Oct 152014
 

4 principes (et de nombreuses astuces) pour randonner plus légerLe poids du sac à dos est un des ennemis du randonneur. Vous l’avez sûrement déjà entendu ou lu – que ce soit sur Randonner Malin ou ailleurs. Vous l’avez peut-être même vécu (comme moi – 25 kilos pour ma première grande randonnée) ! Je ne vous le souhaite pas, mais je sais que c’est « formateur » pour beaucoup de personnes – même si ce n’est pas indispensable.

Vous êtes peut-être d’ailleurs tombé sur cet article en cherchant une solution à un sac à dos trop lourd. Vous tombez bien, car ce n’est pas une fatalité (sauf dans certains cas exceptionnels). Beaucoup de personnes sont dégoûtées de leurs premières randonnées de plusieurs jours à cause du poids de leur sac et c’est dommage.

C’est un problème qui se pose moins pour les randonnées à la journée car le poids du sac à dos est souvent assez faible. Mais pourquoi ne pas éliminer un peu de poids superflu et prendre de bonnes habitudes ?

Cet article décrit quelques bases de la randonnée légère ou de l’allègement du sac à dos (peu importe comment vous voulez l’appeler). Il ne se veut absolument pas exhaustif, car le sujet demanderait beaucoup plus qu’un article. J’ai regroupé 4 principes utilisés pour alléger son sac à dos de randonnée. Le but est de vous faire réfléchir (et oui encore, à croire que je le fais exprès ;-)) aux moyens d’alléger votre sac – sans que cela n’affecte votre sécurité et en respectant votre budget. Je partage également avec vous quelques astuces pour illustrer les différents principes.

Note : J’avais déjà fait une petite introduction rapide à l’allègement du sac dans l’article : « Faites-vous ces 2 erreurs de débutants en grande randonnée ? »

Avant d’aborder les 4 principes que j’ai retenus, voyons quels sont les avantages d’avoir un sac léger ainsi que quelques a priori courants par rapport à la randonnée légère et ultralégère.

Avantages d’avoir un sac à dos léger

Les avantages sont nombreux, je ne vais pas m’attarder trop dessus car ils sont assez évidents, mais les rappeler devrait vous donner envie de faire un petit effort ;-).

Avantages d’avoir un sac à dos léger :

  • Moins d’efforts à fournir. Cela permet d’être moins fatigué, éventuellement de marcher plus vite, d’aller plus loin ou de marcher plus longtemps. On est également plus mobile, ce qui permet de « s’échapper » plus rapidement d’une mauvaise situation (faire demi-tour rapidement en cas de mauvais temps par exemple).
  • Moins traumatisant. Un sac lourd traumatise à la fois le haut et le bas du corps. Pour le haut du corps, un sac léger diminue les douleurs aux épaules, au dos, aux hanches, etc. Pour le bas du corps, cela diminue la charge sur les os, articulations, tendons, etc. Avec un sac plus léger, vous aurez moins de chances de développer de blessures d’usure (tendinites, fractures de fatigue, etc.). Il y a également moins de chances d’avoir des échauffements aux pieds ou des ampoules.
  • Plus de stabilité. Avec un sac léger (dont les charges sont bien réparties), on est plus stable, et on a moins de chances de glisser ou de tomber. Ca réduit donc le risque de blessures traumatiques (foulures, entorses, fractures, etc.).
  • Plus pratique pour certains passages. En allégeant son sac, on réduit souvent son encombrement. C’est quelque chose de pratique et rassurant dans des passages délicats.
  • Plus d’autonomie. Avec un sac léger, on peut emporter plus de nourriture et être plus autonome.
  • Pouvoir emporter d’autres choses. Certaines personnes allègent leur sac à dos pour pouvoir emporter des petits « plus » comme par exemple : des jumelles, du matériel photo, un livre, une bouteille de Schnaps (déjà vu)…

Randonner léger, c’est dangereux !

Randonner légerJ’entends souvent des randonneurs qui associent un sac lourd à la sécurité, et je ne suis pas vraiment d’accord avec ça. Parfois, ça serait même plutôt l’inverse – comme on vient de le voir dans les avantages.

Alléger son sac ne signifie pas forcément être inconscient et ne pas se préoccuper de sa sécurité. D’ailleurs, j’aime bien la citation « un sac lourd est un sac bourré d’angoisse » (certains disent qu’elle est de Freud, mais je n’ai pas pu vérifier).

L’angoisse d’avoir faim, froid, soif, etc. fait que beaucoup de personnes prennent beaucoup trop de choses « au cas où ». C’est un réflexe tout à fait normal, ces personnes ne veulent pas souffrir, et veulent passer un bon moment. Et c’est d’autant plus normal quand on débute, car on peut difficilement se faire une idée de ce qui nous attend (et du fardeau qu’est vraiment un sac lourd).

La randonnée légère est beaucoup plus calculée et réfléchie qu’elle n’y paraît. Pour optimiser le poids de son sac sans compromettre sa sécurité, il faut bien se connaître, bien connaître le terrain et bien connaître son matériel (et ses limitations). Et il faut s’être posé beaucoup de questions et avoir anticipé toutes sortes de situations (« si jamais ceci arrive, et si jamais cela arrive… »).

Beaucoup de personnes avec des sacs (trop) lourds ne se posent pas forcément ces questions (ou ne trouvent pas de réponses). Beaucoup de ces personnes ne maîtrisent pas bien non plus leur matériel et ses limitations. Et c’est surtout cela qui peut être dangereux.

