Sep 252015
 

Comment éviter les crampes et que faire quand on en a une ?Vous connaissez probablement cette sensation exquise d’un muscle qui se contracte involontairement, soudainement et qui reste fortement contracté…

Mais si, souvenez-vous, cette délicieuse sensation s’accompagne souvent d’une grimace, voire d’un petit cri et d’un « ****** j’ai une crampe ». 😉

La plupart des personnes pratiquant un sport sont confrontées un jour où l’autre aux crampes. Certaines personnes le sont fréquemment – et pas uniquement en pratiquant un sport (je pense notamment aux crampes nocturnes) – alors que d’autres le sont beaucoup plus rarement.

Nous allons surtout nous intéresser aux crampes survenant lors de randonnées et touchant donc les jambes (mollets, cuisses, pieds…), mais cet article est tout à fait transposable pour d’autres activités sportives et d’autres muscles.

Si la sensation dont je parle vous est inconnue et que vous ne savez pas si vous avez déjà eu une crampe, c’est probablement que vous n’en avez jamais eu. En général, quand on en a une, on le sait – il est difficile de se tromper.

Que vous en ayez déjà eues ou pas, la suite de cet article vous permettra de mieux comprendre ce que c’est, comment les éviter et comment réagir une fois qu’il est trop tard (quand vous êtes en train de grimacer).

Lire la suite »

Jan 312015
 

Comment respirer malin pendant vos randonnéesLaissez-moi vous remémorer un moment douloureux que vous avez sûrement déjà vécu

– Vous marchez, c’est plat, vous vous sentez bien.
– Vous regardez cependant de plus en plus la montée qui vous attend et qui « s’approche » rapidement.
– Ca y est, elle est là !
– Vous attaquez la montée, vous vous sentez toujours bien.
– Vous respirez maintenant un peu plus fort et plus rapidement, mais ça va toujours.
– Vous regardez de moins en moins le paysage et vous commencez à vous sentir un peu moins bien.
– Votre respiration devient saccadée et vous avez l’impression de manquer d’air.
– Et vous êtes maintenant contraint de vous arrêter pour faire une pause et reprendre votre souffle.

Cette sensation d’essoufflement, de manque d’oxygène, tous les randonneurs la connaissent. Pour beaucoup, ça se passe dans les montées, mais ça peut aussi être le cas sur du plat – notamment avec un rythme de marche élevé.

Pour limiter cette sensation d’essoufflement, il y a plein de possibilités :

Une autre possibilité – et celle dont je vais parler aujourd’hui – est la respiration. Bien effectuée, elle limite non seulement la sensation d’essoufflement mais apporte beaucoup de bénéfices pour nos randonnées.

Le gros avantage est que ce n’est pas compliqué et que les bénéfices se sentent rapidement. La respiration ne fait pas tout (ça ne remplace pas une bonne condition physique), mais peut apporter beaucoup – même pour ceux qui ne font pas d’efforts très intenses.

Lire la suite »

Déc 042014
 

8 conseils pour bien récupérer après une randonnée (sans bière de récupération)Si après une randonnée, votre récupération consiste à vous installer sur un canapé en sirotant une bière, vous serez sûrement intéressé par la suite de cet article. Attention par contre, je casse le mythe de la bière de récupération – ne le faite donc pas lire aux personnes à qui vous avez fait croire que c’est un bienfait pour votre récupération. 😉

La bière de récupération intègre bien les notions de repos, de réhydratation et d’alimentation, mais il y a juste un petit souci : l’alcool. Mais j’en reparle un peu plus tard.

En attendant, vous vous demandez peut-être à quoi ça sert de récupérer après une randonnée. C’est une notion dont on entend parler dans beaucoup de sports, mais pas tellement en randonnée. Pourtant, ça s’avère très bénéfique dans certains cas – même si nous verrons que ça l’est plus ou moins en fonction de l’effort que vous avez fait.

En gros, qu’est-ce qu’une bonne récupération peut vous apporter ?

  • Des jambes moins lourdes, moins gonflées – surtout le lendemain et surlendemain d’un effort.
  • Moins de courbatures le lendemain et le surlendemain – voire les jours suivants.
  • Moins de blessures – sur le court, moyen et long terme – en diminuant les tensions musculaires et en réparant plus rapidement les microlésions.
  • Moins de fatigue – physique et générale.
  • Une meilleure compensation (adaptation du corps à l’effort) – votre corps en retirera plus de bénéfices physiques.

=> Tout ça vous permet d’être plus « frais » le lendemain et les jours suivants – que vous randonniez ou pas. Si vous randonnez ou faites un autre sport dans les jours suivants, ça n’en sera que bénéfique car vous serez plus performant, moins fatigué et aurez moins de chances de vous blesser. En plus, une bonne récupération permet de cumuler plus d’efforts pendant une période d’entraînement tout en restant bénéfique.

