Nov 092012
 

Contenu du sac à dos sur le GR20A la suite de mon compte rendu du GR20 en une semaine (et même avant), j’ai reçu un nombre assez incroyable de commentaires et d’emails me demandant le contenu de mon sac à dos. Je sais que beaucoup d’entre vous attendent cette liste de matériel, comme la solution miracle pour enfin randonner léger.

Je ne suis pas sûr que cette liste soit miraculeuse, mais je pense qu’elle peut vous donner de bonnes idées pour alléger votre sac à dos. Vous voulez une autre bonne nouvelle ?

Vous avez aujourd’hui droit à deux listes pour le prix d’une – j’ai aussi partagé le contenu du sac à dos de mon coéquipier sur le GR20, Nicolas. Nous avons fait quelques choix différents, cela vous donnera donc plusieurs options à explorer.

Je tiens cependant à préciser quelques points importants à propos de ces listes de matériel :

  • Ces listes sont personnelles – elles ont été ajustées à notre expérience, à cette randonnée, aux conditions à ce moment précis, et en fonction des risques que nous étions prêts à prendre (et que nous n’étions pas prêts à prendre).
  • Nous n’utiliserions pas la même liste à une autre période, sur une randonnée différente, avec des conditions différentes, etc.
  • Ce n’est pas parce que ces listes ont été très bien pour nous qu’elles le seront pour vous. Ne les copiez pas bêtement ! Il faut impérativement que vous adaptiez le contenu de votre sac à dos à vos besoins et vos contraintes.
  • Ces listes sont loin d’être parfaites, mais elles sont le résultat de ce qu’on a considéré comme étant le meilleur compromis pour nous avant de partir.
  • De même, il n’existe pas une seule option pour randonner léger. Nous aurions pu partir avec des options différentes pour un poids similaire.

Nos listes de matériel sont présentées sous forme de tableaux – le poids et le modèle de chaque item y sont indiqués tant que possible. Parfois, les modèles indiqués sont de vieux modèles ne se trouvant plus sur le marché ou ayant évolués. Parfois, les modèles ne sont pas indiqués – soit quand cela n’a pas d’intérêt (la marque de ma brosse à dent par exemple ;-)), soit quand nous ne le connaissions pas. Vous verrez que nous avons utilisé à la fois du matériel de marque et du matériel de grande distribution.

J’ai ajouté quelques notes, la plupart du temps quand un objet avait plusieurs utilisations – ce qui nous a permis de gagner du poids.

Nos listes de matériel pour le GR20

Liste matériel GR20 - Matériel commun

 

Liste matériel GR20 - Nourriture

 

Liste matériel GR20 - Matériel personnel Nicolas

 

Liste matériel GR20 - Matériel personnel François

Retrouvez quelques tests de matériel que j’avais sur le GR20 :

Liste matériel GR20 - Sur Nicolas

 

Liste matériel GR20 - Sur moi

Voici un tableau récapitulatif du poids de nos sacs à dos.

Liste matériel GR20 - Récapitulatif

Nos sacs pesaient donc 12,1 et 11,5 kilos au maximum ; 5 et 5,3 kilos au minimum. Vous pouvez télécharger la liste au format Excel pour la modifier et l’adapter à vos besoins, en cliquant ici.

Quelques choix qui nous ont permis de randonner léger

Voici quelques détails sur le contenu de nos sacs à dos pour le GR20. J’y explique quelques choix que l’on a faits – surtout afin de gagner du poids – je n’y détaille pas pourquoi j’ai choisi un tee-shirt bleu et non pas un noir. 😉

Abri

Golite Shangri-La 2 sur le GR20   Golite Shangri-La 2 sur le GR20

L’abri que nous avions est un abri non fermé, c’est-à-dire qu’il est similaire à une tente à double paroi sans la paroi intérieure. L’abri est maintenu par deux bâtons de randonnée qui servent de mâts.

Nous mettions au sol une feuille de polycree qui est une sorte de bâche fine transparente très légère. Elle nous servait à nous protéger de l’humidité du sol (surtout que nous avions des sacs de couchage en duvet). En cas de pluie, nous aurions rabattu les bords de la feuille de polycree pour éviter que l’eau ne passe par-dessus en ruisselant ou en rebondissant.

Nous avions une seconde feuille de polycree en cas de très mauvais temps – auquel cas nous aurions utilisé les deux feuilles à la fois (une chacun) afin de pouvoir bien relever les bords sans perdre trop d’espace intérieur. Elle nous servait aussi de feuille de secours au cas où la première ne soit endommagée.

Couchage

Nous avions tous les deux des matelas en mousse – pour les avantages décris dans cet article – et parce que nous pouvions nous en servir en tant qu’armatures pour nos sac à dos. Le mien est assez classique. Celui de Nicolas est plus léger et moins épais. Il le pliait en deux et le mettait sous le haut de son corps. Il disposait des vêtements en guise de matelas pour isoler le bas de son corps.

Nous avions des sacs de couchage en duvet car ils offrent un rapport isolation thermique/poids bien meilleur que les sacs de couchage en synthétique (l’article duvet vs synthétique).

J’utilisais un drap de soie pour ne pas salir l’intérieur de mon sac de couchage (les sacs de couchage en duvet ne sont pas très faciles d’entretien) et apporter un peu de chaleur supplémentaire. Au final, l’apport de chaleur n’a pas été nécessaire.

Nicolas avait opté pour des vêtements à la place d’un drap de soie. Il utilisait des chaussettes, un haut à manches longues et un collant pour ne pas salir son sac de couchage. Vu que ces vêtements étaient réservés au bivouac, ils restaient assez propres. Ils avaient donc une double utilisation – ce qui est un avantage. Le petit inconvénient est que le sac de couchage n’était pas protégé au niveau de la tête (comme avec un drap de soie). Mais, il le protégeait avec un vêtement qui lui servait également d’oreiller. Pas bête le Nicolas. 😉

Chaussures

Nous avions tous deux opté pour des chaussures de trail. Cela peut paraître un choix inapproprié sur le GR20 qui est très accidenté et rocailleux. C’est effectivement un choix que je ne recommanderais pas à beaucoup de personnes.

Nous avons fait ce choix pour gagner en légèreté. Pour de longues journées, des chaussures légères sont très agréables et moins fatigantes à porter. Etant donné que nous avions un rythme de marche assez élevé, ce type de chaussures nous a permis d’avoir un bon déroulé du pied et de ne pas perdre en agilité.

Nous avons pu faire ce choix sans compromettre notre sécurité, car nous avons l’habitude de randonner avec ce type de chaussures. Notre corps (tendons, muscles, articulations, etc.) est donc habitué. De plus, nous n’avons pas de problèmes de chevilles.

Par ailleurs, nous avions des sacs légers et nous randonnions quasiment tout le temps avec des bâtons – ce qui nous permettait de garder l’équilibre et d’éviter les faux-pas.

Vêtements

Pour faire léger, nous n’avions pas de vêtements de rechange (mis à part une seconde paire de chaussettes). J’en vois certains qui grimacent. 😉 Nous avions un seul caleçon, un seul tee-shirt, et un seul pantalon convertible (qui se transforme en short grâce à des zips) pour la marche.

Nous les avons lavés, quitte à les remettre un peu mouillés. C’est assez facile pour les chaussettes, car une paire sèche sur le sac quand l’autre est aux pieds. Ça demande un peu plus d’organisation pour le tee-shirt ou le caleçon. 😉

Nous avions ensuite une tenue complète pour le bivouac que nous n’utilisions pas pour marcher. De cette manière, nous étions toujours sûrs d’avoir des vêtements secs au bivouac – peu importe ce qui arrive dans la journée.

Voici les vêtements que nous avons utilisés en fonction des conditions (en suivant le principe des 3 couches) :

Nicolas:

  • Pendant l’effort : Pantalon convertible, tee-shirt respirant, softshell (s’il faisait froid ou s’il y avait du vent), bonnet (s’il faisait froid) et veste de pluie (s’il pleuvait).
  • Au bivouac : Collant, tee-shirt à manches longues, haut technique à manches longues, bonnet, veste de pluie. Et éventuellement (s’ils étaient secs) : pantalon convertible, softshell.

Moi :

  • Pendant l’effort : Pantalon convertible, tee-shirt respirant, micropolaire (s’il faisait froid), bonnet (s’il faisait froid) et veste de pluie (s’il pleuvait ou s’il y avait du vent).
  • Au bivouac : Collant, haut à manches longues en laine mérinos, doudoune sans manches en duvet, bonnet, veste de pluie. Et éventuellement (s’ils étaient secs) : pantalon convertible, micropolaire.

Vu que nous avons eu du beau temps, nous avons pu utiliser nos pantalons, softshell et micropolaire au bivouac. Ils auraient pu être humides par très mauvais temps ou à cause de la transpiration. C’est pourquoi, nous ne comptions pas trop dessus au bivouac et avions une couche thermique (seconde couche) chacun pour le bivouac.

Hygiène

Au niveau de l’hygiène, tout se résume principalement au savon d’Alep – qui nous a servi à nous laver, à nous laver les dents, à laver notre linge et qui aurait pu nous servir de désinfectant.

Le reste est classique : une mini brosse à dent chacun, une mini serviette chacun (servant aussi à essuyer la condensation dans l’abri), du papier toilette, du fil dentaire et un stick à lèvres.

Une serviette par personne, on se serait cru à l’hôtel ! 😉

Nourriture et cuisine

Cuisine sur le GR20

Je n’ai pas osé ajouter le mot gastronomie dans le titre, car on n’y était pas tout à fait. 😉

Je ne vais pas m’étendre sur les repas – qui ne demandent pas vraiment d’explication. Je vais juste en profiter pour vous dire que nous avions gardé la semoule pour les derniers soirs, au cas où on nous n’aurions pas eu assez de combustible. La semoule gonflée à l’eau froide est largement meilleure que des pâtes gonflées à l’eau froide (c’est l’expérience qui parle). C’est d’ailleurs un des avantages de la semoule dont je parle dans cet article.

Nous avions 2 réchauds P3RS (invention d’un membre du forum de randonner léger) qui ont été fabriqués par Nicolas à l’aide de canettes en alu. Nous nous sommes permis d’en prendre deux, tellement ils sont légers (10 g), pour un peu plus de fiabilité (NDLR : voici une vidéo où je montre étape par étape comment fabriquer ces réchauds). Au final, on aurait pu en prendre seulement un vu que l’on n’a eu aucun problème. Mais c’était 10 g en plus pour être sûr de manger chaud !

En plus du réchaud, nous avions un pare-vent et de l’alcool à brûler stocké dans une poche de miel liquide (ça marche aussi dans les pom’potes).

En ce qui concerne la popote, nous avions opté pour une casserole avec un couvercle et une tasse. Pour les repas, un de nous mangeait dans le couvercle et l’autre dans la casserole. Pour la tisane, un buvait dans la tasse et l’autre dans le couvercle (ou la casserole). Je suis d’accord avec vous, la tasse c’était du luxe ! Mais ça nous a aussi servi à (mal) doser les petits-déjeuners. 😉

En moyenne, nous mangions l’équivalent d’environ 2750 kcal (calories) par jour. Au repos, notre dépense énergétique est d’environ 1700 kcal par jour. Sur le GR20, notre dépense calorique était probablement supérieure à 4000 kcal par jour.

