on dort d’ailleurs sur la table ;-)).

Si vous souhaitez passer une nuit en refuges d’hiver (souvent attenants aux refuges d’été fermés), faites comme si vous étiez en bivouac (avec le matelas et l’abri en moins). Il risque d’y faire froid et vous aurez besoin d’un bon sac de couchage.

Voici par exemple un petit refuge de Nouvelle-Zélande (4 lits) que j’ai partagé avec un couple de chasseurs d’opossums. Arrivé de nuit, j’ai été légèrement surpris quand la première chose que j’ai aperçu étaient des opossums dépecés qui étaient accrochés.

Refuge Nouvelle-Zélande Extérieur   Refuge Nouvelle-Zélande Intérieur

Conseil n°12 : Tous les combustibles n’aiment pas le froid

Tout est dans le titre. 😉 Certains combustibles brûlent mal, voire pas par températures froides. C’est notamment le cas du gaz et de l’alcool (c’est encore pire pour l’alcool) pour des températures négatives – même si cela dépend plus ou moins des réchauds.

Il est donc conseillé d’isoler le combustible du froid, une bonne technique consiste à mettre la cartouche ou la bouteille de combustible dans son sac de couchage pour dormir (en étant sûr qu’il n’y ait pas de fuite). Il est d’ailleurs aussi conseillé d’isoler le réchaud à alcool ou la cartouche de gaz du froid du sol pendant l’utilisation.

Pour des températures très froides ou plus de confort, il est sinon possible d’utiliser des réchauds à essence ou des réchauds multi-combustibles qui fonctionnent très bien par temps froid – même s’ils ont d’autres inconvénients.

Pour finir…

Randonnée raquettes en hiverJ’espère que ces conseils vous seront utiles pour vos randonnées en hiver. Ils ne doivent cependant pas remplacer les règles de sécurité classiques, mais s’ajouter à celles-ci (prévenir un proche et lui donner son itinéraire avant de partir, s’informer des conditions météorologiques, etc.).

Vous avez pu entrevoir quelques anecdotes de mes randonnées en hiver. Rassurez-vous, ça ne ressemble pas toujours à ça ! Beaucoup de randonnées hivernales sont plus « tranquilles » et ressemblent à des randonnées estivales. 😉

En attendant de nouvelles publications, je vous souhaite de belles randonnées hivernales ou une bonne préparation de vos randonnées hivernales.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager avec vos amis ou vos proches – pour leur plaisir et leur sécurité. 😉

Cet article vous a plu ?
Si c'est le cas, rejoignez plus de 80000 personnes qui reçoivent la newsletter et recevez gratuitement le guide "Comment bien choisir ses chaussures de randonnée" et la liste du matériel à emporter en randonnée. Entrez simplement votre prénom et votre adresse email ci-dessous :

  40 commentaires à “Randonner en hiver : 12 conseils pour votre sécurité et votre plaisir”

Commentaires (39) Pingbacks (1)
  1. De très bons conseils.

  2. toujours aussi sympa tes articles
    même si la plus part des conseils je les connais par coeur, j’adore ces piqures de rappel !

    merci encore

  3. Bravo François!
    L’expérience parle!

    anecdote complémentaire:
    Lors d’un bivouac de printemps, dans un trou de neige( igloo sommaire), nous chauffions l’eau du thé sur un rechaud à propane .
    Le propane est un peu moins sensible au froid que le butane.
    La chaleur du réchaud faisait fondre la neige en surplomb , des gouttes d’eau ruisselaient et tombaient à nos pieds sur un duvet.
    Le froid au niveau du sol faisait geler l’eau en pellicule de glace sur le dessus du duvet.
    Mais le thé brulant remonte le moral!

  4. Bonjour François,
    Un vrai professeur et pédagogue en plus! Que ne t’ai-je connu plus tôt ! tes conseils m’auraient certainement mieux servis…Pas de regret, j’espère toujours profiter de tes conseils.
    Encore merci.
    Jacqueline

  5. En effet, il vaut mieux garder ces conseils en tête que de finir tout bleu!!
    En revanche, je trouve que randonner l’hiver décuple la sensation d’immensité, de force de la nature et des éléments, ce à quoi aime souvent se frotter le randonneur, enfin moi j’aime bien en tout cas!!

  6. Un article qui arrive à point nommé… je pars de ce pas dans les alpes pour un week – end randonnée raquettes!

  7. Merci François
    j ai bien aimé , je vais faires qq copies pour mes randonneurs , j aime bien tous tes conseils sachant que l experience des autres et toujours utile ,nous faisons tous les ans 2 we raquettes dans le Mercantour et le Queyras tes articles seront utiles
    a bientôt amicalement ….Loulou

  8. c est toujours avec bonheur que je te lis ce week end raquettes aux saisies genial

  9. Salut,

    Pendant l’effort, il vos mieux retirer des couches vêtements et les mettre après effort, quand c’est possible retirer le linge de corps dans le quel on a transpiré, et tous particulièrement les chaussettes.

