sept 202012
 

Entretien chaussures randonnéeIl est bien beau de passer des heures à chercher la paire de chaussures de randonnée parfaite, puis d’économiser de l’argent pour pouvoir se l’offrir. Tout ça, pour rentrer de sa dernière randonnée de la saison et « ranger » ses chaussures dans un placard telles quelles…

C’est vrai qu’après une randonnée, les jambes lourdes, on a rarement l’envie et le courage de s’occuper de ses chaussures. Après tout, « ça peut bien attendre le lendemain » – et quand on ressort ses chaussures la saison suivante, elles sont toujours dans le même état !

Le problème est qu’en faisant cela, les chaussures se détériorent, vieillissent rapidement, leurs performances diminuent et elles risquent plus facilement de nous « lâcher » en pleine randonnée.

Avouez que ce serait dommage, après tant de temps et d’efforts pour trouver la bonne paire !

Pour éviter cela, il est important de prendre soin de ses chaussures de temps en temps. Et contrairement à certaines idées reçues, l’entretien n’est pas réservé uniquement aux chaussures en cuir – même si celles-ci en demandent un peu plus.

La première chose à faire est de se référer aux conseils du fabricant – car certaines chaussures nécessitent un entretien spécifique. Où ? Sur le petit manuel que vous avez jeté à la poubelle après avoir déballé vos chaussures. ;-) Ne vous inquiétez pas, vous pourrez sûrement retrouver ces informations sur le site internet de la marque.

En attendant, restez avec moi pour quelques conseils sur l’entretien de vos chaussures de randonnée – le tout en 5 étapes.

1 – Le nettoyage

Ce n’est pas forcément logique au premier abord : pourquoi nettoyer ses chaussures alors que l’on va les resalir ? On pourrait penser que la boue et la saleté font office de couche de protection.

Malheureusement, ce n’est pas le cas. Si vous laissez de la boue ou de la saleté sur vos chaussures ou des débris (sable, brindilles…) coincés dedans, celles-ci vont s’abîmer par abrasion.

Bien qu’il faille surtout s’occuper de l’extérieur, cela ne fait pas de mal d’entretenir l’intérieur de temps en temps.

Nettoyage de l’extérieur

Le plus simple pour nettoyer des chaussures de randonnée est d’utiliser une brosse souple et de l’eau froide ou tiède – et d’y ajouter un peu d’huile de coude. ;-) Pensez également à nettoyer la semelle.

Il n’est pas nécessaire de le faire après chaque sortie, mais faites-le régulièrement – même si vos chaussures ne paraissent pas trop sales. Cela vous permet de vous débarrasser des petites particules qui dégradent les matériaux de la tige.

Nettoyage de l’intérieur

L’intérieur des chaussures doit également être nettoyé de temps en temps. C’est surtout important pour les chaussures imper-respirantes afin qu’elles ne perdent pas leur respirabilité. Nettoyer l’intérieur permet aussi de limiter le développement des mauvaises odeurs – un plus pour vos coéquipiers !

Vous pouvez faire cela en remplissant l’intérieur de vos chaussures d’eau froide ou tiède et en frottant légèrement. Sachez par contre que vos chaussures mettront assez longtemps pour sécher si vous faites cela. N’espérez pas les réutiliser le lendemain !

Il existe des produits de nettoyage spéciaux qui sont plus efficaces que l’eau seule, mais ils ne sont pas indispensables si vous effectuez un entretien régulier.

2 – Le séchage

S’il y a une étape indispensable après chaque sortie, c’est celle-là ! Vous n’avez aucune excuse de ne pas le faire, c’est la plus simple. Pour faire sécher vos chaussures :

  • Enlevez la semelle intérieure pour que vos chaussures s’aèrent et sèchent plus rapidement.
  • Ouvrez en grand vos chaussures en desserrant les lacets. L’idéal serait d’enlever complètement les lacets, mais je partage votre manque de motivation pour faire cela après chaque randonnée. ;-)
  • Faites-les sécher à température ambiante. Ne les exposez pas à une source de chaleur directe (feu, radiateur, etc.) – c’est un des meilleurs moyens de détruire vos chaussures rapidement.
  • Si vos chaussures sont trempées, bourrez-les de papier journal pour accélérer le séchage.