Notre corps a donc dû puiser dans nos réserves car nous mangions moins de calories que ce que nous dépensions. C’était cependant un bon compromis, car nous avons mangé à notre faim, et nous n’avons pas senti de manque d’énergie. Cela nous a permis de partir avec un poids raisonnable de nourriture. Honnêtement, on aurait eu du mal à manger 4000 kcal par jour – et il aurait fallu prendre 2 kilos de nourriture chacun en plus (ou se nourrir à base d’huile).

En ce qui concerne la répartition calorique, voici comment celle-ci s’est faite :

  • Glucides : 50 %
  • Lipides : 37 %
  • Protides : 13 %

Vous remarquerez l’assez grande proportion de lipides. Ils sont importants sur de longs efforts et ont un meilleur rapport énergie/poids que les glucides et protides (moins à porter pour la même énergie). 1 gramme de lipides procure environ 9 kcal, contre 4 kcal pour les glucides et protides.

Sac à dos

Vous l’avez sûrement remarqué, nos sacs à dos (à vide) sont très légers – bien qu’ils soient assez volumineux (nous avions besoin de pouvoir mettre nos matelas en mousse à l’intérieur – vous verrez pourquoi par la suite). Ils sont 2 à 3 fois plus légers que ce que prennent la plupart des randonneurs pour faire le GR20.

La raison à cela est que nos sacs sont très simples, n’ont pas d’armature (Nicolas avait enlevé sa plaque de dos) et sont très peu rembourrés. On a pu se permettre d’utiliser de tels sacs, car le contenu de nos sacs était assez léger.

Laissez-moi vous expliquer le cercle vertueux du sac léger : plus le contenu de votre sac à dos est léger, moins vous avez besoin d’armatures, de renforts et de rembourrages sur votre sac, et plus le sac en lui-même est léger. Au final, vous gagnez encore plus en poids.

Le contraire est aussi vrai : plus le contenu est lourd, plus il vous faudra un sac lourd (rembourré, renforcé et avec des armatures). Et plus votre portage sera lourd – c’est un cercle vicieux !

A vous de choisir votre cercle, j’ai choisi le mien. 😉 En attendant, voici une petite astuce pour rigidifier les sacs à dos sans armature.

Astuce pour rigidifier un sac sans armature    Astuce pour rigidifier un sac sans armature

Les armatures servent à transférer le poids du sac au niveau du bassin, où la majorité du poids doit être porté (comme expliqué dans cette vidéo). A la place d’armatures, nous avons utilisé nos matelas en mousse pour rigidifier nos sacs à dos et transférer leur poids à la ceinture ventrale. Nicolas se contentait de plier son matelas en plusieurs couches de sorte à former un rectangle qu’il glissait à l’intérieur de son sac, le long du dos. Pour ma part, j’enroulais mon matelas en mousse dans le sac (comme sur la photo). Une fois le contenu bien rangé et tassé à l’intérieur et les sangles de compression bien serrées, les sacs étaient assez rigides et le poids bien transféré à la ceinture ventrale. Au risque de me répéter, cela fonctionnait bien, uniquement car nos sacs étaient légers.

Nos sacs ont de plus l’avantage d’être très résistants, contrairement à beaucoup de sacs ultralégers. Par contre, ils n’ont pas beaucoup de rangements et d’accessoires. Le mien compte uniquement deux poches extérieures en mesh en plus du compartiment principal – et c’est tout. Il était peu équipé à l’origine, et quelques coup de ciseaux l’ont allégé un peu plus (rabat et divers accessoires). Celui de Nicolas compte une poche de plus sur le rabat et une poche sur la ceinture ventrale. A l’intérieur, tout était rangé dans des sacs de congélation et des sacs étanches.

Imperméabilité

Même si nos sacs à dos sont assez imperméables, nous avons préféré ranger tout ce qui craignait l’eau dans des sacs étanches (pour ma part) et des sacs congélation (pour Nicolas). Tout simplement, pour éviter le genre de mésaventure dont je parle dans cet article (sac de couchage trempé) : www.randonner-malin.com/une-erreur-que-jaurais-aime-eviter/

Je me servais également d’un de mes sacs étanches pour me faire un oreiller. Rempli avec des vêtements, il n’y a rien de mieux… 😉

Pour partir plus légers, nous avons décidé de faire plus ou moins confiance à la météo. Nous avons privilégié la respirabilité à l’imperméabilité et sommes tous deux partis avec des chaussures de trail non imperméables. Ce choix a été judicieux, car on aurait beaucoup plus transpiré dans des chaussures imperméables, et on aurait eu plus de chance d’avoir des ampoules.

Que serait-il arrivé en cas de grosse pluie ?

Nicolas aurait probablement eu les pieds mouillés, à moins que sa jupe de pluie fabriquée à partir d’un sac poubelle ait fait des miracles.

En ce qui me concerne, j’avais pris une paire de chaussettes imper-respirantes (à la fois imperméables et respirantes), car j’ai déjà testé de très longues heures de marche avec les pieds mouillés et j’en ai des souvenirs très douloureux (Nicolas n’a (encore) jamais eu cette expérience). J’avais également prévu de quoi fabriquer des guêtres de fortune (un sac plastique et du ruban adhésif) pour éviter que l’eau ne ruisselle le long de mes jambes et ne rentre à l’intérieur de mes chaussettes imperméables (déjà testé aussi).

Pas de surpantalons non plus, une jupe en sac poubelle et des guêtres en sac plastique sont bien plus légères !

Nous avions également un sac plastique chacun pour enfiler par-dessus nos sacs à dos comme un capuchon, afin d’éviter que l’eau de pluie ne s’accumule sur et dans les sacs à dos – ce qui aurait fini par les alourdir.

Pour finir…

L’avantage de partir à plusieurs

Pour randonner léger, partir à plusieurs est un avantage certain, car on peut partager le matériel commun comme le réchaud, le kit de réparation, l’abri, etc.

Un autre point positif, est que l’on peut prendre le matériel le plus léger de chaque personne. Je me souviens d’ailleurs d’une discussion avec Nicolas avant de partir, qui ressemblait à ça :

– « Ils pèsent combien tes ciseaux »
– « 28 grammes, et les tiens ? »
– « Les miens font 21 grammes »
– «  Ok, on prend les tiens »

Et je peux vous dire que l’on a eu ce genre de discussions pour une grande partie du matériel commun. 😉

Qu’est-ce que l’on aurait pu améliorer ?

Les listes de matériel sont toujours perfectibles – tout dépend des sacrifices que l’on est prêt à faire pour les améliorer. Par exemple, ma poche à eau et mon matériel photo sont assez lourds, mais je n’avais pas envie d’investir pour m’alléger un peu plus. Et je n’avais pas non plus envie d’échanger ma poche à eau pour des bouteilles d’eau.

Il y a peu de matériel qui nous a été inutile. On aurait par contre pu se passer du savon en feuilles et du réchaud de rechange (que nous n’avons pas utilisés). J’aurais également pu découper le bas de mon matelas en mousse et ne garder qu’une partie pour le haut du corps.

On aurait aussi pu se passer de certains vêtements chauds (voire du drap de soie pour moi), d’une feuille de polycree et des chaussettes imper-respirantes – mais uniquement car la météo a été bonne et les températures assez douces. Ce n’est donc pas à regretter, car ça fait partie de la marge de sécurité. Et, nous reprendrions ce matériel sans hésiter dans les mêmes conditions, juste au cas où !

Je pense qu’entre le compte rendu et cet article sur le matériel, vous savez maintenant tout de notre périple sur le GR20. Mais je suis sûr que certains d’entre vous ont quand même des questions ou des remarques – et c’est le moment de les partager dans les commentaires juste en dessous. 😉

Cet article vous a plu ?
Si c'est le cas, rejoignez plus de 80000 personnes qui reçoivent la newsletter et recevez gratuitement le guide "Comment bien choisir ses chaussures de randonnée" et la liste du matériel à emporter en randonnée. Entrez simplement votre prénom et votre adresse email ci-dessous :

  183 commentaires à “Ma liste de matériel à 12 kg tout compris pour le GR20 en autonomie complète”

Commentaires (178) Pingbacks (5)
  1. Bon, résumons, le secret c’est de ne pas se changer ! 😀 Blague à part, c’est assez intéressant de voir cette liste même si comme tu le précises elle est personnelle. Par exemple, j’aurais pris de la crème solaire mais pas d’aspirine, paracétamol et cie.
    Je randonne en grande majorité seule donc je porte TOUT le matériel :). Je m’équipe peu à peu en matos léger, durable et technique. Prochaine étape : le sac car c’est là que je porte beaucoup je pense.
    Le savon d’alep comme dentifrice ça donne quoi ? Tu frottes ta brosse dessus ?
    Cette liste donne des pistes d’amélioration et des idées toutes simples (la jupe de pluie je n’y avais pas pensé). Merci.
    Mais tu disais que vous aviez passé 2 semaines en Corse. Vous aviez d’autres affaires stockées par ailleurs ? C’est un peu mon souci quand je marche loin : gérer le poids d’un sac à dos que tu vas porter pour randonner mais dans lequel tu auras aussi des affaires pour « la vie normale » (vêtements de rechange, souvenirs, carnet de notes…).

    • Bonjour Sarah,

      Oui, c’est effectivement un des secrets. 😉
      Ton commentaire me fait par contre penser que nous avions pris un mini-tube de crème solaire au dernier moment avant de partir – que j’ai oublié d’ajouter dans la liste.

      Sinon, pour se brosser les dents au savon d’Alep, il suffit de mouiller ta brosse à dent et de la frotter sur le savon. Le goût est surprenant, mais pas désagréable !

      Nous avions effectivement des affaires dans la voiture garée à Calenzana. Je suis d’accord, c’est plus difficile quand tu pars loin avec ton sac à dos et surtout quand tu ne fais pas des randonnées en boucle. Avec des randonnées en boucle, tu peux toujours t’arranger pour laisser des affaires quelque part !

      A bientôt,
      François

      • Bonjour

        Très intéressant cet article (et tous les autres d’ailleurs). merci pour tous ces bons conseils.

        Pour répondre à Sarah : J’ai parcouru en compagnie d’amis une bonne partie du GR20 fin des années 70 et nous avions prévu une semaine de « tourisme » pour terminer. Pour résoudre le problème des vêtements de fin de vacances, nous avions envoyé tous nos vêtements de rechange poste restante à porto vecchio où nous les avons récupérés en fin de rando.

        Amicalement
        Claudine

      • Arrivée par hasard par fb, bvotre blog est une vraie mine. Nous habitons à Calgary, au pied des Rocheuses qui comptent plusieurs parcs nationaux donc certains sont classés au Patrimoine Mondial.
        Autant vous dire un nombre incalculable de randonnées à faire.
        Le pain d’Alep est utilisé à la maison depuis de nombreuses années. Il a également la particularité de flotter ! Bonne idée pour le brossage des dents. Car le camping dans nos montagnes doit se faire avec la faune sauvage fort présente. Surtout les ours. Et les ours raffolent du dentifrice qu’ils sentent à des kilomètres !!!