Il y a peu de « kamikazes » (même s’il y en a) qui pratiquent la randonnée légère et ça se passe généralement très bien. Il est nécessaire de faire des compromis, mais pas obligatoirement sur la sécurité. Souvent, ces compromis vont se faire sur le confort – mais il faut comparer ça avec le confort gagné quand on a son sac sur le dos. 😉

Vous êtes peut-être en train de vous dire : « D’accord, mais le matériel léger, ce n’est pas solide ! ».

Beaucoup de progrès ont été faits à ce niveau-là et il existe maintenant des matériaux légers et résistants. Par contre, deux tissus identiques d’une densité différente (et donc d’un poids différent) n’auront pas la même résistance et pas la même durabilité, c’est sûr ! Le tissu plus lourd sera plus résistant et plus durable.

Mais, il faut savoir que le matériel léger n’est pas léger uniquement par l’utilisation de matériaux plus légers, mais aussi car le matériel est grandement simplifié. Par exemple, beaucoup de sacs à dos ultralégers n’ont qu’un grand compartiment et éventuellement des poches en mesh (filet synthétique). Beaucoup de poids est gagné par rapport à des sacs à dos avec beaucoup de poches et fermetures éclair.

Pour résumer : souvent, le matériel léger est effectivement moins résistant, même si la simplification entraîne parfois plus de fiabilité (moins de chance qu’un élément soit défaillant). Mais, la bonne connaissance de son matériel, de soi-même et du terrain fait que l’on s’approche de la limite sans la dépasser et que l’on est prêt en cas d’imprévu (notamment grâce à un kit de réparation).

Le secret réside donc dans la réflexion, la préparation et l’expérience. 😉

Pour illustrer cette section, je vais prendre l’exemple (simplifié) d’un barrage. Plus on connaît bien la géologie des roches dans lesquelles va être ancré un barrage, plus on peut se permettre de réaliser des ancrages légers et un barrage léger. Quand on a moins de connaissances, on fait « du lourd » par défaut car on ne veut pas prendre de risques. C’est la même chose avec un sac à dos de randonnée. 😉

Randonner léger, ce n’est pas confortable !

Comme je l’ai dit plus haut, pour randonner léger, il faut parfois faire quelques compromis sur le confort. Souvent d’ailleurs, ce confort est en partie psychologique.

Voici quelques exemples de « pertes » de confort :

  • Ca n'a pas l'air si mal que ça. ;-)Manger dans la popote plutôt que dans une assiette (pour une fois qu’on a le droit de manger dans le plat, il faut en profiter ;-)).
  • Avoir moins de vêtements de rechange.
  • Avoir moins d’espace pour dormir.
  • Dormir dans un abri qui n’est pas complètement fermé.
  • Ne pas avoir 36 rangements dans son sac à dos.
  • Avoir un oreiller fait de vêtements empilés.
  • Etc.

Il faut toujours comparer cela avec le confort d’avoir un sac à dos léger. Pour moi par exemple, le bénéfice d’avoir un sac léger surpasse beaucoup d’autres « pertes » de confort. Par contre, je m’assure de toujours avoir suffisamment chaud, de manger à ma faim et boire à ma soif.

Chacun a une notion différente du confort, certains ont besoin d’avoir beaucoup d’espace pour dormir, d’autres ont besoin de se laver souvent, etc. Donc, à vous de trouver les compromis que vous êtes prêt à faire. Il faut parfois casser quelques barrières psychologiques, mais ça vaut souvent le coup. Le but est de prendre du plaisir à randonner, car la plupart d’entre nous ne sont pas dans une optique de survie.

Certains adeptes de randonnée ultralégère vont jusqu’à faire quelques sacrifices sur la nourriture (en bonne connaissance de cause), car pour eux le confort d’avoir un sac léger est plus important que de manger totalement à leur faim. A noter que c’est surtout le cas sur de longues randonnées en autonomie où le poids de la nourriture est très important.

Randonner léger, ça coûte cher !

Quand je parle d’alléger son sac à dos, on me répond souvent : « je suis bien d’accord, mais ça coûte cher ». Ça peut effectivement coûter cher, mais on peut tout à fait randonner léger avec un petit budget.

Bien sûr, si on regarde une tente par exemple, à caractéristiques égales, une tente plus légère sera généralement plus chère. Mais, il y a d’autres moyens d’avoir un abri plus léger : par exemple en bricolant une tente bon marché pour en réduire le poids ou en utilisant d’autres systèmes d’abris (abri fermé, tarp, etc.).
Notes : un abri fermé est comme une tente mono-paroi mais sans tapis de sol. Un tarp est une sorte de bâche tendue à l’aide de ficelles et piquets.

Randonner léger et discretEn fait, le matériel « ultraléger » classique que l’on trouve sur le marché (tentes, réchauds, sacs à dos, matelas, etc.) est généralement cher et pas si léger que ça, par rapport à des produits bricolés, adaptés ou moins classiques – qui sont généralement eux beaucoup moins chers.

Selon moi, un des seuls éléments qu’il est difficile d’alléger sans dépenser d’argent ou en en dépensant peu est le sac de couchage. Il existe des versions minimalistes des sacs de couchage (pieds d’éléphant, top bags et quilts), mais ces éléments coûtent tout de même cher – car ce sont les matériaux qui font la légèreté. Mais, si le sac de couchage est la seule chose qui n’est pas optimisée dans votre sac, cela devrait quand même aller. 😉

En plus, sur certains éléments, vous économiserez de l’argent. Et c’est de l’argent que vous pourrez utiliser ailleurs.

Voici quelques exemples :

  • Une bouteille d’eau coûte moins cher qu’une gourde.
  • Un réchaud fabriqué à partir d’une canette ne coûte quasiment rien (voir la vidéo ici).
  • Une petite serviette coûte moins cher qu’une grande.
  • Un objet bricolé coûte souvent moins cher. Voici quelques exemples de bricolage sur le site randonner léger.
  • Un petit sac à dos coûte moins cher qu’un grand (en vous allégeant, vous n’avez pas besoin d’un sac très volumineux).
  • Etc.