3 – Le traitement

Avant d’appliquer un quelconque traitement, vos chaussures doivent être propres. Certains traitements requièrent que les chaussures soient sèches, d’autres qu’elles soient humides – référez-vous à la notice d’utilisation du produit. Il existe deux types de traitements principaux :

Les produits « réimperméabilisants »

Il est possible de « réimperméabiliser » des chaussures grâce à ces produits. J’ai bien mis le terme entre guillemets car il s’agit en fait de redonner de la déperlance au matériau (l’eau perle et ne s’infiltre pas) – bien que ce genre de produits se disent « imperméabilisants ».

Une chaussure qui manque de déperlance absorbe l’eau et ne respire plus aussi bien – l’air intérieur ne pouvant plus s’échapper par les pores remplis d’eau, et la différence d’humidité de chaque côté étant faible.

Tout dépend de la fréquence d’utilisation des chaussures, mais en moyenne je recommanderais de faire cela une fois par an.

Attention, car les produits « imperméabilisants » sont spécifiques à chaque matériau (cuir, nubuck, suède, etc.) – n’en utilisez pas un au hasard. Un dernier conseil : suivez correctement les instructions d’application du produit si vous voulez un bon résultat.

Les crèmes protectrices

Les crèmes protectrices sont surtout utilisées sur le cuir afin d’éviter qu’il ne sèche et ne craquelle. Souvent, la crème s’applique à l’aide d’un chiffon puis est chauffée légèrement au sèche-cheveux pour une meilleure pénétration. Comme pour les produits « imperméabilisants », assurez-vous d’utiliser un produit qui convienne au matériau de vos chaussures.

Evitez d’utiliser des graisses sur le cuir des chaussures de randonnée, car elles assouplissent trop le cuir et le rendent étanche (il ne respire donc plus).

4 – L’inspection et les réparations

Inspectez régulièrement vos chaussures et réparez-les le plus tôt possible si besoin. Il vaut mieux faire cela après chaque randonnée plutôt que d’avoir une mauvaise surprise avant de partir.

N’attendez pas que votre semelle soit à moitié décollée pour la réparer. Dès qu’une partie de vos chaussures est endommagée, réparez-la. Parfois, il suffit simplement d’une goutte de colle.

Il y a deux raisons à cela :

  • Une réparation effectuée tôt tient souvent mieux.
  • Une réparation non effectuée peut gâcher une randonnée ou compromettre votre sécurité.

5 – Le rangement

Bien évidemment, avant de les ranger, vos chaussures doivent être sèches (et propres dans l’idéal). Stockez-les dans un endroit sec et aéré. Evitez de laisser vos chaussures près de zones chaudes ou exposées aux rayons du soleil.

Si vos chaussures restent inutilisées pendant une longue période, l’idéal est de les bourrer de papier journal pour qu’elles gardent leur forme – ou d’utiliser un autre système.

Pour finir

Vous n’avez maintenant plus aucune excuse pour négliger l’entretien de vos chaussures de randonnée. Avec un minimum d’efforts, vous pouvez vous assurer d’avoir des chaussures durables, performantes et confortables.

Il serait dommage de s’en priver.

Dans cet article, j’ai parlé de produits de nettoyage, d’entretien et « imperméabilisants ». Les plus connus et utilisés sont actuellement de la marque Nikwax. Vous pouvez les retrouver sur Amazon ici.

Si cet article vous a plu et que vous voulez être prévenu des articles à venir, suivez-moi sur Google+.

Note : tous les liens de cet article pointant vers Amazon sont des liens affiliés. Si vous achetez un produit chez eux en suivant un de ces liens, je toucherai une petite commission sans que cela n’augmente le prix que vous payez. Cela me permet de continuer à vous proposer du contenu gratuit chaque semaine. Merci à vous !

Cet article vous a plu ?
Si c'est le cas, rejoignez plus de 14000 personnes qui reçoivent la newsletter et recevez gratuitement le guide "Comment bien choisir ses chaussures de randonnée" et la liste du matériel à emporter en randonnée. Entrez simplement votre prénom et votre adresse email ci-dessous :

  26 commentaires à “L’entretien de ses chaussures de randonnée en 5 étapes”

Commentaires (25) Pingbacks (1)
  1. super article, bien efficace!
    faites quand-meme attention avec le papier journal, l’encre vas desintegrer la membrane gore-tex, et elle sera donc plus etanche!!!

