Mai 072014
 

Où trouver de l’eau potable quand on ne peut pas en acheter - L’astuce d’un marbrierJ’ai pensé à écrire cet article après que Jean-Claude, qui est marbrier, (oui ça a son importance, vous allez voir) m’ait gentiment envoyé un email pour partager avec moi l’astuce que vous allez découvrir dans quelques instants. Même si je connaissais déjà cette astuce, j’ai pensé que je ferais bien de la partager ici, car beaucoup de personnes ne la connaissent pas.

Si vous lisez cet article, il y a des chances que vous ayez accès à l’eau potable facilement tous les jours – ce qui n’est pas le cas de beaucoup de personnes. En randonnée, ça peut se compliquer un petit peu plus, vu que l’on s’éloigne généralement de la « civilisation ».

On peut distinguer deux cas :

  • Le cas où l’on emporte suffisamment d’eau pour toute sa randonnée – et où il n’y a donc pas besoin de se ravitailler. C’est le cas le plus simple et c’est souvent ce que l’on fait pour des randonnées à la journée ou pour des randonnées de plusieurs jours où les ravitaillements sont impossibles ou incertains (vient ensuite le problème du portage).
  • Le cas où on ne prend pas suffisamment d’eau pour toute sa randonnée et où il faut se ravitailler. C’est souvent ce que l’on fait pour des randonnées de plusieurs jours pour limiter le poids à porter.

Note : Prévoyez toujours bien vos ravitaillements en eau. Ce n’est pas au moment où on n’a plus d’eau qu’il faut se demander où on va en trouver. Il faut se poser la question avant, au moment de préparer sa randonnée. Il faut toujours prévoir à quels moments on va pouvoir se ravitailler en eau avec certitude et en emporter suffisamment pour tenir entre deux ravitaillements.

On ne va aborder ici que le cas des ravitaillements (car l’autre est suffisamment évident) et en général, il n’y a pas « 36 solutions » pour trouver de l’eau.

Soit on est dans la nature, loin de la « civilisation »

Dans ce cas, on se ravitaille principalement avec les eaux naturelles (lacs, cours d’eau, sources, etc.). Par contre, faites attention à la qualité de l’eau (je vous conseille d’ailleurs de lire ces deux articles : article sur la qualité de l’eau, article sur les méthodes de purification). Sachez aussi qu’au niveau des refuges, il y a généralement de quoi se ravitailler en eau.

Soit on est proche de la civilisation

Dans ce cas, vous me direz « facile, il suffit d’en acheter ». Le problème est qu’il n’y a pas de commerces dans certains villages. Et quand il y a un commerce, il faut qu’il soit ouvert – ce qui n’est pas forcément le cas – surtout dans les petits villages. En plus, ça ne coïncide pas forcément avec nos horaires d’arrivée (surtout si on a trainé un peu dans la dernière montée ;-)).

Il y a toujours la possibilité d’en demander en frappant chez les gens, mais encore une fois ça dépend de l’heure et on n’a pas forcément envie de déranger.

C’est ici que la profession de Jean-Claude, marbrier dans le funéraire, prend toute son importance. Il existe une petite astuce toute simple pour trouver de l’eau potable dans un village : le cimetière. En effet, il y a de l’eau potable dans la très grande majorité des cimetières en France (la même que celle qui arrive au robinet chez nous). Et si jamais elle n’est pas potable, un panneau devrait l’indiquer.

Il faut par contre savoir que les canalisations sont ouvertes à partir du 15 mars et jusqu’à début novembre à l’exception de bornes classées hors-gel dans certaines communes (une information qui m’a été donnée par Jean-Claude).

J’ai déjà utilisé cette astuce pas mal de fois en France et c’est très pratique. Par contre, je ne sais pas vraiment ce qu’il en est dans d’autres pays. Mais si vous le savez, n’hésitez pas à le partager dans les commentaires.