  2. Salut françois et bravo pour la performance.
    je m’interroge sur le choix du réchaud à alcool et non au gaz? pas peur d’une fuite de l’alccol dans le sac?

    • Bonjour Corinne,

      L’alcool était stocké dans la poche de miel indiquée (avec un bouchon à vis) qui était rangée dans la casserole – donc aucun risque qu’elle ne se perce !

      A bientôt,
      François

  3. Super article merci.
    Ce qui me ferait peur c’est d’être aussi juste question nourriture… Pas peur d’un coup de fringale ?

    • Bonjour Hans,

      Nous faisions attention à éviter une fringale en mangeant régulièrement pendant l’effort ou en s’arrêtant pour la pause déjeuner quand nous sentions un petit manque d’énergie.

      Par contre, nous avons mangé à notre faim pendant les 7 jours – et heureusement !

      A bientôt,
      François

  4. Merci encore pour ces précisions techniques… Chapeau, les gars !

  5. salut, mini commentaire; mais les arachides (cacahuètes 🙂 ) ont réveillé le naturopathe qui sommeille en moi. Je te suggère pour le même poids de les remplacer par des amandes , noisettes. Et merci pour tes échanges et tes récits. Amicalement . Philippe

    • Bonjour Philippe,

      Ça nous permettait de varier avec les noisettes, amandes et noix de cajous de la journée. Est-ce pour les acides gras saturés que tu as fait cette remarque ? Je suis curieux. 😉

      A bientôt,
      François

  6. Bravo pour le GR 20 et bravo pour ce blog.
    Je ne fais des rando qu’à la journée mais les astuces me sont aussi très utiles, ainsi qu’à mon petit groupe de randonneurs.

    Comme disent les corses: Forza!

  7. Bravo et merçi pour les petites astuces. Même a 61 ans et 40 ans de rendo, chaque information reste la bien venue. Pour la nouriture, je suis plustot baguette et saucisson, ou fromage mais surtout fruits frais.

  8. Salut,
    Merci pour cette liste, j’ai particulièrement apprécier dans les explication le fait que tu parle de la marge de sécurité. C’est quelque chose qui a trop souvent tendance a passer a la trappe dés qu’on parle de randonnée légère.

  9. bonjour, extra ce site, cela donne envie de randonner à chaque fois. mais petite question, pourquoi ne pas utiliser en randonnée un chariot de portage. un ami l’a fabriqué et utilisé pour faire Douai-saint Jacques de Compostelle. et pourquoi pas vous?
    bonne continuation

    • Bonjour Pascal,

      Le GR20 est beaucoup trop accidenté pour utiliser un charriot de portage – ce ne serait vraiment pas pratique.

      A bientôt,
      François

      • je comprend très bien pour le GR20 mais en général, trouves-tu cela intéressant ou pas (plus de poids à prendre, facilité de déplacement,…)? un sujet à creuser peut-être

        • Bonjour Pascal,

          N’en ayant jamais utilisé, c’est un peu difficile pour moi de vraiment bien juger. Je trouve par contre l’idée très intéressante et je suis convaincu que sur des chemins plats et non accidentés ça puisse être avantageux (comme une pulka sur la neige).

          A bientôt,
          François

  10. Salut,
    Tout d’abord super ton site, tes conseils, bravo.

    Je suis interréssé par l’eau, j’ai vu que dans la liste matos tu donnes le poids d une poche a eau, mais pas l’eau ? ai je mal vu ?
    Si non, combien avez vous bu et porté d’eau par jour et par personne ?
    Pour le ravitaiellment, comment avez vous fais ? au refuge ou en riviere ? ( si riviere, avec quel systeme de traitment )
    Merci

    • Et mince,

      Je viens de voir l’info 2Kg d’eau.
      Par contre, pour le ravitaiellment, comment avez vous fais ? au refuge ou en riviere ? ( si riviere, avec quel systeme de traitment )

      Merci

    • Bonjour Gregory,

      On portait effectivement deux litres d’eau et on faisait le plein aux refuges. Donc, pas besoin de purifier l’eau. On avait quand même pris une demi plaquette de Micropur au cas où.

      A bientôt,
      François

  11. Je n’ai pas vu de couteau, suis-je passé à côté ?

  12. Bonjour,
    Je suis admiratif de votre défis et de votre blog 🙂
    Ceci étant, je vous souhaite une bonne année 2013 avec pleins de nouvelles randonnées
    Mais j’avais une question au sujet de vos chaussures !!!
    Quand nous allons dans les magasins, dès que nous parlons de montagne ils nous répondent « tige haute » mais vous ce n’est pas le cas…
    Pouvez vous me donner quelques conseils pour nous aussi faire le GR20
    Cordialement
    GG

    • Bonjour,

      L’association « montagne » et « tige haute » est pratique car elle marche dans un grand nombre de cas. Mais il reste les autres cas pour lesquels elle fonctionne moins bien.

      Est-ce que vous voulez des conseils pour le GR20 en relation avec les chaussures ?

      A bientôt,
      François

      • Bonjour,
        Pour le moment j’ai des chaussures de randonnée tige haute et tige basse, mais je me demandais s’il fallait des chaussures « spécialement » pour le Gr20 !
        Je suis loin de faire le Gr20, je pense que le plus difficile c’est la logistique (planifier toutes les étapes, au final marcher c’est pas trop compliqué)

        • Bonjour,

          Non, il ne faut pas des chaussures « spéciales GR20 », tout dépend de ce que vous avez déjà.

          Attention, marcher n’est pas toujours si facile que ça. 😉 Mais c’est vrai qu’une bonne logistique facilite grandement la marche.

          A bientôt,
          François

  13. Bonsoir,

    Ma meilleure amie et moi avons prévu de faire Compostelle et nous cherchons des accompagnateurs.

    « Vous êtes expérimentés en la matière, bricoleurs et intelligents, vous semblez sociables ainsi que beaux, jeunes et plein de sexes à piles. Vous comprendrez notre allusion à vos lampes frontales. ^^ Si vous pouviez nous donner quelques conseils ainsi que réponse rapide sur votre présence parmis nous. »

    Gros bisous et à bientôt 😉

    • Bonjour,

      Merci pour les compliments. 😉

      Je n’ai par contre pas vraiment de conseils par rapport au chemin de Compostelle, ne l’ayant jamais fait. Si tu as des questions non spécifiques à Compostelle, je serais ravi d’y répondre.

      A bientôt,
      François

  14. Salut, je suis en train de planifier le GR20 et faire la transition vers la randonnee legere. J’ai un GoLite SL3 dont j’emmenera que la toile exterieure (830gr). Proteger mon sac de couchage duvette me fais encore des soucis. Votre solution me parait pas assez fort au cas de pluie fort dans la nuit. Secher son sac en duvette est encombreux. Avez vous penser à d’autres possibilités?
    J’aime bien ton site!
    Salutations de la Hollande!
    Herman
    PS: fabriquer un « stove » est plus facile en utilisant une boite à alimentation pour le chat; voir le site de l’americain Skurska.

    • Bonjour Herman,

      Avec le Polycree bien remonté sur les côtés, bloqué avec des pierres et accroché avec des petits bouts de ficelle et des élastiques, l’eau ne rentre pas facilement – que ce soit par ruissellement ou en rebondissant. Cela prend par contre un peu de temps à installer et c’est un peu une « barrière psychologique à franchir par rapport à la tente (où on est complètement fermé).

      A bientôt,
      François

  15. Merci de partager votre expérience. C’est vraiment chouette.
    En lisant ce blog, j’ai eu le sentiment d’avoir voyagé avec vous.

    Dans ce genre de voyage, il y a un coté psychologie . Marché 10h00, c’est rude tout de même.
    Avez vous fait une préparation particulière? Ou peut être que le faite de voyager avec quelqu’un que l’on connait bien facilite cet aspect?

    Cordialement,
    Jean

    • Bonjour Jean,

      Effectivement il y a un aspect mental qui rentre en compte comme dans tout effort physique. Nous n’avons pas fait de préparation particulière, mais nous avons un certain entraînement grâce à tous les efforts physiques difficiles que nous avions faits auparavant – que ce soit en marchant, ou dans d’autres sports. Me viennent à l’esprit la course à pied, la course d’orientation, le VTT, le kayak, l’escalade… On a l’habitude de se pousser physiquement et le mental est donc bien préparé.

      Sinon, le fait de connaître très bien la personne est indéniablement un point positif !

      A bientôt,
      François

  16. Au cas de mauvais temps je porte un poncho qui couvre egalement le sac à dos. Pratique car un poncho peut aussi servir pour s’asseoir sur terre mouillé et comme couche protection dans/ sous la tente.
    Seul desavantage est que les jambes (sous les genoux) et les pieds devient mouillé quand même.
    Solution que j’ai dans ma tête: pour proteger les jambes on pourrait couper les trousses d’un pantalon impermeable, attacher une bande elastique afin que cela se tient au dessus du genou et d’appliquer des « gamaschen » ( je connais pas le mot en francais) pour garder les pieds au sec.
    Par contre, un poncho restreint le mouvement libre, surtout au cas de vent fort.
    Je pense alors à acheter un combinaison Dri-Duck; très resistant à la pluie et assez respirant en même temps. Mais garder mon sac au sec me parait pas bête non plus.
    Il devrait avoir un solution qui reuni l’avantage d’un poncho avec celle d’un combinaison veste/pantalon imper. As-tu des pensées au sujet?

  17. Nos compliments étaient sincère 😉

    Ce n’est pas le chemin de Compostelle que allons faire mais le GR34 du Mont Saint Michel à Paimpol pendant le mois de juillet. Nous voudrions savoir si tu l’as déjà fait et si c’est réalisable pour des débutants.

    De plus, nous réitérons notre demande : Serez vous présent parmi nous ?

    Gros bisou et à bientôt 😉

    • Bonjour,

      Non, je n’ai jamais fait le GR34, mais j’ai entendu dire qu’il y avait plus de dénivelé que ce que l’on peut penser au premier abord.

      Je ne sais pas encore ce que je fais au mois de Juillet, contacte-moi par email si tu veux que l’on en discute un peu plus.

      A bientôt,
      François

  18. Bonjour François,

    Merci pour tous tes conseils.

    Ayant déjà fait deux étapes du GR20 et quelques autres randonnées en Corse (dont les aiguilles de Bavella), je me lance dans le GR20 Nord cet été (je n’ai que 9 jours de vacances donc…).

    A ce titre j’ai une petite question. Penses-tu qu’un sac de 50L (Forclaz 50 de chez D4) peut suffire dans la mesure où je compte dormir en refuge et que je n’aurais ainsi pas à emmener casseroles et réchauds (j’emmenerai toutefois des provisions pour les premiers jours) ?