  10. Bonjour François,
    ton article est très bien et complet, comme d’habitude. C’est l’expérience qui parle, pas la théorie.
    Tu as bien fait de parler du temps qui se calcule différemment en hiver, tant pour la lumière du jour que pour les distances à parcourir.
    Et si « En montagne, certains itinéraires de randonnée d’été sont impraticables l’hiver », l’inverse est vrai également, certains coins ne se découvrent que l’hiver, parce que coupés par des marais, marécages, pierriers, ruisseaux et il faut en profiter.
    Bonnes sorties à tous!
    Pour Jean-Pierre: creuser une rigole au bas des « murs » de l’igloo empêche le ruissellement sur le matos.

    • Bonjour Teacher,

      Merci pour cette précision. Je ne suis pas tellement habitué à l’inverse mais dans certains coins du monde c’est effectivement le cas. 😉

      A bientôt,
      François

  11. Salut François,
    Très bon article concernant la rando en hiver. Complet et avisé.
    Je suis du QUÉBEC et nous somme présentement dans la neige et le froid depuis 11/2 mois.
    Tout ce que tu as dit est exact. De plus, on fait souvent ici des Quinzees dans la neige pour dormir.
    On n’entend pas les bruits de la forêt et des animaux. C’est un peu plus chaud.

    Je te lis souvent et j’adore. L’été passé, j’étais dans les Alpes et les Hautes Pyrennées pour 38 jours.
    C’est tout un paysage et du nouveau à tous les jours. J’ai reçu de l’aide partout ou j’étais. Beaucoup de monde dans les refuges. J’étais pas habitué à ça, pas plus que les orages à répétitions dans les montagnes. Toute une expérience.

    Au plaisir

    • Bonjour Daniel,

      J’imagine que ça a du te changer du Québec ! L’important est que ça t’ait plu. 😉

      A bientôt,
      François

  12. Merci pour cet article que j’ai lu avec plaisir. L’orientation est effectivement parfois difficile lorsqu’on ne reconnait plus les paysages, que les balisages ont disparu sous la neige…. et savoir lire une carte et utiliser une boussole est alors indispensable ! J’ajouterais que l’hiver peut arriver plus vite que prévu : il m’est arrivée de me réveiller avec 10 cm de neige sur la tente (et dans les chaussures !) alors que je bivouaquais dans les Pyrénées : c’était un 30 aout !

    • Merci Babeth de le rappeler : ce n’est pas parce que ce n’est pas l’hiver que l’on ne va pas rencontrer des conditions hivernales ( surtout en montagne).

      A bientôt,
      François

  13. extra l’article et féliictations

    Alain Metzler
    responsable du groupe « R » randonneurs, retraités, rêveurs …

  14. Super article comme toujours. Avec en plus de belles photos des Vosges, le paradis pour les fans de raquettes.

  15. Salut François,
    je suis tombée complètement par hasard sur ce blog très bien fait a la recherche de conseils pour laver mon duvet… quelle surprise d en découvrir l auteur!
    Bravo pour ton super site en tout cas, j espere que tu vas bien et serai contente d avoir des nouvelles. A bientot peut etre! raphaelle de descartes

  16. Bonjour François,
    Super article, comme tous les autres d’ailleurs ! Même si j’ai un peu d’expérience et déjà quelques notions, cela fait du bien de lire tes fiches si claires, si synthétiques, si complètes et qui me permettent de progresser encore. Vraiment, je suis fan …
    Justement, je pars dans les Vosges début février… en raquettes, si la neige est au RDV.
    Bien cordialement et merci encore de nous faire profiter de tes conseils avisés!
    @nnette
    PS : les articles restent-ils en ligne ? Sinon, y-a-t-il un moyen simple de les télécharger ?

  17. Bonjour,

    Comme d’habitude un article bien didactique. Peut-être pourrait-on ajouter deux petits points.

    Le premier sur le risque d’avalanche. Alors qu’en ski alpinisme on est bien conscient du problème, les randonneurs en raquettes semblent l’ignorer totalement. Certes souvent le randonneur se trouve sur des pentes inférieurs à 30º, mais il traverse régulièrement des couloirs d’avalanches sans le savoir, et souvent bien trop tard dans la journée. Il me parait donc essentiel de sensibiliser les gens à toujours se munir du trio DVA-pelle-sonde (et savoir s’en servir) et prendre connaissance du BRA, soit pour ses propres secours, soit pour pouvoir intervenir s’il est témoin d’un accident. Cette année particulièrement avec les accumulations que nous avons sous régimes venteux.

    Le second point, peut-être un peu plus spécifique, concerne l’état de la neige. Lorsqu’on prévoit un itinéraire pédestre en zone enneigée et pentue, il faut tenir compte de l’orientation des pentes et retenir que si une pente est en plein soleil pendant quelques heures et est parfaitement transformée, elle pourrait très bien être complètement glacées après quelques heures à l’ombre. Ceci est particulièrement vrai ici dans les Alpes du Sud où le soleil est chaud et où chaque année des randonneurs sont bloqués car les pentes E à SE ont tendance à verglacer en fin de journée.