  2. Aïe, c’est vrai qu’elles sont dans le placard peu ou prou dans l’état où elles étaient en rentrant à la maison, mais j’ai une excuse ! Une bien bête et bien enquiquinante entorse, on s’occupe du pied, et les chaussures, on verra plus tard ! Mais maintenant, il serait bien temps que j’y pense.

  3. Cet article tombe à pic même si je compte bien randonner cet automne voire hiver. De retour de 2 semaines aux Açores avec marche dans de la boue (quand ce n’était pas de la bouse…), de l’eau (pour rincer la boue), j’aurais bien besoin de nettoyer mes chaussures (et aussi de réparer quelques points d’usure. Je n’aurais jamais pensé et osé les remplir d’eau pour nettoyer l’intérieur !
    Je note le truc pour les faire sécher plus vite. J’ai malheureusement vécu des « brûlures » aux pieds après avoir marché toute une journée avec des chaussures trempées de la veille, n’ayant pas séché la nuit dans une maison trop humide. :(
    Merci et bonne rando en Corse ! Mer et montagne, le pied. Et si le soleil est de la partie, encore mieux !

  4. Article bien organisé. Cela me conforte dans mon approche du nettoyage de mes chaussures.
    Un grand merci
    Michel

  5. Merci de ton article François. Toujours pris grand soin de mes chaussures vu leur Prix!!!

    Belle randonnée en Corse. Lina

  6. Un petit rappel de temps en temps, ça ne fait pas mal, mais l’année n’est pas finie et il reste quelques beaux jours avant de ranger les chaussures au placard. En tout cas merci pour ces précieux conseils.

  7. Très bien sauf pour l’intérieur des chaussures : je ne suis pas du tout convaincu.
    J’utilise une petite éponge bien humidifiée pour retirer le sel issu de la transpiration et c’est suffisant.

    • Bonjour Marcel,

      Pour un nettoyage régulier, une éponge suffit effectivement.
      Pour les personnes qui sont un peu plus fainéantes et qui font un nettoyage occasionnel, je pense qu’un nettoyage « en profondeur » est parfois nécessaire.

      A bientôt,
      François

  8. Salut,

    Pour sécher les chaussures je préfère les serviettes en microfibres au papier journal. Ce deniers a quelques soucis (l’encre qui peut partir et le papier peut se défaire) inconnus des serviettes en microfibres. Sinon, super-article !

  9. Pour sécher ses chaussures, vous pouvez aussi utiliser un séchoir naturel, composé de copeaux de bois de cèdres rouge. Le cèdre à la faculté d’absorber l’humidité 8 fois plus vite que l’air. L’intérêt, c’est d’absorber l’humidité rapidement et d’éviter que les bactéries apparaissent. Ces bactéries créent des odeurs dans les chaussures ou autres accessoires d’ailleurs, provoquent l’apparition de mycoses et autres champignons. On peut aussi dire que ces bactéries dégradent les tissus.
    Il existe un séchoir intitulé stuffitts, il est léger et je peux l’emmener partout d’ailleurs je l’ai pris avec moi lors de mon expédition sur le Kilimandjaro. Je voulais quelque chose de léger et suffisamment efficace pour sécher mes chaussures entre les étapes. Dés la fin de mon expédition, j’ai lavé mes chaussures avec beaucoup d’eau,là encore j’ai utilisé mon séchoir naturel qui en plus à déposer une odeur de cèdre.
    Il y a même des modèles pour les gants, les casques ainsi que le principal celui pour entretenir mes chaussures de randonnée.
    Voici le site où je l’ai acheté
    http://www.stuffitts.fr

  10. Ouf ! Près de 2 heures passées à fouiller sur votre site, glanant ci et là infos et « trucs » divers utiles …
    Ayant longuement épluché les articles de la page « posez-moi des questions », je crois bien ne pas avoir lu de sujet sur … le « bon laçage » de chaussures. Ayant quelques paires de chaussures de rando, basses ou montants, TOUTES ont des lacets ronds et, souvent, malgré un double bouclage, le noeud se desserre … … Avez-vous « LE » truc qui permet de garder ses lacets bien serrés du début à la fin d’une rando ? J’ai copié un randonneur expérimenté mais trouve que la technique indiquée
    (bi-bouclage de base) est bien complexe …
    Merci d’avance. Pour la réponse et les gros progrès que j’ai pu réaliser grâce à vos infos et vidéos (open runner, orientation, notamment) …

    • Bonjour Renée,

      Je n’ai pas vraiment de truc. J’ai trouvé que le type de lacets avait une grande influence.