    Je ne préfère pas m’encombrer avec plus si cela n’est pas vraiment nécessaire…

    Merci beaucoup !

    • Bonjour Michaël,

      Normalement, 50 L devrait être bien plus que suffisant si tu fais attention à ce que tu mets dans ton sac. J’imagine que tu as déjà ce sac et que tu ne veux pas en acheter un autre ?

      A bientôt,
      François

      • Non, il s’agit du sac d’un ami.

        Ayant déjà prévu d’acheter de bonnes chaussures (je ne souhaite pas faire le GR20 Nord avec mes Salomon de trail), je souhaite limiter les dépenses.

        Je vais essayer de faire une « simulation » pour voir si plus est nécessaire.

        En tout cas, merci de ta prompte réponse !

        Michaël.

        • Ok, je comprends – je t’aurais suggéré un autre sac autrement.

        • Bonjour Michaël,

          J’avais juste pensé (pour rester dans le même modèle) à la version ultralight du Forclaz50.

          A bientôt,
          François

          • Effectivement, je vais voir ce sac là.

            Car même s’il n’a pas que de bons commentaires sur internet, les alternatives 50L sont plutôt très chères (et je n’ai pas envie de mettre plus de 80euros dans un sac…).

            Merci de tes conseils !

  19. Petit randonneur et cyclotouriste,je viens de passer un agréable moment en ta compagnie,merci de ton utile et merveilleux blog!
    Alain.

  20. Bonjour François,

    Tres sympa ton blog et cette liste … Car elle n’est pas que relativement complète, elle est en plus « expliquée » et ça la rend bien plus intéressante.

    Je prépare le même voyage que jene vais pas faire en autonomie complète, mais probablement en 5 étapes. Y va falloir courir un peu!!!!

    Je passerai bien entendu par l’ancien parcours.

    Ma question au niveau du matériel est la suivante : comme je vais dormir dans les refuges (au pire dans la cuisine !), je pense ne prendre qu’un drap en soie … Qu’en penses-tu ?

    Bien entendu, ni tente, ni réchaud, ni nourriture autres que 3 barres de céréales par jour ….

    Objectif du sac < 10% du poids soit 6,5kg (hors boisson)

    Merci pour tes conseils
    Greg

    • Bonjour Greg,

      Je n’ai pas dormi dans les refuges sur le GR20, donc ma réponse est à prendre avec des pincettes. Je pense qu’un drap de soie risque d’être un peu juste, à moins que tu ais suffisamment d’affaires chaudes et sèches pour dormir avec. Le soir, il fait souvent assez chaud dans les refuges, mais la température redescend dans la nuit quand il n’y a plus personne pour mettre du bois.

      Après, ça dépend aussi si tu es frileux, mais après une grosse journée, on a souvent tendance à avoir froid facilement.

      C’est un choix délicat, ça dépend surtout des vêtements que tu emportes à côté. Je pense que j’opterais pour un sac de couchage d’appoint très léger.

      A bientôt,
      François

    • Salut Greg,

      Je me permet de t’écrire car je pense faire cette « course » en moins d’une semaine durant le mois de juin et je cherche quelqu’un qui soit capable et motivé à la faire dans ce timing…

      Alors si tu es intéressé je te donne mon adresse et n’hésite pas à me contacter!!
      pillonel.a@gmail.com

      Salutation

      Et bravo à François pour son blog qui est vraiment détaillé et complet 🙂

  21. Bonjour,
    J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce blog;
    En 2011, à 64 ans j’ai effectué ma première vraie randonnée en parcourant la totalité du GR7 (environ 1500 km) mais j’avais choisi la facilité concernant l’hébergement : mon épouse me précédait en camping car ! Ce fut néanmoins une superbe expérience que je vais renouveler ce printemps en allant de chez moi, près d’Epinal, à l’Ile de Ré (1200 km).

    • Bonjour Jean-Marc,

      Félicitations pour le GR7 et je vous souhaite beaucoup de plaisir sur votre nouveau projet.

      A bientôt,
      François

  22. Bonjour François,
    je constate sur ta liste (comme sur la plupart des autres qui viennent de France) que vous portez les mêmes vêtements au bivouac et pour dormir. N’y a-t-il pas de rosée du soir chez vous? Au Québec, ne pas attendre d’être à couvert (tente ou abri) pour enfiler les vêtements de nuit équivaut à geler toute la nuit. As-tu un conseil à ce sujet?
    Et que faites-vous de la nourriture pendant la nuit? Je ne vois ni sac anti-odeurs ni corde de suspension dans la liste.
    Merci de toutes tes astuces. Bonne continuation,
    Teacher

    • Bonjour Teacher,

      Effectivement, je n’ai jamais rencontré ce problème de rosée du soir que tu mentionnes. Est-ce que cela arrive même avec des vêtements imperméables par dessus les vêtements de nuit ?

      Dans tous les cas, il est très important d’avoir des vêtements secs pour la nuit. Ce qui est particulièrement important est la couche en contact direct avec la peau, car si celle-ci est humide, la sensation de froid est assurée.

      A bientôt,
      François

      • Bonjour François,
        Merci de ta réponse, qui satisfait au moins ma curiosité. Au Québec, une soirée sans rosée annonce très souvent de la pluie pour le lendemain. Il y a même une expression qui dit « le serein est tombé », quand la rosée se manifeste. Je vais donc continuer d’attendre l’heure du coucher pour me changer.

  23. Bonjour,
    je prévois le gr20 du nord avec des amis pour fin juillet et comme il s’agit de notre première randonnée sur plusieurs jours mes amis font des listes avec le matos et au total on arrive à 12 ou 16 kg par sac avec eau et nourriture car mes amis ne veulent pas manger les plats des refuges jugés fort couteux. Alors je pensais faire le compromis du lyophilisé pour le soir mais viser un bon saucisson avec du pain pour le midi histoire de réduire de quelques kilos. Du coup la question de débutant qui ne connait rien aux refuges arrive : trouve-t on du pain facilement dans les refuges le matin avant l’étape de la journée? Question assez futile mais votre site a tellement bien répondu à toutes mes autres questions…

    Super de votre part de partager votre expérience….Merci

    • Bonjour Emilie,

      Quand j’étais sur le GR20, les refuges n’étaient pas gardés, il n’y avait donc pas de nourriture. Mais, je sais que normalement, quand ils sont gardés il est possible d’acheter de la nourriture, mais je ne suis pas sûr qu’il y ait du pain à tous les refuges par contre.

      A bientôt,
      François

    • Bonjour Emilie,

      J’ai effectué la totalité du GR20 fin Juin 2012. Les refuges étaient donc gardés (période de pointe oblige, à 20€ le dîner, 6€ les 50cl de Pietra et 11€ la nuit, ils se régalent!).

      J’ai pu compter sur l’achat de miches de pain de 500gr environ une étape sur deux, ce qui est suffisant. je conservais la miche de pain 3 jours facilement car si le pain n’était pas extra au départ, elle ne variait pas tant que ça.

      Au niveau de la nourriture le soir, chaque refuge est équipé pour les campeurs et tu peux faire ta popote dans le refuge, indépendamment des randonneurs qui dînent, servis par le gardien.

      Tu trouveras aussi très souvent (je dirais 2 refuges sur 3) de la vente de produits alimentaires de base, type pâtes, pain, sauce tomate, saucisson, fromage, et les plus importants: bière et vin pour la récompense quotidienne à l’effort fourni! 😉

      En ce qui me concerne, j’avais tout de même du lyophilisé (midi/soir) car je n’étais pas au courant de ce que je viens de mentionné au dessus. J’avais aussi des paquets de pâtes chinoises, légers et une portion fait l’affaire pour rendre l’estomac heureux 🙂

      Bonne prépa et amusez-vous bien sur les chemins corses

      Jérémie

    • Bonjour Emilie,
      Les repas lyophilisés ont un excellent rapport poids/calories, idéal pour les repas du midi sur les sentier du GR20 !
      De la nourriture est également disponibles dans les refuges pour le soir mais cela a un coût.
      Bon courage et bonne randonnée,
      Edouard

  24. Bonsoir
    J’ai 3 collegues de rando qui me propose de faire une partie du GR 20 en 9 jours
    Est il dangeureux ?
    Est ce interessant début Juin ?

    Merci de votre réponse

    • Bonjour Dominique,

      « Est-il dangereux ? » est une question délicate. Ce sont les personnes qui vont dessus qui le rende dangereux ou pas en fonction de leur préparation et des risques qu’elles prennent.

      Il y a quelques passages un peu exposés et équipés de mains courantes voire d’échelles mais rien d’extrême pour une randonnée de montagne. Ces passages sont par contre beaucoup plus délicats par mauvais temps ou avec un sac lourd.

      Je pense que début Juin est une bonne période pour le faire d’après ce que j’ai entendu.

      A bientôt,
      François

      • Bonsoir
        Ben finalement on l’a fait en Juin.
        9 étapes splendides et surtout à notre rythme. le passage de la solitude était fermé car gelé. Je ne sais si j’ai bien lu vos remarques mais je pense que le poids est bien le seul ennemi. De chouette refuge et des moins bons, mais dans l’ensemble un souvenir extrême de peur de joie de rencontres et de folie douce
        Dominique

  25. Bonjour François,

    Tout d’abord félicitations pour ton blog. Étant corse et passionné de randonnée j’ai beaucoup aimé ta description du GR. Au sujet de la liste j’ai lu « Granola Maison » sur ta liste. Pourrais tu me communiquer la recette s’il te plait ?

    Amicalement,

    Michel

  26. Bonjour, je me pose des questions au niveau de la nourriture.
    Si je calcule bien, tu as pris 4,4 kilo de nourriture (en gros) pour 7 jours, ce qui revient à 680g de bouffe par jour. Si je compte grosso merdo que 100g t’apporte 350kCal, cela nous fait 2200kCal à la journée.
    => n’est pas un peu faible ? (vu que c’est juste un tout petit peu plus que la consommation journalière en cas de métro, boulot, dodo)
    Je te pose la question car j’envisage de faire la HRP en autonomie complète avec un pote, et d’après mes calculs de kCal, il me fallait minimum 3400 kCal/jour, ce qui revient à 900g de nourriture par jour en gros ?
    Pourrais-je avoir ton avis ?
    Merci d’avance 🙂

    • J’ai calculé en gros hein ? C’est clair que si tu as bu de l’huile d’olive pendant une semaine, le compte est bon 🙂

    • Bonjour Maxime,

      Très bonne question. 😉
      Non on n’a pas bu d’huile d’olive, même si effectivement niveau énergie/poids, c’est très intéressant !
      Tes calculs ne sont pas loin, on était à 2750 kcal par jour en moyenne.
      C’est effectivement moins que ce qu’on a dépensé, mais c’était aussi un choix pour ne pas avoir trop lourd de nourriture. Cela dit, on n’a pas eu faim et on n’a pas ressenti de manque d’énergie non plus.
      Comme on est parti sur une semaine, on a pu puiser un peu dans les réserves sans que cela se ressente et on avait bien mangé avant de partir. Sur une plus longue période, c’est sûrement un peu plus délicat.