De même, en n’achetant pas d’éléments inutiles, vous faites des économies (d’argent et de poids).

1 – Eliminer les objets inutiles

C’est de loin la méthode la plus efficace de toutes et ma préférée – surtout qu’elle ne coûte rien (et peut même vous faire économiser de l’argent). Pour cela, il faut réfléchir à l’utilité de chaque objet que l’on veut emporter et se demander s’il est vraiment indispensable. Avant de mettre un objet dans votre sac, demandez-vous :

  • Est-ce que cet objet m’apporte vraiment quelque chose ?
  • Est-ce qu’il n’y a pas déjà un objet qui remplit cette fonction ?
  • Que se passera-t-il si je ne le prends pas ?

Le mieux est de vous poser ces questions avant d’acheter quoique ce soit, comme ça vous ne dépenserez pas d’argent pour rien.

Je pense notamment à tous ces objets soi-disant pratiques – vous savez, ceux que vos proches vous offrent quand ils apprennent que vous faites de la randonnée – et qui finissent par « peser un âne mort ».

Je ne vous donne pas vraiment d’exemples ici, car les éléments qui sont indispensables pour vous et une certaine randonnée ne le sont pas forcément pour d’autres personnes – car tout le monde n’a pas les mêmes besoins et contraintes, ainsi que la même notion de confort. Cependant, si vous n’avez aucune idée de quoi emporter en randonnée, cliquez ici pour télécharger une liste de matériel assez classique.

Une fois que vous aurez déterminé les objets indispensables dont vous ne pouvez pas vous passer, vous pourrez vous demander comment les alléger – ce que nous allons voir dans les autres principes.

Note : Pour certains, rien n’est indispensable. Certains randonnent sans sac à dos, d’autres bivouaquent sans abri ou sac de couchage et d’autres randonnent même pieds nus. Ce sont des cas plutôt rares, mais qui permettent de remettre en question tout ce que l’on emporte.

2 – Réduire et épurer certains objets

Une méthode très simple et qui ne coûte rien (financièrement) – même si ça fait parfois bizarre de découper un sac à dos que l’on vient d’acheter. 😉 Quand un objet est indispensable, pour l’alléger, on peut le réduire de taille et enlever certains accessoires inutiles. Bien évidemment, ce n’est pas possible pour tous les objets.

Voici quelques exemples :

  • Couper les bouts de sangles et élastiques inutiles de votre sac à dos. Gardez quand même suffisamment de marge, ça serait dommage. 😉
  • Couper les étiquettes inutiles. Attention, sur les vêtements ça peut parfois démanger, il vaut mieux les découdre proprement si c’est possible.
  • Couper le rabat de votre sac à dos. Dans ce cas, il faut penser à un bon système pour protéger le contenu des intempéries (voir l’article : « Comment protéger le contenu de votre sac à dos de la pluie »).
  • Couper les poches inutiles.
  • Astuce pour randonner légerAstuce pour randonner légerEnlever l’armature de son sac à dos. Dans ce cas, vous pouvez la remplacer en glissant votre matelas au niveau du dos de votre sac ou en faisant un tube avec (photos de droite). Cela rigidifie un peu le sac pour un meilleur portage et améliore son confort (par rapport à sans armatures du tout). Attention, cela n’est possible que si votre sac est léger, sinon ça ferait plus de mal que de bien.
  • Couper sa brosse à dent en deux, faire des trous dans le manche.
  • Couper sa serviette pour n’avoir que ce dont on a vraiment besoin (l’idéal est de se procurer dès le départ la bonne taille).
  • Couper son matelas en mousse au niveau du haut des jambes. Dans ce cas, au niveau des jambes, il est possible de mettre des vêtements et même son sac à dos vide pour isoler du froid.
  • Prendre uniquement les quantités nécessaires (exemple : savon, dentifrice, papier toilette, médicaments, nourriture, vêtements, etc.).
  • Etc.

3 – Avoir des objets qui ont plusieurs utilisations

Ce principe est très intéressant, car un objet qui a plusieurs utilisations permet d’éliminer d’autres objets (principe n°1). Il faut par contre faire attention, car si un objet qui a plusieurs utilisations est défaillant, il sera défaillant pour toutes ces utilisations. Si ça arrive, il ne faut pas que cela affecte votre sécurité.

Il existe par exemple des ponchos qui servent également de tarp. Si jamais vous accrochez votre poncho et faites un trou dedans, votre nuit risque d’être humide – à moins que vous ne puissiez le réparer. Réfléchissez donc bien toujours à cela quand vous avez des objets ayant plusieurs utilisations.

Bien évidemment, il ne faut pas non plus que l’objet à multiples utilisations soit plus lourd que les objets qu’il remplace.

Voici quelques exemples :

  • Bâtons servant de mâts pour l'abriMatelas servant d’armature pour le sac à dos.
  • Bâtons de randonnée servants de mâts pour la tente, l’abri ou le tarp.
  • Poncho servant de tarp.
  • Vêtements servant à la fois pendant la journée et la nuit (exemple : doudoune qui sert au bivouac ou au refuge et pour avoir plus chaud dans le sac de couchage). Dans ce cas, attention à quand même garder des vêtements secs au cas où vous ayez pris l’eau pendant la journée.
  • Sac étanche pour le duvet qui sert d’oreiller une fois rempli de vêtements.
  • Poche à eau qui sert d’oreiller (attention il y a des risques).
  • Pantalon convertible en short.
  • Savon d’Alep servant de savon, désinfectant, shampoing, dentifrice et pour laver le linge.
  • Popote et son couvercle qui servent également d’assiettes.
  • Couvert servant à la fois de cuillère et fourchette (une de chaque côté du manche).
  • Petite serviette en microfibre pour se sécher et pour essuyer la condensation dans la tente ou l’abri.
  • Popote servant de tasse.
  • Etc.