Lire la suite »

Nov 072014
 

Tiques et maladie de LymeIl y a dans le titre une idée de (mauvais) scénario de film. Après les fourmis, les guêpes, les sauterelles et autres petites bêtes : « les tiques à la conquête du monde ».

Ce scénario catastrophe n’est pas tellement réaliste et (légèrement) pessimiste, mais illustre un problème plus ou moins bien connu chez les pratiquants d’activités de plein air : les tiques et la maladie de Lyme.

Plutôt que de faire un film, j’ai décidé d’écrire un article sur le sujet pour vous mettre au courant des dangers liés aux tiques et des bons gestes à adopter – car la plupart des randonneurs auront affaire à des tiques au moins une fois dans leur vie.

En ce qui me concerne, j’ai déjà beaucoup donné. En France, quelques morsures plusieurs fois, et une fois avec une vingtaine de petites tiques sur un seul ( ?) bras après être allé chercher des champignons.

En Australie, beaucoup plus de morsures, dont un réveil des plus désagréables dans ma tente à cause de démangeaisons : une centaine de petites tiques sur tout le corps. Les enlever a été très fastidieux et j’ai eu des démangeaisons et des infections localisées pendant quelques mois. Et dire que ça devait être un réveil agréable derrière des dunes au bord de la mer… Autant vous dire que J’ADORE les tiques !

Lire la suite »

Août 212014
 

Contenu trousse de secours randonnéeEnfin, cet article voit le jour sur le blog ! J’ai déjà parlé du contenu du sac à dos – notamment avec la liste de matériel téléchargeable (Cliquez ici pour télécharger la liste de matériel), du contenu du kit de réparation, mais je n’avais pas vraiment abordé le sujet de la trousse de secours alors que ça m’a été demandé très souvent. Avant de parler du contenu, j’aimerais vous dire pourquoi j’ai mis si longtemps à écrire cet article – car ça a son importance pour la suite de l’article.

Il faut savoir que le contenu de la trousse de secours est quelque chose de très personnel. Personnel, dans le sens où ça dépend vraiment de chaque personne. En plus de chaque personne, ça dépend de chaque randonnée. J’avais donc des difficultés pour écrire un article qui puisse être utile dans le plus grand nombre de situations.
Je ne voulais pas non plus vous pousser à prendre trop ou trop peu de matériel – car le problème est le même que pour le reste du matériel – c’est une question de compromis : on veut assurer sa sécurité et son confort tout en essayant de minimiser le poids de son sac à dos.

Au final, j’ai opté pour une liste basée sur ma propre trousse de secours ainsi que celles de personnes que je connais. A vous de l’adapter ensuite en rajoutant ou en enlevant des éléments en fonction de vous et des conditions dans lesquelles vous randonnez.

Lire la suite »

Jan 172014
 

Du papier toilette et des étrons en guise de balisageVous marchez, vous profitez de la nature, vous êtes dans un cadre somptueux et vous en profitez même pour prendre quelques photos. Vous êtes attentif à cette nature qui vous entoure, vous entendez le bruit du vent dans les feuillages, vous sentez cet air frais sur votre visage et soudain une couleur vous attire l’œil. Du blanc, très blanc, une couleur peu présente dans la nature. Vous vous approchez par curiosité et tombez nez à nez avec un somptueux morceau de papier toilette en compagnie de quelques étrons…

Rien de tel pour gâcher une randonnée ou un moment passé dans la nature !

Je suis sûr que vous avez déjà vécu cela, je l’ai malheureusement vécu de nombreuses fois, et j’aimerais parler de ce sujet un peu tabou aujourd’hui. Si jamais cet article peut améliorer les pratiques de quelques personnes, j’en serais déjà très satisfait.

C’est un article que j’avais envie d’écrire depuis un moment. J’ai essayé qu’il reste constructif et ne tourne pas au « coup de gueule ».

Et pourtant, je suis dépité à chaque fois qu’à quelques mètres d’une route ou d’un sentier traînent des morceaux de papier toilette ou des mouchoirs et des excréments. J’ai du mal à comprendre que certaines personnes ne fassent même pas l’effort de cacher tout ça. Est-ce que ces personnes feraient cela dans leur jardin ? J’en doute… Et je pense qu’elles feraient preuve d’un peu plus d’ingéniosité pour faire cela plus proprement.

Je ne vais pas m’étendre sur la pollution que cela entraîne – qui est à la fois visuelle, olfactive et environnementale – car je pense qu’elle est assez évidente. Nous allons donc voir d’où vient ce problème (papier toilette et excréments « posés » sur le sol) qui est fréquent en France (et dans d’autres pays) alors que ce serait une chose impensable dans beaucoup d’autres pays (même européens).

