Mar 222016
 

Le dénivelé en randonnée simplement expliqué
« Dénivelé » est un mot que l’on entend très fréquemment tout au long de sa vie de randonneur.

« Il y a combien de dénivelé ? »
« J’ai fait 1000 m de dénivelé en 2h »
« Le dénivelé, ça me casse les pieds ! »

Pour un grand nombre de randonneurs, cette notion est extrêmement claire, mais j’ai pu constater qu’elle ne l’est qu’à moitié voire pas du tout pour beaucoup d’autres.

Parmi ces personnes, il y a une catégorie que je qualifierais « d’allergique aux mathématiques » qui a même mis cette notion de côté en se disant que c’était bien trop compliqué.

Mais ça, c’était avant !

Et oui, je vous propose un article (garanti sans allergènes) qui vous explique tout cela très simplement.

Note : pour ceux qui se demandent si on dit « un dénivelé » ou « une dénivelée », il semblerait que les deux orthographes soient acceptées, donc profitez-en, c’est rare ! 😉

A quoi sert le dénivelé pour la randonnée ?

Je commence par ce point, car si ça n’avait pas d’intérêt, pourquoi perdre du temps à lire un article à ce sujet ?

Estimer la difficulté et le temps de parcours d’un itinéraire

C’est l’intérêt principal, que ce soit pour préparer un itinéraire chez soi ou effectuer des choix stratégiques une fois sur le terrain.

Sur du plat, on estime principalement la difficulté d’un itinéraire et le temps pour le parcourir à partir de la distance totale. D’autres paramètres rentrent bien évidemment en compte (type de terrain, condition physique, poids du sac, etc.).

Quand un itinéraire est vallonné, on se sert également du dénivelé – tout simplement parce que marcher 1 km en montée est plus fatigant et moins rapide que marcher 1 km sur du plat. Sur des itinéraires pentus, avec peu de sections plates, on ne se préoccupe généralement même pas de la distance, car le dénivelé est beaucoup plus représentatif de l’effort.

Exemple : Si on me dit qu’une étape fait 15 km de distance, 2000 m de dénivelé cumulé positif et 1200 m de dénivelé cumulé négatif (on verra un peu plus bas ce que ça veut dire), je ne vais absolument pas me soucier de la distance. Le temps pour parcourir cette étape sera par exemple environ le double par rapport à une randonnée de 15 km sur du plat.

Anticiper l’orientation

Quand on connaît le profil d’un parcours et le dénivelé de chaque section, cela permet d’anticiper l’orientation sur ce parcours.

On saura par exemple que l’on va monter sur une crête pendant 1 heure, puis descendre droit dans la pente pendant 15 minutes avant de marcher à plat à flanc de colline pendant 30 minutes, etc. Cela permet de suivre sa progression et éventuellement de se rendre compte d’une erreur d’orientation (note : ne pas faire le point assez souvent est une des 7 erreurs pour vous perdre à coup sûr).

Qu’est-ce que le dénivelé ?

Le dénivelé est la différence d’altitude entre deux points géographiques.

Vu comme ça, ça paraît simple !

Exemple : Si votre point de départ est à 1000 m d’altitude et que votre point d’arrivée est à 1500 m d’altitude, le dénivelé est de 500 m (1500 – 1000).

Et si jamais vous faites un itinéraire en boucle ?

Exemple : Si votre point de départ est à 1000 m d’altitude, votre point d’arrivée est aussi à 1000 m d’altitude. Et ça nous fait 0 m de dénivelé (1000 – 1000). Je suis d’accord avec vous, c’est un peu une arnaque, car ça veut dire que toutes les montées et les descentes que vous avez faites entre les deux ne comptent pas !

Ça y est, je sens que votre allergie aux maths revient. 😉 C’est volontaire, j’ai pris ces deux exemples car ils illustrent bien les confusions que l’on peut avoir quand on parle de dénivelé en randonnée. Le problème vient du fait qu’il y a deux types de dénivelés, qu’il est indispensable de distinguer : le dénivelé global et le dénivelé cumulé.