      Après, je t’avoue que pendant 3 jours après la fin du GR20, on n’a pas arrêté de manger – charcuterie et fromages corses. 😉

      A bientôt,
      François

      • Merci beaucoup 🙂
        Je pense qu’on va prévoir plus parce que là sur 20 jours voir un peu plus, ça risque de laisser plus de trace sinon.
        Par ailleurs, j’ai lu ton article sur le traitement de l’eau : comme le micropur est plutôt contrindiqué sur une période assez longue que nous conseillerais-tu comme moyen de filtration ?
        Merci d’avance 🙂

        • Bonjour Maxime,

          Quand je disais ça c’est surtout si tu ne bois que de l’eau purifié au micropur pendant une longue période. Si tu alternes, c’est moins dérangeant.

          Sur la HRP, tu ne va pas que boire de l’eau purifiée ?

          A bientôt,
          François

  27. Toujours aussi sympas et intéressants , vos articles me permettent de voyager au tarif du mail et , le rêve étant encore autorisé , je m’entraine ainsi pour la grande rando utopique …
    Merci , et bon anniversaire ( j’ai failli oublier )

  28. oui ça parait bien mais s’il te plait c’est pour combien de jours la rando et les 9247 g de nourriture. Moi je compte environ 450g par jour soit 9 kg à 2 pour 10 jours;

  29. salut François ,

    Ton experience dans le gr20 m est utile … merci de partager !
    Une question : en « semi autonomie  » pourrais je me ravitailler en nourriture en emporter dans des refuges , sans avoir fait de resa. ?. Si oui quel type de nourriture
    je compte faire ce gr fin mai !

    • Bonjour Alex,

      Je te laisse regarder la réponse de Jérémie plus haut en ce qui concerne la nourriture.

      A bientôt,
      François

  30. Bonjour et merci pour cet article très intéréssant.

    Nous attaquons le GR la semaine prochaine avec un ami, en autonomie complète du sud au nord. Ayant déjà fait une dizaine de trek en asie et amerique du sud avec mes chaussures de trail salomon, je souhaite également les utiliser pour le GR (objectif 12jours). Mon sac ne pésera pas plus de 11 kg.

    J’ai un doute de dernière minute concernant mes chaussures? Est-ce que c’est un peu light ou pas?

    Merci d’avance.

    -Erik

    • Bonjour Erik,

      Je suis aussi parti en chaussures de trail Salomon. C’est sûr que c’est très léger par rapport au terrain, mais en faisant attention (si tu as l’habitude de ce genre de chaussures), c’est bon .

      A bientôt,
      François

  31. Salut,

    Quel sac a tu utiliser et quel ete sa capcité car j’ai l’impression que tu as reussi à tous rentrer et qu’il n’y a pas de duvet ou autre acrocher sur les sangles exterieures du sac a dos ?

    Benjamin

  32. Bonjour François,
    j’ai une question tout bête: j’ai enfin du trouvé du savon d’Alep à Montréal. Comme il s’agit d’un gros cube, et que je vois sur ta liste que le tien pèse 20g, j’aimerais savoir comment m’y prendre pour couper-casser-scier un morceau sans voir le bloc se défaire en miettes comme ça m’est arrivé avec du savon Ivory, par exemple. Au prix payé, je veux utiliser chaque parcelle!
    Merci

    • Bonjour Teacher,

      Je n’ai pas vraiment de technique particulière. Avec un couteau, ça fonctionne correctement, mais ça n’empêche pas le savon de s’effriter un peu. J’imagine que ça dépend aussi des savons.

      A bientôt,
      François

  33. Teacher, je me permets de te donner mon truc. J’utilise du savon d’Alep toute l’année pour me laver donc je mets de côté les fins de savons qui pourront me servir pour une rando. Sinon un couteau à hacher bien aiguisé ?

  34. Bonjour
    merci de tous ces échanges trés enrichissants pour préparer cette rando.
    Nous partons vendredi prochain(le 8) à partir de Calenzana jusqu’à Vizzavona le 14, nous rentrons sur Marseille le 15 au matin. Chaussures trail pour Michel, rando pour Françoise question d’habitude.
    La description du contenu de sac de François fait bien réfléchir Françoise qui reconsidére déja ses besoins!!
    Nous envisageons de doubler la dernière étape et faire Petra Piana Vizzavona en une journée,nous avons un train pour Ajaccio vers 19h15 qu’en pensez vous?
    Notre inquiétude est aussi l’enneigement aussi nous ne prévoyons pas d’équipement spécique à la neige et feront une variante vers Bonifatu puis Col de Vergio si nous sommes bloqués par la neige au cirque de la solitude, ou bien via Evisa, Porto si c’est compliqué plus loin.
    Qu’en est il aussi pour le ravitaillement en eau? potable, fréquent?
    Petite astuce aussi nous avons fait pas mal de randonnée et une reconnaissance par Google earth nous permet d’identifier des itinéraireS pas forcément vue sur les cartes.(ex Campomoro Tizzano par exemple)
    Merci beaucoup pour vos réponses,
    bien cordialement M&F

    • Bonjour,

      Pour faire Petra Piana -> Vizzavona, c’est jouable avant 19h15, mais ça dépend de votre condition physique. Ca fait une journée avec beaucoup de descente, donc attention aux genoux !

      Pour l’eau, le ravitaillement peut se faire à chaque refuge.

      Pour la neige, le mieux serait d’appeler sur place pour connaître les conditions d’enneigement.

      A bientôt,
      François

  35. bonjour François

    Pour quelles cartes avez vous opté : 25000ème, 50000ème ? je vois que votre carte pesait une cinquantaine de grammes, comment avez vous fait ?

    merci pour ton site qui fait monter l’envie d’y être !

    Cécile

    • Bonjour,
      Pour alléger le poids des cartes tu peux en faire des photocopie recto/verso, tu gagnes du poids car tu photocopie seulement la partie qui t’intéresse de la carte, cela t’évite de prendre la carte avec des parties qui ne te serviront jamais.

      Pour les cartes personnellement je prends des 25000ème et c’est assez précis ça suffit largement, je n’ai jamais eu de problèmes pour cela !

      Bonne randonnée 😉

    • Bonjour Cécile,

      Pour moi, c’est la même technique que Binbin, avec une échelle proche de 1/25 000. Il faut faire attention par contre d’avoir quand même « assez de carte » autour de son itinéraire pour ne pas perdre une vue d’ensemble.

      A bientôt,
      François

  36. Bonjour François,

    Bravo pour cet article, c’est vraiment génial! Nous nous préparons pour une rando dans les montagnes longeant le magnifique Fjord du Saguenay (au Québec) et votre liste de matériel pour voyager léger nous a fait réviser certains choix que nous avions effectués. Entre autre, nous avons changé de format pour la gamelle, éliminé certains vêtements et réduit la quantité d’eau. C’est certain que dans notre cas, l’eau devra être traitée à chaque cueillette, car la potabilité de l’eau sur le parcours est très incertaine. Ceci dit, ton blogue sur le matériel nous a ouvert quelques lumières!

    Rando dans une semaine! L’excitation est palpable!

    Au plaisir!
    Amélie

  37. Votre article est très interessant, mais je suis dubitatif au sujet du réchaud: dans le sud est comme en Corse, toute utilisation dans la nature de réchaud à gaz ou à alcool est strictement interdite pendant la période d’avril à octobre… Les sanctions sont très lourdes en cas de contrôle..

    • Bonjour Daniel,

      Je n’étais pas au courant. Quelle est la source de votre information ?

      A bientôt,
      François

  38. Salut

    J’aime bien la liste! Deux remarques : je prefere un sac a dos a armature ( le mien est un vaude ultralight de 60 litres, j’y embarque en moyenne 10 a 13 kilos tente double paroi incluse, poids du sac 1,6 kg) Un conseil evitez les sacs D4 type forclaz etc, ils sont lourds! Et pas tres fiables.

    Ensuite, sur la nourriture, je remarque un apport massif de cereales. Perso je suis tres alimentation primale donc j’emporte noisettes, amandes, cajou, huile d’olive, viande sechée et du lard de porc salé et traité aux herbes a la maniére ukrainienne : poids léger et calories max. Ni pain, ni pates, ni semoules et autres cereales qui ont un effet negatif sur la performance, de meme que fruits secs type abricots. Si vous lisez l anglais cherchez le site du dr briffa, nutritionniste anglais qui explique ca tres bien.

    Un dernier point, j’emporte aussi des panneaux solaires desormais, pratique pour le gps de l iphone et seulement 375 gr.

    Bonne route!

    • Bonjour Gilles,

      En ce qui concerne la nutrition, les avis sont partagés. Mais il faut aussi se baser sur ses ressentis. Je sais que les féculents me permettent d’avancer. 😉 Après, c’est peut-être aussi une histoire d’habitudes !

      A bientôt,
      François

  39. Bonjour François,

    Un tout grand merci pour ton site qui est absolument génial. Je vais partir en randonnée (crêtes du Jura) pour 10 jours. Première randonnée, mais que je pense avoir bien préparée avec toutes les indications que j’ai trouvé sur ton site. Je reste toutefois prudente et ai prévu des étapes « intermédiaires » si celles que j’ai prévues sont trop longues ….. Un objet très incongru dans un sac de rando dont tu ne parles pas dans ton article et que je vais prendre avec moi, est …. une balle de tennis !!! ça ne pèse que 63 g et cet objet m’aide régulièrement à la maison et je me suis dit qu’elle me serait indispensable en rando. Cette balle me sert à soulager les tensions musculaires au niveau du dos, du sternum, soulage également les pieds etc….Il suffit de trouver un arbre (ou même de se coucher parterre) et de glisser la balle entre l’arbre et l’endroit douloureux du dos. Faire glisser de haut en bas et de droite à gauche,par un mouvement de genoux, cela détend tout de suite le dos. En cas de douleur plus tenace, rester appuyé sur ce point douloureux mais sans forcer, bien respirer et quand le « noeud » se détend, appuyer un peu plus fort tout en respirant toujours correctement. Pour le sternum, rouler sur les points douloureux avec la paume de la main et pour les pieds, poser le pied dessus et rouler contre le sol pour faire un petit massage fort sympathique.
    Voilà j’espère que cette petite astuce pourra dépanner quelques randonneurs ayant mal au dos !!!

    Bonne continuation pour ton site et à très bientôt.

  40. Bonjour,
    et merci pour ce site, riche en info !

    Je compte faire le GR20 fin octobre début novembre. Il y a donc un risque de neige ou de grand froid, surtout au nord.
    Pensez vous que votre équipement pour la journée peut suffire ? (t-shirt respirant, micro polaire lafuma, veste de pluie gore tex)

    ou faut un softshell/doudoune en seconde couche ?
    ou alors une polaire plus épaisse ?

    enfin dernière question : il vaut mieux dans ces conditions une polaire ou une micro polaire ?

    Merci bcp !

    et encore bravo pour ce site !!!