      Les lacets ronds ont effectivement tendance à se desserrer. Certains sont torsadés et se desserrent beaucoup moins facilement. J’en ai même vu avec une sorte de silicone dessus et ça fonctionne plutôt bien.

      Je pense surtout qu’il faut éviter les lacets complètement ronds.

      A bientôt,
      François

      • Bonjour François et Renée,

        Pour les lacets, j’ai une solution pour vous.
        Je m’en sers sur les chaussures de trail (course running en montagne) et mes chaussures de randonnée.
        Le but de ces lacets, ne plus jamais avoir à les faire et surtout aucun problème concernant le fait qu’il se desserre.
        Il s’agit d’un lacet élastique avec des noeuds, lesquels se bloquent au niveau des oeuillets.
        Voici le lien
        http://www.xtenex.fr/FR/index_FR_choix.html
        Il y plusieurs tailles selon votre pratique (sportive, randonnée ou enfant)
        Point important, comme on ne les manipule pas à les mettre et enlever, ils s’usent bq moins vite

        Nicolas
        http://www.stuffitts.fr (embauchoir ecorresponsable sportifs et loisirs)

  11. Bonjour,
    Contrairement à tous, j’ose préconiser, après le nettoyage complet de la chaussure et ce, deux fois par an, le recouvrement léger de la partie daim avec un mélange deux tiers huile un tiers paraffine liquide (fondue dans l’huile) et refroidie, comme formule d’entretien, non que l’imperméabilisant ne convienne pas, mais au bout d’un certain temps, le daim perd en élasticité, aussi convient -il de le nourrir légèrement, tout en préservant ses autres qualités. On frotte légèrement après avec un chiffon, le surplus est alors évacué. On peut d’ailleurs se permettre de revêtir toute le cuir de la chaussure avec cette formule peu coûteuse, deux fois par an ou en cas de terrains à parcourir, vraiment très mouillé et argileux, en préalable, c’est bien.
    Cordialement, Elisabeth

  12. bonjour
    a propos de chaussures, je souhaiterais avoir votre avis sur le désert et la marche dans le sable et la chaleur : y a t’il des chaussures meilleures que d’autres pour marcher dans le sable (un vrai calvaire pour moi !) ?
    a t’on moins chaud dans des chaussures non imperméables ? ma femme pense que oui, moi j’en doute
    merci et bonnes fêtes à tous

    • Bonjour,

      Je vais donner raison à ta femme. Les chaussures imperméables et celles qui sont imper-respirantes (à la fois imperméables et respirantes) sont moins respirantes que des chaussures non imperméables. Tu transpireras donc plus dedans.

      Le problème du sable est l’accumulation à l’intérieur des chaussures et pour cela certaines personnes utilisent des chaussures très ouvertes de type sandales de marche. L’inconvénient de ces chaussures est par contre qu’elles ne maintiennent et ne protègent pas très bien le pied et peuvent être douloureuses à la longue.

      A bientôt,
      François

      • bonjour
        mon fils fait beaucoup de randonnée et avait un énorme problème de transpiration et d’odeur
        j’ai trouvé cela sur un site
        l’acide borique acheté en pharmacie
        mettre une cuillère à soupe de cette poudre dans chaque chaussure et remuez dans tous les sens (récupérer le surplus le lendemain et le mettre dans d’autres chaussures)
        ça absorbe l’humidité et ça détruit l’odeur
        le faire de temps en temps
        ça ne coûte pas grand chose 2 euros le sachet environ

  13. Salut à toi François,
    Question à part : que penses-tu des chaussures minimalistes pour ta rando ?
    Je suis curieux de savoit ton avis sur le sujet puisque je m’en sert très régulièrement pour marcher/courir !
    Romain

    • Bonjour Romain,

      Je n’ai jamais testé, mais je ne m’y risquerait pas sur pas mal de chemins de rando, notamment ceux avec beaucoup d’obstacles (pierres, branches, etc.).

      Je pense que ça peut être intéressant sur des chemins « roulants », avec un sac léger et un rythme soutenu : quelque chose qui se rapproche un peu plus du trail.

      A bientôt,
      François

 Laisser un commentaire

(requis)

(requis mais non diffusé)

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>