Différence entre dénivelé global et dénivelé cumulé

Dénivelé global

Le dénivelé global est la différence d’altitude entre le point d’arrivée et le point de départ.

Exemple : point de départ à 1400 m d’altitude et point d’arrivée à 1600 m d’altitude. Dénivelé global = 1600 – 1400 = +200 m

Exemple : point de départ à 1700 m d’altitude et point d’arrivée à 1200 m d’altitude. Dénivelé global = 1200 – 1700 = -500 m

Exemple : point de départ à 800 m d’altitude et point d’arrivée à 800 m d’altitude. Dénivelé global = 800 – 800 = 0 m

Cette donnée n’a généralement pas vraiment d’intérêt pour les randonneurs. Ce qui nous intéresse est de connaître le dénivelé cumulé.

Dénivelé cumulé

Le dénivelé cumulé est la somme de tous les dénivelés, c’est-à-dire que ça prend en compte toutes les montées et toutes les descentes. On sépare d’ailleurs généralement les montées et les descentes.

Le dénivelé cumulé positif est la somme des dénivelés de toutes les montées et le dénivelé cumulé négatif est la somme des dénivelés de toutes les descentes.

Voici un petit graphique qui permet d’y voir plus clair. On a ce qu’on appelle un profil altimétrique, qui représente le profil d’un itinéraire avec la distance en abscisse (axe horizontal) et l’altitude en ordonnée (axe vertical).

Note : seule l’altitude est indiquée car la distance n’a pas d’intérêt pour ces exemples.

Profil altimétrique

Comme on l’a vu tout à l’heure, le dénivelé global est ici [Altitude de E] – [Altitude de A] = -200 m
On voit bien que ça ne reflète pas tellement le parcours, car on a deux grosses bosses qui ne sont pas prises en compte.

Pour déterminer le dénivelé cumulé, on va découper en sections de montées et sections de descentes. Nous avons 2 montées, les tronçons AB et CD, et deux descentes, les tronçons BC et DE. Le dénivelé cumulé positif est donc ici la somme du dénivelé du tronçon AB et du dénivelé du tronçon CD.

Dénivelé cumulé positif

De A à B, on a un dénivelé positif de 300 m et de C à D, on a un dénivelé positif de 400 m, le dénivelé cumulé positif du parcours est donc de 300 + 400 = 700 m.

Le dénivelé cumulé négatif est quant à lui la somme du dénivelé du tronçon BC et du dénivelé du tronçon DE.

Dénivelé cumulé négatif

De B à C, on a un dénivelé négatif de 200 m et de D à E, on a un dénivelé négatif de 700 m, le dénivelé cumulé négatif du parcours est donc de 200 + 700 = 900 m.

On a donc maintenant les dénivelés cumulés positifs et négatifs qui sont beaucoup plus représentatifs de la difficulté du parcours, on sait que l’on va monter 700 m au total et que l’on va descendre 900 m au total.

A partir de ces dénivelés, on peut d’ailleurs retrouver le dénivelé global. En fait, le dénivelé global est la différence entre le dénivelé cumulé positif et le dénivelé cumulé négatif.

Dans notre exemple, le dénivelé global est égal à 700 – 900 soit un dénivelé global de -200 m. C’est bien ce que l’on avait trouvé tout à l’heure.

Comment calculer le dénivelé pour une randonnée ?

C’est bien beau de savoir ce qu’est le dénivelé et de connaitre son importance, mais comment fait-on pour le calculer sur un itinéraire de randonnée ?