4 – Avoir du matériel plus léger

Ce principe est également très simple : remplacer un objet par un autre plus léger qui a la même fonction. L’avantage est que c’est faisable avec tout le matériel – on peut toujours trouver plus léger. On ne gagne parfois que quelques dizaines ou centaines de grammes par objet, mais au final cela s’additionne vite et on peut gagner plusieurs kilos (surtout au départ).

Quand on a déjà du matériel de randonnée et que l’on veut alléger son sac, c’est souvent embêtant de devoir dépenser de l’argent pour acquérir du matériel plus léger. Dans ce cas, il faut voir si ça vaut le coup. Exemple : ma lampe frontale est lourde, est-ce que je suis prêt à dépenser tant pour gagner tant de grammes ? Parfois, le mieux est de faire avec ce qu’on a, en attendant que notre budget le permette ou que l’objet en question arrive en fin de vie. Pensez aussi que le matériel de randonnée d’occasion peut très bien se revendre.

L’idéal est de vraiment faire attention au poids dès que vous vous procurez du matériel (que vous jugez indispensable) – même si c’est un petit objet comme une lampe frontale ou un couteau par exemple.

Comme je l’ai déjà dit, beaucoup de marques proposent du matériel ultraléger (très cher) qui est bien plus lourd que du matériel bricolé, adapté ou détourné (il y a d’ailleurs de très bonnes idées sur le forum randonner léger ici) ou même du matériel de marques vraiment ultralégères.

Voici quelques exemples :

  • Bouteilles d’eau ou poches à eau plutôt que gourdes.
  • Remplacer les piquets de tente par des piquets plus légers.
  • Matelas plus petit qui descend jusqu’en haut des jambes. On peut isoler le bas du corps en mettant des vêtements ou même son sac à dos sur le sol.
  • Mouchoir en tissu plutôt que mouchoirs en papier.
  • Photocopies de cartes, plutôt que cartes entières.
  • Sacs plastiques, plutôt que sacs de rangement. Par exemple, le sac de rangement d’une tente n’est pas toujours nécessaire et plus lourd qu’un sac plastique (utile pour ne pas mouiller le reste de votre matériel si la tente est humide). La trousse de toilette est un bon exemple aussi, un sac congélation est bien suffisant.
  • Doudoune en duvet plutôt que polaire pour le bivouac ou au refuge. Le rapport isolation/poids est plus intéressant. Attention, c’est uniquement valable si on est sûr de garder sa doudoune au sec, car le duvet n’isole pas une fois mouillé et sèche lentement.
  • Sac à dos plus léger, beaucoup plus simple avec très peu d’accessoires.
  • Tarp ou abri fermé plutôt qu’une tente ou tente ultralégère.
  • Réchaud à alcoolPied d’éléphant, top bag ou quilt plutôt que sac de couchage.
  • Réchaud à alcool (liquide ou solidifié), réchaud à bois, plutôt que réchaud à essence ou à gaz. Attention, suivant les conditions de randonnée, ce n’est pas toujours le même type de réchaud qui est le plus léger car le combustible a aussi son importance.
  • Nourriture avec un rapport énergie/poids plus important. Par exemple : éviter la nourriture contenant beaucoup d’eau.
  • Vêtements légers quand c’est possible.
  • Etc.

Le cercle vertueux du sac léger

Voici ce que j’appelle le cercle vertueux du sac léger :

Quand le contenu de votre sac est léger, vous n’avez pas nécessairement besoin d’avoir un sac très volumineux et le sac (vide) sera donc plus léger (un sac de 30 L pèse souvent moins lourd qu’un sac de 50 L). Au final, vous gagnez encore du poids.

De même, avec un contenu léger, votre sac n’a pas besoin d’avoir énormément de rembourrage, de renforts et d’armatures et vous pouvez vous permettre d’avoir un sac (vide) encore plus léger.

Pour le cercle vicieux du sac lourd, c’est exactement l’inverse. 😉

Note : Je vous rappelle qu’il est conseillé de choisir votre sac à dos (et sa capacité) après tout le reste de votre matériel, pour qu’il soit adapté et que vous ne soyez pas tenté de le remplir inutilement.

Conclusion

J’espère que cet article vous a permis de réfléchir aux moyens que vous avez d’alléger votre sac à dos.

Chacun pratique la randonnée comme il l’entend, avec un sac léger ou un sac lourd. De toute façon, il n’y a pas de limite qui sépare un sac lourd d’un sac léger. A vous de faire vos choix en fonction du confort que vous souhaitez et des compromis que vous êtes prêt à faire.

Certains choix demandent de passer certaines barrières psychologiques et ce n’est pas toujours facile. Mais honnêtement, je trouve que ça vaut le coup, car on se sent tellement plus libre avec un sac léger. 😉 D’ailleurs, je connais peu de personnes qui repartent en arrière une fois le processus d’allègement amorcé.

Souvent, en randonnant léger, vous n’aurez pas l’air d’un pro avec votre matériel bricolé et réduit au minimum – image qui est loin de l’image outdoor actuelle – mais vous serez bien. Personne n’enviera vos sacs plastiques et sacs poubelles vous servant de jupe de pluie, de capuchon anti-pluie, guêtres high-tech ou autres, mais tout le monde enviera le poids de votre sac. 😉 D’ailleurs, si vous voulez vous faire des amis au bivouac ou refuge, sortez un réchaud P3RS, vous pouvez être sûr que l’on va venir vous poser des questions. 😉

Si vous voulez un petit exemple personnel, voici ma liste de matériel ainsi que celle de mon coéquipier lors du GR20. Vous pouvez la télécharger au format Excel juste en dessous pour modifier et adapter le fichier à vos besoins.