    • Bonjour Ted,

      Je pense que pour la marche, cela peut être suffisant. Pourquoi pas prendre un tee-shirt manches longues (avec un col ?) en laine mérinos ou en synthétique isolant un peu.

      Par contre, à l’arrêt, il faudra au moins une polaire plus épaisse en plus (ou une doudoune) et surtout faire attention à avoir des affaires secs tout le temps. Le bonnet est selon moi indispensable et pourquoi pas des gants. Et il faut aussi réfléchir aux jambes (collants, pantalon polaire, etc.).

      Pour la polaire ou micro-polaire, c’est pour la marche ou au repos ?

      A bientôt,
      François

  41. Bonjour,
    Par rapport à ta liste j’ai une question sur ton pare vent du réchaud fabriqué avec une canette, comment l’as tu fabriqué, peux tu m’expliquer un peu s’il te plait ?

    Merci d’avance,

    Benjamin

  42. Bonjour,
    je suis très intéressée par le GR20 en 7 à 8j avec mon mari. Je souhaiterais avoir plus d’informations sur la préparation physique que vous dites légère:
    c’est à dire, qq footings 3x par semaine, qq sorties en montagne et de la grimpe? c beaucoup. J’appréhende plus les descentes que les côtes… Comment vous êtes vous préparés plus précisément?
    Merci pour tout! Votre site est un véritable voyage.

    • Bonjour Amel,

      La préparation physique a été « légère » car nous faisons du sport régulièrement, donc nous n’avons pas ajouté beaucoup à cet entrainement habituel. Et nous avons l’habitude de marcher, nous sommes donc bien habitués à ce type d’effort.

      Qu’est-ce que vous voulez savoir exactement en plus de ce qui est écrit dans la section « préparation physique » de cet article : http://www.randonner-malin.com/le-gr20-en-7-jours-compte-rendu/ ?

      Les descentes peuvent être effectivement traumatisantes, surtout au niveau des genoux. Si vous ne savez pas où vous en êtes physiquement, avant de vous lancer sur le GR20, peut-être que vous devriez essayer une randonnée test : http://www.randonner-malin.com/etes-vous-pret-physiquement/

      A bientôt,
      François

  43. Dans votre pharmacie :

    Je vois la vitamine C. C’est à quel usage ? Un peu tous les jours en préventif pour compenser le manque de nourriture fraiche (personnellement, je doute qu’on risque le scorbut en une semaine) ? Ou peut-être pour se reprendre en cas de gros coup de fatigue ?

    De même, vous aviez de l’aspirine et du paracétamol. Pourquoi les deux alors qu’ils soignent les mêmes symptômes ?

    • Bonjour Vincent,

      Non je crois que pour le scorbut, il n’y a pas de risques. 😉 C’est effectivement pour se reprendre en cas de coup de mou et compenser le manque de fruits. C’est discutable, mais il m’arrive d’en prendre quand je me sens faible ou en train de tomber malade – et ça me requinque (véritable effet ou placébo ?).

      J’avoue ne plus me souvenir pourquoi aspirine et paracétamol. Peut-être parce que je n’avais pas suffisamment de l’un ou de l’autre. En tout cas, j’essaye toujours d’avoir de l’aspirine dans ma trousse de secours en cas d’infarctus (je ne suis pas à risque, mais si jamais j’ai besoin de porter assistance à une personne).

      A bientôt,
      François

  44. Bonjour,
    Je compte faire le GR 20 (sud-nord) fin juillet en 7 jours. Donc partir léger est crucial et je trouve votre liste tout à fait d’actualité en tenant compte du fait que je dormirai en refuge (Pas d’abri et pas de nourriture si ce n »est les barres vitaminées d’usage). Il semblerait que vous conseillez dans ce cas au mois un sac de couchage léger ? D’autre part je compte prendre mes chaussures basses pour marcher à un bon rythme sans trop fatiguer. Dernière question: Quelle moyenne horaire peut-on escompter sur le GR 20 et sur 7 jours pour un marcheur de 68 ans habitué aux efforts (surtout en moyenne montagne) ?
    Enfin si j’avais un partenaire intéressé pour ne pas être seul pour cette randonnée ce serai encore plus sympa.
    Merci
    Alain

    • Bonjour Alain,

      N’ayant pas dormi en refuge, je ne suis pas sûr des équipements, mais je pense qu’il vaut mieux prendre un sac de couchage (à vérifier).

      Pour les chaussures basses, soyez conscient que les terrains sont très cassants et souvent très pierreux. Les chaussures basses peuvent être une bonne option si vous y êtes habitué dans ce genre de terrain.

      Pour ce qui est du rythme de marche, je ne peux pas vous le dire juste avec votre âge et quelques détails sur votre expérience. Je vous conseille pour cela de lire cet article : http://www.randonner-malin.com/etes-vous-pret-physiquement/

      A bientôt,
      François

  45. Bonjour à tous. François, je reviens sur le contenu du sac, où tu parles de Poche à Miel. Dans ma région (Rouen), grandes surfaces, apiculteurs, impossible de trouver cette poche à miel, personne ne connaît! Cette poche sert-elle à mettre le miel comme dans les pots de 1kg? Peut-être a t’elle un autre nom? Qui peut m’aider? Merci et bonne route à tous. Gilbert

    • Bonjour Gilbert,

      Non c’est une poche qui sert de contenant au miel. Ca se trouve en supermarché (mais peut-être pas tous). Tu peux facilement remplacer cela avec des poches pour les compotes (de type pom’potes).

      A bientôt,
      François

  46. Bonsoir,

    Je prévois de faire le GR20 l’année prochaine en autonomie complète sans utiliser les refuges, comme je ne compte pas le faire en 15 jours mais plus rapidement, mes étapes ne tomberont pas forcément pour faire en sorte d’être à un refuge le soir. Je voulais donc savoir si on est vraiment obliger de bivouaquer aux des pieds des refuges ou peux on bivouaquer n’importe où comme dans les Alpes ou autres ? Qu’avez vous fais lors de votre traversée ?

    Et je voulais savoir au niveau nourriture, que pensez vous des plats déshydraté Bolino de marque Maggi que l’on peut trouvés dans les grandes surfaces ?

    Cordialement,

    Benjamin

    • Bonjour Benjamin,

      Oui, on est obligé de bivouaquer à côté des refuges et c’est ce que nous avons fait.

      Sinon, je n’ai jamais testé ces plats déshydratés, il faut regarder au niveau de la composition et du rapport énergie/poids si c’est intéressant.

      A bientôt,
      François

      • Merci pour ta réponse, d’accord je me pencherais un peu plus là dessus pour voir quelle nourriture est le mieux à emporter !

        Cependant je reviens au lieu de bivouac, tu dis que l’on est obliger de bivouaquer à cotés des refuges mais c’est que c’est :
        -une loi ou un arrêt préfectoral
        -ou bien c’est qu’il n’y a pas d’autres endroit où planter la tente du fait qu’il n’y ait pas d’endroit plat et que ce soit escarpé et rocailleux ?

        Donc d’après cela si on veut aller un peu plus vite que les étapes que l’on peut trouver n’importe où sur internet on est obliger de les doubler afin de dormir au pied d’un refuge^^

        • Bonjour Benjamin,

          C’est une règle (je ne sais pas à quel niveau), donc effectivement si tu veux aller plus vite, il faut doubler les étapes.

          A bientôt,
          François

  47. merci François pour cette réponse et pardonne moi si je ne l’ ai pas trouvé dans ton Blog mais il est tellement fourni que je dois être paresseux pour le parcourir et lire

    Ps je suppose que vous vous étiez partager les charge ou êtes vous parti a deux en autonomie chaque un
    je vais cogiter et je reviendrais vers toi si j’ ai besoin ce qui devrais arriver

    a bientôt
    cordialement
    jacques

  48. Bonjour François,

    Tout d’abords un immense merci pour ton blog riche d informations et tellement pédagogique !!

    Petite question à laquelle tu as peut être déjà répondu mais je n ai rien trouve !!
    Concernant le savon d’alep, sous quelle forme l utilise tu (liquide, solide) et surtout dans quel conditionnement
    Je me prépare pour faire le GR2 en solo 7 jours fin Aout / début Septembre et ton blog est une véritable mine d informations pour moi

    Encore un grand merci

    Sebastien

    • Bonjour Sébastien,

      Dans un commentaire, il est précisé « Sinon, pour se brosser les dents au savon d’Alep, il suffit de mouiller ta brosse à dent et de la frotter sur le savon. », donc c’est en solide. Pour le conditionnement je laisse François y répondre mais dans un mini sac de congélation ça doit bien le faire non ?

    • Bonjour Sébastien,

      Sylvain a raison, c’est effectivement un morceau solide stocké dans un petit sac congélation.

      Bonne préparation et à bientôt,
      François

  49. Bonjour,
    Pour info et partager mon expérience, nous sommes partis cet été pour faire la partie sud du GR20 avec ma compagne pendant une semaine.
    Poids de mon sac : 23 kgs au début.
    Ma compagne : 15-16 kgs au début.
    Je précise nous n’étions pas les pires !!!
    La partie sud est dite plus « facile », certe mais ce n’est pas de la rando sur chemin, ou alors du chemin de bouquetin !!! Il faut souvent monter des « marches de pierre » assez hautes, ce qui fait que réduire le poids du sac est très important, et les bâtons de marche nécessaire.
    Concernant mon sac, je voulais le faire en autonomie totale, grossière erreur. Les refuges sont bien fournis et il est possible d’acheter de la nourriture facilement dans les refuges. C’est sûr si on veut du Nesquick, ou des yaourts La laitière on repassera !

  50. Excellent article. 2 petits items qui peuvent faciliter la vie et améliorer votre ordinaire:
    Alimentation: flocons de sucre d’érable pur. Léger, peu calorique et faible indice glycémique. Améliore grandement le goût de la semoule, sucre le café, du pur bonheur.
    Matos: 2 petits sacs plastique que j’enfile par dessus mes chaussettes de rechange si j’ai la malchance de tremper mes bottes.

  51. Bonjour,

    Puis-je avoir votre avis sur ce pull pour faire le GR20 : http://www.zajo.net/fr/tops-pullovers/zero-pull-black.p1491-1.html ??

    Merci d’avance !

    • Bonjour Ben,

      Je ne connais ni la marque, ni le modèle, mais « sur le papier » ça a pas l’air mal.

      A bientôt,
      François

  52. Bonjour François,

    Merci pour ton blog et cette article qui m’aide en tant que grand débutant de la rando!
    Je voudrais te poser une question peut-être idiote, mais ta nourriture ne s’est pas périmé au bout d’un moment? Le saucisson, le pain, le fromage si ce n’est pas au frais?

    Merci d’avance!

    • Bonjour Maxime,

      Aucun problème de péremption, mais on a mangé le pain en premier (en gardant les galettes de riz et les wasa) plutôt pour la fin.

      A bientôt,
      François

      • J’aurai aussi une question par rapport au contenant de l’alcool à brûler! N’y a t’il pas de risque qu’elle se perce?
        Est-ce une poche que l’on trouve n’importe où dans le commerce?

        Merci d’avance!