Lire la suite »

Jan 122012
 

Préparation physique randonnéeVous êtes-vous déjà arrêtés au milieu d’une montée, épuisés, dégoutés de la randonnée en vous disant « je n’irai pas plus loin » ? Aimeriez-vous remarquer les fleurs qu’il y a sur votre passage plutôt que de regarder le haut des montées en vous demandant quand ce calvaire va s’arrêter ?

Beaucoup d’entre vous se sont sûrement rendu compte que la randonnée, c’est parfois dur – surtout dans les montées et avec un sac sur le dos – que dans les descentes, ce n’est pas forcément mieux, et que les blessures sont plus nombreuses que ce que l’on aurait pu penser.

Il est sûrement temps de parler de préparation physique !

L’expression « préparation physique » peut interpeller certaines personnes quand on parle de randonnée – car c’est souvent une expression utilisée pour des sports plus « classiques » mais nous allons voir que dans beaucoup de cas elle est indispensable pour pouvoir prendre du plaisir à randonner.

Avant de faire ses premières randonnées, en tant que débutant on ne se rend pas compte que cela peut être physiquement difficile. On se dit que « c’est comme une ballade » mais que ça dure plus longtemps et que ça monte et ça descend un peu plus. Après quelques randonnées où l’on souffre physiquement, beaucoup d’entre nous (ceux qui ne sont pas dégoutés à vie) cherchent un moyen de se préparer physiquement pour la prochaine randonnée afin ne pas souffrir autant qu’à la précédente.

Voici 3 avantages de faire une préparation physique avant une randonnée.

Lire la suite »

Nov 172011
 

Etirements musculaires en randonnéeEnormément de randonneurs négligent les étirements ou pensent qu’ils sont réservés uniquement aux personnes âgées et aux personnes en mauvaise forme physique. Avez-vous déjà pensé que quelques étirements pourraient soulager vos problèmes de dos, de genoux ou vous éviter d’en avoir ? Avez-vous déjà pensé que vous pourriez ne pas vous sentir raides et ne pas avoir de douleurs le lendemain d’une bonne journée de marche ?

Les étirements dont nous parleront ici n’ont pas pour but de devenir plus souple mais d’améliorer la récupération et d’éviter les blessures.

S’étirer en randonnée peut paraître inutile pour beaucoup. D’ailleurs, énormément de randonneurs s’en passent. La plupart des randonneurs y pensent uniquement le lendemain d’une journée de marche en se levant : « houlà, je suis raide, j’aurais peut-être dû m’étirer hier soir ». Certains s’étirent uniquement quand c’est leur seule option pour soulager leurs mollets qui brûlent dans une montée.

C’est souvent quelque chose que l’on ne fait pas jusqu’au jour où l’on se blesse et qu’un médecin nous dit que des étirements auraient pu prévenir ces blessures.

Comme beaucoup, pendant mes premières randonnées, je m’étirais uniquement quand je sentais un début de crampe. Jamais avant, jamais après ! En plus, mon ego trouvait à l’époque que cela ne faisait pas très « sportif » ! Quelques blessures d’usures plus tard – pas uniquement en randonnée – m’ont fait comprendre l’importance des étirements.

Plus nous vieillissons, plus notre corps et nos muscles deviennent raides et plus ils sont susceptibles de subir des lésions. Voici sans plus attendre 5 bonnes raisons de s’étirer en randonnée.

Lire la suite »

Août 252011
 

Comment_chier_dans_les_bois_pour_une_approche_environnementale_d_un_art_perduJ’imagine que beaucoup d’entre vous se demandent de quoi il s’agit ? Oui, le titre de cet article est un peu différent de ceux de mes articles habituels. 😉

Et bien le titre de cet article est le titre d’un excellent livre que je vais vous présenter. Je l’avais déjà mentionné dans un de mes articles sur la purification de l’eau.

Comment chier dans les bois : Pour une approche environnementale d’un art perdu est une traduction du livre original « How to Shit in the Woods: An Environmentally Sound Approach to a Lost Art » de Kathleen Meyer. Ce livre est paru en 2002, comporte 146 pages et a été traduit par Jean-Marc Porte.

Un ami m’avait offert la version française de ce livre il y a quelque temps. Je n’en avais pas entendu parler auparavant et j’avoue avoir été vraiment surpris par le titre. Je ne savais pas exactement à quoi m’attendre. J’imagine que vous non plus !

C’est un livre beaucoup plus sérieux qu’il en a l’air si l’on s’arrête uniquement à son titre provocateur. Le sujet est traité intelligemment, sans tabous et avec beaucoup d’humour. Je suis sûr que cet ouvrage bénéficierait à beaucoup de randonneurs. Il lie l’utile à l’agréable en nous apprenant beaucoup tout en nous faisant sourire. Et c’est sûrement ce qui fait son succès international.

Voici un aperçu du livre avec un résumé succinct, chapitre par chapitre.

Lire la suite »