Comme l’article est court, si vous êtes resté sur votre soif, je vous invite à lire un article en lien direct avec celui-ci : Vous hydratez-vous correctement pendant vos randonnées ?

Connaissiez-vous cette astuce ? Connaissez-vous d’autres astuces pour trouver de l’eau facilement ? N’hésitez pas à le faire savoir dans les commentaires.

Cet article vous a plu ?
Si c'est le cas, rejoignez plus de 80000 personnes qui reçoivent la newsletter et recevez gratuitement le guide "Comment bien choisir ses chaussures de randonnée" et la liste du matériel à emporter en randonnée. Entrez simplement votre prénom et votre adresse email ci-dessous :

  45 commentaires à “Où trouver de l’eau potable quand on ne peut pas en acheter ? L’astuce d’un marbrier”

Commentaires (45)
  1. Le truc des cimetières pour trouver de l’eau potable, je le connaissais. Mais j’ignorais s’il était connu ou pas, ou peu. Et ce truc, je l’ai appris il y a longtemps lorsque j’ai fait mes premiers voyages en France, à vélo, de 3 à 6 mois, alors que je n’avais que 18-19 ans (i.e. il y a plus de 25 ans !). À une copine venu faire un voyage ici, au Québec, dans ces années-là, j’avais du lui expliquer que chez-nous ce truc ne fonctionnait pas. Il n’y a jamais d’eau dans les cimetières au Québec, du moins pas en campagne, peut-être seulement dans les grands cimetières des grandes villes. La raison : à en raison de l’hiver, du froid et du gel sans doute, qui obligerait à enfouir les tuyaux à plus de 1,5 m sous terre (sous la couche de sol touchée par l’onde de gel saisonnier) ou à les «purger» chaque automne pour les remplir d’antigel. Sans quoi, même la robinetterie de surface fendrait ! Bref, de l’eau dans les cimetières… oui en France, oui en Europe sans doute, mais pas au Québec ou dans le nord des É.-U.

    Je découvre graduellement votre site. Bravo ! C’est plein de conseils judicieux, merci. Mes enfants étant bientôt grands, nous songeons ma conjointe et moi à nous remettre aux grands voyages en mère patrie. Mais très probablement pas à vélo comme avant, plutôt des randonnées de quelques semaines à plusieurs mois, dans le réseau des GR.

    À propos de ces projets, nous sommes moins attirés elle et moi par les sentiers «en montagne» ou encore en grande nature, que par les sentiers qui traverses les pays «habités», les zones rurales, la France des campagnes plutôt que la France des «beautés naturelles» quoi ! En fait, les grands espaces sauvages, on n’en manque pas ici, au Québec. Ce qui peut expliquer pourquoi ce n’est pas tellement cela que nous recherchons, mais davantage les vieilles pierres (églises, cathédrales, châteaux, vestiges gallo-romains, etc.). Ça pourrait changer, mais pour le moment c’est comme ça.

    Donc, en parcourant la carte des GR, c’est moins les GR20 ou encore GR10 qui nous intéressent que d’autres comme le GR3 historique (vallée de la Loire) par exemple. Je me demandais si vous aviez des opinions là-dessus, des billets où cette question est abordée ? Si vous aviez quelques GR «ruraux» plus fameux à nous conseiller, quels seraient-ils ?

    Le GR de chemin de Compostelle, du Puy à Saint-Jean-Pied-de-Port par exemple, ce serait un truc qui pourrait nous intéresser, mais on croit comprendre qu’il y a vraiment beaucoup de monde là-dessus. Nous sommes un peu moins grégaires que cela, nous aimerions choisir un GR très dense (en sites historiques fameux) mais pas trop «autoroutier», si vous voyez ce que je veux dire !

    Merci par avance. Et encore bravo pour votre site.

    Stève Dionne et Lucie Rochette
    Saint-Roch-des-Aulnaies, Côte-du-Sud, Québec

    • Bonsoir François, bonsoir à tous,

      Oui je connaissais le truc du cimetière, mais tu as raison François de faire un billet là-dessus car on n’y pense pas toujours.