Liste GR20

Cliquez ici pour télécharger le fichier !

Voici un autre exemple en vidéo (pas de moi).

Avant de partir : il est utile d’avoir une petite balance de cuisine et de se faire une liste dans un tableur (Excel par exemple) pour se rendre compte des points à améliorer, se faire une idée du poids de son sac et continuer à l’optimiser. En plus, ça permet de garder une trace et de se servir de cette liste comme d’une base pour ses prochaines randonnées.

Et vous, utilisez-vous ces principes ? Avez-vous des astuces à partager ? Qu’est-ce que vous allez faire dans l’immédiat pour alléger votre sac à dos ? Dites-moi tout ça dans les commentaires. 😉

Cet article vous a plu ?
Si c'est le cas, rejoignez plus de 80000 personnes qui reçoivent la newsletter et recevez gratuitement le guide "Comment bien choisir ses chaussures de randonnée" et la liste du matériel à emporter en randonnée. Entrez simplement votre prénom et votre adresse email ci-dessous :

  65 commentaires à “4 principes (et de nombreuses astuces) pour randonner plus léger”

Commentaires (58) Pingbacks (7)
  1. Sinon faites comme moi, randonnez en chien de traineau et mettez tout le matos nécessaire dans le traineau :p

  2. Salut François,

    Super l’article ! Il y a quelques années, quand je disais que je coupais le manche de ma brosse à dents ou que j’enlevais les étiquettes, on me prenait pour un extraterrestre ! Et je confirme : le fait d’avoir un sac léger permet de faire connaissance, parce que ça cause, à l’apéro !
    Amitiés.

  3. Excellent article (comme d’hab’ j’ai envie de dire…) qui recadre bien les choses et donne pas mal de ficelles pour s’alléger.
    Pour ma part même si nous randonnons à cheval, ceux-ci sont comme nous : moins ils portent mieux ils se portent !
    Je me suis donc tournée vers les Marcheurs Ultra Léger et cela m’a énormément aidé à optimiser mon matos.
    Par exemple nous avons très vite renoncé aux matelas puisqu’on dort si bien sur les tapis de selle des chevaux ! Eh oui la chasse à l’inutile passe souvent par un questionnement et des réticences dû à nos peurs, comme très bien expliqué dans l’article. Pourtant on est tellement mieux sans être encombré d’objets qu’il faudra gérer tout au long de la rando’, car outre peser dans le sac ils seront des boulets dont il faudra s’occuper (ranger, nettoyer…etc)
    Alors oui il FAUT peser chaque objet qu’on souhaite emmener et se poser bien des questions à son sujet…

  4. Bonjour François,

    Très bon article, principes que j’applique depuis toujours. Par exemple, moi aussi je randonne sans « sac à d’eau ».

    Cordialement,

    Bernard77400

    • Bonjour Bernard,

      Jeu de mot involontaire, je viens de corriger l’erreur. 😉

      A bientôt,
      François

    • Je suis d’accord que les camels back sont lourds et encombrants. Je suis quand même chanceux, car les lacs et rivières pullulent sur la route de la Baie James et avec un bon filtre à eau (la maladie du cartor, giardia) on peut facilement se tirer d’affaire.

  5. Randonner léger, c’est non seulement confortable et agréable, mais en plus c’est stimulant intellectuellement. Et ça, ça n’a pas de prix !

  6. j’ai essayé de diviser par 2 le nombre de pile pour la frontale, ça fonctionne pas.
    j’ai coupé en 2 la paire de jumelle, la fourchette, la cuillère et le jeu de carte.
    j’ai fait des trous dans le manche du laguiole, le boitier de la frontale, la semelle des chaussures.
    je porte un string et non un slip, une seule chaussette et je change de pied à chaque pause.
    bientôt une liposuccion, mon cerveau étant déjà vide.

    • AHAH courage mon ami l’envole est proche !!!!!

      Un peu plus près des étoiles
      Au jardin de lumière et d’argent
      Pour oublier les rivages brûlants
      Un peu plus près des étoiles
      A l’abri des colères du vent

  7. Excellent !…

  8. comme d ‘ab, super

  9. Bonjour,
    j’avais déjà beaucoup lu sur ce sujet sur ton site et sur d’autres, y compris bricolé la canette-réchaud. trop top. Grâce à tous ces bons tuyaux; pour le GR 65, mon sac pesait 6 kg avec tente bricolée, sac de couchage et tapis de sol. là où ça s’est gâché c’est que mon chien a atomisé son sac de bât et j’ai dû porter son eau et ses croquettes. avec mon eau et mon pique-nique; je me suis retrouvée avec 10 kg. c’était toujours très gérable malgré mon petit format (1.54m et 50 kg, 52 ans). Si mon sac avait été plus lourd au départ, en rajoutant la charge du chien, j’aurais craqué. . Etant passée de 6 à 10 kg à mi- randonnée, j’ai pu mesurer l’impact.et je confirme tout ce que François propose. c’est vrai que c’est super fun le remue-méninge pour faire un sac léger. J’ai adoré. Merci François.

    • Bonjour,

      Difficile de faire comprendre à un chien qu’il faut faire attention à son sac. Avec un peu de chance, il a compris et il va refaire le coup la prochaine fois. 😉 Comme ça, plus rien sur le dos !