  • Sur la majorité des itinéraires proposés dans des guides, fiches, topos ou sur internet, cette information est souvent indiquée en plus de la distance, à moins que l’itinéraire ne soit suffisamment plat pour que ça n’ait pas grande importance.Exemple, fiche de randonnée Visorando
  • Vous pouvez également utiliser un GPS ou une application GPS pour obtenir les dénivelés d’un parcours créé.
    Dénivelé calculé avec GPS          Profil altimétrique calculé avec GPS
  • Enfin, vous pouvez obtenir ces informations après une randonnée, si vous enregistrez une trace avec un GPS ou une application GPS ou si vous enregistrez l’altitude avec un altimètre. C’est intéressant mais ça ne vous servira bien évidemment pas au moment de la préparation de l’itinéraire.

Pour finir

Maintenant que les dénivelés n’ont plus de secrets pour vous, vous allez pouvoir vous en servir pour estimer vos temps de marche. Pour ça, je vous recommande cet article très complémentaire.

J’espère en tout cas que ces explications ont mis les choses au clair pour vous et n’hésitez pas à partager cet article autour de vous pour « démystifier » cette notion. 😉

Cet article vous a plu ?
Si c'est le cas, rejoignez plus de 80000 personnes qui reçoivent la newsletter et recevez gratuitement le guide "Comment bien choisir ses chaussures de randonnée" et la liste du matériel à emporter en randonnée. Entrez simplement votre prénom et votre adresse email ci-dessous :

  41 commentaires à “Le dénivelé en randonnée simplement expliqué”

Commentaires (41)
  1. Très bien expliqué ! Je m’obstine souvent à expliquer ce genre de détails, importants, à des amis randonneurs et là ils n’auront plus le choix d’utiliser le bon vocabulaire 😉

  2. J’ai des regrets de n’avoir pas eu connaissance de votre site avant . C’est une source d’informations utiles.
    L’explication du dénivelé est claire et complète.

  3. bravo, pour moi c’est génial, très clair et détaillé
    une question cependant vous parlez d’application pour connaître les dénivelés, distance etc…
    connaissez vous une application à me communiquer ?
    par avance merci

    • Bonjour Yvette,

      Il y a Locus Map qui est très bien ou IphiGénie, pour ne citer qu’elles.

      A bientôt,
      François

  4. Tout ce qui est dit est clair et exact mais vous n’allez pas au bout du raisonnement pour le dénivelé cumulé, en effet suivant les logiciels utilisés (et le nombre de points enregistrés) les valeurs peuvent aller du simple au double. Apparemment il n’y a pas de norme d’établie.

    Exemple: Entre un point A et un point B si vous avez 1000 mesures vous aurez une valeur bien plus élevée que si vous avez 10 mesures.

    Certains appellent (voir FFRP , ex DDE…) « le pas » pour définir le nombre de mesures par unité de longueur, mais cette valeur du pas n’est pas définie.

    En tout cas merci pour l’article , avec les petits dessins on comprend bien, il faudrait que je fasse de même pour me faire mieux comprendre.

    André

    • Bonjour André,

      Je comptais parler de ça dans un autre article (et faire quelques dessins ;-)). Cela dit, j’ai rarement vu des différences allant du simple au double.

      Le pas est effectivement une des raisons des disparités dans les mesures, l’autre étant la méthode de mesure (sur une carte à la main, avec un logiciel, avec un GPS, etc.).

      A bientôt,
      François

      • Prenez un parcours accidenté, évaluée le dénivelé cumulé avec Google earth puis avec openrunner et vous risquez de passer du simple au double (ou a la moitié).

        • Bonjour François,

          Je viens de tester par curiosité car je n’utilise habituellement pas Google Earth, mais n’ai pas réussi à reproduire de tels écarts (10% max). J’ai testé avec des itinéraires contenant peu de points (type routes de GPS). Est-ce que vous auriez des fichiers à m’envoyer que je regarde ça ?

          A bientôt,
          François

          • Bonjour

            Je vous propose l’exemple de ma dernière sortie de 11,2 km près de Hofstetten en Suisse, à proximité de la frontière française de Leymen (68) le 18 mars dernier.