    Merci pour test posts!

    Damien

    • Bonjoru Damien,

      Content de te retrouver ici. 😉 Merci pour tes précisions neige/glace.

      Je suis tout à fait d’accord avec tes 2 points et notamment avec le fait qu’il y a un grand manque de sensibilisation chez les pratiquants de raquettes. C’est comme si les avalanches ne concernaient que les skieurs ! Je devrais d’ailleurs écrire un article sur le sujet.

      A bientôt,
      François

  18. Pas très sympa pour les pratiquants de raquette … Je pense qu’il y a des inconscient partout et même chez les skieurs.

    • Julien,

      Il n’y avait de jugement de valeur (je fais aussi de la raquette), simplement l’envie de faire passer l’idée que ce risque est souvent peu perçu à pieds ou en raquettes alors qu’il existe pour tous, comme l’accident de ce dimanche au col perdu nous l’a encore rappelé tragiquement.

      Cordialement,

      Damien

    • Bonjour Julien,

      Je suis aussi pratiquant de raquettes. Peut-être que mon commentaire était maladroit, il y a beaucoup de skieurs inconscients et il y a des pratiquants de raquettes qui sont vraiment au point sur la sécurité.

      Seulement, dans le milieu de la randonnée, j’ai vraiment l’impression que les gens parlent beaucoup moins de ces risques. Je pense que la raison est que beaucoup de pratiquants viennent de la randonnée estivale et non pas de la montagne.

      A bientôt,
      François

      • Bonjour a vous deux,

        J’aime bien quand vous relativisé… 🙂 En montagne on doit avant tout ce renseigner sur les conditions sur lesquels on va être confronté. Même si on est pas montagnard, on peut toujours appeler un bureau des guides ou demander aux locaux, ça ne coûte rien. Ça relève du bon sens …

  19. Le comité régional de Bourgogne Franche Conté de FFRP organise chaque année début Mars un bivouac dans la neige pour ses licenciés.Cela permet une approche accompagnée pour les novices. Pour ma part,
    j’ai participé à un de ces stages , et par une belle nuit de pleine lune , nous avons eu moins 18°. C’est une belle expérience pour une frileuse! Marie-Claude

  20. Ca donne envie de mettre ses raquettes ! Merci.

  21. Bonjour,

    Merci pour tous ces articles, j’en ai lu au moins une bonne dizaine depuis la semaine dernière 🙂 Très instructifs !

    Je cherche à faire un trek en autonomie mi novembre et aimerait camper dans la neige mais avoir la possibilité de marcher sans raquettes… donc peut-être pas trop en altitude et pas trop de neige ?

    Avez-vous un itinéraire à conseiller ? Je m’intéressais au Vercors…
    http://www.visorando.com/randonnee-traversee-du-plateau-du-vercors/

    Je cherche un paysage montagneux sur 3/4j en totale autonomie, 4/6h de marche par jour…

    Merci 🙂

  22. Très bien, mais vous ne parlez pas du matériel de sécurité complètement obligatoire en raquette à neige en montagne, DVA pelle et sonde qui ne sont pas seulement réservés au ski de randonnée, mais également à la pratique de la raquette en montagne…

  23. Une question aux habités de sorties en hiver.
    Lorsque vous faites des efforts forcément vous respirez fort et beaucoup d’air glacé va rapidement dans vos poumons, comment faites vous pour ne pas vous geler la gorge et avoir mal à force de respirer fort de l’air très froid?

    • Bonne question! Je ne me l’était jamais posée comme ça. En hiver comme toutes les autres sorties, j’inspire avec le nez et expire avec la bouche. Jamais eu de problème, testé et approuvé jusqu’à -27.

      Quand il fait froid le buff couvre cou, bouche et nez. De temps en temps il gèle un peu 🙂

    • Je fais comme Damien, j’inspire par le nez plutôt que par la bouche ça permet de réchauffer un peu l’air avant qu’il n’arrive dans les poumons.

      Cela dit, quand il fait bien froid, respirer à travers un buff ou une écharpe est pas mal – même si ça humidifie le vêtement qui gèle par la suite.

    • Moi je respire par la bouche avec la respiration ventrale et jamais aucun soucis !

  24. Bon article mais je connaissais déjà tout car je pratique la randonnée en hiver !

    Une question : qu’entendez vous par « il est possible de multiplier les secondes couches »?

    Franchement je suis sceptique car j’utilise les trois couches toutes l’année et ça suffit ! Certains qui m’accompagnent parfois avec 4 ou 5 couches ont trop chaud ou trop froid car couches trop larges…

    Enfin, il serait prêt quand votre article sur le bivouac en hiver ?

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)