        • Bonjour Maxime,

          Il y a plusieurs options pour l’alcool à brûler. Les emballages pour compote de style pom’potes ou des emballages similaires pour le miel sont pratiques, assez solides, mais il y a toujours un risque qu’ils se percent. Il faut faire attention où on les stockent et ce qu’on fait avec.

          A bientôt,
          François

          • Bonjour,

            Toujours en rapport avec ce que je t’ai demandé, quel sorte de fromage et quel sorte de saucisson as tu pris? Je me creuse la tête depuis un moment et impossible de trouver ce qui ne finit pas par se périmer ou bout de plusieurs jours!

            Merci d’avance!

          • Bonjour Maxime,

            C’était du saucisson corse assez classique. La plupart des saucissons tiennent plusieurs jours sans problème, ils peuvent juste sécher un peu plus.

            Le fromage était du brebis si je me souviens bien. C’était des fromages à pâte dure. Ça se conserve généralement plutôt bien.

            Bonne journée,
            François

  53. très bien expliqué beaucoup d’information ,le sac ,son poids comte pour moi qui fait que 51 kg et 66 ans

  54. Bonjour François,

    Merci pour ce site si complet et bien fait, je passe des heures dessus, à force de jongler d’un article à l’autre, jusqu’à 10 onglets ouverts en même temps 😀

    Petite question concernant la serviette : quelles dimensions faisaient les vôtres ? Je m’apprête à partir pour Compostelle (début Mai) et souhaite avoir une idée pour la serviette.

    Autre question : que pensez-vous des sandales de marches renforcées (type Keen ou Columbia) pour effectuer ce voyage ? Je sais que Sylvie la pèlerine l’a fait et les porte aux louanges !

    Merci encore et j’attends votre réponse,

    Adrien.

    • Bonjour Adrien,

      Pour la serviette, je dirais qu’elle doit faire 40 x 40 cm.

      Pour les sandales, je pense que ça demande un terrain qui s’y prête bien (terrain facile sans obstacles) et que ça demande de l’habitude.

      Le mieux est que vous essayiez sur de courtes distances pour vous rendre compte. Personnellement je préfère et je conseille plutôt des chaussures de trail respirantes pour ceux qui veulent un maximum de ventilation, mais je sais que certaines personnes ne jurent que par les sandales sur des sentiers faciles.

      A bientôt,
      François

  55. Bonjour,
    J’ai décortiqué avec intérêt votre liste de matériel pour affronter une rando de plusieurs jours, notamment le GR 20.
    J’ai été surpris de constater le décalage entre votre vision des notions de sécurité/confort et la mienne. Surtout pour les choix que vous faites en vue d’une économie de poids.
    A mon avis, les armatures d’un sac ont été placés par les fabricants/ergonomes pour des questions de confort, de répartition des masses sur le dos,… et il ne me viendrait pas du tout à l’idée de prendre le risque de les démonter.
    Le fait de bricoler une tente, sachant qu’il en existe des ultralégères (la mienne fait 1,5kg pour deux places, avec double toit) est, à mon avis, un mauvais choix : les ouvertures entre le tapis de sol et le toit laissent la place aux courants d’air la nuit, qui peuvent être fort désagréables. D’autre part, se protéger contre les intrusions d’animaux dans l’espace vital la nuit est une question de sécurité : les crapauds sortent la nuit, tout campeur sait cela, les fourmis n’ont pas d’heure pour explorer un nouveau territoire, les serpents aiment bien se réfugier dans des endroits chauds des chaussures ou des duvets…
    Dans votre liste de matériel, vous évoquez un réchaud à alcool. Le risque de propagation du feu est réel avec ce type de bricolage, à mon avis, vous en parlez avec un pompier en Corse, il vous dit le reste !
    J’arrête là mes critiques que je pourrais beaucoup prolonger et je continue de randonner sans vous.
    Attention, à mon avis, vous faites fausse route !
    jean-paul

    • Bonjour,

      Etant débutant en randonnée itinérante, tous les avis me semblent bon à prendre. Ceci dit, j’aimerai plus d’info concernant vos avis! Tout d’abord, quelle tente pour 2 avez vous pour 1,5 kg? J’ai cherché je n’ai pas trouvé!
      Ensuite, en ce qui concerne les réchauds à alcool, ils sont évidemment bien plus léger que les autres! Si on l’utilise sur une pierre (ou rocher) en faisant attention, le risque semble quand même minime non?
      Enfin, pour l’armature des sacs en la remplaçant par son tapis de sol par exemple, je ne vois pas où est le problème!
      Vous dites pouvoir prolonger les « critiques », je serai intéressé d’avoir votre point de vu sur le reste!

      • Bonjour,
        Voici les indications pour une tente légère :
        La tente MSR Nook est une tente de randonnée qui a été conçue pour les marcheurs à la recherche d’un produit simple, léger et résistant. De forme très originale, cette tente de randonnée MSR est construite avec uniquement 3 arceaux en aluminium ce qui lui permet d’avoir un poids relativement léger.
        les armatures métalliques viennent rigidifier le sac pour que les masses soient reportées sur les reins et pour que la colonne vertébrale ne soit pas sollicitée pour rattraper les déformations du sac qui auraient une tendance à provoquer de la fatigue inutile.
        Pour ce qui est des autres critiques, je pourrais citer l’oubli des poches plastiques indispensables pour éviter que la tente couverte de condensation qu’on met dans le sac le matin ne vienne mouiller le duvet, la nourriture et les autres effets..
        Les sangles de serrage sont aussi indispensables pour réduire les volumes dans le sac.
        Etc…
        Bonne continuation

    • Bonjour Jean-Paul,

      Je suis d’accord que les armatures sont là pour une raison. Et elles ont un rôle d’autant plus important que le sac est lourd. Je ne m’amuserais pas à avoir un sac à dos de 20 kg dont le dos n’est pas rigidifié d’une manière ou d’une autre.

      En ce qui concerne mon sac, il n’en avait pas d’origine et mon matelas permet de le rigidifier. Nicolas a remplacé la partie dorsale amovible de son sac par son matelas pour rigidifier le sien.

      Il existe effectivement des tentes de plus en plus légères et de plus en plus techniques. Pour nous, cet abri (pesant 837 g en tout) était un très bon compromis. Il est d’ailleurs difficile de trouver une tente à ce poids pour 2 personnes.

      Pour l’air qui circule, il est possible de rabaisser la toile quand il y a du vent. Pour les crapauds et fourmis, ça ne me dérange pas, les serpents je pense que le risque est faible notamment en France (il y a certains endroits où je ne le ferais pas). Même avec une tente double toit fermée, il m’est arrivé que des centaines de tiques rentrent, qu’un dingo rentre (par la force), qu’un opossum essaye de rentrer et de retrouver un scorpion sous mon matelas.

      Pour le réchaud, je ne pense pas que le risque soit beaucoup plus élevé qu’avec d’autres réchauds (le volume d’alcool est petit). Ce qui importe surtout est l’endroit où l’on fait fonctionner son réchaud et le risque d’incendie par rapport au terrain et aux conditions climatiques.

      Les choix que l’on a faits sont personnels, je ne les impose à personne d’autre, mais je ne pense pas que vous puissiez dire que nous avons fait fausse route – car on a passé une super rando. 😉

      Quant à la notion de risque, elle est très relative. Par exemple, avec un sac de 20 kg sur le dos, est-ce qu’il n’y a pas plus de risques de se blesser, chuter, etc. ?

      Je vous invite à lire cet article : http://www.randonner-malin.com/4-principes-pour-randonner-plus-leger/

      A bientôt,
      François

  56. Bonjour .

    J’ aimerais bien savoir un sac à dos de 60 L on peut mettre combien de charge ? et la conversion de L ?

    Merci.
    Cordialement
    Bernard

    • Bonjour Bernard,

      Ça dépend de ce que vous mettez dedans. Cela dit, certains sacs sont prévus pour des charges lourdes et d’autres non – c’est d’ailleurs parfois indiqué par les fabricants.

      Bonne journée,
      François

  57. Bonjour,

    Tout d’abord merci pour votre site très bien fait ainsi que toute les explications que vous donnez.

    En deux mots je vous explique mon projet c’est de faire le tour du mont blanc en Août en bivouac (en quasi autonomie c’est a dire avec des points de ravitaillement) .

    Pour avoir déjà fait des randonnées sur plusieurs jours (5-6 jours) je sais que mon principal « ennemi » c’est le poids du sac à dos. Je le hais a la fin de la randonnée 😉

    Donc je cherche a réduire au maximum le poids de mon sac ( d’ailleurs merci je vais tenter ce week-end votre réchaud P3RS ).

    J’ai une question sur votre trap en terme de confort ( notamment en cas de pluie, de vent,de froid, ce qui peut être fréquent en montagne ). Etes vous vraiment bien a l’abris à interieur? Pas de ressentis de froid ? L’eau de inflitre pas ? Pour le tour du mont blanc ou on peux monter a 2500m et avec un duvet pouvant aller a 0° ( déjà testé en tente ) me le conseillez vous? Est ce juste une barrierre psychologique a passer?

    Merci encore pour ce site vraiment bien fait.

    Brendan

    • Bonjour Brendan,

      Nous avions un abri fermé plutôt qu’un tarp : comme une tente mono-paroi, mais sans tapis de sol intégré.

      Ce n’est pas qu’une barrière psychologique, il faut aussi réfléchir aux différentes situations possibles et parfaire son installation, notamment pour éviter que l’eau ne s’infiltre ou ruisselle. Le choix de l’emplacement et l’installation sont primordiaux pour ne pas avoir de mauvaises surprises.

      Si vous faites ce choix, je vous conseille vivement de faire des tests auparavant, notamment sous la pluie et le vent si possible avant de vous lancer sur le TMB.

      A bientôt,
      François

  58. Bonjour,

    Je vais faire le GR20 cet été. J’ai regardé les avions pour y aller et je me demandé est ce que je n’aurais pas le droit de prendre pour ce trajet ? Connaissez vous ce qui est interdit à transporter en avions pour des randonneurs ? J’utilise un réchaud à alcool type P3RS, bouteille d’alcool, un briquet, couteau, tente (arceaux,sardines), voilà les articles sur lesquels je m’interroge !

    Merci d’avance !

    • Bonjour Benjamin,

      Le mieux est de vérifier directement sur le site de la compagnie aérienne. A vérifier, mais je dirais qu’en soute le réchaud, le couteau, la tente et le briquet (s’il est avec une pierre et une molette) passeraient mais pas l’alcool.

      A bientôt,
      François

  59. Bonjour,
    Je pars faire le GR20 SUD sur une semaine avec un organisme de Trek.
    J’ai acheté un sac à dos il y a quelques temps : Mckinley Grand canyon 45. Je me demandais si celui-ci conviendrait à la randonnée ou s’il faut que je ré-investisse dans un autre sac à dos ?
    Merci infiniment pour vos réponses ! 😉
    Bien cordialement,
    Jessica

  60. Bonjour,
    Je viens de lire le résumé…et je me dis que une femme, seule, en autonomie complète….le poids va peut-être pas être faisable :-/ (sac forclaz 40 air D4, kdo donc je vais pas le flinguer en découpant, je préfère encore ne pas prendre de tapis de sol !), popote qui supporte pas le P3RS à cause du diffuseur de chaleur (D4 aussi…Popote rando 1P en alu anodisé). Tente rando 1,5kg…
    J’ai pas de matériel de pointe comme vous, meme question vêtements, je suis loin d’avoir les moyens…
    Faisable ? Ou j’abandonne ?