            Fichier GPX sur Openrunner : Dénivelés +385 et -378
            Fichier KML sur Google Earth : Gain/Perte d’élévation : 798 -797.
            La (grosse) différence provient du nombres de points gardés par chaque logiciel de traitement pour calculer les dénivelés cumulés. Peu de différence par contre pour les distance : 11,1 pour Google Earth et 11,2 pour Openrunner.
            Un bon compromis (pour moi) en général est apporté par Visorando

            Dites moi à quelle adresse vous envoyer les fichiers.

            Cordialement
            François

          • Merci pour les fichiers François, j’ai effectivement pu constater la grosse différence. Les dénivelés cumulés de Google Earth sont impressionnants. Cela est probablement du au grand nombre de points vu que c’était une trace.

            Google Earth semble prendre en compte tous les micro-dénivelés en utilisant tous les points (ou beaucoup en tout cas) et pas de lissage (ou peu). Cela ne veut effectivement pas dire que le dénivelé est faux, mais il assez loin des chiffres que l’on utilise habituellement comme repères.

            A bientôt,
            François

  5. Bonjour,

    Félicitations pour l’article, très bien fait comme d’habitude. Pour continuer sur le raisonnement d’André, le nombre de points enregistrés est important mais également le site utilisé. Certains sont à proscrire. Ceux qui s’approchent le plus de la réalité sont Openrunner et Visorando.Un test simple à faire pour comparer la véracité des sites: Chamonix-Mt Blanc. Les 2 altitudes étant connues et que ça monte tout le temps ou presque…

  6. Ce qui m’intéresse avec le dénivelé est de connaître le km effort. Si on fait 15 km sur du plat c’est facile à comparer. Mais avec 700m de dénivelé, cela correspond à combien de km équivalent plat.
    j’ai trouvé ce calcul : 15 + 7 =22 km

    Avez-vous de l’expérience sur ce sujet ?

    Merci

    • Bonjour Xavier (et tout le monde).
      J’allais poser la question quand j’ai lu ton commentaire.
      Un hospitalier sur le Chemin de Compostelle m’a dit un jour : 100m de dénivelé équivaut à 1km sur le plat.
      Je ne sais pas ce que ça vaut comme comparaison, mais cela correspond à ton calcul.
      En attente de retours sur le sujet 😉

      Merci

    • Bonjour Xavier,

      Le kilomètre effort peut être utilisé et il faut pour cela trouver une relation en montée et en descente – qui est différente en fonction des personnes.

      Comme le dit Guillaume, on entend souvent dire que le temps pour parcourir 100 m de dénivelé en montée correspond au temps pour parcourir 1 km sur du plat. C’est pas mal pour une estimation rapide, mais je préfère personnellement connaître ma vitesse sur du plat, en montée et en descente.

      A bientôt,
      François

    • Bonjour,

      pour le Km effort j’ai trouvé une réponse à l’armée Suisse

      100m de dénivelé monté = 1km sur plat
      400m de dénivelé descente = 1km sur plat

      Donc pour un parcours en boucle (monté = descente) il faut prendre le dénivelé et multiplier par 1.25 ! Ensuite on ajoute le résultat au total des kms.

  7. Une explication très claire qui permettra à beaucoup de se familiariser avec cette notion.
    Je randonne beaucoup en montagne et souvent de la famille ou des amis me demandent: pour la HRP tu faisais combien de km par jour? je leurs réponds qu’en montagne on ne compte pas ainsi et si je dit 48000m de dénivelé positif en 45 jours cela leur parait ridicule! Alors j’ajoute 1200m de D+ c’est environ 400 étages et là les gens se rendent compte que l’effort en vertical n’est pas le même (surtout avec un sac!)
    Je pense que cette approche comparative peut permettre aussi aux randonneurs débutants de ne pas se lancer dans une course trop au dessus de leurs forces.

  8. bonjour,
    je souhaite acheter un instrument capable de mesurer de façon fiable l’altitue, plus exactement les différence d’altitude entre 2 points pour tracer des courbes de niveau afin de réaliser des cordons pierreux efficace dans un village sahèlien.
    est-ce que vous connaissez ce matériel?