      Je mets ce com en « réponse » à Stève pour lui suggérer une série de randonnées en Ile de France.
      Contrairement à des idées répandues :
      1° c’est loin d’être plat
      2° c’est magnifique – aussi bien pour l’aspect historique, artistique, architectural que pour l’aspect naturel.
      3° la lumière est très belle – beaucoup de peintres le savaient mais nous n’y pensons plus.
      4° les paysages sont variés et les terrains aussi (grès, sable, calcaire – la fameuse pierre blanche de Paris -, argile) openfield, forêts, vallées, collines, coteaux à vignobles, vergers, étangs… avec villages, églises, lavoirs, châteaux, manoirs, voies romaines, aqueducs, mégalithes, etc, et cela sur de courtes distances.
      5° Il n’est pas rare de voir des animaux sauvages, à plume et à poil.
      6° il y a très peu de monde sur les sentiers, même sur des sites très connus on rencontre peu de randonneurs pour un coin qui compte quand même 12 millions d’habitants : ces derniers ne vont pas sur les sentiers proches (le dimanche ils préfèrent prendre leur voiture parce qu’ils pensent que l’herbe est plus verte ailleurs ou parce qu’ils vont déjeuner chez leur belle-doche qui habite à 100km et plus)… ; les visiteurs venant d’autres régions n’y vont pas davantage car ils pensent qu’en dehors de Paris ça n’a pas d’intérêt.
      7° Les randonneurs peuvent très facilement échapper aux embouteillages : la voiture est totalement superflue, la plupart des sites et sentiers étant accessibles par train ou RER.

      et bien sûr… il y a beaucoup de cimetières (certaines « allées sépulcrales » remontant au néolithique, mais là on ne trouve pas d’eau.. !).

    • Bonjour Stève,

      Merci pour vos informations. Pour ce qui est des différents types de GR, je n’ai pas vraiment abordé ce sujet. Il y a beaucoup de GR (et autres sentiers) qui sont plutôt axés campagne, villages et vielles pierres avec des paysages plus bucoliques qu’impressionnants.

      Catherine vous a déjà suggéré l’Ile de France, et je vous suggèrerais la vallée de la Loire, la Touraine, le Poitou, la Brenne. Il y a beaucoup de châteaux, de petits villages anciens, d’eau et de verdure.

      A bientôt,
      François

    • Bonjour,
      S’agissant de la présence d’un robinet dans les cimetières, ce n’est plus tout à fait la règle en milieu rural car nos campagnes se désertifient de plus en plus, hélas. Par ailleurs, les vieilles gens qui vivent encore dans des villages qui ne comptent plus qu’une douzaine d’habitants , se claquemurent chez elles et ne se risquent pas à ouvrir pour offrir de l’eau: crainte, insécurité.
      Si vous cherchez un itinéraire un peu sauvage pour Saint-Jacques de Compostelle, je vous suggère celui que j’ai emprunté en 2015 : Départ du Puy-en-Velay – voie Regordane, à travers les hauts plateaux du Velay et de la Lozère ( superbes et déserts), pour arriver à Saint-Gilles du Gard – puis Montpellier – Carcassonne ( en matière de vieilles pierres, vous serez comblés) – puis le Chemin du Piémont pyréréen ( superbe, magnifiques villages et petites villes) – passage à Lourdes
      – Bétharram – Arudy et là, vous avez la possibilité de remonter la magnifique vallée d’Ossau qui vous mènera au refuge d’Ayous, à presque 2000 m d’altitude. (seulement du 15 juin au 15 septembre: ouverture du refuge ) puis le GR 10 jusqu’à Hendaye et s’il vous en reste encore sous les semelles : le Camino del Norte vers Santiago. Voilà un programme de 3 mois à 3 mois et demi de marche. Il y a des hébergements partout à des coûts variables, souvent peu coûteux, voire donativo ( mais il convient cependant de laisser une participation correcte). Amicalement.