  61. Bonjour,
    d’abord merci pour ces articles extrêmement précis et qui sont d’une grande aide, bravo!

    Mes questions concernent certains articles de vos sacs pour lesquels j’aimerais avoir des précisions. C’est une première série, il y en aura peut-être d’autres ensuite!

    Je suis allé à Decathlon et malheureusement souvent le poids des articles n’est pas indiqué.

    – T-shirt Quechua respirant pesant 116 g: avez-vous une référence plus précise?
    – Bonnet Quechua Forclaz 20 à 16 g: inconnu chez Decathlon Lyon. Quelle est la matière?
    – Chaussettes Kalenji Run: sont-elles doubles? pas d’ampoules? imper-respirantes? à acheter ou?
    – Serviette compacte Quechua à 51 g: je n’en ai trouvé qu’une à 118 g
    – aviez-vous une trousse pour les affaires de toilette? Si oui laquelle?
    – sac de couchage UL Columbia moonstone 32 Mummy: est-il 0°/-5°? Ou le trouver? (je ne l’ai pas vu sur internet) Sinon quoi à poids très proche et mêmes caractéristiques?

    Dans un premier temps ce sera tout, merci par avance pour vos réponses,

    Roger

    • Bonjour Roger,

      Voici quelques précisions :
      – Non aucune référence, ce sont les t-shirts de base, les poids sont parfois indiqués sur le site internet.
      – Le bonnet est en polaire.
      – Ces chaussettes ne sont pas doubles, elles ne sont pas imperméables mais respirantes et se trouvent à Décathlon.
      – Dans ce cas, il suffit de la couper. 😉
      – Pas de trousse de toilette, un petit sac plastique a fait l’affaire.
      – Pas facile à trouver en France, il y a énormément de sacs de couchage similaires, je vous laisse chercher.

      A bientôt,
      François

    • Simplement merci pour votre réponse dans un premier temps, en attendant les questions suivantes…à bientôt
      Roger

      • Bonjour François,

        et en effet la question n’a pas tardé:

        dans votre sac il y a une micropolaire Lafuma, un haut en laine mérinos et une doudoune sans manches. La micropolaire est pour la journée les 2 autres pour le soir si j’ai bien compris.

        La micropolaire et la merinos ne font-elles pas double emploi, ou alors la doudoune.
        Votre ami avait un haut technique et un softshell seulement.

        Est-ce que par exemple pour le jour en cas de froid la micropolaire et le merinos peuvent remplir le même rôle? Et pour le soir l’un ou l’autre remplacer la doudoune?
        Je précise que nous nous arrêterons dans les refuges du GR20 avec nuits sous tentes louées,

        merci par avance
        Roger

        • Bonjour Roger,

          La micropolaire était pour l’effort, le haut en mérinos et la doudoune pour le soir. Mais, en cas de froid je pouvais avoir les 3 sur moi le soir.

          Le but du haut en mérinos est surtout d’avoir une première couche sèche pour le soir et la nuit.

          A bientôt,
          François

          • Bonsoir François,

            les chaussettes Kalenji ne sont pas doubles, jusque là j’ai toujours pris des doubles pour éviter les ampoules. Qu’en pensez-vous, est-ce vraiment nécessaire ou seulement un argument de vente?
            Je vous remercie.
            Roger

          • Bonjour Roger,

            En général, je n’utilise pas de chaussettes doubles. Elles sont efficaces, mais d’autres chaussettes sont efficaces aussi et ça dépend vraiment de chacun.

            A bientôt,
            François

          • Bonjour François,

            pourriez-vous me préciser le grammage au m2 de votre haut Mac Pac Merino light, de poids 188g, et une référence plus précise…si possible,

            merci par avance

            Roger

          • Bonjour Roger,

            Honnêtement, je n’en ai aucune idée, il n’est pas tout jeune et il n’y a pas de références dessus.

            A bientôt,
            François

  62. Wouah merci pour ce blog qui est une vraie source d’information !!!
    Continuez surtout !!!

    Au plaisir de vous lire.

    Christelle

  63. Bsoir… Je suis assez nouveau en randonneur, et je me régale de ttes vos questions-réponses! J’ai pris ma décision, je pars fin mai pour Compostelle. Du porte à porte, soit Château-Thierry-Compostela. Le départ approche et je profite de votre site et de tous les conseils qu’il comporte.
    Merci Jeanger

  64. Bonjour François je suis en train d’acheter pour mon gr20 en septembre 2015, peux tu juste me dire ce que tu en penses pour ce qui est du duvet. Approximativement quelle témperature de confort et extrême faut il choisir?
    Merci

    • Bonjour Gabriel,

      C’est une question difficile, car ça dépend de beaucoup de paramètres :
      – Abri utilisé
      – Matelas utilisé
      – Vêtements utilisés pour dormir
      – Frilosité, fatigue
      – Conditions climatiques
      – Etc.

      Je dirais que la plupart des randonneurs doivent avoir des sacs de couchage avec un température de confort entre -5 et 5°C pour une nuit en tente à cette époque sur le GR20.

      A bientôt,
      François

  65. salut ,

    super merci beaucoup pour toutes ces infos , c est super sympa de faire partager

    BRAVO pour tout ce boulot

  66. bravo pour tous ses conseils.Nous partons a 2 pour le gr20 dans qq jours nous dormons dans les refuges.Ma question est il possible d avoir une casserole dans les refuges, pour faire chauffer de l eau, pour mettre dans une thermos pour les repas lyophiliser du déjeuner .Merci pour ta reponse

  67. Bonjour François
    mes felicitations encore pour ton site
    je suis un adepte du hamac et tarp, est ce que tu penses que c’est possible sur le GR20?
    merci de ta reponse

    • Bonjour Philippe,

      A mon avis, ça manque d’arbre par endroits – surtout que le bivouac n’est autorisé qu’à proximité des refuges, donc le choix est restreint.

      A bientôt,
      François

  68. Deux petites remarques: le savon, même d’Alep n’est pas du tout recommandé pour se brosser les dents (les gencives n’aiment pas, c’est trop agressif). Quel intérêt d’emmener de la vitamine C? On n’attrape pas le scorbut en faisant le GR 20.
    Mais belle réflexion sur l’ensemble.

    • Pas de problème pour nous au niveau des gencives, mais il vaut mieux tester avant de partir. Pour la vitamine C, c’est pour « remplacer » les fruits et légumes que l’on consomme habituellement, même si on est conscient qu’il y a énormément d’autres vitamines. Et pour les coups de fatigue. 😉

  69. Super conseil.

    Juste une question, comment tu conserves le saucisson et le fromage ?

    Merci pour tous tes conseils en tout cas.

  70. Bonjour François

    Au niveau des repas tu as détaillé ce que vous avez porter mais peut tu me donner la composition du repas du midi stp? L an prochain je part en autonomie pour 7 jours sur le GR10 et je veux randonner léger ,je suis en train de préparer mes menus , je suis bcp trop lourd en nourriture pour l instant ( 6,238 KG) je vai donc m inspirer de ta liste , j aimerai porter en début de rando maximum 14 KG sachant que je porte 3L d eau car je transpire énormément j ai besoin de boire bcp et souvent pour me rehydrater !

    merci

  71. salut François

    j ai utilisé ton tableau pour faire le mien , j aimerai pouvoir le poster dans un commentaire
    pour qu on en discute mais je ne sais pas comment faire

  72. votre site est tres instructive est tres bien pour les pros

    et mercie a vous francoi je me suis abonner a votre site

  73. Bonjour, penses-tu que le système couchage aurait pu être remplacer par un hamac/moustiquaire/tarp ?

    • Sur le GR20, pas vraiment, car il faut bivouaquer proche des refuges et il n’y a pas forcément de quoi accrocher un hamac.

      Bonne journée,
      François

  74. Bonjour François,

    dans ton sac il y a 2 bouteilles de 1 litre pour l’eau, à 26 g chacune. De quoi s’agit-il? Je n’ai trouvé près de ce poids qu’une gourde souple Liquidtainer 1 L à 28 g. Est-ce cela? Solidité et practicité pour la sortir des poches du sac sur le chemin? Sinon quoi?
    Tout ce que j’ai trouvé d’autre est beaucoup plus lourd.
    Merci par avance
    Roger

  75. Bonjour Roger,

    Il s’agit de bouteilles d’eau classiques en plastique.

    A bientôt,
    François

  76. Une semaine en autonomie complete, avec juste deux litres d’eau? J’ai mal lu?

    • Non 2 litres d’eau au maximum dans le dos, comme on pouvait refaire le plein aux refuges le soir et en journée.

  77. Bonjour et merci pour vos articles.
    Je pars à 2 pour 8 jours et je ne sais pas combien prendre d’alcool à brulé pour le réchaud-cannette, vous aviez 240 gr, est ce suffisant?

    • Bonjour,

      Ça avait été suffisant pour nous. L’idéal est de tester chez soi avant de partir en prenant bien en compte que les conditions seront moins idéales en rando.

      A bientôt,
      François

  78. Bonjour ! Merci beaucoup pour toutes ces informations. Une petite question : la nuit, comment protégiez vous vos sacs à dos de la pluie éventuelle ? Y avait-il suffisamment de place dans votre abris ou étaient-ils à l’extérieur ? La tente que je compte emmener en randonnée est petite et je ne pense pas avoir la place pour y mettre les sacs à dos.

    • Tu as sûrement un poncho ou un grand sac poubelle pour la pluie. La nuit, te recouvres complètement (même dessous) ton sac et tes bottines, pour les protéger non seulement de la pluie mais de l’humidité et de la rosée.

    • On mettait tout à l’intérieur. Cela ne représente pas une place si énorme que ça, car une partie de ce qu’il y avait dans les sacs sert pour la nuit : sac de couchage, vêtements, abri, matelas, etc.

      A bientôt,
      François

  79. Votre liste bien et beaucoup de chose a retenir…pour prochaine longue do.
    Nous venons de faire le GR 20 Sud soit Bavella Vizzavona du 28/08 au 5/09 dont 2 nuits au refuge Capanelle super bien ainsi que Bavella.
    Donc depart a 7 puis 6 copains de 50 a 76 ans avec reservation de toutes nos nuitées..
    Sac 12/14kgs
    Je veux juste signaler le manque de respect de certain gite ou refuge du Parc avec la non fourniture de couverture ou 5 € la nuit et plat de pâte a 10 € ainsi qu’une douche et un toilette pour 80 personnes (Usciolu) ou couchage Bergerie 45 €
    Sinon a faire pour la variétée des paysages…

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)