  9. Bonsoir et merci pour ces précieuses informations. Tout est clair comme d’habitude!

  10. Bon article (comme toujours) Dommage cependant de ne pas donner de moyennes pour estimer le temps de trajet en cas de gros dénivelé.
    Pour donner juste deux exemples :
    1. Les 4000 marches en Cévennes : départ de Valleraugue (+/- 400m), arrivée au Mont Aigoual (+/- 1600m), distance 14km. Et par moments, ça descend (Oui! Je promets!). Avec juste de l’eau et la certitude que quelqu’un m’attendrait au dessus, j’ai mis 3 heures. (Le record en course est de l’ordre de 56 minutes)
    Soit, 400m/heure, c’est vraiment physique!
    2. Roquefixade (+/- 800m) – Foix (+/- 400m) environ -400m, sauf que sur le trajet, il faut escalader 2 crêtes sur le trajet et que du coup, les 10km à la cool (à plat, c’est plié en 2 heures) se transforment en 3 heures 1/2 de marche avec du qui grimpe.
    Habitué à porter 10kg, je pense pas arriver à plus de 300m/heure (Et en effet, c’est plus de cela dont il faut tenir compte que de la distance).
    Merci Benoit!

  11. Voilà encore un article intéressant qui a le mérite de donner des explications simplissimes, même quand on est allergique aux maths. Habitant dans un pays relativement plat (altitude max = 700 m en trichant), le dénivelé a peu d’importance dans la préparation d’une rando, c’est clairement la distance qui s’avère déterminante. D’où quelques surprises lors des mes premières escapades en haute montagne où faire 6 km prend plus qu’une heure (et demande un petit peu plus d’efforts). Désormais je m’amuserai sûrement à préparer les prochaines randonnées de montagne en tenant compte de cela avec l’aide de ces quelques informations, et notamment explorer un peu ces logiciels. J’attends avec impatience un prochain article détaillant d’avantage la méthode de calcul (référence à un post plus haut).

  12. Et Voilà, lorsque c’est bien expliqué tout le monde peut comprendre.merci pour tous vos précieux renseignements.

  13. sans vouloir encombrer les esprits , mais dans la notion de dénivelé , il me parait important d y ajouter la notion de pente car un denivele de 100 m sur 1km de distance n est pas le meme qu un dénivelé de 100 m sur 100 m de distance , ou alors c est qu une notion m echappe mais en ce qui me concerne j attache beaucoup d importance a la pente
    merci de m éclairer

    • Bonjour Jean-Louis,

      La notion de pente a effectivement aussi son importance. Cela dit, pour une estimation rapide, on peut faire une moyenne globale.

      En pente forte, on avance moins vite, mais il y a moins de distance à parcourir (à dénivelé égal). La vitesse pour parcourir 100 m de dénivelé pourra être assez similaire dans les 2 cas.

      Pour une estimation plus précise, tenir compte de la pente est une bonne idée, comme des autres paramètres tels que le profil, le type de terrain, etc.

      A bientôt,
      François

      • François bonjour,et merci pour toutes tes explications qui sont vraiment très claires.Un sujet à évoquer,peut-on arriver à vaincre le vertige?
        Merci à toi. L.C.

  14. très bien expliquer.Merci pour les infos…

  15. François, Merci pour cette explication.

  16. Tout ce qui est dit précédemment est juste, J’attache une importance sur la nature du terrain, entre les Calanques, Chemin escarpés, …. et un boulevard, il y a une différence. Comment l’estimer ? Pas de règle, la condition physique, l’expérience, l’équipement et bien d’autres font qu’il est difficile de donner un e règle de calcul de temps de marche, avec une précision de 10% L’altitude également, au delà de 2000m, on peut ressentir un essoufflement précoce.
    Pour revenir au dénivelé, à la FFRandonnée, nous utilisons, comme cela a été dit plutôt, le KM effort qui est 100m de dénivelé positif = 1km.. Voilà donc félicitations à François pour ses explications qui rendent la rando ludique.