      A bientôt,
      François

  10. Merci pour cet article François!!!!

    Peut-être que j’aurais un peu d’aide car je désespère un peu…. J’ai fais pas mal de long trek avec un sac de 19 à 21 kilos….. à cause de ma tente qui est une 4 saisons (5 kilos). je cherche par tous les moyens de la changer mais je n’arrive pas à trouver un modèle plus léger en autoportant, avec 1 abside dont le montage peut se faire même sous grosse pluie sans que l’eau rentre à l’intérieur (voici ma tente: https://www.youtube.com/watch?v=OL2mrWBgteI ) Ceci étant, celle que j’ai est un excellent modèle, très satisfait juste trop lourde!!!!!!!!!

    Si qqn connait des modèles équivalent, je suis preneurs. Merci à ttes et à ts!!!!

    • Bonjour Karim,

      Il existe plein de modèles qui répondent à tes critères. Mais est-ce que tu cherches une tente 3 places ?

      A bientôt,
      François

    • Bonjour François,

      Merci de ta réponse une tente 1 place avec abside ou 2 places pour un poids inférieur à 2.8kilo maxi. Je suis un peu casse-pied en matière de tente, car en réalité comme je fais de la haute montagne avec des journées enneigées je souhaite qui comme ma ferrino que la toile intérieure et la toile extérieure soient jointes comme cela au montage je n’ai rien à faire si ce n’est mettre les baguettes.

      Bien à toi 😉

  11. Une astuce qu’un vieux sage m’a donné un jour au détours d’un chemin :

    Partir randonner le weekend en bivouaquant (pas trop loin de sa voiture en sécurité au cas ou) et faire exprès d’oublier un objet a chaque fois. Si ça a manqué on garde dans la liste sinon out…

    A bientôt par la haut

  12. Apartir de combien de kg on considère un sac lourd

    Pour ma part quand je randonne j’ai 2 types de sac

    UN DEUTER 40+ pour rando autonomie charge maxi 12 kg
    UN LAFUMA 34l pour semi autonomie charge 8 kg
    Je suis plus l’aise avec mon deuter a 10 12 kg qu’avec mon lafuma a 8 kg
    La conception des sacs a beaucoup d’importance largeur des bretelles ceinture ;;;;;;;;
    Mon deuter est moins traumatisant charge mieux repartie hanche épaules

    • Je confirme, je suis en deuter aussi est je vais jusqu’à 21 kilos pour les longs trek!!!!

    • Bonjour Michel,

      Il n’y a pas vraiment de limite entre un sac lourd et léger. Parfois un sac de 20 kg sera très bien optimisé (notamment sur de longues randonnées en autonomie ou sans ravitaillements en eau fréquents). Et parfois un sac de 5 kg ne sera pas forcément bien optimisé.

      Le choix du sac est effectivement à ne pas négliger, car il apporte du confort également. Il faut d’ailleurs savoir que beaucoup de sacs ont une limite (parfois mentionnée) au delà de laquelle le sac n’est plus très confortable. C’est pour cela qu’il faut absolument essayer les sacs chargés.

      A bientôt,
      François

    • Absolument d’accord avec François!!!

  13. excellent article comme d’habitude
    pour ma part j’ai un vieux sac de montagne qui me sied nickel
    et j’emporte le juste nécessaire !

    c’est une bon article avec de bons rappel !

    merci encore pour ces partages !!

  14. Bravo François pour cette article qui donne vraiment les principes de base de la marche légère…

    Afin de mieux préparer son sac avant une randonnée, je ne peux que conseiller à ceux que cela
    intéresse un petit logiciel très bien fait ( installable sur windows et linux ) qui vous permettra de
    faire l’inventaire de votre matériel (que vous aurez préalablement pesé…) et de remplir virtuellement
    votre sac en créant des listes par randonnée ou projet de sortie.
    Ce logiciel (gratuit et en français !) m’est très utile avant chaque départ et permet de réfléchir à ce que
    l’on souhaite vraiment emporter tout en apportant des informations sur le poids du sac au final !

    Voici le lien : http://sherpa.krusaf.org/fr/

    Bonne randonnée légère à tous !

  15. Que des bons conseils qui évitent bien des souffrances! 😉

    Par contre, comme d’autres, je suis partisan de tenir compte du confort de portage plus que du poids en choisissant le sac à dos (hormis en se qui concerne l’adéquation du volume avec les besoins réels bien sûr). Ca dépend du gabarit, de l’état du dos, de l’accessibilité éventuellement nécessaire à du matériel technique, de la stabilité attendue en fonction du parcours, de l’adaptabilité du volume en fonction de l’état de remplissage (répartition des charges qui reste correct lorsque les vivres diminuent par exemple), des surfaces de contact sur lesquelles se répartit la charge, etc.

    J’ai comme michel opté pour un deuter (actlite 40 + 10 (un peu moins de 1kg500)) et j’ai le sentiment d’avoir augmenté mon confort sur tous les parcours jusqu’ici.
    Il gardera également un confort acceptable si je dois augmenter la charge de façon impromptue (soulager un compagnon ayant un souci par exemple).

    Pour toutes ses raisons, je crois que l’augmentation importante du poids (500gr !) a parfaitement rempli l’objectif premier qui était de gagner en confort (fatigue, douleurs diverses, sécurité).

    Merci encore pour le super boulot d’information et bonne continuation!

    • Bonjour Pierre,

      Vous avez tout à fait raison, le confort du sac est aussi important. Cela dit, plus le contenu est léger, plus le sac a de chances d’être confortable.