  2. C’est un très bon renseignement pour les randos en France. Merci.

  3. Les cimetières … bien pratique aussi pour bivouaquer lorsqu’il n’y a pas de camping dans les parages.
    L’eau pour la boisson, la toilette. Le calme car les voisins ne se manifestent pas en général. Par contre il vaut mieux ne pas s’attarder au lever du soleil car les vivants sont moins accommodants que les défunts.

  4. Effectivement on arrive a trouver de l’eau dans les cimetières, mais certaines communes sont obligées de « fermer l’eau » à cause des gens malveillants qui laissent le robinet ouvert…. ou détériorent les robinets….ou s’approvisionnent pour leur consommation personnelle. Ce qui est tout à fait déplorable. Hélas !

    • Bonjour,

      Merci pour cette information. C’est effectivement dommage. Je ne l’ai pas précisé dans l’article, mais bien évidemment il faut laisser l’endroit comme on l’a trouvé et rester discret pour respecter les lieux.

      A bientôt,
      François

  5. Oui pour l eau au cimetiere mais il y a aussi les poubelles de ces cimetieres . Oui etant propre en rando , on ne sait jamais où deposer proprement ses detritus et là aussi il y a des poubelles que l on peut utiliser .

    Nages et Solorgues le 07 Mai 2014

  6. C’est une très bonne astuce,
    il est important je pense, de préciser que le repsect du lieu et des personnes en deuil s’y trouvant est une priorité, sous peine de donner une mauvaise image des randonneurs.
    Pour ma part j’ai trouvé cette astuce lors de mes années d’étudiantes où l’argent se faisait rare:Nous étions parties les poches vides avec juste une voiture et une toile de tente afin de découvrir les grands lacs du nord de l’Italie.Bref, ça fonctione aussi en Italie pour la « doccia et agua natural  » gratis.

    • Bonjour Aline,

      Vous faites bien de le préciser, il faut respecter les lieux en restant discret et en laissant l’endroit comme on l’a trouvé. Merci pour l’information sur l’Italie.

      A bientôt,
      François

  7. Effectivement il y a en général un ou plusieurs points d’eau dans les cimetières. C’est le cas dans le superbe cimetière marin de Tréboul (Douarnenez) en Bretagne que longe le GR34 et qui domine la petite plage de Saint-Jean. Mais ce cimetière – comme la plupart des cimetières je pense – est soumis a des heures d’ouverture…
    Une petite pensée pour le professeur Axel Kahn qui entame demain matin 8 mai la diagonale Pointe-du-Raz / Menton avec étape à Douarnenez le 9 mai après avoir parcouru l’an dernier Givet (Ardennes) / Saint- Jean-de-Luz en 85 jours. A bientôt 70 ans, respects…

    • Bonjour Jean-Claude,

      De ce que j’ai pu voir, beaucoup de cimetières restent ouverts en permanence. Mais cela doit être le cas uniquement dans les petits villages. J’imagine que ce n’est pas le cas dans les grandes villes.

      A bientôt,
      François

  8. Oui je connaissais! Mais c’est un lieu(comme dit plus haut)qui doit être respecté sous peine de passer pour des gens peu civilisés

    Aux amis Québécois je conseille :

    – le tour des las d’Auvergne
    – le sentier côtier qui fait le tour de la Bretagne
    – le sentier qui longe le canal du midi
    – le sentier qui longe le canal de Nantes à Brest sur la partie terrestre donc de Nort sur Erdre(44) à Châteaulin(29)…….