  17. Bonjour,
    Merci ,vos explications sont toujours très claires.
    Un complément d’article intéressant associé aux dénivelés est la baisse de températures .
    Plus on monte plus il fait froid. ( 6.5° par 1000m ). Ce n’est pas à négliger pour savoir quels vêtements emporter si on consulte meteo-france qui donne principalement les températures en plaine.
    Cordialement

    • Bonjour,
      Pour évaluer la température à une altitude donnée, il faut consulter les répondeurs téléphoniques météo de la région de montagne concernée qui donneront l’isotherme zéro.
      1 degré/100m.

  18. Super et très bien expliqué. Merci pour tout et bonne randonnée à venir

  19. Bonjour,
    Merci, tout d’abord, pour vos articles clairs et instructifs.

    Qui dit dénivelé, peut dire altimètre !
    J’ai acquis un altimètre mécanique mais constate que l’utilisation ( pour un néophyte!!!!! ) est loin d’être évidente.
    Avez-vous déjà abordé ce thème.???
    Entre-temps, je regarde l’instrument ; çà occupe !

    Merci
    Gérard

    • Bonjour Gérard,

      Oui je l’ai abordé, mais pas sur le blog, uniquement dans la formation « Ne Perdez Plus le Nord » sous forme de vidéo, car ça demande pas mal d’explications.

      A bientôt,
      François

  20. BONJOUR
    votre explication semble tres claire cependant j’ai encore un peu de mal à comprendre.
    en Italie nous venons de parcourir ce qui nous semblait etre seulement 3,1km avec un denivele de 785 metres. c clair pas de plat, pas de descente ça monte tout le temps! et raide !
    nous avons mis 2H30 soit plus que preconisé, mais peu importe
    je voudrais mesurer le pourcentage de la pente, j’ai trouvé ça difficile mais je n’ai plus l’entrainement.
    merci de votre aide
    cdt

  21. Bonjour,
    100m de dénivelé dans un terrain d’éboulis ne correspondent certainement pas à 1 km sur le plat, ni en temps, ni en effort. Les calculs sont rapidement faussés.
    Il faut donc prendre en compte certains paramètres comme la pente et la nature du terrain.

  22. Au final, nous ne sommes pas tous égaux dans la manière de parcourir à pied 100m de dénivelé, selon l’entraînement, la pente, le type de terrain qui outre sa nature peut considérablement varier en distance: on peut parcourir 100m de dénivelé en ligne droite (pente douce type colline) ou en lacets (pente raide type col de montagne).La distance parcourue et le temps mis pour un même dénivelé ne seront plus du tout les mêmes ! Il faut donc une pente de référence comparable à un km sur le plat.
    Cette pente de référence, on la rencontre rarement sur nos différents parcours de randonnées en montagne (et ailleurs).C’est la raison pour laquelle seul le dénivelé est pris en compte dans le calcul de l’horaire d’une randonnée . Chaque profil de rando est unique !

  23. re-bonjour,
    Mes contributions ci_dessus vont peut-être donner l’impression d’être écrites sur un ton très « professoral » ayant valeur de vérité et ne supportant pas la contradiction ! C’est simplement du « brut de décoffrage » sur un sujet passionnant et pour lequel je me suis enflammé lol……qu’on me pardonne cet excès de confiance !
    Parler de la dénivelée est passionnant, la dénivelée c’est ce que je viens rechercher dans la pratique de la rando: l’effort,( voire la souffrance ?), la volonté, pousser ses limites physiques en sachant que la récompense (sommet, col, refuge) est proche, c’est une addiction !

  24. Bonjour
    Merci pour votre explication, mais il me reste un point encore obscur. Sur une boucle, le dénivelé positif et le dénivelé négatif devraient être identique d’après ma logique. Comment expliquer alors la différence ?

  25. Encore une fois mille merci je comprend beaucoup mieux avec vos explication j y vois beaucoup plus clair
    A bientôt (:-))))

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)