      L’idéal est d’essayer différents sacs chargés en ayant un oeil sur le poids à vide du sac, mais en n’oubliant pas le confort non plus. Sinon, un sac à gravats avec de la ficelle serait suffisant. 😉

      A bientôt,
      François

  16. Superbe article.
    Perso le mouchoir en tissu à du mal à servir de PQ. Je sais que certaines prennent les mouchoirs papier comme PQ ou inversement
    Pour les cartes, ils y a un super site pour les imprimer :http://jgn.superheros.fr/fr/

    Merci pour cet article

    • Bonjour Benoît,

      Merci pour l’info du site « ign.superheros » qui permet effectivement de cadrer la zone à imprimer de façon très précise…. et en cas de loupé, cela peut aussi servir comme indiqué précédemment.

      Cordialement,

      Bernard77400

    • Merci Benoît, je ne connaissais pas ce site. 😉

  17. Avec vous la randonnée devient un jeu d’enfant, merci pour tout ce que vous faites

  18. très bien comme d habitude

  19. Autour de moi, bcp de copains randonneurs portent leurs sacs pesant entre 8 et 10 kg, pour des « randos journées ».

    Mon poids avoisinant tout juste les 41 kg, et en raison de la fragilité de mes vertèbres, je ne peux dépasser une charge de plus de 4 kg….
    Lorsque les randos dépassent une journée, je confie le surplus à mon compagnon, afin de pouvoir rester en forme. Mais je reste très stricte sur le contenu emporté : j’ai gardé la liste du contenu optimal d’un sac de randonnée. Merci François !

  20. Pour ceux comme Karim qui cherchent des tentes légères ( 2 Kg et moins) et solides (pour la haute montagne), sans se ruiner, je conseille ces 2 modèles:

    La Minima 2 de Camp (145€): http://www.barrabes.fr/camp-minima-2/p-28790?idvariedad=112084&opt=d

    La Ligthtent 2 de Ferrino (184€): http://www.barrabes.fr/ferrino-ligthtent-2/p-13689?idvariedad=48826&opt=d

    => Ce sont ceux avec le meilleur rapport qualité/prix selon nos clients!

  21. Merci pour toutes ces infos que tu partage.
    Lors de ma dernière rando longue en autonomie ( 7 premières étapes de la HRP avec un pote), mon sac faisait 14,5kg.
    Tous tes conseils vont me permettre d’alléger mon sac pour les 8 prochaines journées que nous allons faire cet été.
    Au plaisir de se croiser un jour dans les Pyrénées.

  22. merci François, en effet moins on est lourd plus on va loin !!!!
    nous on part demain pour st Jacques, on a cogité des nuits entières, on a défait refait ce sac à dos , et puis on s’est dit que les sacs de couchages on en aurait pas besoin en France parce que gites ou auberges donc lit, conclusion, on prend sac à viande et petite couverture polaire très légère juste au cas où.
    on se fera envoyer en poste restante tout ce qui est coupe vent doudoune et sac de couchage à Oloron ste Marie, si on y arrive bien sur et si on se sent de continuer l’aventure en Espagne.
    et on retournera pas la voix postale le topo guide dont on aura plus besoin puisqu’il concerne la partie française, et les kaway légers, on verra bien….
    résultat des courses : 2 sacs de 7 et 8 kg.
    je trouve qu’on s’en sort pas mal, l’avenir dira si on a fait des conneries ….
    encore merci
    cordialement
    pat

    • Bonjour Pat,

      Effectivement, c’est pas mal ! N’hésite pas à revenir ici à ton retour pour dire comment ça s’est passé. 😉

      A bientôt,
      François

  23. Bonjour!

    Merci pour ces précieux conseils!
    Les articles sont bien écrits et agréables à lire ce qui ne gâche rien 🙂
    Je fais ma première randonnée jeudi: 12,5 kilomètres (on ne se moque pas).
    Je me suis lancée un défi fou: faire le gr30 en juillet 2016… Il y a du boulot!
    Mais votre blog me motive (je me voyais déjà avec un sac de 15kgs) alors merci beaucoup et très bonne continuation!

  24. Des conseils intéressant mais que c’est looong à lire.

    L’intro mériterait que vous appliquiez vos conseils de l’UL : ne garder que l’indispensable!

    Moins de « je » ne serait pas déplaisant.

    Un petit conseil : lisez, des romans d’auteurs différent, des articles… Vous progresserez et deviendrez bien plus efficace dans votre syntaxe qui est très chargé et manque de fluidité ici.
    Votre site n’en serait que meilleur.

    Néanmoins, merci pour vos conseils!

    • Je vous trouve plutôt difficile car le style de l’auteur est agréable, il parle de ses connaissances, le « je » est adapté selon moi.
      Vos conseils de lecture sont judicieux, mais relisez votre grammaire sur les accords, vous y gagnerez en crédibilité 🙂
      Je pense aussi comme vous, merci pour les conseils, ils m’ont été d’une grande aide pour préparer mes randos cet été.

  25. Autant pour la rando, faire gaffe au poids du sac est un plus, tant qu’on est prêts à sacrifier un peu de confort, mais là où ça a pris tout son sens, c’est quand je suis parti en monocycle.
    L’effet de contrepoids est bien plus important qu’à pieds, et plus le sac est léger, mieux c’est! J’avais optimisé tout ça en installant une partie du poids sur un porte bagage bricolé et placé au plus près de l’axe du monocycle pour éviter le balancier, le sac ne servait qu’à porter la bache, le duvet, le matelas et les fringues!

  26. Bonjour François

    Que pense tu des sacs Gossamer gear ? Suite a ta video de Glen Van Peski , je vais clairement m inspirer de son concept .