    Amicalement

    • Bonjour Jacques,

      Merci de le répéter, cela paraît évident pour beaucoup, mais apparemment pas pour tout le monde. Merci aussi pour les idées de rando. 😉

      A bientôt,
      François

  9. Eau potable: ça fonctionne aussi dans le nord de l’Espagne !!

    quels beaux coins:
    1/Les chemins de St Jacques: prenez les variantes !! C’est plus beau, il y a plus de chose à voir, il y a moins de monde !!! Les gens suivent uniquement le parcours principal, plus court. A partir du Puy en Velais jusque Moissac…

    2/ le Pays Basque (pas les plages…l’arrière Pays vers le GR 10)

  10. Catherine ,BRAVO , BRAVO pour votre com , je ne saurais mieux dire ! J’ habite la Seine-et-Marne et me régale de randos « de proximité »,soit seule avec mes deux chiens soit, avec grand plaisir,quand l’ occasion se présente, avec d’ autres personnes qui sont toujours très agréablement surprises de découvrir toutes sortes de beautés cachées telles que celles que vous énumérez.

    J’ aimerais d’ ailleurs beaucoup entrer en contact avec des gens de ma région pour partager ce type de balades…

  11. Merci pour l’info,
    En Belgique c’est le cas dans les cimetières. Ceci dit certains grands cimetières ferment le soir et à clé !!!

    Bonne rando et désolé si je fais redondance car j’avoue, je n’ai pas lu toutes les réponses.

  12. L’eau dans les cimetieres c’est tres utilisé par les camping-caristes. Vu leur grosse consommation les communes ferment leur cimetiere la nuit ou installent les robinets loin de la cloture.

  13. Dans ces lieux (cimetières, terrains de sports) un conseil Même avec une pancarte « eau potable » ne pas oublier de faire couler l’eau un certain temps pour purger la conduite d’eau
    Le faible débit ou arrêt prolongé peut entrainer une intoxication, donc oui mais prudence!
    Parfois il est mentionné « eau non potable » c’est justement pour se couvrir de ces aléas car le réseau d’eau en France doit être unitaire

  14. Excellent article comme d’habitude.
    je confirme pour l’île de france si je ne suis jamais allé, à ce sujet de référer aux videos de takticalfrog sur youtube. Région très riche et pour vous du canada compatible avec une visite de paris.
    Sinon prenez le train entre paris et hendaye et attaquez la première partie du gr10 qui correspond tout à fait à ce que vous recherchez. Voir les différents blogs qui traitent du gr10 pour vous faire une idée.
    Bien cordialement.
    Rem

  15. Oui , je connais depuis longtemps (à cause de mon age peut-être ) et aussi parce-que j’ai été au conseil municipal de ma commune .
    Je voudrais simplement dire que de l’eau en France c’est facile d’en trouver par contre « à manger » c’est plus difficile : souvenir d’une fringale importante !!
    Salut à tous

  16. Lorsque vous êtes proche d’un cimetière c’est que vous êtes, en général, plutôt proche de la civilisation, à moins d’être dans un film de zombies! Dans ce contexte ce n’est pas très difficile de trouver de l’eau. Personnellement si je n’ai pas de solution, je préfère aller voir les vivants.

  17. Je connais l’astuce mais certains cimetières sont clos le soir . Sinon, dans certaines campagnes, les habitations de campagne disposent d’un robinet extérieur (faut pas le dire, c’est pas bien mais ça peut servir)

  18. Bonjour François, merci bien pour toutes les informations détaillées sur ton site.

    Quant à l’astuce de l’eau potable dans les cimetières, l’idée ne m’est jamais venue à l’esprit auparavant. Si j’avais su, j’aurais eu moins soif l’année dernière le long du Chemin de St. Jacques en espagne. Puisque je regagne le chemin au mois de septembre, je serai plus rassuré avec ce petit secret que je vais m’attribuer la dignité de le révéler aux pèlerins de mon entourage. Un grand bonjour califournien à tous.

    Philippe

    Napa Valley

    • Bonjour à t@us,

      Merci pour ce conseil, c’est toujours intéressant à savoir!

      Pour ce qui est de l’Espagne (et du chemin de Compostelle), 2 petits bémoles:

      1- L’eau en Espagne n’est pas potable partout (et la qualité de l’eau potable varie beaucoup d’un endroit à un autre, d’ailleurs) donc je ne suis pas certain qu’ils utilisent de l’eau potable dans les cimetières…

      2- Les espagnols sont, en générale, très croyants et je ne suis pas certain qu’ils prendraient très bien le fait de constater que certains pélerins ou randonneurs « s’authorisent » de petites (boire) ou de grandes libertés (camping) dans leurs cimetières, surtout dans les petits villages où la mentalité peut être franchement conservatrice…

      Enfin, bonne rando à tous,

      Nicolas

      • Bonjour Nicolas,

        Merci pour les informations. Effectivement, pour un dépannage en eau en restant discret (pas un pique-nique à côté du robinet) pourquoi pas, mais bivouaquer dedans… Je pense que c’est valable même si les personnes ne sont pas croyantes.

        A bientôt,
        François

  19. Merci pour l’astuce, je ne connaissais pas. Je randonne en général à la journée mais, même si nous emportons notre eau, on ne sait jamais, ça peut toujours servir un jour !

  20. Je savais ça depuis longtemps , mais savez vous que d’après la légende c’est Napoléon qui a obligé les communes à installer un robinet d’eau POTABLE dans les cimetières pour que ses troupes, où qu’elles soient en France, sachent où trouver de l’eau. Dans les cimetières, pour les fleurs on n’a pas vraiment besoin d’eau potable

  21. très bonne info à garder en mémoire cela peut éviter bien des problèmes.
    je n’y aurais jamais pensé sans cela. merci

  22. Bonjour,

    Juste une petite info concernant d’autres pays. En Angleterre il n’y a généralement pas d’eau dans les cimetières ruraux qui ont une gueule complètement différente de ceux que l’on trouve en France.

  23. Merci vraiment François ! Nous ne connaissions pas cette astuce bien utile. Millyna & Jean-Marie

  24. Très bonne astuce que le cimetière pour s’approvisionner en eau potable, mais comme dit précédemment il faut être discret et respectueux. Il m’est déjà arrivé de me faire sortir par une mamie qui m’expliquait que l’eau était faite pour les fleurs et pour rincer le marbre, pas pour les touristes !!!
    Sinon si vous passez par des petits villages, il y a aussi parfois des fontaines, des abreuvoirs, des lavoirs ou des toilettes publics qui permettent de remplir sa gourde…

  25. Camping-cariste depuis plus de 40 ans c’était souvent le seul moyen de s’approvisionner en eau potable car les stations service n’étaient pas très coopérantes et les bornes n’existaient pas encore. Et là personne ne vous faisait de réflexions désagréables, si tant est que vous faisiez le plein quand personne n’était dans le cimetière… Seul un pays n’avait pas de robinet, la Belgique, ce qui posait problème et nous obligeait à aller dans un camping. Mais un commentaire précédent semble montrer que cela n’est qu’un mauvais souvenir et qu’à présent il y en a.

    Merci François pour ton site dont je fais la pub dès que j’en ai l’occasion.

  26. C’est aussi possible en Suède et en Finlande, c’est là bas que j’ai découvert cette astuce lorsque j’en ai fait le tour en vélo.

  27. Bravo pour vos articles (je n’ai pas encore tout lu)

    question : je recherche de s scartes topo ( plus ou moins précises) pour le Portugal
    1 format papier
    2 pour gps twonav ou garmin

    Avez vous des infos à me donner ?
    Merci

  28. En Italie aussi, il y a toujours de l’eau dans les cimetières, souvent des toilettes et presque toujours de l’ombre grâce aux cyprès ( agréable pour le pique-nique quand on marche sous le cagnard )

  29. Bonjour Jeanne,
    agréable pour le pique-nique quand on marche sous le cagnard )

    Je n’apprécie pas tes propos.Étant pro du marché de la mort, c’est une insulte aux défunt et à leurs familles que de dire qu’un cimetière est un lieux de camping.Je suis marbrier,je pratique les cérémonies funéraires en grande pompes et je scelle les tombes. Perso, ce n’est pas agréable pour le pique-nique.

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)