    Cordialement

  27. Bonjour François, et merci pour cet article vraiment complet.
    Pour ma part, et pour le transport de produits liquides de manière légère et pratique, j’utilise des flacons de gel hydro-alcoolique 75 ml (http://cdn3.lemondedumedical.fr/222-99-thickbox/gel-hydroalcoolique-aniosgel-85-npc-flacon-75-ml.jpg). Une fois vidés, nettoyés, et renforcés avec du scotch, il sont vraiment utiles : j’en ai 2, un pour l’huile pour graisser ma popote, et l’autre dans la trousse de secours pour la pommade type voltarenactigo. C’est léger, propre et ça me convient.

    Bon courage à tous.
    Tom

  28. L’allègement du sac à dos. Je suis en train de me battre avec ca depuis 2 mois car je pars en randonnée sur le Gr34 dans 1 semaine. 180 kms de prévu en 7 jours.
    Mon sac à dos fait, vide 450grammes. Je suis dans la démarche « un sac lourd est un sac bourré d’angoisse ». J’ai fait l’erreur d’un sac trop lourd sur la première partie de ce gr, donc je me soigne.
    Problème, j’arrive toujours à près de 10 kgs, nourriture matin et midi incluse car le soir j’achèterai en épicerie pour manger au bivouac.
    J’ai du me racheter un sac de couchage car en faisant le test de celui que j’ai actuellement, il s’est avéré être trop froid, et vu la température nocturne actuellement je préfère avoir un sac de couchage un peu plus épais, donc plus lourd mais ne pas finir en hypothermie.

    Dans mon cas je vais bivouaquer, j’ai donc sac de couchage, hamac + hamac filet pour mettre le sac hors de portée des animaux et de l’humidité, une bâche qui me sert de tente, bâtons, une popote, couvert plastiqué, un couteau lame fixe et un opinel, une trousse de secours et une couverture de survie, une serviette, 3 slips, deux tee eux pantalons légersne veste coupe vent, bâtons, cordages + les sangles pour maintenir le halac sans abîmer les arbres, réchaud à alcool maison + dose alcool, 1 bouteille d’eau, un matelas d’environ 8 mm d’épaisseur.

    Maintenant, je cours après les grammes mais ceci n’est pas simple surtout vu la période à laquelle on est. La santé est is mon sac ne dépasse pas 10 kgs même si j’aimerai baisser encore son poids, mais là, si vous avez des trucs je suis preneur car je ne pense pas faire mieux.

    Merci pour ces articles en tout cas.

    Stephane.

    • Bonjour Stéphane,

      Est-ce que vous pouvez m’envoyer votre liste avec le poids de chaque élément que je regarde ?

      Merci et à bientôt,
      François

  29. bonjour stephane
    peut on utiliser de l alcool solide dans le réchaud canette

  30. En complément de l’article tres complet allé faire un tour sur https://lighterpack.com c’est à mon goût mieux qu’excel et tres révélateur avec le système de tri des items par catégorie!

    Bonne journée!

  31. Je découvre ce site et je tiens à dire chapeau bas, même si on bénéficie d’une certaine expérience il y a toujours des astuces ou idées auxquelles on ne pense pas spécialement et cette article est super pour les débutants et les confirmés. Moi je mettrais juste un bémol sur le fait de virer les armatures d’un sac, petite anecdote : En rando, avec un pote en autriche avec lequel on adore se charier. Il avait un nouveau sac de chez mld truc super léger sans petites armatures avec des cordelettes de rappel de charge, pas des sangles et la bête devait faire moins de 700gr, moi j’avais mon fidèle fjallraven 50 litres avec de petites armatures 1,6kg 1,7kg, on les a remplis tous les deux de 10kg et fait essayer aux gens au bivouac en revenant du grossglockner pour ceux qui connaissent, car il disait que les armatures n’étaient pas importantes…Ben la majorité des gens trouvaient mon sac plus léger alors qu’il était plus lourd. Pour moi les armatures permettent de diminuer la sensation de lourdeur du à un meilleur soutien du sac, moins tirer sur les épaules et pesez sur les hanches, c’est comme le sachet en toile du supermarché et le sachet en plastique, remplis avec les mêmes articles votre main n’en aura pas le même souvenir.

    • Merci pour ton retour. Je suis d’accord avec toi, pour les armatures il faut tester car le gain de poids n’est pas toujours un gain de confort. Les armatures sont importantes pour bien répartir les charges, mais on peut parfois s’en passer pour des charges légères (ou compenser un peu avec le matelas par exemple).

      A bientôt,
      François

  32. Bonjour,
    Je ne randonne qu’en autonomie complète, donc le poids de la nourriture est primordial pour moi. J’éprouve des difficultés à descendre sous les 500g/jour (hors eau). Qui peux me filer des tuyaux?
    Voici mon kit quotidien en grammes:
    1 sachet de thé matin 1
    pâte de fruits matin 40
    barre céréale aux fruits matin 25
    miel matin 50
    barre énérgétique journée 40
    gel énergétique journée 30
    barres céréales matin, midi 70
    2 sachets d’infusion, midi, soir 4
    viande séchée midi 60
    fromage midi 60
    soupe lyophilisée soir 20
    repas lyophilisés soir 100
    Total 500
    Merci d’avance!

    • J’ai une super solution : manger moins. 😉 Non je rigole…

      A la vue de ta nourriture, il n’y a rien qui paraît aberrant, 500 g/jour n’est pas énorme non plus. Tu peux t’orienter vers des aliments un peu plus gras, mais tu ne vas pas gagner énormément et il faut voir si ça te convient par rapport à ton effort.

      A bientôt,
      François

  33. Bonsoir, je cherche à faire un cadeau pour mon amoureux qui est un grand fana de randonnée, et j’aimerais savoir quels sont les sacs de couchage ultra légers que je pourrais trouver ? Et où en acheter ? Merci beaucoup.

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis mais non diffusé)